Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Marie-Noëlle Lienemann : “La montée du FN n’est pas la faute de toute la gauche, mais de François Hollande”

Pour la sénatrice socialiste de Paris, membre du mouvement des frondeurs, François Hollande a trop laissé entendre aux Français qu'il n'y avait d'autre alternative que l'austérité budgétaire et la politique de l'offre. Dès lors, rien d'étonnant selon elle à ce que les citoyens se tournent vers l'extrême droite.

Interview

Publié le - Mis à jour le 13 Février 2015
Marie-Noëlle Lienemann : “La montée du FN n’est pas la faute de toute la gauche, mais de François Hollande”

La Sénatrice (PS) de Paris, Marie-Noëlle Lienemann. Crédit Reuters

Atlantico : François Hollande a estimé  lors de sa conférence de presse jeudi 5 février qu'il ne serait pas candidat à un second mandat si le chômage ne baissait pas, n'excluant de fait pas sa candidature. Vous, à quelles conditions soutiendriez-vous une candidature de François Hollande ?

Marie-Noëlle Lienemann : Je trouve que l'on va bien vite en besogne en considérant que la question de politique intérieure, c'est la future présidentielle. La préoccupation des Français est de savoir si nous sommes en mesure de sortir la France de la crise qu'elle traverse.

François Hollande n'est pas candidat, il est président de la République. J'attends des choses du président de la République actuel ici et maintenant. Je suis préoccupée par la poursuite du chômage, la stagnation, voire la baisse du pouvoir d'achat des Français, l'exclusion et la pauvreté. Cela fait plus de deux ans que nous sommes plusieurs à dire que la stratégie économique mise en œuvre n'est pas la bonne. Elle ne permettra pas d'atteindre ses objectifs et elle n'ouvre pas réellement de stratégie progressiste de sortie de crise. Il faut une stratégie européenne qui nous sorte du carcan de l'austérité et des critères du pacte de stabilité. Nous réclamons que la France demande à ses partenaires européens un moratoire sur le pacte de stabilité. Nous avons besoin d'une France qui prenne des initiatives européennes pour tenir tête à Angela Merkel. L’élection de Syriza en Grèce, la montée des partis anti-européens lors des élections européennes sont autant d’alertes qui devraient pousser la France à taper du poing sur la table pour exiger une réorientation. Cela ne veut pas dire pour autant qu'il n'y a pas de marge de manœuvre immédiate en France. Nous, nous pensons que le Pacte de responsabilité, le CICE, les 50 milliards d'économies sur la dépense publique sont à rebours de la politique de relance qu'il faut mener. Qu'on ait besoin d'aider les entreprises, notamment le secteur industriel et le secteur exportateur pour les aider à doper leur mutation, leur modernisation, leur capacité à monter en gamme, oui. Mais des aides indifférenciées, non conditionnées, qui touchent des secteurs qui n'en n'ont pas besoin comme la grande distribution ? Nous ne sommes pas d'accord. 

Vos attentes vis-à-vis du Président "ici et maintenant" ne sont donc pas satisfaites ?

Non, il ne change pas son cap économico-social. A la limite, on aurait des résultats et des tendances significatives qui montreraient que l’aile gauche du parti socialiste s’est trompée, on pourrait revoir notre position. Mais même les experts les plus optimistes qui prétendent soutenir la politique de l'offre ne croient pas que l'on va faire reculer le chômage dans les années à venir. 

François Hollande a reçu le Premier ministre grec Alexis Tsipras et a laissé entendre que s'il n'était pas favorable à une annulation de la dette grecque, il prônait "le dialogue entre la Grèce et les partenaires européens et internationaux". Lorsque l'on connait la colonne vertébrale idéologique du Président, peut-on réellement croire qu'il apportera son soutien à la Grèce ?

Les mots ne suffisent pas à l'étape où nous sommes. Il faut créer un rapport de force politique face à Madame Merkel. Nous considérons que le Pacte de stabilité, ce n'est pas nouveau, depuis le traité d'Amsterdam, nous disons que ce pacte est malthusien pour la croissance. En tout cas, il est inacceptable d'avoir des critères gravés dans le marbre qu'on ne peut faire muter qu'à la marge. Nous sommes en République et en République, il n'y a pas de loi venue du haut. On ne va pas pendant 20 ans appliquer les mêmes critères économiques avec de simples ajustements conjoncturels. Les critères économiques doivent faire partie des grands débats politiques. C'est d'ailleurs pour cela qu'il a toujours été important de parler d'un gouvernement économique. Et pour l'heure, ce pacte est une des raisons de la situation dans laquelle se trouve l'Europe. Nous demandons au président de la République, comme il s'y était engagé, d'être un acteur de la réorientation de l'Union européenne. L’élection de Syriza est une opportunité de réorientation et le président de la République doit la saisir.  On aurait d’ailleurs pu attendre de François Hollande qu'il hausse le ton face à la BCE qui a décidé de ne plus accepter la dette grecque comme garantie. Je suis déçue de ce silence qui est alignement sur Merkel. Stratégiquement, il était en situation de pouvoir faire autre chose.  

L'élection de Syriza a-t-elle sonné la fin de l'euro ?

Non, j'ai été députée européenne et des rodomontades, des grandes menaces, j'en ai vu ! J'attends de voir que l'Allemagne déclenche une crise de la zone euro. Ce n'est pas à elle que cela profitera en premier. C'est pour cela que le président français devrait hausser le ton.

Il faut expliquer à nos amis allemands que le fort peut être un colosse aux pieds d'argile. Et il faut leur rappeler qu'en 1953 la France a accepté d'annuler la dette pour l'intérêt général. Après on nous explique que nous étions en période d’après-guerre. Mais ce n’est pas nous qui avions déclenché la guerre. Ce n'est pas en faisant semblant d'obliger la Grèce à rembourser ses dettes qu’elle le pourra et il est clair qu'il leur faut les moyens de relancer l'activité.

Selon deux sondages réalisés la semaine dernière, à la question "si le premier tour de l'élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, pour qui voteriez-vous", près de 30% des sondés se sont prononcés pour Marine Le Pen. Que traduit le succès grandissant de l'extrême droite, notamment auprès des sympathisants socialiste ? 

A partir du moment où l'on dit aux citoyens qu'il n'y a pas d'alternative, comment voulez-vous qu’ils ne se tournent pas vers l’extrême droite ? Car le Front national (FN) leur semble être la seule alternative qu'ils n'aient pas encore essayée. La gauche portait au départ un discours d'alternative raisonnable. Les 160 engagements du discours du Bourget portaient une réorientation réformiste mais réelle. Aujourd’hui, on explique qu'on ne peut pas le faire : il ne faut pas s'étonner que les électeurs se tournent vers d'autres stratégies.

Faut-il voir dans la montée du FN l’échec de la gauche ? 

Pas de toute la gauche, mais de François Hollande. La preuve c'est qu'il n'a pas réussi à convaincre toute la gauche qu'il n'y avait pas d'autre solution, sinon il aurait toujours la même majorité qu'au début. Or ce n'est pas le cas.

Faut-il y voir un échec du Parti socialiste au pouvoir ?

C'est un échec de tous les partis démocratiques mais en particulier du PS actuellement : du président de la République et du gouvernement.

22 % des ouvriers et employés considèrent que le FN est le parti le plus efficace en matière de justice sociale, plus que toute la gauche réunie (sondage Ifop 19 mai 2014). Quelle offre le Parti socialiste pourrait-il développer pour répondre aux inquiétudes des Français et notamment des catégories populaires de plus en plus tentées par le vote frontiste ?

Justement le congrès du Parti socialiste doit être le moment où les militants sont face à leurs responsabilités. Soit au nom du légitimisme, ils choisiront d’être derrière le Président. Dans ce cas, je redoute les pires dérives pour le pays.  Ou alors nous serons capables d'avoir un congrès, qui sans tout fracasser, envoie un message très net et très clair de la nécessité d'une réorientation économique et sociale et par ailleurs d'une nouvelle dynamique politique en direction du peuple de gauche et donc du rassemblement de la gauche. Mais l'absence d'alternative ne peut que nourrir la montée de l'extrême droite.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par AlainAFZ - 08/02/2015 - 10:40 - Signaler un abus aveugle ?

    Aveuglement ou bêtise, tout ce que la démagogie et l'idéologie peut entraîner et cela fait une sacrée couche. Quand à la Gréce comment faire confiance à une nation qui a maintenant appris à vivre au dépend des autres ?

  • Par bjorn borg - 08/02/2015 - 10:44 - Signaler un abus Quelle belle femme!

    Si jamais elle me disait oui, je voterai pour hollande c'est sur!!!

  • Par john mac lane - 08/02/2015 - 10:57 - Signaler un abus Démagogie, mensonges et rêves d'URSS ou Corée du Nord

    L'austérité? les dépenses françaises continuent, en effet, d’augmenter de 21 milliards d’euros par an depuis 2009. Le peuple de gauche? Des profs, des fonctionnaires et les professionnels de la rente d'état. Que des gens qui n'ont pas conscience qu'ils sont à charge. Politique de l'offre? Le poids de la fiscalité n’a jamais été aussi important. 53% du PIB l’an passé, record historique! Figée au Capital de Karl Marx. Et sa gamellise aux cumuls de tous les régimes spéciaux, ce joyeux concept de l'iniquité entre individus.

  • Par Benvoyons - 08/02/2015 - 11:41 - Signaler un abus Mais madame l'augmentation du chomage,la crise Française

    ne provient que de votre mode de penser et donc de vos dogmes totalement archaïques et rétrogrades, Ils sont totalement archaïque, car totalitaire. Cela provient que l’État Français est gouverné par des Hauts Fonctionnaires (de philosophie Marxiste) empêtrés par "moi je seul détenteur de la vérité pour la Monde et surtout vis à vis de "mes" concitoyens. Ces Hauts Fonctionnaires ont en plus le droit d'être des élus ( 55 à 60% des élus députés, sénateurs sont des Fonctionnaires) ce qui est interdit dans les vraies démocraties. ( UK, Allemagne, Pologne (pays revenant de loin après des dizaines d'années sous votre courant de pensée et de nos Hauts Fonctionnaires), l'Autriche, les USA etc...Quand un pays est gouverné par une minorité qui s’octroie tous les pouvoirs et qu'en plus une de ses représentes obscurantistes vient doctement nous dire que tout va mal (mais que cela n'est pas à cause d'elle et de ces Hauts Fonctionnaires ayant tous les pouvoirs ) et bien je vous souhaite une visite dans vos anciens Goulags (comme on visite Auschwitz). Car votre système ou vous voulez aller et bien ce termine toujours comme cela. Tout le monde avec le salire universel Bénévole de l'Etat mais Socia

  • Par Benvoyons - 08/02/2015 - 11:54 - Signaler un abus Madame vous pronez qu'il faut l'Egalité en France et bien dite

    moi ou est l’Égalité entre un Fonctionnaire qui veut être élu et un ingénieur dans une société privée qui voudrait être élu? Bien évidemment cela prouve que les Fonctionnaires sont des gens qui sont pour l'inégalité et non pour l’Égalité. C'est pour cela que nos anciens Révolutionnaires (pour des raisons hautement éthiques) dans les premières constitutions avaient mis (qu'un Fonctionnaire ne pouvait être un élu de la Nation). Nous sommes en ce moment en France comme avant la Révolution Française. Nous avons une oligarchie avec tous les pouvoirs et ses contrôles. Les Chambres doivent redevenir celles du Peuple de France et non pas la main mise par cette oligarchie de Fonctionnaires. Vous même vous êtes une Fonctionnaire et vous en faites parti de cette oligarchie. Il y en a mare de cette propension à prendre les Français (comme des simples d'esprit ne pouvant pas être des élus responsables devant eux.

  • Par Anguerrand - 08/02/2015 - 12:09 - Signaler un abus À Benvoyons 100% ok avec vous

    Mme Lienemann devrait néanmoins ne pas s'offusquer de la montée du FN puisque qu'elle veut, comme MLP, une politique d'extreme gauche, elles ont toutes deux soutenu Syriza en Grèce, leur politique économique est donc bien très proche. Reste l'immigration ou le désaccord reste profond.

  • Par langue de pivert - 08/02/2015 - 12:20 - Signaler un abus ????

    Il faut expliquer à nos amis allemands que le fort peut être un colosse aux pieds d'argile. Et il faut leur rappeler qu'en 1953 la France a accepté d'annuler la dette pour l'intérêt général. Après on nous explique que nous étions en période d’après-guerre. Mais ce n’est pas nous qui avions déclenché la guerre. § Si madame, c'est nous (et l'Angleterre) qui l'avons déclaré la guerre ! On ne vous a pas appris ça à l'école ? ☺ Normal, à moi non plus mais je me suis renseigné ! Évitez les approximations historiques si vous voulez être crédible !

  • Par vangog - 08/02/2015 - 12:23 - Signaler un abus 35% du vote des Français, une faute?...

    Allons, Lienemann! on comprend que que vous préféreriez une bonne vieille dictature socialiste à la Poutine, qui soit en mesure de "sélectionner" ses partis d'opposition en vertu de critères "socialistes" purs, mais 35% du vote des Français n'a rien à voir avec le choix d'un seul homme, fut-il tonton! Même si vous aviez réussi à imposer votre dictature socialiste à l'hypocrite Mitterrand, ce vote se serait exprimé un jour ou l'autre...hors des urnes, si les urnes lui étaient refusées. Mais réjouissez-vous Lienemann, car la dictature socialiste a réussi dans tous les autres domaines: la presse, lui est totalement acquise, grâce aux efforts des petits chefs propagandistes Filipetti et Pèlerin, achevant ainsi le noyautage des corps intermédiaires par les médiocres du pouvoir gauchiste. Les Français sont bien naïfs d'avoir laissé s'installer la dictature médiatique, car c'est elle qui désignera encore leur prochain Président-dictateur, peu importe qu'il s'appelle Valls ou Flamby, mais pourvu qu'il entretienne la culture de la dette et du chômage qui les fait vivre sur les décombres d'une démocratie en solde, ombre de ce qu'elle fut naguère...

  • Par langue de pivert - 08/02/2015 - 12:31 - Signaler un abus et toc ☺ !

    Ce n'est pas en faisant semblant d'obliger la Grèce à rembourser ses dettes qu’elle le pourra et il est clair qu'il leur faut les moyens de relancer l'activité. § Ce n'est pas nous qui avons obligé la Grèce à rentrer, par ruse, dans l'Europe...ni a s'endetter au-delà de sa capacité de remboursement ! Vous pouvez vérifier madame ! ☺

  • Par Texas - 08/02/2015 - 13:09 - Signaler un abus Du pur et du dur ....

    Le Socialisme de 1936 de Me Lienemann ..... A diriger vers le Musée d' Histoire Naturelle , section victimes du Darwinisme .

  • Par EREC56 - 08/02/2015 - 13:12 - Signaler un abus Le déni fonctionne pleinement

    François Mitterrand a imposé à la France la thématique injustifiée de l'antiracisme pour sauver la gauche de la disparition. Mme Lienemann, comme les autres gauchistes, en profite encore. Faire du FN (et plus généralement du fascisme d'ailleurs) un phénomène politique indépendant de l'histoire de la gauche est un mensonge. Quelle hypocrisie !

  • Par EREC56 - 08/02/2015 - 13:12 - Signaler un abus Le déni fonctionne pleinement

    François Mitterrand a imposé à la France la thématique injustifiée de l'antiracisme pour sauver la gauche de la disparition. Mme Lienemann, comme les autres gauchistes, en profite encore. Faire du FN (et plus généralement du fascisme d'ailleurs) un phénomène politique indépendant de l'histoire de la gauche est un mensonge. Quelle hypocrisie !

  • Par jmpbea - 08/02/2015 - 13:36 - Signaler un abus Le discours de cette dame est symptomatique...

    de la méconnaissance totale du peuple et des mécanismes économiques mondiaux....prêcher pour plus d'Etat, plus de demande, plus d'aides plus de déficits de l'Etat, plus d'aides aux immigrés illégaux ....c'est effectivement envoyer les Francais vers des mesures drastiques concernant l'immigration, les dépenses publiques, les aides aux plus pauvres...et, le pire, c'est que cette femme represente ou dit représenter les couches populaires alors qu'elle ne les connaît pas et s'étonne....

  • Par bjorn borg - 08/02/2015 - 14:42 - Signaler un abus VANGOG VANGOG

    Vous voulez bien ne plus taper de toutes vos forces sur Vladimir Poutine?? Merci pour lui !!!

  • Par vangog - 08/02/2015 - 14:50 - Signaler un abus @bjorn borg vous êtes de la famille de Pourine?

    savais-pas...

  • Par chrisbord - 08/02/2015 - 17:02 - Signaler un abus Marie Noëlle Maire d'Athis Mons

    Demandez donc aux athégiens ce qu'ils en pensent ! Les "étrangers" bénéficiaient de Toutes les aides ! Les autres avaient uniquement le droit de "bien" voter et de payer. Comme maintenant le PS ..........C'est une maladie a éradiquer rapidement pour le bienfait des contribuables? Et j'espère que le FN leur mettra une telle claque ! A noter que le FN n'est pas trop ma tasse de thé ! Mais bon, LE FN a parfois des réactions que je qualifierais de bizarre !

  • Par Benvoyons - 08/02/2015 - 18:10 - Signaler un abus chrisbord - 08/02/2015 - 17:02 C'est pas possible tu es toi même

    Socialiste pour rêver comme cela avec le FN. Le FN c'est le même programme étatique ( l’État peut tout vous. Ne penser pas par vous même, nos élites d’État font cela très bien ) et la note sera aussi salée et même en pire, puisque la France doit vivre (suivant le programme économique FN qu'ils ont piqué à l’extrême gauche du Socialisme) en autarcie. C'est clair avec le grand écart que fait MLP tu peux rentrer aux FN!

  • Par de20 - 08/02/2015 - 22:38 - Signaler un abus Quitte à vouloir nous foutre

    Quitte à vouloir nous foutre à poil qu elle aille prendre des cours de streap tease. Avec un peu de chance elle tombera pour faute.

  • Par crobard007 - 09/02/2015 - 00:53 - Signaler un abus Impressinnant....

    et affligeant de bêtise, l'idéologie rance et inadaptée au monde actuel, mais elle en fout, elle glande au sénat, et c'est décidé, Mamie NOVA n'aime pas FLAMBY!

  • Par Fran6 - 08/03/2015 - 23:05 - Signaler un abus encore!!

    avec les socialistes, c'est toujours la faute des autres, là, c'est Merkel, mais pour moi, c'est l'UMPS qui refuse de réformer ce pays et donc, demain, faudra les forcer, cela sera la peur du FN ou sinon, la rue...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marie-Noëlle Lienemann

Marie-Noëlle Lienemann est une femme politique, membre du Parti socialiste et sénateur de Paris.

Elle fut notamment députée européenneministre déléguée au Logement et au Cadre de vie dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy et secrétaire d’État au Logement dans le gouvernement de Lionel Jospin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€