Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 15 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce message politique envoyé à Pékin par les positions de l’armée française aux abords de la mer de Chine méridionale

Ces derniers temps, l'armée française est très active entre le détroit de Malacca et les mers du Sud de l'Asie... autrement dit dans le jardin marin de la Chine.

A la manœuvre

Publié le
Ce message politique envoyé à Pékin par les positions de l’armée française aux abords de la mer de Chine méridionale

 Crédit MARINE NATIONALE / FRENCH NAVY / AFP

Atlantico : Depuis le 27 juillet dernier, 3 rafales B, un transporteur de troupes A400M, et un C135 sont présents dans les territoires du nord australien. Au mois d'août, la mission Pégase verra un contingent de l'armée de l'air française visiter l'Inde, l'Indonésie, la Malaisie et Singapour. Comment interpréter ce positionnement de l'armée française ? Faut-il y voir un message envoyé à la Chine concernant la mer de Chine du Sud ? 

Jean-Sylvestre Mongrenier : De fait, le passage régulier d’unités navales françaises en mer de Chine du Sud, cette « méditerranée asiatique », est un signal envoyé à Pékin. Les revendications de Pékin sur les mers de Chine du Sud et de l’Est par où transite une bonne part du commerce mondial (plus du tiers) ne sauraient être banalisées, moins encore si l’on considère les ordres de grandeur au plan géographique. Ainsi la mer de Chine du Sud, où la Chine populaire pratique allègrement une « politique du polder » afin d’y étendre ses eaux territoriales et zones économiques exclusives, couvre une superficie d’environ 3,5 millions de km², plus d’un quart supérieure à celle de la Méditerranée proprement dite.

Les « sinophiles » y voient une sorte de doctrine Monroe et se persuadent que cette violation du droit de la mer sera sans graves conséquences. Citons plutôt le contre-amiral Denis Bertrand, Commandant en chef des Forces armées en Polynésie française : « Si la liberté de navigation est bafouée en mer de Chine, elle le sera partout », (Le Monde, 31 octobre 2017). En 2016, dans un verdict sans équivoque, la Cour permanente d'arbitrage (CPA) de La Haye a estimé que Pékin n'avait pas de « droits historiques » sur la majorité des eaux stratégiques de la mer de Chine du Sud. La CPA a jugé illégales certaines actions de la République populaire de Chine (RPC) dans la région et précisé qu'elle avait « aggravé la dispute » par ses activités sur les îles contestées, tout en ayant porté atteinte à l'environnement. Pourtant, Pékin a rejeté l'arbitrage et renouvelé ses revendications en mer de Chine du Sud ainsi que sa souveraineté sur les îles Paracels et Spratleys.

En vérité, la question est plus vaste. Ces exercices et démonstrations militaires françaises s’inscrivent dans une politique de réaffirmation du rôle mondial de la France, alors que les équilibres de richesse et de puissance se déplacent vers l’Asie-Pacifique, plus généralement la région Indo-Pacifique. Encore méconnu en France, le concept d’Indo-Pacifique est plus ancien qu’il n’y paraît. Avant d’être employé par les stratèges indiens et japonais, et ce à partir des années 1970, il a été élaboré par le géographe et géopolitologue allemand Karl Haushofer (il l’emploie dès 1924). Dans le présent contexte, ce concept permet de lier les problèmes géopolitiques des océans Indien et Pacifique, problèmes qui ont pour commun dénominateur la montée en puissance de la RPC et son comportement dominateur, voire agressif, dans les « méditerranées asiatiques » (mers de Chine du Sud et de l’Est) ainsi que dans l’océan Indien (le « collier de perles » y a précédé les « nouvelles routes de la soie »).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pierre de robion - 07/08/2018 - 16:26 - Signaler un abus Le monde est petit!

    le caniche aboie, le doberman passe!

  • Par Yves3531 - 07/08/2018 - 22:21 - Signaler un abus Avant d’aller montrer leur petits muscles aux chinois...

    nos gouvernants feraient mieux d’aller les montrer ici, chez nous, en « banlieue » ...! Il y a à faire...

  • Par Patrick LOUVET - 08/08/2018 - 07:10 - Signaler un abus Desintox

    A qui fera t-on croire que la France peut rivaliser militairement avec la Chine ? Ne nous prenez pas pour des gogos.......

  • Par Beredan - 08/08/2018 - 09:46 - Signaler un abus Hilarant !

    Quand l’adjudant sylvestre joue à la bataille navale , l’empire du Milieu s’esclaffe ...

  • Par kelenborn - 08/08/2018 - 16:34 - Signaler un abus Ouais

    Pour une fois j'adore les commentaires.... Reste plus qu'à envoyer Rayski et les chinois demandent grâce

  • Par Anguerrand - 08/08/2018 - 17:17 - Signaler un abus Ces questions sont extrêmement préoccupantes

    La Chine qui a 1,5 milliards de bouches à nourrir et des centaines ( milliers ?) de milliards de réserves devient une vraie menace pour le reste du monde et se moque bien des interdits des autres états. Elle achètent des millions de terre cultivables en France, en Afrique, Asie pour nourrir SES bouches. Elle va jusqu’a Créer des nouvelles iles sur des eaux fonds afin d’agrandir son espace maritime, pour agrandir ses espaces de pêches au détriment des pays pauvres voisins ou pire pour créer de nouvelle bases militaires. La «  route de la soie «  ne sera pas faite sans arrière pensées politiques plus qu’econonomiques. Peut être que Trump a raison a montrer sa puissance comme il le fait du point de vue économique ou militaire. Tout ça devient un » jeu » des plus dangereux

  • Par vangog - 09/08/2018 - 00:22 - Signaler un abus Avec l’aval de Washington!

    Les gesticulations françaises sont réalisées avec le seul aval de Washington, qui a obtenu de Macrouille d’aller exciter et tester les socialauds-impérialistes chinois. Si Washington ne donnait pas sa garantie, jamais les forces navales françaises ne se risqueraient à tester la Chine expansionniste. Ce qui prouve encore l’innalité de l’UE du fiscaliste Juncker et de la bécasse Moguerrini...mais tout cela changera en 2019, avec l'arrivée des patriotes européens et la mise en place d’une défense propre à l’Europe, à laquelle sera obligée de contribuer l’Allemagne...

  • Par Liberte5 - 09/08/2018 - 11:02 - Signaler un abus Interessante et analyse objective de Jean-Sylvestre Mongrenier

    Un peu optimiste sur la capacité de la France d'influer sur cette partie du monde. Néanmoins et nous revoilà au cœur du problème: nous ne pouvons rien faire sans les USA. D. Trump qui a une vision stratégique de la situation , bien en avance sur une Europe pleutre et lâche qui se couche devant la Chine impérialiste et totalitaire, agit et se bat souvent seul. D. Trump a compris le danger et tape dur sur la Chine. L'Europe sortira-t-elle de sa léthargie? C'est une question de survie. Les médias Français sous la coupe d'une gauche toujours aussi marxiste et aveugle n'aborde jamais ces dossiers. Les journalistes qui servent dans nos médias ne sont pas au niveau. Et ceux qui le sont , en sont chassés. Comment être un grand pays quant on voit la décadence et le déclin dont souffre la France depuis 40 ans?

  • Par Liberte5 - 09/08/2018 - 11:08 - Signaler un abus @vangog, j'aime bien ce que vous écrivez dans l'ensemble.

    Toutefois, j’émets de sérieuses réserves sur votre optimiste et sur les capacités de RN à faire bouger les choses.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sylvestre Mongrenier

Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est membre de l'Institut Thomas More.

Jean-Sylvestre Mongrenier a co-écrit, avec Françoise Thom, Géopolitique de la Russie (Puf, 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€