Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 31 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une mine de bitcoin, c'est quoi ?

Les infrastructures dédiées au minage de bitcoin se multiplient. Cette activité, si elle est rémunératrice, nécessite une puissance de calcul phénoménale.

Gueule noire en col blanc

Publié le
Une mine de bitcoin, c'est quoi ?

Le minage est le nom donné au mécanisme de création monétaire des bitcoins.  Crédit Reuters

Atlantico : On voit depuis quelques mois apparaître, notamment en Chine, des "fermes" dédiées au minage de bitcoins. En quoi consiste concrètement le minage (ou mining) de bitcoins ?

Pierre Noizat : Le minage est le nom donné au mécanisme de création monétaire des bitcoins. Ce mécanisme est sécurisé par un procédé cryptographique connu qui s'appelle la preuve de calcul (proof of work en anglais). C'est une forme de "cloud computing" qui assure la sécurité du réseau bitcoin.

Le succès de bitcoin tient pour partie dans cette nouvelle forme de sécurité informatique, "crowd sourcée" : c'est l'économie de la multitude, un des fondements de l'économie numérique.

Les mineurs sont les personnes (particuliers ou sociétés) qui connectent sur le réseau bitcoin une ou plusieurs machines équipées pour participer à cette activité. L'équipement consiste essentiellement en une carte graphique ou des circuits spécialisés (ASIC) associés à un logiciel de minage.
La difficulté du minage, c'est à dire la difficulté pour quiconque de résoudre ces preuves de calcul assure la sécurité des transactions : pour écrire de nouvelles transactions dans la base de données bitcoin (publique et partagée par tous les participants aux réseaux), il faut résoudre une preuve calcul. 
 
Chaque nouvelle preuve de calcul donne naissance à un nouveau bloc de transactions dans la chaîne de blocs bitcoin. La difficulté de la preuve de calcul est ajustée tous les quinze jours conformément au protocole bitcoin, en fonction de la vitesse à laquelle sont trouvée les preuves de calcul précédentes, pour que le rythme soit de un nouveau bloc toutes les 10 minutes. 
Chaque bloc contient une transaction de génération qui crée 25 bitcoins au profit du premier mineur qui a trouvé la preuve de calcul. Pour plus de détails sur ce procédé, je recommande la lecture d'un de mes livres, Bitcoin, monnaie libre ou Bitcoin Book, tous deux disponibles en français sur Amazon ou Lulu.com.
 
A quoi ressemble une mine de bitcoins ?

Un mineur est une personne qui dispose d'un ou plusieurs ordinateurs, équipés d'au moins une carte graphique et éventuellement de matériel spécialisé dans le minage.

Qui peut générer des bitcoins ? Faut-il disposer d'un matériel informatique conséquent ? Assiste-t-on aujourd'hui à une croissance des "mines" de bitcoins à travers le monde ?

Tout le monde peut générer des bitcoins mais l'investissement en matériel requis pour ce faire devient plus important à mesure que les autres mineurs deviennent plus nombreux et mieux équipés. La quantité de bitcoin reçu par le mineur est en effet proportionnelle au pourcentage de sa puissance de calcul par rapport à la puissance de calcul globale du réseau, c'est à dire de tous les mineurs réunis.

Le minage permet-il de gagner de l'argent ?

Le minage est un mécanisme incitatif par lequel chaque mineur est rémunéré  (en bitcoins) au prorata de la puissance de calcul qu'il apporte au réseau bitcoin.

Si n'importe qui peut générer des bitcoins, comment est contrôlée la valeur des bitcoins ? Existe-t-il une unité chargée de contrôlée la génération  - et donc la valeur - des bitcoins ? 

La génération des bitcoins est contrôlée par des lois mathématiques de sorte qu'il ne peut pas y avoir plus de 21 millions de bitcoins sur le réseau bitcoin. Une transaction bitcoin n'est validée sur le réseau que si chaque bitcoin ou fraction de bitcoin qui la compose peut être tracée jusqu'à sa transaction de génération.

La valeur des bitcoins est déterminée par les vendeurs et les acheteurs de bitcoins à un instant donné, comme pour un métal précieux ou une matière première par exemple.
 
 

A LIRE : La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ? de Philippe Herlin

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par FF74 - 16/12/2013 - 09:55 - Signaler un abus En résumé...

    En résumé, si vous avez fait partie de l'aventure bitcoin dès le début c'est tant mieux pour vous (plus facile à miner), maintenant c'est trop tard...

  • Par gdv - 16/12/2013 - 15:00 - Signaler un abus @ FF74

    Bonne remarque, maintenant il ne vous reste plus qu'à spéculer. Cela dit, très bien l'article, un grand merci à son auteur cela nous change de ce que l'on trouve d'habitude.

  • Par gdv - 16/12/2013 - 15:02 - Signaler un abus Allez, soyons méchant

    Une petite remarque supplémentaire , il ne devrait pas faire de publicité sur son passage chez Orange, ce n'est pas vraiment glorieux.

  • Par elvin - 16/12/2013 - 16:46 - Signaler un abus l'important et l'accessoire

    A mon avis, il vaut mieux inverser le choses et dire que l'attribution de bitcoins nouvellement créés est la récompense pour une contribution essentielle au système , la sécurisation d'une partie du grand registre des transactions (la "blockchain"). Dans l'affaire, la création d'un bloc valide et inviolable est l'activité essentielle, le création monétaire est un aspect secondaire;

  • Par Lolenko - 16/12/2013 - 18:01 - Signaler un abus Niveau des commentaires

    @gdv : vous n'êtes pas vraiment méchant, vous êtes surtout bête. - Dommage que l'article ne parle pas de Proof-of-Work, c'est relativement important pour bien comprendre comment fonctionne bitcoin. - 25 BTC/bloc, c'est la valeur actuelle d'un paramètre qui décroit régulièrement - Quand on lit cet article, au demeurant instructif compte tenu de sa taille limitée, on ne peut s'empêcher de penser que "mine" est utilisé parfois en place de "pool", qui est un concept qui n'est pas ici expliqué. - D'accord avec Elvin - Maintenant, plus généralement, on en revient systématiquement à cet argument de la limite des 21 millions de BTC. C'est peu pertinent quand on observe les phénomènes de vases communicants de capitalisation entre les BTC, LTC, et la cinquantaine (et plus) de crypto-monnaies actuellement minées. Ces crypto-monnaies alternatives, généralement peu inventives (généralement à base de SHA-256 ou Scrypt) sont utlisées de facto pour étendre la circulation de bitcoins. C'est un phénomène qu'il serait intéressant de relever.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Noizat

Avant de co-fonder Paymium, une start up consacrée aux technologies de paiement innovantes, Pierre Noizat a travaillé entre 2005 et 2011 pour le groupe Orange, notamment en Dirigeant l’AFSCM (Association Française du Sans Contact Mobile). Dans ce rôle, il a travaillé avec les opérateurs télécom et les développeurs d’application pour spécifier une platforme mobile innovante avec la technologie NFC («sans contact»).

Pierre Noizat a une expérience internationale de près de 20 ans dans le marketing et l’innovation technologique, contribuant notamment au succès de projets marquants comme le lancement de DirecTv aux USA ou celui de TPS en France. Il a reçu un master (MBA) de l’université de Columbia à New York en 1991 et est diplômé de l’Ecole Polytechnique.

Pierre Noizat est l'auteur de Bitcoin, monnaie libre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€