Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La médiathèque de la cité des 4000 à la Courneuve a été incendiée ! Il faut comprendre les jeunes qui font ça, explique un sociologue…

Des livres partent en fumée. Les nazis en étaient spécialistes dans les années 30. Mais aujourd'hui, nous dit-on, ce n'est plus pareil.

Feu de joie

Publié le
La médiathèque de la cité des 4000 à la Courneuve a été incendiée ! Il faut comprendre les jeunes qui font ça, explique un sociologue…

La cité des 4000 à La Courneuve. Crédit PHILIPPE LOPEZ / AFP

Un camion-bélier a été précipité contre le portail de la médiathèque Jean Zay. Puis on y a mis le feu. Il s'est rapidement propagé. Des centaines de livres et de CD ont été la proie des flammes. Le maire de la ville s'indigne. Des habitants protestent. 

Ils ne comprennent rien ! Tout a été expliqué par un sociologue du nom de Denis Merklen. Il a consacré un livre à cette brûlante (dans tous les sens du terme) question : "Pourquoi les bibliothèques brûlent-elles ? ". 

M. Merklen a fait un patient travail de recherche et de compilation. Selon ses statistiques, soixante-dix bibliothèques ont brûlé dans nos banlieues de 1996 à 2013. Depuis, le score a du puissamment s'améliorer. 

Tant de bibliothèques qui brûlent interrogent le chercheur.

Et Denis Merklen répond : Nous sommes nombreux à penser que brûler une bibliothèque est un crime. Un crime sévèrement puni par la loi. Un crime contre l'esprit, la culture et l'intelligence. Une vision très réductrice exprime le sociologue. Car il s'agit, selon lui, d'un phénomène de société. À ce titre, les assassinats le sont aussi… 

Le sociologue estime que les bibliothèques sont devenues pour beaucoup de jeunes un symbole du pouvoir. Ce qui susciterait une légitime révolte. Les jeunes, écrit-il, sont exclus, "racialisés". Brûler une bibliothèque dont les livres ne parlent pas de leurs douloureux problèmes traduirait donc un mal-être. Une sorte de spleen baudelairien relooké façon 93. 

Il s'est trouvé un chercheur pour écrire ce ramassis de consternantes niaiseries. Et il s'est trouvé un éditeur pour l'éditer. Nous sommes en France. Comme La Courneuve est en France. En conséquence de quoi il nous faut constater un choc de civilisations : celle du camion-bélier contre la nôtre ! 

Comment faire pour protéger les bibliothèques des flammes ? Les faire garder jour et nuit par des vigiles et des policiers ? Une solution bien trop sécuritaire pour un lieu qui se veut accueillant. Il y a plus simple. Garnir leurs rayons de Corans et le faire savoir. Elles ne brûleront plus. 

PS : Devinette : comment s'appeler le Calife qui en 640 a incendié la bibliothèque d'Alexandrie ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par borissm - 01/07/2018 - 11:25 - Signaler un abus L'auteur de cette destruction

    s'appelait Amrou ibn al 'Asi, qui a agi sur les ordres du calife Omar : "si les livres sont conformes au Coran, ils sont inutiles. Brûle les. S'il s'y trouve quelques chose qui soit contraire, brûle les aussi". Bref,pas de livres du tout, comme ça il n'y a pas de risque de se tromper. On dit qu'en brûlant ces livres les (nombreux) bains publics de Alexandrie ont été chauffés pendant six mois. Je trouve que les noms de ces deux personnages (Amrou ibn al 'Asi et Omar)mériteraient d'être mieux connus pour leur contribution à la culture mondiale. Que fait l'Unesco ?

  • Par MIMINE 95 - 01/07/2018 - 11:31 - Signaler un abus DES CORANS DANS LES BIBLIOTHEQUES

    Pour éviter qu'elle ne brûle, ça frise le génie, mais hélas ce ne peut être qu'une utopie. Imaginez, des mécréants à disposition, des mécréants pourraient avoir la curiosité de les toucher (et ça, c'est déjà grave blasphématoire ! gare aux émeutes) puis de les ouvrir et dès la lecture de la sourate 2, (que je considère comme un sorte de coran résumé), interloqués, ils pourraient avoir envie d'en savoir plus et pour le peu qu'ils découvrent qui est concerné par les deux dernières phrases de la sourate 1 ...ils comprendraient qu'on leur raconte des "carabitouilles depuis bien longtemps . Mieux vaut donc laisser nos pauvres concitoyens dans l'ignorance , ils aiment tant "les belles histoires du père castor"

  • Par MIMINE 95 - 01/07/2018 - 11:32 - Signaler un abus CORRECTION

    NON PAS "des mécréants à disposition , mais "DES CORANS à disposition"

  • Par cloette - 01/07/2018 - 11:41 - Signaler un abus brûler les livres

    signifie effacer ce qu'il y a dedans, c'est à dire la mémoire . ET effacer la mémoire ,c'est à dire l'Histoire, c'est pour quel but ?

  • Par Borgowrio - 01/07/2018 - 11:46 - Signaler un abus Sociologues , politologues , criminologues ... au bûcher

    Ces intellectuels qui veulent tout expliquer pour préparer l'opinion au pardon , qui viendra lâchement , comme d'habitude , n'y sont pas du tout . Les bibliothèques brûlent simplement parce que c'est inflammable , non gardé et facile à faire . La racaille qui ne sait quasiment pas lire ne brûle pas que des bibliothèques , les voitures , les gymnases , les écoles , les poubelles , ils caillassent aussi les pompiers . Ce pauvre sociologue , dépassé , est payé par qui pour débiter de telles âneries

  • Par assougoudrel - 01/07/2018 - 11:54 - Signaler un abus Pour qu'ils ne brûlent pas les

    bibliothèques de banlieues, mettez-leur des livres de cul et de pornographie, la seule choses que ces abrutis comprennent, car il y a des photos. En plus des "religieux" qui préfèrent avoir affaire à des cerveaux-lents, car c'est mieux de leur inculquer ce qu'ils veulent qu'ils sachent, il y a les vendeurs de drogues qui détestent les instruits, car ce n'est pas bon pour les affaires, préférant aussi ces types d'individus qui n'ont rien dans la calebasse.

  • Par REVERJOVIAL - 01/07/2018 - 12:35 - Signaler un abus la sociologie, science dépassée des marxistes

    Tout expliquer par la lutte sociale est aussi ridicule que tout expliquer par le politique ou la psychologie, ou l'histoire. Le monde est complexe et les relations humaines encore plus, mais l'idéologie marxiste héritière des lumières avec son prolongement idéologique, la sociologie, n'arrive pas a concevoir l'irrationnel dans l'homme, comme sa violence, son égoïsme, sa folie, la peur de la mort et sa soif de domination !

  • Par vangog - 01/07/2018 - 12:57 - Signaler un abus Ne tombez pas dans ce racisme ordinaire, Rayski!

    La « race des jeunes » n’existe pas, exceptée chez les journaleux de l’aberration, ou de l’ancien observateur...le terme « jeunes » a été créé par la gauche, lors d’une explosion de délires communautaristes, pour tenter de faire croire à une communauté compacte, t qui, bien évidement, voterait comme un seul homme pour les plus régressifs et les plus sectaires de la gauche, mais c’est faux...car beaucoup parmi les jeunes votent pour le seul parti d’avenir National, le RN, et nous ne disons pas qu’ils sont une communauté, ni qu’ils sont une race...il faut dire que ceux-là ne brulent pas de médiathèques- et ils sont une majorité...

  • Par Benoit 2011 - 01/07/2018 - 14:36 - Signaler un abus @vangog

    Et où avez-vous vu dans mon texte le mot " race " ?

  • Par padam - 01/07/2018 - 17:33 - Signaler un abus Pitié pour les livres et CD

    Mais que diable, pourquoi est-on allé créer et subventionner des bibliothèques dans les zones "sensibles", selon le doux euphémisme en vigueur. Espérait-on retrouver ainsi les territoires perdus de la république! L'entrainement, certes utile, des pompiers du secteur ne suffit quand meme pas à justifier de telles aberrations; c'est un peu comme si on construisait un opéra dans la banlieue de Kaboul...

  • Par Marie-E - 01/07/2018 - 17:40 - Signaler un abus Pauvre Jean Zay

    quelle idee d'avoir associe son nom a une mediatheque de La Courneuve. Je ne suis pas sure que ceux qui connaissent son histoire soient tres nombreux dans ce quartier

  • Par ISABLEUE - 01/07/2018 - 19:23 - Signaler un abus pauvre Jean Zay

    Pour des crétins qui savent à peine lire qu'elle tristesse et qui va payer les dégâts? ??

  • Par Kély21 - 01/07/2018 - 20:02 - Signaler un abus La sociologie marque ses limites de jour en jour

    Et Denis Merklen répond : Nous sommes nombreux à penser que brûler une bibliothèque est un crime. Un crime sévèrement puni par la loi. Un crime contre l'esprit, la culture et l'intelligence. Une vision très réductrice exprime le sociologue. Car il s'agit, selon lui, d'un phénomène de société. À ce titre, les assassinats le sont aussi… Il a tout à fait raison ce sociologue... Pourquoi attacher autant d'importance à un crime, qui selon lui n'en est pas vraiment un? Feux de voitures, feux de bibliothèques publiques, feux d'écoles... c'est exactement pareil que les assassinats, je brûle mon voisin de palier,et alors???... un phénomène de société, rien de plus! Bon sang! que tous ces citoyens indignés cessent de l'être, vivons avec notre temps quand même!!!! Continuez vos analyses appels-au-crime monsieur le sociologue... et comment feront les prochains étudiants en sociologie lorsqu'ils n'auront plus de bibliothèques pour faire leur recherche? A défaut, ils pourront se rabattre sur les assassinats dans l'air du temps!!!!

  • Par A M A - 01/07/2018 - 20:02 - Signaler un abus Du temps du Consulat, quand

    Du temps du Consulat, quand la France sortait de la frénésie révolutionnaire, les incendiaires étaient fusillés sur l'emplacement de leur forfait. Il est vrai que les temps ont bien changer et qu'il n'y avait pas de sociologues pour excuser ces jeunes gens un peu trop turbulents, les Chauffeurs, qui riaient follement en grillant dans les cheminées les pieds des paysans. Les questions étaient alors vite réglées et sans récidive possible. Il est vrai que Jean Zay, le parrain de cette médiathèque, ne devait pas s'attendre à ce que ceux dont il a eu la charge éducative ait engendré des incendiaires. Il n'est pas au Panthéon, celui-là, par hasard?

  • Par jakem - 01/07/2018 - 20:32 - Signaler un abus à Brétigny en Normandie

    la Mairie a été incendiée, ainsi qu'une voiture, une caravane et les dépendances d'une résidence secondaire. Oeuvre de racailles à La Courneuve et ds l'Eure, quels qu'ils soient.

  • Par jakem - 01/07/2018 - 20:38 - Signaler un abus Je me demande...

    si le sociologue ferait la même analyse si sa maison était détruite par ces " jeunes légitimement révoltés exprimant un phénomène de société". Moi j'aimerais en exprimer un autre: le ras-le-bol de tous ces comportements inadmissibles. Remède: avec le consentement de Poutine ( modalités variables et évolutives à préciser) ouvrir des camps de travail et de (ré) éducation pour les nuisibles. Tarif minimum: 3 ans. Travail physique, instruction et apprentissage d'un métier obligatoires.

  • Par Kély21 - 01/07/2018 - 20:59 - Signaler un abus Réponse à Je me demande...

    La réponse pourrait être adaptée à notre évolution "culturelle" et "cultuelle" française tout simplement... Obligation de travail dit "d'intérêt général" pour les criminels sur les lieux de son ou de ses crimes... Participer à la reconstruction des locaux et aux rachats des œuvres brûlées avec obligation de lecture sur certaines œuvres parties en fumée!!! Leur faire aussi admettre et comprendre la différence entre "fumée et fumette"!!!

  • Par Marie-E - 01/07/2018 - 21:15 - Signaler un abus AMA

    Jean Zay est entré au Pantheon le 27/05/2015 en même temps que Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Claude Brossolette, Germaine Tillion

  • Par Cervières - 01/07/2018 - 21:39 - Signaler un abus "Un crime contre l'esprit, la culture et l'intelligence."

    Le sociologue est rassuré, il n'est pas concerné....

  • Par essentimo - 02/07/2018 - 07:58 - Signaler un abus tapisser

    les façades des médiathèques par des corans !

  • Par Haddock36 - 02/07/2018 - 08:43 - Signaler un abus Le vrai danger

    , vous n'avez rien compris, c'est la droite extrême. C'est ce que depuis quelques semaines, on essaye de mettre dans la tête des français. Plus c'est gros, plus ça passe.

  • Par Liberdom - 02/07/2018 - 08:58 - Signaler un abus Vive le savoir

    La France est championne du monde de la "sociologie", patascience par excellence à la quelle il ne manque qu'un Nobel dédié. Le nombre de gauchiasses planquées comme "doctorant en sociologie", fonctionnaires au CNRS, est impressionnant, mais plus personne depuis longtemps. Un régal pour les parasitologues.

  • Par 2bout - 02/07/2018 - 09:23 - Signaler un abus Un livre brûle parce qu'il est inflammable.

    Pauvreté, chômage, inégalités, délinquance, racisme culturel et religieux, langage social, contre-culture ... De l'excuse encore, de l'excuse encore, de l'excuse et Lopez aux bras d'or !

  • Par Henrik Jah - 02/07/2018 - 12:28 - Signaler un abus La vérité

    Les bibliothèques brûlent car les soit-disants jeunes défavorisés, alors qu'ils sont très favorisés en soit vu qu'on claque 4 fois plus d'argent publique pour eux que pour les autres, aiment détruire leur environnement et pourrir la vie de leurs voisins. Ces jeunes "des quartiers", cette chance pour la France, rejette toutes les valeurs de notre belle Nation et préfèrent agresser des gens dans la rue et violer à 15 gars des filles consentantes de 13 ans dans les caves de la cité plutôt que de s'instruire à la bibliothèque et essayer de s'élever intellectuellement pour peut-être avoir une chance un jour de vivre comme quelqu'un de respectable. On n'y est pas encore

  • Par wwmat - 02/07/2018 - 14:23 - Signaler un abus A partir du moment,

    où ces gens pensent que la terre est plate, on ne voit pas bien ce qu'ils feraient avec des livres........

  • Par Alain Briens - 02/07/2018 - 17:19 - Signaler un abus On l'a bien cherché !

    Comment ne pas comprendre la réaction de ces "jeunes" alors qu'on avait donné à cette bibliothèque le nom d'un "sioniste" notoire ? Si elle s'était appelée du nom de Hani Ramadan, par exemple, elle serait encore debout ! Si on veut étancher la soif de culture de cette belle jeunesse, encore faut-il éviter de la provoquer bêtement.

  • Par 2bout - 02/07/2018 - 17:41 - Signaler un abus Il y a un peu de vrai, Alain.

    Auparavant, le Centre culturel s'appelait Pablo Neruda et la MJC Youri Gagarine, et il n'y avait pas un vauvageon qui aurait pensé y mettre le feu.

  • Par winnie - 02/07/2018 - 18:14 - Signaler un abus Un crime severement puni par la loi ?

    ah bon , la loi punie severement, mais dans quel pays? Et qui ca? Ah les bons gaulois! En France! Ils peuvent dormir peinards! " les jeunes "

  • Par Solognitude - 03/07/2018 - 00:23 - Signaler un abus Mr Rayski,

    A ce Denis Merkien, que vous dites sociologue, il serait bon de rappeler que son verbiage devient dépassé  face au propos et à la manière d'une Laura Laune dans son sketche La ,prof : Ces jeunes sont tout simplement excessivement cons !

  • Par kelenborn - 03/07/2018 - 15:33 - Signaler un abus La sociologie marque ses limites de jour en jour Read more at ht

    Non mais on rêve!!!! cela fait des années que cette prétendue science est le royaume des escrologues!!!! Que ferait on d'un physicien qui expliquerait que si le verre est tombé par terre, ce n'est pas du à la loi de la pesanteur ?

  • Par 2bout - 05/07/2018 - 21:47 - Signaler un abus Bibliothèque « Emilienne Leroux »

    Quoi de plus normal qu'une bibliothèque incendiée ? … et un jeune a crié "C’est des livres, ça brûle bien !"

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€