Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le meilleur système du monde, vraiment ? Quand la sécu française rembourse le Doliprane intégralement mais très peu des anti-cancéreux révolutionnaires

Les médicaments contre le cancer sont mal remboursés par la sécurité sociale alors que le Doliprane l'est intégralement! Et tout le monde semble s'en féliciter. C'est le paradoxe le plus stupéfiant d'un système auto-proclamé "le meilleur du monde".

Paradoxe

Publié le
Le meilleur système du monde, vraiment ? Quand la sécu française rembourse le Doliprane intégralement mais très peu des anti-cancéreux révolutionnaires

Il fallait lire la presse subventionnée aujourd'hui et sa façon d'évoquer la décision de rembourser le Keytruda et l'Opdivo par le régime général. Ces deux anti-cancéreux révolutionnaires permettent d'améliorer fortement l'espérance de vie des malades.

Les Échos ont titré: "Sécurité sociale : la facture des nouveaux anticancéreux sera contenue". La Tribune, qui défendait beaucoup à une époque la Grèce martyrisée par l'Allemagne, a offert un titre encore plus direct: "L'immunothérapie va continuer à peser sur les comptes de la Sécu".

On rêve!

Il existe donc des titres qui revendiquent ouvertement l'intérêt de limiter le remboursement des anti-cancéreux... Il paraît pourtant que la sécurité sociale est le meilleur système de protection sociale du monde.

La sécu française en retard par rapport aux autres pays

On lira avec intérêt la dépêche AFP sur le sujet, curieusement publiée par la presse étrangère, mais peu reprise en France. La dépêche commet cette phrase révélatrice:

La France rejoint désormais la majorité des pays d'Europe de l'Ouest où ce traitement est remboursé en "première ligne" (c'est-à-dire en tant que premier traitement administré) pour le cancer du poumon.

Autrement dit, notre sécurité sociale, présentée comme un modèle de perfection, est en retard sur la plupart des pays européens en matière de remboursement de Keytruda dans le traitement contre le cancer du poumon. Aucun des défenseurs de la "sécu", synonyme paraît-il d'intérêt général et de protection des assurés, ne semble s'indigner de ce décalage par rapport aux pays qui n'ont pas la chance d'avoir la même sécu que nous. 

Pourtant, ce cas de figure montre bien que notre sécu prend très mal en charge le cancer. Il montre aussi que les pays qui ne sont pas handicapés par une sécurité sociale publique et monopolistique soignent mieux leurs assurés. 

La tarification des actes par la sécu menace-t-elle la santé des assurés?

Merck, qui produit le Keytruda a, au passage, cette réflexion intéressante: le médicament coûte cher, mais il consomme peu de prestations hospitalières. Cette immunothérapie demande une simple injection intraveineuse de 30 minutes toutes les trois semaines. On est loin de l'infrastructure lourde de la chimiothérapie. 

Autrement dit, le coût des soins profite aux laboratoires pharmaceutiques, mais ne rapportent pratiquement rien aux hôpitaux qui doivent remplir leurs lits et occuper un personnel coûteux. Les mauvais esprits liront donc entre les lignes les raisons du retard à l'allumage de la sécurité sociale face à l'immunothérapie: elle pose un problème social et économique, dans la mesure où elle met en péril la rentabilité hospitalière. 

La technique de tarification à l'activité se retourne ici très clairement contre la santé des patients. 

Pendant ce temps, le Doliprane est remboursé intégralement...

La même édition des Échos proposait un article (citant le Monde) sur les médicaments les plus remboursés par la sécurité sociale. On y découvre que le remboursement du Doliprane (dont la boîte est vendue 1 euro...) coûte à la sécurité sociale environ 200 millions d'euros par an. Rappelons que le Doliprane, produit par Sanofi, est en vente libre. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 29/11/2017 - 11:47 - Signaler un abus OUI

    Bien vu monsieur Verhaeghe mais...à ne pas mettre dans un rapport de séminaire à l'ENA !!! hein, vous êtes d'accord avec moi et encore...vous n'avez pas eu à subir , comme moi, le sinistre Frémont!!! Bon je passe! Le pays va mal: le PS encore plus....https://www.lexpress.fr/actualite/politique/ps/en-plein-chaos-le-ps-tente-de-guerir-mais-s-y-prend-tres-mal_1964550.html....Ahhh si le choix est entre Le Foll (eh oh socialos!) Belcassine (avec ou sans jupe) et Dray ( même sans haleine de phoque) alors...Rachid, T'es mal!!!! Mieux vaudrait encore avoir à choisir entre Ribouldingue, Filochard et Croquignol!

  • Par Anouman - 29/11/2017 - 12:53 - Signaler un abus Sécu

    S'il est vrai qu'il peut y avoir un débat sur la pertinence du champ d'action de la sécu (exclure les petits bobos?) je ne vois pas en quoi l'arrivée d'une thérapie moins lourde diminuerait la rentabilité des hôpitaux puisque les personnels affectés à une pathologie peuvent l'être à une autre. Et comme on nous dit qu'il y a des problèmes d'effectif à l'hôpital cela doit en résoudre une partie. Toutefois beaucoup de chimiothérapies sont faites en ambulatoire (deux matinées tous les 15 jours, trois toutes les 3 semaines...) et ne demandent pas d'infrastructures lourdes (infirmière, perf, un médecin pas loin en cas de problème...). Ca dépend évidemment des cas, il n'y a pas qu'un seul traitement. Une chose est certaine, si des traitements plus efficaces sont disponibles il est criminel de ne pas les utiliser. Mais il y a peut-être aussi les intérêts commerciaux. de certains laboratoires...

  • Par essentimo - 29/11/2017 - 16:36 - Signaler un abus Un exemple de plus

    de l'illogisme qui régit la France !

  • Par lexxis - 29/11/2017 - 17:26 - Signaler un abus ALERTE

    Une approche de la santé en terme d'électoralisme qui éclaire crûment l'une des incohérences les plus graves de nos fameux services publics dévoyés dans leur esprit et trop souvent corrompus dans leur approche (conflits d'intérêts massifs et fréquents).

  • Par Migou56 - 29/11/2017 - 23:18 - Signaler un abus N’ Importe quoi

    Depuis quand le Doliprane est remboursé intégralement ? 30% seulement ! Vôtre crédibilité est mise en cause ! D’au Qu’on a eu droit à de nombreuses campagnes pour le traitement de la douleur qui soit disant n’était Pas suffisamment prise en compte en France ! On pourrait tout dérembourser et ne rembourser que le cancer pourquoi pas mais quid de la prévention ? Bref cet article ne fait pas vraiment avancer le schmilblik !

  • Par vangog - 30/11/2017 - 02:28 - Signaler un abus Et pourquoi la SS ne pourrait pas rembourse le doliprane

    soit 2,10 euros X 0,35 = 73 centimes (c’est enooooorme!) et le Keytruda (100% de quelques milliers d’euros...) Verhaeghe?...hein?...pourquoi?...sachez que le doliprane est un des derniers antalgiques de palier 1 en plus d’etre anti-pyretique (l’aspirine ayant quasiment été deremboursée), et que si la SS le derembourse, les médecins devront prescrire des antalgiques de type 2 (plus chers et d’avantage d’effets secondaires!).. . A moins que vous ne vouliez plus combattre ni la douleur, ni la fièvre, mais seulement les cancers pulmonaires, ne tombez pas dans les délires gauchistes à base de vases communicants à tuyaux percés, Verhaeghe, car vous valez mieux que cela...

  • Par cloette - 30/11/2017 - 16:57 - Signaler un abus histoire de labos ?

    qui sont les labos ?

  • Par edac44 - 01/12/2017 - 10:27 - Signaler un abus Pour les antalgiques, une solution gratuite pour la SéCu ...

    Que l'on accorde enfin le droit de faire pousser du cannabis dans les jardins ouvrier, s'il en existe encore ??? sinon, dans des bacs "Riviera" sur les balcons de nos HLM !... Ne restera à régler que le recyclage des dealers au bas des tours de nos ghettos habituels en fournisseurs de graines et faire la nique à Monsanto

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€