Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Miracle à Lourdes : Sœur Bernadette chatouille les "esprits forts"

Le 11 juillet 2008, alors qu'elle était âgée de 69 ans, elle a subitement retrouvé l'intégralité de ses moyens et sa santé, juste après avoir accompli un pèlerinage à Lourdes.

Pavé dans la mare

Publié le
Miracle à Lourdes : Sœur Bernadette chatouille les "esprits forts"
Soeur Bernadette - soeur franciscaine Oblate du Sacré-Coeur de Jésus - souffrait depuis la fin des années 60 d'une atteinte affectant la partie terminale de la moelle épinière qui l'empêchait pratiquement de marcher depuis 1987 (Le Figaro).
 
Le 11 juillet 2008, alors qu'elle était âgée de 69 ans, elle a subitement retrouvé l'intégralité de ses moyens et sa santé, juste après avoir accompli un pèlerinage à Lourdes.
 
Avant la guérison, elle est sous morphine parce qu'elle a subi quatre interventions chirurgicales qui n'ont jamais apaisé ses douleurs, elle est condamnée à porter un corset en permanence et une attelle au pied gauche (Le Parisien).
 
Dans une vidéo diffusée par le diocèse, elle raconte :"Je n'avais jamais été à Lourdes en tant que malade...Dans la grotte j'ai ressenti la présence mystérieuse de Marie et de la petite Bernadette...En aucun cas je n'ai demandé la guérison mais la conversion du coeur et la force de poursuivre mon chemin de malade".
 
L'évêque de Beauvais a reconnu le "caractère prodigieux - miraculeux - de la guérison de Bernadette Moriau.
 

L'Eglise est d'une prudence extrême face à de tels événements et toutes les précautions sont prises pour aboutir à un constat médical sans équivoque : soeur Bernadette ne pouvait pas guérir en l'état de la science actuelle. Quelque chose s'est donc produit qui dépasse l'entendement et relève d'une irrationalité qui met mal à l'aise les esprits forts pour qui la seule vérité est que deux et deux font quatre.

On entendra, j'en suis sûr, les mêmes discours réduisant ce miracle à un choc nerveux et soutenant qu'un jour on trouvera des explications quand la connaissance aura progressé.

J'ose parler de "miracle" parce que je ne suis pas gêné par l'immixtion de l'incroyable dans la banalité et de l'exceptionnel dans l'ordinaire.

Il est frappant de relever que la passion pour la science-fiction, les oeuvres de "fantasy", ce qui déborde le réel - des thèmes dominants au cinéma - ne rend pas les esprits et les sensibilités familiers, dans la quotidienneté, la vraie vie, avec les surprises et les fulgurances imprévisibles du destin. Avec une transcendance ayant décidé d'intervenir dans notre monde trop humain.

On pourrait s'interroger sur le fait que cette bienveillance "miraculeuse" soit si rare mais, si elle était multipliée, que deviendrait notre liberté et le caractère discrétionnaire de la grâce octroyée, par des desseins impénétrables, à Soeur Bernadette plutôt qu'à tel autre malade ?

Pour les catholiques, parce qu'elle aura prié la Vierge Marie, elle a été guérie.

Pour d'autres, c'est une manipulation, une illusion collective, un "coup" de l'Eglise.

J'aime cependant, qu'on croie au Ciel ou non, que soeur Bernadette soit venue jeter un pavé dans la mare de nos certitudes limitées et frileuses. Les esprits forts lui en voudront mais peu importe.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 14/02/2018 - 08:50 - Signaler un abus Article

    d'une grande rigueur intellectuelle et courageux .

  • Par l'enclume - 14/02/2018 - 10:34 - Signaler un abus Les mythes ont la vie dure

    En tant que parpaillot, ce qui me désole, c'est que l'on ne parle pas de Jésus Christ. A ma connaissance, ce n'est pas Marie sa mère qui a été cloué sur la croix. D'ailleurs, si l'on consulte sérieusement le Nouveau Testament, on peut lire que Jésus a eu des frères, donc Marie a enfanté après sa naissance.

  • Par l'enclume - 14/02/2018 - 10:35 - Signaler un abus Sorry

    qui a été clouée

  • Par cloette - 14/02/2018 - 11:30 - Signaler un abus @ l'enclume

    Il est normal que Marie ayant été la mère terrestre de Jésus ait un rôle privilégié. Figurez vous que je suis allée à Lourdes pour la première fois il y a deux ou trois ans , par curiosité, étant bien prévenue de tout l'aspect commercial et marchants du temple du lieu, eh bien ce lieu est surprenant ; à l'évidence il y souffle l'Esprit .

  • Par OLYTTEUS - 14/02/2018 - 20:40 - Signaler un abus Merci Monsieur Bilger

    Votre ouverture d'esprit est salutaire pour l'agnostique que je suis. Terriblement questionneuse aussi est la vie de notre Sainte Jeanne d'Arc.Lisez les minutes de son procès et vous ne saurez plus que penser sinon que cette paysanne est complètement hors norme et en contact avec une transcendance.... "Jeanne d'Arc le procès de Rouen J. trémolet de Villers éd. les belles lettres "

  • Par Ganesha - 15/02/2018 - 07:56 - Signaler un abus Extraterrestres

    A l'époque où il travaillait à Paris dans le service du professeur Charcot, Sigmund Freud s'est beaucoup intéressé à l'hystérie, une maladie qui peut se manifester par des paralysies. Il y a également le syndrome de Munchhausen. La religion catholique est la seule qui essaie de nous faire croire à l'intervention ''d'extraterrestres''.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Bilger

Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en miettes (éditions Fayard), Ordre et Désordre (éditions Le Passeur, 2015). En 2017, il a publié La parole, rien qu'elle et Moi, Emmanuel Macron, je me dis que..., tous les deux aux Editions Le Cerf.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€