Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Marine Le Pen face à un Nicolas Hulot talonné par François Bayrou ? Ce que les élections autrichiennes pourraient préfigurer pour 2017 si les mêmes causes produisaient les mêmes effets

Extrême droite en tête, écologiste et centriste comme challengers… Il y a de grandes ressemblances entre le premier tour des élections en Autriche et les sondages qui tentent de prévoir le résultat de l'élection présidentielle en France.

Foire d’empoigne

Publié le - Mis à jour le 29 Avril 2016
Marine Le Pen face à un Nicolas Hulot talonné par François Bayrou ? Ce que les élections autrichiennes pourraient préfigurer pour 2017 si les mêmes causes produisaient les mêmes effets

Le candidat présidentiel autrichien Norbert Hofer du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) le soir de sa victoire au 1er tour à Vienne, en Autriche le 24 avril 2016 Crédit REUTERS/Heinz-Peter Bader

Comment s'empêcher d'y penser. Comment chasser de son esprit la comparaison évidente. Le scrutin de dimanche en Autriche résonne, en effet, comme l'avant-première d'une pièce qui pourrait se jouer en France en mai 2017. L’extrême droite y est arrivée en tête du premier tour de l’élection présidentielle. Le candidat du FPÖ, Norbert Hofer, a recueilli 36,4 % des voix, obtenant le meilleur résultat de cette formation d’extrême droite depuis la Seconde Guerre mondiale à une élection nationale. Autre élément sans précèdent, un écologiste s'est hissé au second tour : Alexander Van der Bellen a recueilli 20,4 % des suffrages. Enfin, et c'est la troisième surprise, l'ex avocate Irmgard Griss, candidate indépendante, arrive en troisième position avec 18,5 %.

Exit le candidat du Parti social-démocrate et celui du parti conservateur qui se partageaient le pouvoir depuis 1945.

Des résultats qui font réfléchir, reconnaissent en chœur, les élus français qui observent, sondage après sondage, le maintien de Marine Le Pen en tête du premier tour de 2017 et qui constatent, au fil des mêmes enquêtes d'opinion, que leurs électeurs ne veulent plus des candidats issus des partis traditionnels et refusent un duel Hollande/Sarkozy. Mais jusqu'à présent, les responsables politiques se rassuraient en imaginant qu'au dernier moment, seuls dans l'isoloir, les Français opteraient finalement pour la sécurité, le déjà vu. L'exemple autrichien prouve aujourd'hui le contraire et laisse entrevoir l'esquisse d'un grand chamboulement dont les sondages donnent une petite idée.

L'un des derniers en date réalisé pour le magazine We demain (1) accorde, par exemple, des scores importants à deux candidats non issus des partis traditionnels : de 9 à 11% pour Nicolas Hulot et 12% pour François Bayrou. Les similitudes sont grandes avec l'exemple autrichien. Comme Alexander Van der Bellen, Nicolas Hulot incarne l'aile libérale des écologistes et rassemblerait bien au-delà d'Europe Ecologie Les Verts là où Cécile Duflot est créditée de 1 à 2% dans les sondages. Il a le mérite, aux yeux des électeurs, d'apparaitre comme un homme désintéressé aussi bien financièrement qu'en termes d'ascension de carrière. En revanche, si 79% des Français le trouvent sympathique, seulement 31% pensent qu'il dirigerait bien la France. Son manque d'expérience semble laisser planer un doute sur sa capacité à gérer un pays contrairement à Alexander Van der Bellen, économiste de haut vol et élu au parlement depuis 1994.

Quant à Irmgard Griss, candidate pro européenne, elle a rassemblé les voix du centre sur son nom, comme un François Bayrou rassemble les déçus de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. Alors certes, elle a bénéficié d'un parcours atypique hors des sentiers battus de la politique contrairement à François Bayrou qui a été de tous les rendez-vous électoraux depuis 30 ans, mais ce dernier est depuis longtemps loin des postes à responsabilité, apparaissant même parfois comme un politique atypique qui refuse de suivre docilement la droite comme la gauche.

Or ici comme en Autriche, les électeurs semblent fatigués d'accorder leur confiance aux partis traditionnels et à des candidats usés jusqu'à la corde. Alors certes, la République Fédérale d'Autriche ne fonctionne pas comme la France, ce week-end les électeurs étaient invités à choisir un président qui a peu de pouvoir par rapport au Chef de l'Etat Français, d'où des choix peut-être plus hasardeux, en tout cas plus originaux. Ces élections ne doivent pas pour autant être ignorées. Et avant tout parce que l'extrême droite y est arrivée en tête. En 1999 déjà elle réunissait  26,9 % des voix ce qui amenait Jorg Haider à négocier l'entrée du FPÖ au gouvernement formé par Wolfgang Schüssel, créant un tollé en Europe. Deux ans plus tard, Jean-Marie Le Pen accédait au second tour de l'élection présidentielle en France.

(1) http://www.wedemain.fr/Sondage-exclusif-Hulot-bouscule-les-lignes-de-la-...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par winnie - 26/04/2016 - 06:49 - Signaler un abus Media, politologues et communiquants ,

    Faites donc comme si vous n'aviez rien vu ni entendu de ce qui se trame en France.

  • Par Lafayette 68 - 26/04/2016 - 08:11 - Signaler un abus France et Autriche

    Parallèle peu pertinent

  • Par Borgowrio - 26/04/2016 - 09:18 - Signaler un abus Politique fiction

    12% pour Bayrou ? vous allez lui donner des ailes à cette serpillère . Même en collectionnant toutes les voix du centre et du centre droit , il n'arriverait pas à ce chiffre . Pareil pour Hulot ...

  • Par Le gorille - 26/04/2016 - 09:22 - Signaler un abus Parallèle ?

    Non. L'article ne convainc pas du tout. Mais sait-on jamais ? La lassitude et l'étouffement peuvent faire exploser le vote. Et les noms qui sortiront du chapeau sont probablement encore à découvrir...

  • Par vangog - 26/04/2016 - 09:59 - Signaler un abus Sortez de vos vieux schémas idéologiques, Bertrand!

    La globalisation a brisé les vieilles digues idéologiques droite-gauche, et le vieux schéma de pensée inculqué dans les écoles de la pensée unique ne s'applique plus, ni à l'Autriche, ni à la France, ni aux USA. On voit bien ( surtout les patriotes...) que les candidats qui percent sont ni droite-ni gauche, c'est-à-dire qu'ils peuvent appliquer des solutions de droite ou de gauche, indifféremment et selon le moment. Cette notion de paramètre temporel est indispensable pour comprendre la nouvelle offre politique qui répond à une demande populaire parfaitement saine, contrairement à ce que pensent les idéologues dogmatiques du passé, incarnés, sur ce site, par science pipologues, sociologues et journaleux sauce gauchiste...L'exemple de l'Autriche est parfaitement révélateur de cette nouvelle exigence temporelle, qui est l'exigence libérale, et pulvérisé les dogmes des partis archaïques de droite et de gauche. Voila pourquoi Marine Le Pen, ni Droite ni gauche, affrontera, en France, un Macron téléguidé par Rothschild, mais ni droite ni gauche, et un Le Maire, ni droite ni gauche( c'est lui qui, le premier, a prédit Macron candidat...)!

  • Par joke ka - 26/04/2016 - 10:18 - Signaler un abus Face aux vagues migratoires

    Face aux vagues migratoires déferlantes, les peuples européens font le choix du populisme essentiellement pour préserver leur identité.Ils ne se reconnaissent pas dans le communautarisme...trop de divergences culturelles et cultuelles avec ces nouvelles populations principalement musulmanes et prosélytes

  • Par Atlantica75000 - 26/04/2016 - 16:58 - Signaler un abus Merci de ne pas utiliser le vocabulaire des bien-pensants !

    Joke, Merci de ne pas utiliser le vocabulaire des bien-pensants qui veulent faire taire les mal-pensants en les traitant de populistes ! On a déjà le cas avec la soit-disant "islamophobie", terme inventé par les Iraniens pour nous faire taire

  • Par Lafayette 68 - 26/04/2016 - 17:14 - Signaler un abus @Atlantica75000

    populistes : sens hélas négatif pour les bien pensants ( populistes = démagogues) mais sens positif pour ceux qui considèrent , et ils ont raison que populisme signifie désir du peuple d'enracinement face à l'émancipation débridée sans limites et frontières. Pas le droit de penser donc populisme = injure ! Mieux vaut l'éviter ou le revendiquer mais alors à chaque fois , il faut donner la définition !

  • Par cloette - 26/04/2016 - 22:32 - Signaler un abus le contexte

    va dans ce sens en effet, les causes sont bien les mêmes , donc les effets ? Aux dernieres nouvelles Melenchon serait à 16% devant Hollande ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, Chronique d'une revanche annoncéeraconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€