Mercredi 23 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Des ministres qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise peuvent-ils vraiment imaginer comment sauver l’industrie automobile ?

Le gouvernement veut soutenir le secteur automobile suite aux déboires de PSA. L'absence d'expérience en entreprise des ministres qui le composent ne risque-t-elle pas d'être un handicap ? "Chacun son métier", estime Noël Forgeard.

Demande formation professionnelle

Publié le 25 juillet 2012
 
Aucun membre du gouvernement n'a eu à gérer une entreprise. La méconnaissance de cette réalité peut-elle se révéler préjudiciable pour mener à bien pareille tâche ?

Aucun membre du gouvernement n'a eu à gérer une entreprise. La méconnaissance de cette réalité peut-elle se révéler préjudiciable pour mener à bien pareille tâche ? Crédit Reuters

Atlantico : Le gouvernement présente ce mercredi son plan de relance du secteur automobile français suite aux déboires de PSA. Aucun membre du gouvernement n'a eu à gérer une entreprise. La méconnaissance de cette réalité peut-elle se révéler préjudiciable pour mener à bien pareille tâche ?

Noël Forgeard : Aucun membre du gouvernement n’a eu à gérer directement une entreprise, dites-vous : je n’en sais rien, et ce n’est pas, me semble-t-il, le problème essentiel, même si on ne peut que souhaiter que davantage de personnes du monde de l’entreprise se présentent aux élections.

Je vais peut-être vous surprendre, mais à chacun son métier ! Dans la période gaullo-pompidolienne, la situation était largement la même que maintenant et ce fût probablement l’une des périodes les plus fécondes pour notre développement industriel. Madame Merkel n’a jamais, que je sache, été elle-même chef d’entreprise, pas plus que beaucoup de dirigeants chinois. Non, la différence, c’est que dans les exemples que je cite, sans exception, l’entreprise industrielle a été reconnue comme non pas une, mais LA grande cause nationale, et que les orientations politiques ont été prises en conséquence, même celles impopulaires à court terme.

Aux politiques, il appartient d’abord de reconnaître publiquement et d’affirmer le rôle de l’entreprise comme seul lieu de création de richesse. Ensuite, de fixer les conditions générales pour que l’entreprise française devienne plus compétitive : moins de charges sur les salaires, plus de flexibilité du contrat de travail, une gouvernance orientée vers le long terme et privilégiant la recherche-développement et la discussion entre directions et partenaires sociaux et une réorientation de l’épargne privée, en particulier celle confiée aux compagnies d’assurances, vers l’entreprise.

Par ailleurs, je pense que certaines actions sectorielles ne sont pas à ranger au magasin des accessoires démodés : elles peuvent procéder soit d’une vision politique inspirée, soit de la nécessité de répondre aux besoins de certaines professions. Dans tous les cas, il est souhaitable que ces actions soient alors validées avec ces dernières avant d’être arrêtées. Le soutien à la R&D dans le domaine des véhicules électriques et innovants fera, j’imagine, l’objet d’un tel consensus.

Il y a enfin ce que l’État doit absolument s’abstenir de faire : se laisser aller au populisme - cela est arrivé sous tous les régimes - ou attiser les clivages sociaux. C’est ce qui arrive lorsqu’on met au pilori des actionnaires, en difficulté peut-être, mais qui ont eu le mérite de défendre leurs usines en France. Ce qui est grave alors, ce n’est pas tant le dommage causé aux uns ou aux autres, même s’il est injuste, c’est la dépréciation, dans les esprits, de l’idée même d’entreprise et l’affaiblissement des sociétés concernées. Aujourd’hui, la France doit au contraire se rassembler autour du patrimoine en danger que sont devenues ses entreprises, après 30 ans de déclin lent et 10 ans de déclin accéléré ! Ce rassemblement correspond, me semble-t-il, à la philosophie du président de la République. Les compétences existent pour sa mise en œuvre par l’actuel gouvernement.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par boblecler - 26/07/2012 - 13:28 - Signaler un abus Le SARKO a bien fait du mal

    Le SARKO a bien fait du mal et les politiques sont légitimes dans les entreprises étant donné que l'Etat est le premier client de france au travers des collectivités locales . Certaines PME dépendent à plus de 40 % de l'Etat . Tous les ministres ont été avocats en plus donc rodés au commerce. Il est vrai qu'il manque des ingénieurs et des médecins pour les problématiques industrielles et la santé

  • Par walküre - 26/07/2012 - 08:39 - Signaler un abus Silence

    Montebourg a mis de l'eau dans son vin...aigre.
    Batman se rogne las ailes sur les murs de l'entreprise Peugeot. Et se profilent à l'horizon bien des entreprises peugeots qui vont, elles, mettre les clés sous le paillasson.
    La direction de la CGT pourra toujours aller chez Hollande faire la belle.

  • Par pithylion - 25/07/2012 - 21:53 - Signaler un abus Ben voilà tout est dit !

    La réponse est malheureusement non....

  • Par GOGO - 25/07/2012 - 21:27 - Signaler un abus quel patron ce forgeard qui revait d etre ministre

    Désolé Monsieur comparez la trajectoire de l industrie auto allemande a la notre et osez prétendre que c est pas la faute des élites dirigeantes francaise . La est la clef du probléme ,

  • Par zelectron - 25/07/2012 - 20:28 - Signaler un abus l'orgueil montebourgien

    Montebourg ose utiliser l'expression "les mains dans le cambouis" peut-on lui faire remarquer que les cons, ça ose tout, c'est à ça qu'on les reconnait .

  • Par Epsilon - 25/07/2012 - 19:54 - Signaler un abus @genor

    Oui, le gros exploiteur, aujourd'hui, c'est l'état, et pas ceux qui font travailler des enfants pour augmenter leur marge...C'est une logique, heu..;Heu...Non c'est pas une logique en fait.

  • Par genor - 25/07/2012 - 18:05 - Signaler un abus Erreur de Cap

    Il est commode de jouer au nouveau riche intellectuel, en galvaudant,l'argent gagné avec la sueur des autres.

  • Par Charles25 - 25/07/2012 - 16:53 - Signaler un abus Mais c'est un fait qu'il n'y

    Mais c'est un fait qu'il n'y a pas de problème de coût du travail ! D'autres font mieux que nous avec un coût du travail supérieur !
    Le problème, c'est que le dogme libre-échangiste débile nous met en concurrence avec des salariés payé 20 ou 50 fois moins, n'ayant aucun droit et travaillant dans des entreprise qui s’assoient sur les contraintes environnementales et sociales.

  • Par sheldon - 25/07/2012 - 16:07 - Signaler un abus Assez OK avec N. Forgeard, le problème n'est pas là !

    L. Schweitzer a été un excellent patron pour Renault : Dacia, Nissan notamment.
    Le grand danger chez des ministres comme ceux de ce gouvernement n'est pas dans leurs fonctions précédentes mais dans leur degré de dogmatisme politico-économique. Les caricatures notamment Felippetti et sa haine de Wendel, Montebourg et la famille Peugeot sont les derniers exemples les plus marquants.
    Mais il n'y a pas qu'eux car dans ce gouvernement on a souvent été nourri dans la haine du patron, des entrepreneurs, des valeurs mêmes de ces entrepreneurs qui sont très très éloignés de celles de leurs modèles (souvent culture bobo pour les socialistes). L'argent d'un Noa métissé, ne payant pas le fisc n'est pour eux pas sale. En revanche un entrepreneur qui embauche ne peut qu'exploiter l'ouvrier, avec ce côté CGT ultra (je caricature à peine)
    Et, plus grave, et là chez tous, en commençant par Hollande, il y a ce DOGME SUICIDAIRE qu'il n'y a pas de problème de coût du travail en France !

  • Par gasp - 25/07/2012 - 14:37 - Signaler un abus drôle de paradoxe...

    - Les municipalités des grandes villes (socialistes pour la plupart) cherchent à éliminer l'automobile de leurs territoires depuis de nombreuses années
    - le gouvernement socialiste se désole de la baisse des ventes automobiles
    - l'état veut relancer l'économie par la consommation et le pouvoir d'achat des ménages
    - l'état veut que les entreprises automobiles françaises montent en gamme et augmentent leurs marges
    autant de paradoxes désolants montrant l'incapacité quelques uns de nos dirigeants.
    Surtout qu'ils n'ont même pas le bon sens de voir tout cela...

  • Par cednono - 25/07/2012 - 13:52 - Signaler un abus Hollande rassembleur ??

    C'est la meilleure de la semaine. Après avoir dit qu'il n'aimait pas les riches (au dessus de 4000€ mensuel, ça fait un peu de monde dont beaucoup de ses camarades...) voilà qu'il parle de mensonges en visant Peugeot. Il est beau le rassembleur qui stigmatise les industriels. Hollande rêve-t il de nationalisations ?

  • Par Cap2006 - 25/07/2012 - 13:26 - Signaler un abus l'entreprise comme seul lieu de production de richesse ?

    Il s'agit d'un simple parti pris... il est vrai ultra majoritaire....
    Je pense que les croyants réagiront : leurs dieux n'évoquent ils pas d'autres éléments importants de richesse ?
    est ce à dire que l'éducation ou la santé ne sont que des éléments contributifs à l'entreprise ?

  • Par Cap2006 - 25/07/2012 - 12:22 - Signaler un abus Toujours amusants...

    On peut penser ""Il faut prendre des mesures courageuses et audacieuses" dans ce domaine car "faire l'impasse sur la baisse du coût du travail aujourd'hui, c'est criminel", a-t-elle insisté sur RTL. Selon elle, c'est "le vrai sujet"."
    Certes, je ne suis que très partiellement d'accord, surtout dans l'automobile où le prix de la main d’œuvre pèse très peu... et que d'autres pays réussissent mieux que nous avec un cout du travail plus élevé...
    Mais que cela viennent d'une ancienne ministre ( que j'estimais par ailleurs) me parait très choquant... très méprisant pour les salariés victimes...
    comment peut on traiter de "criminelle" la supposée inaction d'un gouvernement, alors que l'on sort de 10 ans de gouvernement UMP. ?

  • Par Paul Emiste - 25/07/2012 - 11:19 - Signaler un abus Qu´ils sont beaux!

    Ils ont des têtes à penser "Enfin je vais pouvoir m´acheter un appartement dans le 16eme et une villa dans le Lubéron, comme les camarades de 81".

  • Par Karamba - 25/07/2012 - 11:18 - Signaler un abus Déjà plié...

    Hollande aura eu beau saouler tout le monde avec sa croissance dont il eu le toupet de faire croire qu'il était le spécialiste, les socialistes se distingueront surtout par leurs mesures confiscatoires de biens et de libertés. Pas avec ça qu'on relance l'activité d'un pays, ni même d'une entreprise.

  • Par Paul Emiste - 25/07/2012 - 11:17 - Signaler un abus @slavkov

    Saccage et sabotage sont les deux mamelles du socialo-communisme français.

  • Par zenitude - 25/07/2012 - 11:16 - Signaler un abus @GOUDUPETITRISQUE

    prenez votre crayon et faites des moustaches, ça vous calmera.

  • Par zenitude - 25/07/2012 - 11:12 - Signaler un abus @Darley

    tous des gauchos en France. même Marine veux prendre la place de melenchon

  • Par slavkov - 25/07/2012 - 11:02 - Signaler un abus bien vu

    ... saccage et sabotage progressive de notre l'industrie, de notre pays et de notre culture est imprégné du matin au soir dans les têtes de veaux par nos "médias" staliniens" comme une l''alternance - "démocratique" ...

  • Par SuperCopter - 25/07/2012 - 10:59 - Signaler un abus Variantes du titre

    Et des économistes qui ne sont jamais sorti de leurs bureaux et équations peuvent-ils expliquer la vie sociale ?
    Et des syndicats patronaux qui pensent qu'au profit peuvent-ils savoir ce qui est le mieux pour l'intérêt général ?
    Et des banquiers qui gardent l'argent des autres peuvent-ils s'en servir comme fond spéculatif ?
    On ne peut remettre en cause une chose qu'avec un travail rigoureux sur les effets provoqués par la dite chose.

  • Par goudurix - 25/07/2012 - 10:57 - Signaler un abus Elles ne sont pas belles ...

    Toutes ces figures réjouies d'être (enfin) la ... elles ne semblent pas s'être (encore) rendues compte de la gravité de la situation, ou alors si oui, elles sont inconscientes ... en tout cas, elles paraissent très satisfaites, béates, c'est le mot que je cherchais ... la France est au bord du gouffre, on va peut être être tous ruinés, mais c'est pas grave, je fais des réunions de concertations, je nomme des commissions (en gros je n'ai rien fait ni pensé à aucune solution depuis le début de la crise ...), j'ai décréter la croissance (enfin, on attendait que cela ...), je n'ai pas fait grand chose depuis 3 mois pour améliorer la situation, mais je suis NORMAL et CONTENT ... je proclame de incantations socialistes en priant que cela n'aille pas plus mal en espérant que la crise passe toute seule, je vais peut être faire une motion comme au PS, peut être que cela va marcher ... peut être donner un iPad a tout les élèves à la rentrée, cela calmera tout le monde ?

  • Par Darley - 25/07/2012 - 10:32 - Signaler un abus @Zoedubato

    Je ne dois pas être le premier à le dire, mais arrêtez avec Sarkozy! C'est exaspérant! Il a mené une politique socialiste : hausse des dépenses publiques, hausse des impôts, copinage avec la CGT jusqu'en 2010, népotisme et corruption (EPAD, réhabilitation de Bernard Tapie, ...), ... La France coule à cause des socialistes, mais aussi parce qu'à droite on a eu des Chirac et des Sarkozy quand d'autres ont eu Thatcher et Reagan.

  • Par zenitude - 25/07/2012 - 10:25 - Signaler un abus ma pauvre zoedubateauquicoule

    mais où est passé notre bon vieil humaniste égalitaire?

  • Par zenitude - 25/07/2012 - 10:19 - Signaler un abus FORGEARD que fait il là celui là!

    "se laisser aller au populisme" c'est quoi ce donneur de leçons. pouquoi avez vous été chercher ce nanti : LEXPRESS = Noël Forgeard, qui a touché des indemnités de départ de 8,5 millions d'euros après un an à la coprésidence d'EADS, est visé par une enquête préliminaire
    http://www.lexpress.fr/actualite/economie/enquete-sur-le-parachute-dore-de-forgeard_464567.html

  • Par ACL - 25/07/2012 - 09:42 - Signaler un abus Mesures annoncées ce matin

    La réponse est donnée : des "subventions" à l'achat de voitures électriques !
    Des ministres ... n'ont aucune idée de comment vivent les entreprises, qui rappelons le sont les seuls agents créateurs de richesses et d'emploi.

  • Par maxx_paris - 25/07/2012 - 09:30 - Signaler un abus qui n'ont jamais mis les pieds dans le métro aussi ..

    ou si peu!

  • Par idaube - 25/07/2012 - 09:25 - Signaler un abus A380

    Dit celui qui à la tête d'EADS ne savait pas que l'A380 allait avoir 2 ans de retard mais à vendu toute ces actions avant de "ne pas savoir'". Ce monsieur n'a aucune légitimité en tant que dirigeant d'entreprise.

  • Par bacal - 25/07/2012 - 09:23 - Signaler un abus Plaidoyer

    Ce qu'il faudrait faire comprendre aux dirigeants actuels de ce pays, c'est que seules les entreprises créent de la richesse. Le secteur public, à l'exception des entreprises publiques à "service payant" et dans le marché concurrentiel (La Poste, la SNCF, EDF,etc...) est destructeur de richesse. A force de faire cette impasse et de dénigrer l'entreprise et ses patrons, les français se sont coupés de l'entreprise et la rejette comme le diable. L'entreprise n'a pas non plus vocation de service public: le but premier est de faire du profit (= création de richesse). Ce n'est pas un mal, bien au contraire, c'est un bien dont profitent toutes les parties prenantes: propriétaires, actionnaires, salariés et secteur public qui ponctionne taxes et impôts sur la "bête". Alors, oui remettons au premier rang l'entreprise et soutenons les entrepreneurs.

  • Par Epsilon - 25/07/2012 - 09:01 - Signaler un abus Quelques points à méditer

    D'abord, ne reprocherez-vous jamais aux dirigeants d'entreprise de n'avoir pas eux-mêmes été de petits salariés? Cela pourrait aussi éclairer leur lanterne.
    "Aux politiques, il appartient d’abord de reconnaître publiquement et d’affirmer le rôle de l’entreprise comme seul lieu de création de richesse"
    Cette affirmation est absolument fausse, c'est le seul lieu de transfert d'argent, tout au plus. La banque crée de l'argent, les particuliers par leurs activités même non rémunérées créent de nombreuses formes de richesse.
    Enfin, pour avaler que le discours belliciste "vive la concurrence débridée" répandu sur Atlantico ait une portée humaniste, il faut avoir la foi en l'idée que mettre tous les êtres humains en concurrence permanente pourrait à terme leur apporter la prospérité. Jusqu'à présent, ça n'a amené que la guerre (économique). Et dans quel but et avec quel résultat? Ouvrons les yeux. Il y a un juste milieu...

  • Par Paul Emiste - 25/07/2012 - 08:48 - Signaler un abus Test ministeriel.

    Pour visser, faut il tourner dans le sens des aiguilles d´une montre ou dans l´autre sens? Je ramasse les copies dans une heure.

  • Par heautontimoroumenos - 25/07/2012 - 08:37 - Signaler un abus Forgeard est-il bien placé pour répondre à la question posée ?

    Il a lui-même fait ses classes dans les cabinets ministériels avant de "s'orienter" vers l'industrie… en 1981 ! Cet homme n'a jamais été à proprement parler un industriel, n'a jamais fondé la moindre entreprise, c'est un politique, un parachuté d'en haut, et toutes les entreprises dans lesquelles il est passé (Usinor, Matra, Airbus,…) sont ou étaient semi-étatiques. On voit d'ailleurs clairement dans son discours que son approche de l'entreprise n'est pas libéral mais étatiste, et qu'il ne conçoit celle-ci qu'avec le soutien de celui-là.

  • Par ZOEDUBATO - 25/07/2012 - 08:26 - Signaler un abus Toujours chercher les vrais causes

    La chute du chef de clan dans sa crédibilité nationale, internationale et dans les sondages provient essentiellement du fait qu'il ne s'occupe que de son clan de Prédateurs-Spolieurs qui vivent du travail des autres via l'impôts avec un seul objectif "être récompensé" d'avoir bien voté par un poste de dépense = travailler moins pour gagner plus et s'enrichir en dormant
    Par contre les forces vives de la nation c'est à dire les créateurs de richess économiques regrettent de plus en plus la douce France du Président SARKOZY
    En effet il avait compris les problèmes de fond de l'industrie: baisse du coût de production, flexibilité sociale permettant de suivre les changements sociétale, respect des investisseurs, des actionnaire, des entrepreneurs, des cadres et des ouvriers, recadrage des syndicats sur la sauvegarde de l'emploi et non des postes obsolètes, règle d'or budgétaires, économies structurelles, baisse et plafonnement des impôts, etc..
    Revenons à la politique humaniste d'égalité des chances que le Président SARKOZY avait commencé à mettre en place afin de donner une chance de croissance à notre pays

  • Par armadaguedon - 25/07/2012 - 07:52 - Signaler un abus blabla

    Un gouvernement du blabla.....................on est dans la me..e..........

Noël Forgeard

Noël Forgeard est un homme d'affaires français. Ancien dirigeant d'EADS, il est aujourd'hui associé senior à l'Arjil, un groupe d'investissement bancaire indépendant.

Voir la bio en entier

Fermer