Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Gérard Longuet : "Même si la loi El-Khomri est votée grâce à la droite, aucun électeur de droite n'aura envie de voter pour un candidat socialiste, même modéré"

Vendredi 26 février, 17 parlementaires de droite et du centre ont publié une tribune en soutien de la loi El Khomri. "S’il n’est pas édulcoré, nous pourrons voter ce texte" ont affirmé ces élus. Parmi eux, Benoist Apparu, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Christophe Fromantin et Gérard Longuet. L'ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy votera en faveur du texte défendu par la ministre du Travail. Il est persuadé que ce soutien ne relancera pas les socialistes à moins d'un an de la présidentielle.

Ouverture contre fermeture

Publié le - Mis à jour le 29 Février 2016
Gérard Longuet : "Même si la loi El-Khomri est votée grâce à la droite, aucun électeur de droite n'aura envie de voter pour un candidat socialiste, même modéré"

Atlantico : Vous avez signé avec 16 autres parlementaires de droite (LR et centre) une tribune de soutien au projet de loi El Khomry. Ce cadeau fait au gouvernement n'était-il pas un mauvais calcul politique ?

Gérard Longuet : Personnellement ce qui m'intéresse, c'est le fond. Que les socialistes découvrent enfin qu'il faut modifier le droit du travail est une excellente nouvelle. Tout ce qui est pris n'est plus à prendre. Donc s'opposer à ce texte pour la raison qu'il ne viendrait pas de notre famille me paraît irréaliste étant donné les institutions de la Vème République. Il y a une majorité socialiste, apparemment, jusqu'en 2017 et il faut faire avec. La République ne peut pas s'arrêter pendant 5 ans. Dès lors qu'il y a une opportunité à saisir, il ne faut pas passer à côté.

Cela dit, est-ce que ce texte règle tout ? La réponse est non. Va-t-il consolider les socialistes dans l'exercice du pouvoir ? Je ne le pense pas pour trois raisons. Tout d'abord, parce qu'ils ouvrent une voie mais ne vont pas assez loin. Ensuite, on est en droit de se demander pourquoi ils agissent si tard dans ce domaine alors que cela fait quatre années que nous leur demandons de faire autrement. Enfin, il n'est pas certain que ce texte passe avec la majorité socialiste, et si effectivement il est voté, ce sera grâce aux voix de la droite.

De toute façon, je pense que pour les socialistes, la situation est déjà réglée. Le jugement des Français est de plus en plus sévère d'élections en élections. Et les divisions qu'ils expriment publiquement montrent bien qu'au fond ils sont résignés quant à leur échec à venir de 2017.  

Ne craignez-vous pas que votre soutien au projet de loi El Khomry légitime la stratégie de Manuel Valls d’apparaître comme étant à la tête d'un gouvernement qui va réformer et sauver la France ?

Manuel Valls a certes des qualités personnelles. Mais à l'intérieur du Parti socialiste, je rappelle qu'il avait fait 5,6% aux primaires présidentielles d'octobre 2011. Donc son assise au sein de sa formation est assez limitée même si elle a progressé, et aucun électeur de droite n'a envie de voter pour un candidat socialiste, même modéré. Personnellement, Manuel Valls n'est pas une inquiétude.

Votre soutien au projet ne va t-il pas favoriser une recomposition des alliances et permettre à Manuel Valls d'être à la tête d'une coalition de "gens raisonnables" dont certains rêvent ?

Je ne parlerais pas tant d'un clivage gauche/droite historique que d'un clivage issu du premier et du second tour de l'élection présidentielle. Le problème français c'est que les présidents élus ne sont jamais majoritaires – contrairement à ce qu'ils croient. Les seules personnes qui les soutiennent sont celles qui votent pour eux au premier tour. Les électeurs du second tour sont des électeurs ralliés qui bien souvent votent pour le candidat élu pour des raisons négatives, à savoir parce qu'ils ne veulent pas de l'autre. C'est la mécanique même de l'élection présidentielle.

Maintenant, il y a un vrai clivage qui me paraît bien plus important que celui, incertain, de l'élection présidentielle, c'est l'opposition entre les Français qui acceptent l'ouverture des frontières et qui en tirent les conséquences, et ceux qui la récusent. Je considère pour ma part, étant patriote et profondément Français, qu'à partir du moment où l'on sait que les frontières sont nécessairement ouvertes pour des raisons qui ne sont pas politiques mais bien technologiques (la circulation de l'information, des containers, des personnes, etc.), il faut l'accepter. Qu'un espace national survive, c'est tout à fait possible. Et dans mon esprit, c'est en s'adaptant à l'environnement international, et pas en la niant, que l'on peut y parvenir.

Le problème de la France aujourd'hui, c'est, qu'en effet, il y a des gens de gauche et de droite qui s'opposent à l'ouverture des frontières car ils considèrent que l'on peut s'exonérer de l'environnement international, ce qui est absurde. Je ne prétends pas que cet environnement international est amical et bienveillant. Au contraire, il est hostile et conflictuel. Mais il s'impose. Ceux qui veulent s'en exonérer en deviennent très vite dépendants. A ne pas avoir la productivité, les bons investissements ou encore les bonnes méthodes de gouvernance, on devient alors dépendant de ses créanciers. Il faut dans ce cas être d'accord de perdre une bonne partie de son niveau de vie. Or cette possibilité est impensable car tous les citoyens comparent leur niveau de vie à ce qui se passe à l'extérieur des frontières.               

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 28/02/2016 - 11:21 - Signaler un abus

    :-) j'ai tout lu ! Si ! si ! Je trouve que l'analyse est pertinente et que l'argumentaire tient la route ! Voter cette loi pour des élus de droite (SI ELLE N'EST PAS ÉDULCORÉE) ne pose pas de problème au pire et présente de nombreux avantages au mieux ! Contrairement au scandaleux vote par des élus de droite à l'assemblée nationale de la stupide et inutile modification de la constitution proposée et bidouillé par le plouc suprême ! J'espère que le sénat empêchera cette modification de passer !

  • Par langue de pivert - 28/02/2016 - 11:23 - Signaler un abus grrrr !

    bidouillée !

  • Par vangog - 28/02/2016 - 11:58 - Signaler un abus Il vote pour les salles de prière dans les entreprises, Longuet

    le lent glissement des centristes vers la dhimmitude est le piège communautariste que la gauche impose à ces faibles d'esprit...et comme d'habitude, les Francais enfumés par des Medias de plus en plus communautaristes ne voient rien, n'entendent rien...ils se mettront en colère ensuite, bien plus tard...trop tard!

  • Par Benvoyons - 28/02/2016 - 12:26 - Signaler un abus Vous avez un problème Mr Longuet car l'article 1 dit

    "La liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses ne peut connaître de restrictions etc..." Le lieu de travail n'est pas un lieu ou les partis politiques diffusent de la propagande et encore moins les religions. Si non c'est la guerre assuré dans les entreprises. Une société assure un travail sans aucune option politique n'y religieuse. Cet article 1 n'est absolument pas acceptable et contraire aux règles qui prévalent dans les Sociétés qui se doivent d'être neutre pour l'ensemble de ses employés et donc qu'aucun des partis politiques, ni des religions y aient droit de citer de pouvoir dans ces Sociétés Privées :)::)) Donc la droite ne peut voter la loi si cette article n'est pas enlevé !!:)::))

  • Par clint - 28/02/2016 - 13:32 - Signaler un abus On s'avance vers le tripartisme ?

    >> Une extrême-gauche anti-européenne et souvent pro-palestinienne, pour faire court >> une grosse mouvance ouverte vers l'extérieur et libérale (ce qui n'existe pas vraiment en France vu la culture marxiste généralisée) >> une droite souverainiste avec un FN dédiabolisé. Ca serait plus clair et la France pourrait peut-être revenir comme première puissance européenne, ou du moins ex aequo avec l' Allemagne !

  • Par vangog - 28/02/2016 - 13:56 - Signaler un abus @Clint au Front National, nous sommes favorables au

    libéralisme...le vrai! Pas celui de Macron-les-cinq-dimanches, qui asphyxie le petit commerce et favorise les concentrations monopolistiques, Bigard, Leclerc, Carrefour, les fusacqs juteuses des banquiers affairistes...Le libéralisme a besoin de régulation intelligente, ce que ne saura jamais réaliser la gauche. Nous abrogerons 90% des contraintes, normes écolo-réactionnaires et taxes qui paralysent l'agriculture, les petites entreprises, et imposerons des lois anti-concentration aux gros de la consommation, aux banquiers et assureurs qui bénéficient de l'état PS...

  • Par 2bout - 28/02/2016 - 14:46 - Signaler un abus Pas tout bien compris, le Longuet !

    Tout au moins, pas vraiment l'épisode Masseret : une chance pour le FN, nous dit-il ? Eh ben non mon petit Longuet pour faire court, regardez les chiffres et le choix des électeurs et laissez les décider au lieu de leur tracer un chemin … Quel chemin d'ailleurs ? Le jour où les femmes et les hommes politiques français seront des stratèges, peut-être seront-elles et seront-ils écoutés et suivis ? Par contre, je préfère, petit Longuet, vous voir signant une tribune dans l'Opinion car nous avons le choix entre, la Martine Aubry, le sous-ministre Hamon, un ex-écolo égaré, ou des gaullistes de droite comme de gauche qui s'accrochent tous à la même France, celle de Papa et de Grand-papa, et d'autres qui essayent de proposer un projet, plus large évidement, européen, pour nos enfants. A une condition : non aux bigots en entreprise, aux syndicalistes, à tous les prosélytismes politiques ou religieux.

  • Par Benvoyons - 28/02/2016 - 14:47 - Signaler un abus vangog - 28/02/2016 - 13:56 Il suffit de lire le programme des

    Socialistes Nationalistes FN de 1981 pour être convaincu du contraire de se que tu dis. Celui qui sera élu Président sera celui qui aura dans on programme ( les Fonctionnaires n'ont pas le droit d'être des élus) comme en UK, Pologne, Autriche, Allemagne. C'est tellement simple, juste, et Libérale que le FN ne le demande pas! Dehors les Socialistes Nationalistes FN le pire mensonge de la continuité assuré et en pire car il reprend le programme de Mitterrand de 1981 :)::))

  • Par langue de pivert - 28/02/2016 - 15:32 - Signaler un abus 11 h 21

    Je commentais la pertinence de l'article, pas du projet de loi dans son ensemble. je n'ai pas lu les 131 pages du projet de loi point part point (et surtout ce qui change !) Clairement l'article 6 sur les droits du communautarisme dans l'entreprise - j'ai cru comprendre qu'il émanait de Badinter le dingo - ne peut pas figurer dans le projet final ! L'idée générale est de mettre le pied dans la porte en attendant que l'alternance à cet exécutif de merde mette une mouture de droite définitive à ce texte !

  • Par Philippine - 28/02/2016 - 18:47 - Signaler un abus Religion dans l'entreprise ?

    Si vraiment tous ces gens de droite votent la loi en l'état et notamment les pratiques religieuses autorisées dans l'entreprise, je pense qu'ils ont besoin tous d'une thérapie de groupe car, à mon humble avis, cela va être la porte ouverte à beaucoup de conflits entre patrons et employés , mais bon, comme quasiment tout le monde à l'air d'avoir un peu et le terme est faible,perdu la tête, allons y gaiement, nous compterons les points . Pauvre France !!!!!!!

  • Par gerint - 28/02/2016 - 18:58 - Signaler un abus La Droite va-t-elle tomber dans tous les pièges de la Gauche?

    notamment en votant la loi El Kohmry sans retrait des articles sur la religion dans l'entreprise? Si oui c'est à désespérer. Il faut que des vois tonnent haut et fort contre cette aberration.

  • Par Benvoyons - 29/02/2016 - 09:07 - Signaler un abus Si la droite vote sans enlever l'article 1 de cette loi et bien

    je ne voterai ni Socialiste, ni Droite ni Socialiste Nationaliste FN car en effet à quoi peut servir un élu alors qu'il a voté sans faire enlever un article "Sac à Merde" en toute conscience! hein monsieur Longuet!

  • Par jurgio - 29/02/2016 - 11:33 - Signaler un abus Nul doute que cette loi est un piège

    La Gauche y insère des poisons qu'elle pense passer inaperçus, sans une lecture attentive. Enfin, plus subtil, même si la loi devait être édulcorée (Hollande s'y attend) elle ferait apparaître la Droite comme donnant un satisfecit au gouvernement. L'Imposteur serait gagnant, lui qui balance des deux côtés pour ramasser un maximum de gogos électoraux. Une seule loi est de faire comme la Gauche : on ne vote rien qui émane d'un adversaire politico-philisopho-social.

  • Par zouk - 29/02/2016 - 11:41 - Signaler un abus Gérard Longuet

    Il a sans doute raison s'il pense à l'élection présidentielle. Cela aurait pu ëtre dit en peu de mots

  • Par zouk - 29/02/2016 - 11:55 - Signaler un abus Gérard Longuet

    Ayant néanmoins pris le temps de lire toute sa déclaration, je suis à d'accord avec lui sur la quasi totalité de ses opinions, la faiblesse réelle et croissante du Président de la République en dépit de l'élection au suffrage universelle, et François Fillon le Président dont le succès est le plus souhaitable lors de la prochaine élection présidentielle. J'ajoute que si déchéance de nationalité il doit y avoir, cela ne relève que du Code Civil. Il prévoit déjà d'ailleurs qu'est déchu tout citoyen français porte les armes contre la France.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérard Longuet

Gérard Longuet est sénateur de la Meuse, il a notamment été président du groupe UMP au Sénat de 2009 à 2011.

De 2011 à 2012, il a occupé la fonction de ministre de la Défense et des Anciens combattants. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€