Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 27 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Médecins en colère : mais que représente vraiment le poids de la paperasserie dans la vie des docteurs ?

Le Conseil National de l'Ordre des Médecins a présenté le 26 janvier son Livre blanc pour sauver la médecine française. L'objectif est d'influer sur les candidats à la présidentielle. Une de leurs plaintes principales est la charge de la paperasserie.

Des papiers et des actes

Publié le
Médecins en colère : mais que représente vraiment le poids de la paperasserie dans la vie des docteurs ?

Atlantico : Concrètement, comment se manifeste la charge administrative des médecins et quelles sont ses conséquences ?

Patrick Bouet : Nous constatons pour notre part que la barque des professionnels a été chargée en général – pas seulement dans le monde libéral d'ailleurs – par la complexification permanente des charges administratives qui leur sont imposées. Je vous en donne un exemple au sujet de l'entrée dans des établissements pour les personnes âgées. Il a fallu 4 ans de combat permanent pour passer d'un questionnaire par établissement à un questionnaire unique. Ainsi, lorsqu'un médecin recevait une personne âgée, il était amené à remplir 8, 9, 10 questionnaires différents pour le même objectif, à savoir qu'une personne entre dans une institution.

Voici l'exemple-même de ce qui aujourd'hui pèse sur le médecin dans son exercice, que ce soit en libéral ou à l'hôpital. Il est étouffé par des charges administratives diverses qui naissent des demandes de l'assurance maladie, des collectivités territoriales, du Ministère de l'Education nationale, de ses relations avec les autres établissements, de la gestion de l'organisation du service à l'intérieur de l'hôpital, des multiples réunions de gestion qui sont mises en place. Tout ceci crée autour du professionnel un poids qui l'éloigne du soin pour faire de lui un gestionnaire administratif. C'est une situation que les médecins aujourd'hui dans la grande consultation nous ont signalé de façon très largement majoritaire quel que soit le mode d'exercice. Nous souhaitons sortir du choc de complexification pour aller vers le choc de simplification sur l'ensemble de ces missions administratives.

Sauveur Boukris : Au niveau du paiement, c'est la télétransmission qui nous prend du temps. Les patients assurés ont une carte vitale. Le médecin doit la passer pour enregistrer la consultation. Ils doivent aussi vérifier s'ils sont à 100% ou non, s'ils payent ou non le tiers-payant, si le praticien est le médecin traitant, etc. Il y a donc toute une manipulation au niveau de l'ordinateur qui demande un certain nombre de vérifications chronophages.

Et si le tiers payant est généralisé, il faudra aussi s'assurer a posteriori que la mutuelle qui doit régler la part complémentaire paye bien au praticien la partie ticket modérateur de 6,90€ sur les 23€ de la consultation. Au final, pour percevoir 6,90€ vous perdez du temps et de l'argent. Cela n'est pas très rentable.

A cela il faut rajouter le travail relatif aux patients qui bénéficient de la CMU (Couverture Maladie Universelle) mais qui n'ont pas de carte vitale : tous les numéros d'immatriculation de la CMU papier doivent alors être enregistrés. Et c'est pareil pour les AME (Aides Médicales d'Etat) dont bénéficient les étrangers. On a créé des sous-groupes entre ceux qui payent, ceux qui sont au tiers payant, ceux qui ne payent que le ticket modérateur, ceux qui sont en ALD (Affection Longue Durée), ceux qui ont la CMU et ceux qui ont l'AME. Il faut jongler et faire du cas par cas administratif à chaque fois.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 28/01/2016 - 13:34 - Signaler un abus Mais de quels médecins parle t-on ?

    Du bourgeois qui fait ses consultations en costume cravate dans son cabinet particulier de centre ville ou du groupe médical composé de 3 à 6 praticiens qui partagent deux assistantes ?..... Cherchez l'erreur ....

  • Par tordji - 29/01/2016 - 13:49 - Signaler un abus Choc

    Je ne comprends pas les freins sur la mise en place d'un fédérateur sécu/mutuelles : Avant la consultation : - le médecin introduit la carte du patient dans son ordinateur équipé du logiciel adéquat - ce logiciel récupère automatiquement les informations d’identité et interroge le fédérateur, qui lui communique alors les conditions de prise en charge de la consultation - le patient est mis au courant de l'éventuel complément à payer au médecin Après la consultation : - le médecin remet la carte dans le lecteur - le dossier patient est crée avec les informations issues de la carte + mes compléments du patient (adresse, tel..) - la médecin déclare la consultation - le patient paie le complément - le fédérateur s'occupe de déclarer la consultation à la sécu et à la mutuelle du patient - le fédérateur paie le médecin par virement SEPA - le logiciel contrôle que le fédérateur a bien remboursé la consultation (moins l'éventuelle part déjà payée par le patient). - le fédérateur s'occupe de récupérer les sous de la sécu et de la mutuelle - tout retard de paiement sécu / mutuelle est pénalisé au bénéfice du fédérateur.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Patrick Bouet

Patrick Bouet est Président du Conseil National de l'Ordre des médecins et médecin généraliste en activité.

Voir la bio en entier

Sauveur Boukris

Sauveur Boukris est médecin généraliste.

Enseignant à Paris, il participe à de nombreuses émissions de radio et de télévision sur les questions de santé. Il est l'auteur de plusieurs livres médicaux dont "Santé : la démolition programmée", aux Editions du Cherche Midi.

Il a écrit  "Médicaments génériques, la grande arnaque" aux Editions du Moment.

Son dernier livre s'intitule "La fabrique des malades" aux Editions du cherche midi.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€