Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Onfray intime, direct, pas toujours très objectif, mais attachant

Atlanti-Culture

Publié le
Onfray intime, direct, pas toujours très objectif, mais attachant
LIVRE 
 « Le deuil de la mélancolie »
de Michel Onfray
Ed. Robert Laffont
128 pages
 
 
RECOMMANDATION 
 
          EXCELLENT
 
 
THEME 
 
Michel Onfray a eu un infarctus en 1988 et a fait un AVC peu après.
Ce court livre relate comment un certain nombre de médecins et, il est vrai, un nombre inquiétant, au moins trois, n’a pas su voir qu’il faisait de nouveau un AVC, en janvier 2018, alors que de nombreux signes avant-coureurs pouvaient le laisser penser. Il sera malgré tout finalement diagnostiqué mais il laissera d’assez  importantes séquelles visuelles au philosophe. 
 
Comment plusieurs médecins et parmi eux un cardiologue hyper renommé, peuvent-ils ne pas voir l’évidence à ce point, ou ne pas, ne serait-ce que par simple précaution, l’envisager? Comment réagiront-ils à l’annonce du véritable mal qui touchait Michel Onfray, mis face, il faut bien le dire, à leur incompétence au moins momentanée?
 
Ce récit autobiographique est aussi l’occasion d’une réflexion touchante sur la maladie, l’hospitalisation, la fin de vie et le deuil. Michel Onfray a malheureusement bien connu toutes ces choses de la vie et de la mort, durant les années où il a soutenu Marie Claude, sa « compagne de trente-sept années de vie commune », qui finira par décéder d’un cancer.
 
 
POINTS FORTS
 
Plus qu’un point fort j’aimerais évoquer un moment très fort que livre Michel Onfray lorsqu’il produit la lettre qu’il na pas eu la force de lire et qu’un ami a lu pour lui à l’enterrement de sa compagne. Pas de lyrisme lourd, un texte intime mais qui ne nous met pas en position de voyeur, poétique et beau juste comme il faut, qui révèle la vie et la beauté d’âme de celle qu’il aimait, dans la simplicité de sa vie de tous les jours, dans l’amour de son métier de professeure, de ses élèves, de la danse; par sa « générosité », sa « bienveillance » et sa « douceur » il explique combien elle aura éclairé sa vie, combien elle lui manquera. 
 
 
Ce livre est, à mon avis, courageux car on connaît beaucoup « d’ennemis », ce sont ses propre mots, à Michel Onfray qui ose se livrer, de manière assez intime, notamment sur la difficile gestion du « deuil » qui a fait suite au décès de sa compagne. Il ne « faisait pas son deuil » mais c’est  son « deuil qui le faisait ». Ce deuil le faisait pour ainsi dire mourir à petit feu, et il a, petit à petit, très probablement, sournoisement provoqué son AVC, à cause de l’hygiène de vie relativement malsaine qu’il induisait. Certains crieront certainement au déballage d’un ego démesuré, ce qui n’a, en fait, rien à voir avec cela me semble-t-il. Comme tout récit autobiographique réussi, il invite à une réflexion plus large.
 
 
POINTS FAIBLES:
 
Cependant ce texte a les défauts de ses qualités. En effet, d’aucuns pourront trouver ce livre exhibitionniste, certes, mais ils pourront surtout le voir comme une charge inutile contre les médecins, qui, même s’ils pêchent trop souvent par vanité, cherchent malgré tout à soigner les malades et à rassurer un grand nombre de semi-hypocondriaques soit disant à l’article de la mort, malades imaginaires auxquels ils ont affaire plusieurs fois par jour. On peut comprendre que Michel Onfray ne soit pas indulgent car il a manqué tout simplement de mourir et la réaction de l’un d’entre eux, lorsqu’il apprendra la véritable cause de son malaise, est d’une incroyable présomption, d’une infinie mauvaise foi, sans aucune remise en question. En effet c’est tout simplement inadmissible à quel point le fameux ponte ment. On peut comprendre qu’il faille dénoncer ce genre de fatuité, surtout lorsqu’il s’agit de médecins qui ont nos vies entre leurs mains, mais ne faut-il pas aussi prendre garde à ce que l’on écrit lorsque ceci peut être compris, certes à tort, mais tout de même facilement, comme une mise au pilori des médecins et de la médecine, à l’heure où  de plus en plus de gens se font leur propre diagnostique sur internet pour se soigner eux-mêmes et se méfient dangereusement des vaccins jusqu’à risquer la vie de leurs enfants? Ce livre est très personnel et très chargé en émotion, ainsi Michel Onfray n’y va pas de main morte, pour le meilleur et peut-être aussi pour le pire.
 
 
EN DEUX MOTS :
 
 « Ce qui ne me fait pas mourir me rend plus fort. » Nietzsche, « Le crépuscule des idoles ». C’est une version nuancée de cette citation devenue un adage que le philosophe fondateur de l’université populaire de Caen nous invite à penser à travers ce livre étonnement intime et beau, avec ici et là, un doux-amer manque d’objectivité. Mais ça reste quand même un beau livre... 
 
 
UN EXTRAIT :
 
 « J’avais envisagé de partir avec elle; pour elle, puis pour moi. Et je me retrouvais là, infidèle à ma promesse, secoué comme une charogne dans le courant du fleuve depuis des années, des mois, des semaines, des jours, des heures et échoué là, exsangue, vidé, épuisé, prostré. Comme une chose parmi les choses, un objet au milieu des objets, tel un géranium cuit par le soleil fané dans le cimetière… Il fallut vivre tout de même… »
 
 
L’AUTEUR :
 
Michel Onfray fait partie des philosophes français très médiatisés qui prennent régulièrement part aux débats du moment, à la télévision, à la radio; il a même sa propre chaîne Youtube. Il produit un nombre énorme de travaux, notamment sa gigantesque « contre histoire de la philosophie » dont le contenu a été diffusé sur France Culture et existe en livre audio.
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Paul Lelievre

Paul Lelievre est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€