Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les menaces de sanction US piègent les échanges franco-russes. Les 4 vraies raisons pour lesquelles Emmanuel Macron n’a pas fait de miracles

Le Forum économique de St Pétersbourg a montré que le renforcement de la coopération économique entre la France et la Russie était bloqué pour des raisons qui dépassent les dirigeants politiques.

Atlantico Business

Publié le
Les menaces de sanction US piègent les échanges franco-russes. Les 4 vraies raisons pour lesquelles Emmanuel Macron n’a pas fait de miracles

En dépit d’une volonté partagée de trouver les moyens d'accroître les échanges commerciaux entre les deux pays, Emmanuel Macron et Vladimir Poutine n‘ont pas fait de miracle. La force des différences et surtout le réseau de contraintes dans lequel les deux pays sont enfermés, dressent des barrières très difficiles à surmonter.

Pourtant, tout concorde. L‘analyse très objective des rapports de force et de leur évolution plaide pour un renforcement des rapports commerciaux entre l‘Europe et la Russie. Ces rapports sont culturellement très anciens. Ils sont sur le plan économique historiques. Sauf que le rapprochement entre les Etats-Unis et la Chine, qui va nourrir le courant d’affaires au profit de Etats-Unis, risque fort de se faire au détriment des européens. La seule solution pour des grands pays exportateurs de l’Europe serait donc de se rapprocher de la Russie afin de trouver la croissance là où elle est.

Or, la question des sanctions qui sont encore appliquées pour cause de conflit sur l’Ukraine, hypothèque aujourd‘hui la liberté de développer les rapports commerciaux.

La France (et toute l'Union européenne) a besoin d’exporter. La Russie a besoin des importations européennes, de la technologie et a besoin d’investir.  

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine ont beau marteler leur volonté de régler les dossiers qui les séparent et qui les empêchent d’éclairer leur avenir, un très grand nombre de contraintes s’oppose à cette évolution.

1ère série de contraintes, le non-règlement du dossier ukrainien. Sur l’Ukraine, la Syrie et l’Iran, la remise des compteurs à zéro sera très difficile à court terme. Or le règlement de ces dossiers conditionne une grande partie de l’évolution des échanges. La question de l’embargo lié au problème ukrainien s’ajoute à l’impact des décisions américaines de sanctionner les entreprises qui continueront à travailler avec l’Iran ou avec les amis de l’Iran. Le groupe Total, par exemple, vient de suspendre d’importantes opérations et projets en Iran, alors que le groupe continue de ne pas avoir les coudées franches en Russie. 

2ème série de contraintes, les menaces américaines. Les menaces américaines d’infliger des pénalités très lourdes aux entreprises qui ne respecteraient pas les consignes d’embargo données par la Maison Blanche tétanisent beaucoup d’entreprises européennes et notamment les Français. D’autant que les sanctions peuvent aller jusqu'à empêcher les entreprises de travailler sur le marché américain ou même celles qui travaillent en dollar. Or comme le dollar est utilisé dans 60% des opérations de commerce internationales, tout le monde peut se sentir visé. La BNP en sait quelque chose, elle qui a payé très cher un comportement non jugé conforme aux consignes américaines en 2014.  Autant dire que le diktat américain ressemble fort à une menace de condamnation à mort pour les entreprises qui prendraient le risque de ne pas respecter la consigne. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 26/05/2018 - 13:12 - Signaler un abus Même la Russie a besoin des USA

    L’Europe n’a pas et de loin toutes les technologies indispensables pour remplacer les USA

  • Par Ajar - 26/05/2018 - 13:27 - Signaler un abus Nous sommes

    à la botte des USA et l'europe n'ai même plus une légende mais un mythe

  • Par vangog - 26/05/2018 - 14:27 - Signaler un abus Pour les « miracles du gourou Macrouille »...

    il faudra repasser (devant les urnes), JMS! What did you expect ?...

  • Par jurgio - 26/05/2018 - 17:29 - Signaler un abus La tête française pas encore dégonflée ?

    Quand on est mendiant sur les marchés financiers, on ne devrait pas se croire très important.

  • Par assougoudrel - 26/05/2018 - 17:56 - Signaler un abus Je viens d'acheter des

    bouteilles d'alcool à un prix des plus intéressants qui étaient prévus pour la Russie "punie"; tout est écrit en russe. Voilà ce que ça a coûté d'avoir suivi bêtement Obama. Le grand perdant est Total qui a donné au chinois du tout cuit. Quand à Merkel, Trump ne veut plus voir ses bagnoles dans les films américains et chez les riches citoyens. L'UE a la tête dans son caca. Pour le 70 ème anniversaire du débarquement, Poutine n'était même pas invité.

  • Par Anouman - 26/05/2018 - 18:46 - Signaler un abus Sanctions

    Pour ce qui est de l'Ukraine les sanctions contre la Russie peuvent être levées par n'importe quel pays de bon sens, ce qui n'inclue pas la France.

  • Par JonSnow - 27/05/2018 - 13:30 - Signaler un abus Assez de l'impérialisme américain!

    En tout cas, les Américains prouvent qu'ils n'agissent pas vis-à-vis de nous commes des alliés, mais comme des suzerains. Trump impose le rapport de force. Nous ne pourrons pas éviter un conflit écomique si nous voulons un temps soit peu exister. Il faut développer les échanges en Euros autant que possible, et cesser les sanctions contre-productives contre la Russie

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€