Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le match cheminots contre salariés du privé (cadres sup’ inclus) : qui est privilégié, qui l’est moins ?

Le rapport Spinetta sera donc suivi (en partie) à la lettre par Edouard Philippe. Conséquence : la suppression prochaine du statut de cheminot. Un statut "d'avantagé" de moins ou une injustice ?

Avantages

Publié le
Le match cheminots contre salariés du privé (cadres sup’ inclus) : qui est privilégié, qui l’est moins ?

Atlantico : Quelques semaines après la publication du rapport Spinetta, le Premier ministre Edouard Philippe a pu annoncer l'extinction progressive du statut de cheminot en France, au travers de la fin du recrutement​ sous ce statut par la SNCF. Alors que le débat politique se focalise régulièrement sur la question des inégalités, comment faire la part des choses entre les avantages octroyés au cours d'une vie, et non les revenus, aux "10%" majoritairement composés de cadres du privé et de profession libérales, et à un statut comme celui des cheminots, du temps de travail à la durée de carrière, de la retraite aux différentes primes ? 

Jean-Philippe Delsol : Le statut dont profitent la quais totalité des 150 000 cheminots est très avantageux : l'emploi à vie, congés payés supérieurs aux autres salariés, RTT au-delà de 7heures de travail journalier, soit en moyenne 22 jours de RTT pour les conducteurs et contrôleurs de trains et même 28 pour ceux qui travaillent de nuit, départs à la retraite dès 50 ans pour les conducteurs de trains et 55 ans pour les autres passant progressivement à 52 et 57 ans à partir de 2024, retraite établie sur les six derniers mois de salaires, comme les fonctionnaires.

Les cheminots ont des salaires bruts mensuel très supérieurs à la moyenne française, soit 3 900 €, contre 2 998 euros bruts dans le privé,  auxquels s’ajoutent la gratuité des voyages pour eux et seize voyages annuels gratuits pour leurs conjoints et enfants qui au-delà ne payent que 10% du billet, soit un coût de 100 millions d'euros par an. Leurs cotisations salariales sont inférieures à celles des salariés privés. La retraite moyenne à la SNCF est de 23 616 euros et donc très au-dessus de la moyenne nationale de 14 480 euros dans le secteur privé. Comme il y a environ 270 000 retraités, et que les cotisations des actifs sont très insuffisantes pour payer leurs retraites, l’Etat doit mettre la main à la poche :  l’IREF a calculé que les contribuables payent chaque année la moitié de la pension d’un ancien agent, soit plus de 12 200 euros par retraité.

Et c’est là toute la différence avec le statut des salariés du privé. Ceux-ci, et notamment les cadres peuvent obtenir des avantages importants, mais en général ils en supportent le prix. S’ils ont des retraites complémentaires facultatives, ils en payent les cotisations avec leur employeur. Certes, certaines professions ont accordé de vrais privilèges à leurs employés qui relèvent pourtant d’un statut privé. Par exemple les banques assurent à leurs employés des RTT extrêmement confortables et des retraites qui ne le sont pas moins. Mais ça n’est pas le contribuable qui supporte les avantages qui leur sont octroyés. La SNCF est sous perfusion d’argent public. Le système ferroviaire français représentait en 2016 un coût brut pour les finances publiques, toutes administrations confondues, de 10,5 milliards d’euros, auxquels il faut ajouter 3,2 milliards d’euros de subvention d’équilibre au régime de retraite SNCF. En dépit de ces subventions, le système demeure déficitaire, de l’ordre de 3 milliards d’euros chaque année.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fifimetz - 27/02/2018 - 07:48 - Signaler un abus Le match cheminots contre salariés du privé

    Mr Jean-Philippe Delsol vos données sont fausses. je suis conducteur de train et surtout très déçu de voir que vous ne faites que reprendre les mêmes données (inexactes et incomplètes ) que l’on peu trouver sur tous les autres sites . Je pensais vraiment qu’atlantico était un très bon site avec de vrais journalistes indépendants , déception.cdt

  • Par lorwakaf - 27/02/2018 - 08:09 - Signaler un abus trop polémique, approximations faussant la démonstration

    Il faut reformer la SNCF , OK. Les cheminots n'ont pas spécialement ma sympathie. Mais certains arguments de détail dans l'article sont inutilement polémiques et faux: je fais Paris Niort chaque semaine en TGV et il n'y a qu'un contrôleur par rame et pas deux et je le vois travailler beaucoup. Un argument manifestement erroné et ideologiquement orienté fausse la démonstration et me fait rejeter l'ensemble de l'article car comment faire confiance au reste? Dommage.

  • Par artesan - 27/02/2018 - 08:14 - Signaler un abus Les vrais chiffres

    On se demande pourquoi le gouvernement s'attaquerait à reformer un entreprise publique qui marche bien, qui a des résultats positifs et équilibre ses comptes sociaux? Et ce au risque de déclencher de graves perturbations étant donnée la bien connue gréviculture à la Sncf. La vérité fini toujours par s'imposer. La désinformation syndicale et l'intox idéologique de ceux qui vivent trop largement d'argent public, pour un service qui ne cesse de se degrader, touche à sa fin. Et c'est heureux.

  • Par ISABLEUE - 27/02/2018 - 09:52 - Signaler un abus on n'a pas envie de " faire un match"

    on sait que les fonctionnaires ont un emploi à vie. OUi. Rien ne nous empêchait d'aller bosser dans la fonction publique. Que les conducteurs de train puissent partir à 50 ans est un énorme mensonge : on ne parle pas ici des trimestres à faire, comme tout le monde !!!

  • Par 2bout - 27/02/2018 - 11:13 - Signaler un abus Avec la SNCF, c'est possible ...

    Certains additionnent des carottes et des pommes de terre, et d'autres les jours de RTT, des congés payés et une retraite anticipée. Et puisque chacun vend sa soupe en l'assaisonnant à son goût à l'image de Fifimetz et lorwakaf, alors constatons que l'addition est vraiment bien salée. En cumulant 10,5 Milliards + 3,2 et encore 3 de déficit tout en sachant qu'il y a 150 000 actifs et presque 2 fois plus de retraités à la SNCF, on parvient à 3310 Euros de subventions en tous genres par mois et par tête de syndicaliste. D'où cette question, Isableue : Quel est notre statut à nous ? Sommes-nous des usagers ou des clients ? Et la plus importante Isableue : Pourquoi devrions-nous payer 2 fois, au titre de contribuable et de passager, pour un même service dont la qualité est parfois aléatoire ? Peut-être et même certainement parce qu'il y a un problème de management à la SNCF.

  • Par Borgowrio - 27/02/2018 - 11:17 - Signaler un abus Justice sociale et bloquage

    On peut ajouter à tous ces invraisemblables privilèges payés par le contribuable , l'embauche des cheminots par " concours " . A t'on fait la statistique du pourcentage de fils ou fille de cheminots dans les effectifs SNCF ? Les deux "sésames " sont , la carte CGT dans la poche et un parrain ( père) ... Ne parlons pas des grèves payées

  • Par gerard JOURDAIN - 27/02/2018 - 11:29 - Signaler un abus et ce n'est qu'un poste de charge....

    oui la masse salariale et les engagements sont aberrants à la SNCF. mais les autres postes de charges sont du même acabit. que l'état fasse son métier sur ces obligations de base. qu'il laisse le marché privé faire le job; il le fera de toutes façons bien mieux et sans dérives.....démagogiques.

  • Par KOUTOUBIA56 - 27/02/2018 - 11:52 - Signaler un abus avant de réformer la sncf

    avant de réformer la sncf réformons les syndicats : plus de financement public (4 milliards par an) 2 euros de cotisations par mois de la part de tous les salaries (public et prive) et interdiction de greve dans le secteur public comme en allemagne. 32 millions de salaries x 24 euros = 768 millions d'euros s'ils n'en n'ont pas assez ils organisent des lotos et manifestations diverses. quand les salalries leur demanderont une obligation de résultat ils seront moins des professionnels d'organisation de greve.

  • Par Liberte5 - 27/02/2018 - 12:42 - Signaler un abus Les comparaisons entre salariés de la S.N.C.F et du privé

    montrent que les salariés e la SNCF sont bien plus avantagés que ceux du privé. D'ailleurs vous ne ne voyez jamais de cheminots quitter leur emploi pour aller dans le secteur privé. Le problème est que les contribuables paient pour que les salariés de la SNCF bénéficient de ces privilèges.Nous sommes exploités par des privilégiés qui ont pu bénéficier de tout cela grâce à leur capacité de nuisance.. Nous payons cher et nous avons en tant que clients un mauvais service. Cela ne peut plus durer. Il faut supprimer le statut particulier des cheminots. C'est une question de justice. Et surtout il faut mettre de la concurence, pour que la qualité s'améliore.

  • Par GP13 - 27/02/2018 - 14:14 - Signaler un abus Comment passer à coté du problème !!!

    Le rapport Spinetta préconise la fermeture de 9000 kilomètres de voies secondaires. Si l'on venait à doubler le nombre de circulations sur ces voies par des bus, on ferait encore des économies..... Mais le statut relève du symbole et donc on va le supprimer mais la SNCF continuera dans le déficit chronique et les Régions ( les contribuables des régions) mettront la main à la poche. On va réformer et, dans le fond, rien ne changera.....

  • Par jurgio - 27/02/2018 - 14:23 - Signaler un abus Il ne devrait même pas y avoir de débat

    Cette entreprise doit devenir une entreprise comme les autres. Les 45 milliards de déficit ne se justifient pas non plus. Sans compter les millions que les syndicats vont nous faire perdre prochainement par vengeance ou par méchanceté, on ne sait.. On peut avancer les arguments qu'on veut, j'ai un beau-frère qui y travaillait (qui a commencé comme contrôleur...) et deux voisins dont un déjà à la retraite. Et puis aussi un médecin, agréé SNCF !

  • Par ISABLEUE - 27/02/2018 - 16:16 - Signaler un abus 2bout

    qu'est-ce que vous racontez comme ineptie ???? quel calcul simpliste ! connaissez vous les salaires des conducteurs ??? N'importe quoi....

  • Par ISABLEUE - 27/02/2018 - 16:25 - Signaler un abus Vous feriez mieux de vous battre dans vos entreprises au lieu

    de critiquer celles des autres !! Petites gens....

  • Par 2bout - 27/02/2018 - 16:38 - Signaler un abus Isableue,

    il est préférable de dire "se battre pour son entreprise" plutôt que "se battre dans son entreprise". Je ne vous en dirais pas la raison, vous ne pourriez pas comprendre.

  • Par ISABLEUE - 27/02/2018 - 16:41 - Signaler un abus 2bout oui vous devez être un "auto-entrepreneur"

    et super fier d'être patron...Bravo, j'applaudis....

  • Par Borgowrio - 27/02/2018 - 17:25 - Signaler un abus Petits profiteurs sans vergogne

    Drôle de combat quand on plonge dans la galère des milliers de travailleurs , pris comme otage , alors qu'ils ont la triple peine de payer leur billet ( cher ) de payer des impôts pour eux et de galérer pendant les grèves à répétitions , payées par des combines syndicales

  • Par spiritucorsu - 27/02/2018 - 18:17 - Signaler un abus Beaucoup d'intox!

    On peut se demander d'où mr Delsol sort ses chiffres mon fils ainé est cadre à la S.N.C. F.,dirigeant adjoint,il ne compte pas ses heures ni ses déplacements en province,sans parler des astreintes au domicile,le tout pour 2300 euros net par mois(primeS compriseS),je ne vois pas dans ces conditions au niveau salaire les avantages par rapport au privé,à un niveau de responsabiliteé égale.On est donc là dans une démarche de désinformation et d'intoxication de l'opinion publique et de division des salariés,mr Delsol est en service commandé,il aura bien mérité de la macronie et il pourra toujours aller réclamer son plat de lentilles pour services rendus au près du petit roitelet méprisant qui nous gouverne.

  • Par vangog - 27/02/2018 - 18:51 - Signaler un abus Le problème n'est pas le salaire, ni la compétence, ni la

    disponibilité des personnels roulants, que personne ne critique véritablement. Les problèmes sont les avantages de retraite, les grèves payées, le copinage syndical, les milliards de subventions alloués par l'état pour des compétences managériales minables (parce que Pépy fait partie de la nomenklatura socialiste), et l'absence de véritable concurrence à cette entreprise faussement privatisée...tous ces privilèges ont été alloués par des politiciens irresponsables, par clientélisme électoral. Ils sont seuls à blâmer...

  • Par walchp - 28/02/2018 - 04:32 - Signaler un abus ISABLEUE doit etre encartée a SUD RAIL

    J 'écoutais la semaine dernière a la télé le representant syndicale vanter le mérite des conducteurs qui faisaient circuler les trains " Malgré le froid"!!!!! ZOLA dans le texte.C 'est pourquoi il ext normal Qu'ils prennent leur retraite dix ans avant un pilote ,dix ans durant lesquels ils regarderont depuis leur jardin leurs compatriotes plus agés aller bosser pour remplir leur caisse ultra déficitaire .....

  • Par Fifimetz - 01/03/2018 - 11:16 - Signaler un abus Incroyable

    Dites moi si ça vous motive de travailler les week-ends, jours fériés , de n’avoir que 12 we d’assurés dans l’année ? De n’avoir qu’une fête sur les deux de fin d’année ? De poser vos vacances d’été 8 mois avant obligatoirement . D’avoir des horaires de votre journée que 2h avant de commencer car vous êtes d’astreintes les 10 premières années , etc ...

  • Par 2bout - 01/03/2018 - 11:47 - Signaler un abus Balayer devant sa porte !

    Est-ce raisonnable de parler « justice sociale » quand son médecin ou son chirurgien part en moyenne en retraite 14 à 15 ans plus tard que l'employé de la SNCF ? Ne travaille-t-il pas le week-end ? N'a-t-il pas lui aussi des heures décalées ? Saura-t-il grâce à vous d'avance à quelle heure la nuit prochaine il va être réveillé pour une urgence ?Trouvez-vous normal, Monsieur Fifimetz, qu'un artisan du bâtiment travaille en extérieur toute l'année, qu'il fasse chaud, qu'il fasse froid, sans qu'aucune compensation ne lui permette d'anticiper sa retraite ? Estimez-vous juste que le travailleur non salarié ne reçoive en retour de ses cotisations « Retraite » que 21% (c'est mon cas) de la somme qu'il aura réellement versé au RSI ? Un seul objectif devrait vous motiver : que chaque français ait les mêmes droits avant de vous occupez que vos petits intérêts .

  • Par 2bout - 01/03/2018 - 17:00 - Signaler un abus J'oubliais …

    Le boulanger, samedi et dimanche, au moins 6 jours par semaine, jours fériés inclus, au fournil à 2h30 du matin, le restaurateur qui n'aura chaque année, ni Noël en famille, ni le Réveillon entre amis, la caissière payée 24 heures par semaine en étant « d'astreinte » toute sa vie, le chauffeur routier, le maraîcher, l'agriculteur (7 jours sur 7 dans son cas s'il y a des animaux) ... et tous, en retraite entre 8 et 15 années après vous, à des taux moins avantageux puisque calculés sur les 25 meilleures années.

  • Par Fifimetz - 01/03/2018 - 21:12 - Signaler un abus Balayer

    Monsieur 2bout juste pour info plus aucun cheminot ne part à la retraite a 50 ans car en 2008 nous sommes passés à 52,5 si seulement si nous avons nos années et ceux qui ont leurs années sont ceux qui commencent à 14ans comme apprenti et ce n’est plus le cas depuis des années donc quasi la totalité des conducteurs et contrôleurs partent vers 57 voir 60 ans . La base de retraite est calculée sur nos 3 meilleures années (très certainement les 3 dernières) à cause de bcp calculs de brut très bas . Et pour vos exemples de personnes qui travaillent le we ou jours fériés c’est des artisants donc comparez ce qui est comparable

  • Par Fifimetz - 01/03/2018 - 21:16 - Signaler un abus J’oubliais

    J’espère que vous allez regretter ce remue ménage pour rien dans quelques années : comme en Angleterre il veulent-ils renationaliser leur chemin de fer car les billets ont été augmentés x4 et énormément de pb de matériels et de voies

  • Par 2bout - 01/03/2018 - 21:58 - Signaler un abus Et donc ...

    les artisans, c'est quoi ? Quantité négligeable ? Une grosse merde qu'il est le Fifimetz !

  • Par Fifimetz - 01/03/2018 - 23:32 - Signaler un abus Difficile à comprendre ?

    Je disais qu’on ne compare pas ce qui n’est pas comparable c’est tout ! Je n’ai jamais rabaissé ou critiqué les artisans bien au contraire . Comparons EDF et sncf par exemple : on tape toujours sur les enormes avantages des cheminots on en parle un peu de la facture d’electricite des employés d’edf ( ils paient a peine 10% de leur facture ) + location d’un parc immobilier énorme pour une misère + un CE qui permet de partir en vacances pour 200€ pour toute une famille ...on leur casse les couilles a eux ?

  • Par ISABLEUE - 02/03/2018 - 12:23 - Signaler un abus Filmetz, merci de cette explication....

    certains sont durs de la comprenette !! La retraite à 62 ans pour l'instant pour le privé mais aussi il faut compter les trimestres..... c'est simple pourtant... et le public aussi a des trimestres.... Les boulangers artisans travaillent, oui, on ne critique pas, ils peuvent aussi faire du black, ces commerçants.....

  • Par Fifimetz - 02/03/2018 - 12:52 - Signaler un abus Merci isableue

    Perso mes années dans le privé (travaille depuis l’âge de 17ans) + cheminot (entré à 27ans) j’aurais tous mes trimestres je termine à 59 ans je suis un nantis ? Non j’aurais travaillé autant de trimestres que n’importe qui

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Philippe Delsol

Jean-Philippe Delsol est avocat fiscaliste et président de l'Iref (Institut de recherches économiques et sociales).

Il est l'auteur de l'ouvrage L’injustice fiscale ou l’abus de bien commun (publié en février 2016 chez Desclée de Brouwer). 

Voir la bio en entier

Thomas Carbonnier

Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l’entreprise à l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris. Il est membre associé de l’Institut Français de l’Expertise Immobilière (IFEI) et est titulaire des Master 2 droit fiscal, Master 2 droit financier et D.E.S. immobilier d’entreprise de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€