Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 28 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Manuel Valls à ONPC: absence de petits meurtres entre amis

Le simulacre qui nous a été proposé dissimule des ficelles qui expliquent le manque d'animation polémique sur le plateau.

Amabilités

Publié le
Manuel Valls à ONPC: absence de petits meurtres entre amis

D'un premier ministre capable de prononcer les mots "guerre civile" un soir d'élections, d'un personnage qui n'hésite pas à menacer, nommément, les humoristes et les intellectuels au pupitre du Parlement, d'un tribun qui glapit "république!" toutes les trois minutes au comble d'une hystérie inquiétante, que pouvait-on attendre dans un programme de divertissement ?

Pour commencer retournons la question: en dehors des chiffres d'audience, que pouvaient en attendre ceux qui l'ont invité ? Les grands prêtres de la case 23.00-2.00 espéraient quoi, au juste, en attirant chez eux un premier ministre en exercice ? Se placer davantage dans les bonnes grâce du Pouvoir ? Quand on assiste à la revue de presse liminaire on se demande s'il était possible d'aller plus loin dans la flagornerie pro-Juppé, dans l'allusion orientée aux insuffisances de François Hollande, dans la prospective présidentielle socialiste, mais le problème est de savoir si le Pouvoir n'est pas en train de changer radicalement de pôle magnétique tout simplement.

Après cette heure de bavardage, non seulement on se pose la question mais on se demande si le Premier ministre n'en est pas, lui-même, convaincu. Les questions étaient tièdes et les réponses réchauffées (le sens du sacré, le messianisme,  l'Islam compatible avec la laïcité, la Nation rabougrie, rance  etc). Le grand problème de Manuel Valls, outre son recours permanent à une espèce de scrabble sémantique où certains mots comptent double ou triple, comme république, valeurs, détermination, inadmissible, intolérable etc, c'est son sourire coincé . Il se prête extrêmement mal au genre d'exercice qui lui a été proposé. On imagine sans peine qu'il a voulu imiter Obama participant au Late Nigt Show parce que les démocrates (entendez les socialistes) de tous les pays développés ont l'air de croire, désormais, qu'on ne peut plus faire de politique sans slammer, imiter Nat King Cole ou dribbler sous les projecteurs avec Tony Parker. Manuel Valls est trop emprunté en général pour consentir à tout cela mais on aurait aimé qu'il ait, au moins, l'air sympa pour une fois, c'est à dire ému, sincère, profond, humble, recueilli. Afficher sa détermination à tout bout de champ n'a aucun sens si, dès qu'on ouvre la bouche, l'auditoire a l'impression d'entendre la version parlante du lapin Duracell.

Donc l'intérêt de la chose se trouvait davantage en coulisses. Et quelle présence devinait-on  en coulisses ? Je dis deviner, car il s'agissait, bien entendu, d'une coulisse virtuelle. Eh bien la régie était peuplée de silhouettes tutélaires. Le simulacre qui nous a été proposé dissimulait nombre de ficelles. Yann Moix, dont le regard Orange mécanique semblait embué par la bienveillance, fait partie des mêmes réseaux que Manuel Valls depuis vingt ans. Ils ont le même éditeur, les mêmes amitiés à trois initiales, les mêmes aversions, les mêmes intérêts. Il suffit de se pencher sur les aventures éditoriales récentes de Manuel Valls qui a publié ses discours sous un titre pompeux (l'Exigence), publication qui servait de prétexte à sa prestation. Dans Google images on trouve une poignée de photos de groupe où l'on voit que Moix fait partie de sa famille de pensée, à un tel degré qu'on est proche de la consanguinité. Google images, c'est comme une espèce d'immense album souvenir de toutes les cousinades de la profession. Eh bien! autour de Manuel Valls, c'est bizarre on reconnaît toujours les mêmes visages. Et l'un d'eux est justement celui de son prétendu procureur d'un soir, Yann Moix, dont la productrice affirme dans le Figaro que Valls ne connaissait "absolument pas" l'opinion à son sujet avant de venir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Yves3531 - 17/01/2016 - 10:38 - Signaler un abus Émission de propagande PS...

    des questions inhabituellement peu polémiques, un ton presque paisible et une tonalité d'excuse si jamais cela pouvait paraître aller trop loin, des regards servilement admiratifs ... bref les Salamé, Moix, Ruquier et leurs invités bien choisis show-biz subventionné ont comme prévu servi la soupe à un Valls verbeux, ennuyeux, inconsistant. Les français auraient mieux fait de rester couchés, à moins que cela ne leur ouvre les yeux sur le factice du décor et le fétide de la pièce.

  • Par clint - 17/01/2016 - 11:15 - Signaler un abus Millions de chômeurs, sujets hors sol, Valls à droite de NKM !

    Un PM qui ne parle que de déchéance de nationalité (concerne moins des doigts de la main), de l'antisémitisme français comme seul problème de la société française, et occulte complètement le vrai problème qui génère tous ceux de la France : le chômage qui n'a fait qu'augmenter avec Hollande/Valls ! La chaine de service public a bien joué son rôle : des "journalistes" interviewers se limitant à ne poser que des questions qui le favorisent. Un Valls dont la posture de fermeté décèle une limite d'ouverture d'esprit qui se manifeste tout particulièrement par ses arrogances dogmatiques et grandiloquentes. On a un Valls qui se positionne plus à droite que NKM tout en étant très loin d'en avoir le niveau intellectuel (ce qui d'ailleurs explique beaucoup son attitude constante de matamore !

  • Par Lafayette 68 - 17/01/2016 - 11:19 - Signaler un abus Réunion du PS hier soir sur France2 ?

    La liberté de ne pas les regarder ,de ne pas les écouter : un vrai bonheur démocratique et républicain.

  • Par Bestfriend - 17/01/2016 - 11:52 - Signaler un abus Le Sévice Public,chaque année 200 affaires Bygmalion !

    Près de 4 milliards d'€ de budget,des chaines sous contrôle d'une secte soviétisée et à part qq émissions pluralistes,une idéologie ultra-dominante à gauche y compris dans les séries (Plus belle la vie ect..).Par exemple,quand une production traite de la 2e guerre mondiale,le collabo a toujours un profil "de droite",jamais celui d'un ancien responsable CGT ou d'un ex-pacifiste comme le furent le ministre du Travail de Pétain ou Pierre Laval ect.. Chez Taddéi, il y a une surexposition de l'extrême-gauche qui améne parfois à avoir en face d'elle un assortiment de contracdicteurs du PS et de la droite modérée. Et à ONPC, un vrai tribunal de l'inquisition pour les invités de droite,avec à la clé des huées du public, contre un cirage de pompe lénifiant lorsque l'invité est de gauche (Comparez l'émission de JL Mélenchon ou celle de C.Taubira avec celle de R. Dati). Enfin,bien qu'opposant au FN, je dénonce l'ostracisme à son égard par le service public.Aymeric Caron s'en félicitait justement car son rôle était bien une fonction éducative du peuple contre le danger du fascisme.Un peu comme en URSS, quoi !!

  • Par cloette - 17/01/2016 - 12:14 - Signaler un abus J'ai zappé

    Mais grâce à l'article c'est comme si j'avais vu, et justement c'est ce que je subodorais , Excellent article , clair , fin, bien écrit !

  • Par vangog - 17/01/2016 - 16:21 - Signaler un abus Le Public Sévice, PS, au service de la noble cause...

    L"insupportable, inadmissible, intolérable" a encore frappé les deux coups de minuit...bon, d'accord, je n'ai pas regardé cette émission pour bobos attardés sur les chemins de la globalisation, et je ne lirai pas non plus le livre pré-présidentiel de Valls-la-führer...avec six millions de chômeurs et 2100 milliards de dette, sans compter la dette hors-bilan, ce roquet a le toupet de commettre un livre...il a le temps? Ah oui, c'est vrai que Flamby-le-menteur doit le laisser passer en tête, dans la dernière courbe non inversée du quinquennat, et il faut qu'il se prépare, le roquet...

  • Par Orchidee31 - 17/01/2016 - 18:45 - Signaler un abus C'était à prevoir

    Je ne regarde pas cette émission où tous les gauchos sont entre eux et je m'en félicite - l'article par contre est très intéressant et vos commentaires instructifs - ils me suffisent - regarder et écouter "le matamore" excité et hystérique avec ses yeux qui lui sortent de la tête ne m'intéresse pas -

  • Par odelaf - 17/01/2016 - 21:35 - Signaler un abus 10 minutes

    Je n'ai pas pu résister et ai regardé 10 minutes , le temps de voir Gerard Darmon cirer les pompes à Valls et encenser F Hollande !!!!! Quelle bande de médiocres !

  • Par matleg - 18/01/2016 - 14:33 - Signaler un abus Enfumage

    Un Valls mis dans sa zone de confort pendant plus d'une heure, le stratagème a atteint ses limites. D'Ormesson a prouvé qu'il était possible de synthétiser en quelques mots l'exposé laborieux d'un élève médiocre. Effectivement la différence de traitement entre personnalités de droite et de gauche est tout bonnement ahurissant. Une pseudo-question sur le chômage en toute fin d'interview et c'est tout. Rien sur les affaires et le népotisme atavique des gens du PS. Rien sur la dette qui continue de progresser en dépit d'un contexte ultra-favorable. Rien sur la personnalité très controversée du Premier Ministre (suivez mon regard sur le livre d'Emmanuel Ratier). Télévision d'Etat, télévision sans avenir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christian Combaz

Christian Combaz est écrivain et polémiste.

Il est notamment l'auteur de Les âmes douces, éditions Télémaque et Le troisième âge est un tiers-état, éditions du Cerf, paru en février 2016, mais aussi Gens de campagnol (Flammarion, 2012), La France mérite mieux que ça (Editions du Rocher, 2005) et Enfants sans foi ni loi (Editions du Rocher, 2002)

Retrouvez les écrits de Christian Combaz sur son blog : http://christiancombaz.fr/

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€