Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mali : il est temps de reconnaître le peuple touareg !

Les frontières coloniales ont engendré moult conflits et devraient être plus conformes aux désirs des peuples, notamment afin d’éviter que ceux-ci se radicalisent... Le problème malien remonte à la création, en 1960, d’un État central tenu par la tribu noire-africaine des Bambara qui domine le Nord touareg.

De l'avant

Publié le

Peut-on faire encore comme si le peuple Touareg – et donc berbère - n’existait pas ? Peut-on encore nier que les frontières coloniales ont engendré moult conflits et qu’elles devraient être plus conformes aux désirs des peuples, notamment afin d’éviter que ceux-ci se radicalisent ? Les droits à l’autodétermination que la "communauté internationale" (en fait les États puissants de la planète) a accordé dans les années 1990-2010 aux séparatistes slovènes, croates, bosniaques ou albanophones face à l’Etat central serbo-yougoslave, ou encore aux chrétiens-animistes du Sud Soudan (désormais indépendant), longtemps massacrés par les Arabo-musulmans du Nord Soudan, peuvent-ils être refusés aux Berbères du Nord Mali ?

On peut répondre à cela que le droit international est fondé sur le sacro-saint dogme de "l’intangibilité des frontières", y compris celles qui sont le fruit d’un découpage colonial sommaire. Mais il est aussi clair que, faute de liquider physiquement les Maures et les Berbères du Nord Mali, honnis par les ethnies noires-africaines du Sud du pays, le fait de nier la "question touareg" et des minorités équivaudra à créer une "bombe identitaire à retardement" pour les futures générations maliennes.

Rappelons que les Touaregs du Mali sont membres de la grande famille des "Amazighs" et qu’ils parlent une langue berbérophone, le Tamasheq, qui vient lui-même du mot Tamazigh (berbère). Globalement, les Berbères vivent dans des États dominés soit par des nationalistes arabophones, soit par des tribus noires-africaines (Maroc, Algérie, Tunisie, Lybie, Mauritanie, Niger, Mali, etc). La plupart du temps, ils sont contraints de parler l’arabe ou l’une des langues nationales africaines au détriment du Tamazigh ou du Tifinagh. Ils sont pris en tenailles entre l’arabisation intensive et la domination des noirs-africains, souvent descendants d’esclaves et donc épris de revanche...

Le problème de fond au Mali remonte donc à la création, en 1960, d’un État central tenu par la tribu noire-africaine des Bambara qui domine le Nord touareg et Maure. Car au Nord du Mali, bien qu’étant laïques et hostiles à l’islamisme radical, les Berbères touaregs cohabitent depuis longtemps avec des Arabophones maures bien plus islamisés et qui pourraient être des ennemis, mais qui sont comme eux perçus comme des intrus "blancs" par les ethnies noires africaines du Sud. Tandis que les Touaregs ont repris leurs aspirations autonomistes, les arabo-musulmans se sont réislamisés sous le double effet de la réislamisation de l’Etat malien lui-même et de l’influence du salafisme venu des pays du Golfe.

Ainsi, depuis les années 1980, avec le remplacement du panarabisme par le panislamisme, les indépendantistes berbères d’Afrique du Nord et sahélienne ont connu un vaste mouvement de réveil identitaire, fort bien décrit dans l’ouvrage du leader kabyle Ferhat Mehenni : Le siècle identitaire, la fin des empires post-coloniaux (éditions Michalon, 2010), qui explique que la démocratisation couplé au réveil des identités et aux moyens de communication modernes aboutira tôt ou tard à une redéfinition des frontières post-coloniales, ce qui célébrera enfin, selon lui, la "seconde décolonisation".

Les mouvements laïcs touaregs du Nord étant traditionnellement hostiles à l’islamisme, le fait que certains de leurs groupes rebelles aient rejoint des "terroristes islamiques" arabophones a semblé paradoxal. Mais il convient de distinguer entre l’internationale islamiste salafiste, composée de groupes algériens et locaux comme AQMI et le Mujao (Maures arabophones), plus ou moins affiliés à Al-Qaïda, et l’islamisme malien plus spécifiquement touareg comme Ansar Dine. Clef du problème, ce mouvement dirigé par l’ancien leader de la rébellion touareg des années 2000, Yad Ag Ghali, a été co-créé très récemment par le régime algérien, qui voulait ainsi affaiblir le mouvement touareg laïque du MNLA et qui craignait plus que tout la création d’un Etat berbère à ses portes, susceptible de réveiller les vélléités indépendantistes des Kabyles algériens.

Rappelons que lorsque le MNLA conquit tout le Nord Mali en mars 2012, l’armée malienne décampa et ne combattit même pas les Touaregs. L’intégrité du Mali avait déjà volé en éclat. Dans ce contexte fort préoccupant pour Alger, le chef d’Ansar Dine, Yad Ag Ghali, ex-leader touareg de la rébellion de 2006 qui conclut un accord de paix avec Etat malien en 2009, enragé de ne pas avoir été choisi pour diriger le MNLA par la jeune garde du mouvement touareg laïque, accepta la proposition d’Alger de créer une nouvelle entité islamiste touareg suffisamment bien dotée militairement et financièrement par Alger, le Qatar et l’Arabie saoudite pour réussir à annuler la victoire des Touaregs laïques et créer un prétexte pour discréditer le nouvel Etat berbère du Nord, devenu un “fief d’Al-Qaïda”...

L’intérêt commun d’Alger et des monarchies islamistes du Golfe étant de couper l’herbe sous le pied aux révolutionnaires laïques touaregs. Abandonné à la fois par les capitales africaines, occidentales et arabes, le MNLA dut donc affronter seul tous les mouvements islamo-terroristes (AQMI – MUJAO -Ansar Dine) lourdement armés et financés pas seulement par la drogue et les prises d’otage mais par les pétromarchies salafistes du Golfe qui leur ont ainsi permis de recruter d’anciens combattants MNLA alléchés par l’argent salafiste... C’est ainsi qu’en quelques mois, le MNLA s’est fait voler sa victoire par les islamo-terroristes et a tenté de "sauver les meubles" en contractant une alliance tactique, certes contre-nature, avec les Salafistes, ceci en échange de droits culturels. Pour le leader du Mouvement mondial berbère, Belkacem Lounès, l’Algerie de Boutéflika a donc joué un jeu plus que trouble, en démontrant, par son pouvoir de nuisance, qu’aucune paix n’étant souhaitable sans Alger. Selon Lounès, "si il ne s’agissait que d’un conflit entre Touaregs et l’Etat malien, la question serait déjà réglée depuis longtemps, car les Touaregs sont légitimes au Nord Mali et ont droit à une auto-détermination, leur capacité combattante leur permettant de repousser l’armée malienne et donc d’avoir l’avantage sur le terrain. Sans l’action extérieure d’Alger et des pays arabo-musulmans du Golfe, qui tirent les ficelles des mouvements islamistes du Nord Mali et d’ailleurs, ennemis fort "utiles" pour discréditer l’autodétermination des Touaregs, l’équation malienne serait moins difficile à résoudre…".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par delubac - 04/02/2013 - 06:44 - Signaler un abus Connaissez vous le Mali et les maliens

    Ayant vécu quelques années au Mali, tant en ville qu'en brousse, je suis surpris de vos propos. ils me semblent marqué au sceau du parisianisme. Bozo, dogon, peul, bambara, touareg et autres ethnies arrivent à vivre ensemble sans difficultés majeures et ceci depuis plusieurs sciècles (3 au moins). Pourquoi soutenir un irrédentisme construit par les trafiquants aux fins de se créer leur zone de non droit ? "Le peuple touareg.... et les Bozos alors ? Le fleuve leur appartient non ?

  • Par Gégé Foufou - 04/02/2013 - 07:23 - Signaler un abus COMMENT ????

    Les maliens du sud (noirs) sont d'affreux racistes envers les Touaregs (blancs) C'est pas possible!!!!!

  • Par Gégé Foufou - 04/02/2013 - 07:25 - Signaler un abus A delubac

    un conseil retournes y, t'as pas bien vu.

  • Par Gégé Foufou - 04/02/2013 - 07:27 - Signaler un abus Bien sur qu'ils vivent "ensemble"

    les noirs au sud, les touaregs au nord, belle unité.

  • Par amike - 04/02/2013 - 07:33 - Signaler un abus @delubac: Bien sûr, comme les serbes, croates, bosniaques...

    s'entendaient à merveille ! Maintenant, un article qui ne parle pas de la faute originelle de l'intervention libyenne ne peut être que suspect (ironie). Donc, la France, grâce à Hollande est intervenue dans une guerre civile pour défendre un camp, et ses intérêts économiques dans la région et servir d'i..t utile à l'Algérie ?

  • Par Le gorille - 04/02/2013 - 08:22 - Signaler un abus Les terroristes islamistes....

    Ils sont qui alors les terroristes islamistes ? Je ne parle pas des gens sur le terrain mais des pourvoyeurs? L'Arabie saoudite, le Qatar et l'Algérie ? Ben, comme panier de crabes... Dans quelle galère la France se serait-elle fourvoyée ? Si votre analyse est juste, et je vois pas en quoi elle ne le serait pas... on n'en a pas fini ! Et la diplomatie de Normal 1er va être mise à très rude épreuve, s'il doit finir par parrainer le démembrement du Mali avec la création de l'Azawad...

  • Par ramuncho - 04/02/2013 - 09:23 - Signaler un abus PEUPLES

    Comme il est temps de reconnaître le peuple KURDE

  • Par sidi - 04/02/2013 - 09:36 - Signaler un abus Alexandre Del Valle "National-sioniste"

    Cet individu, chaud partisan de l'extermination,des musulmans,en suggerant,de bombarder des villes de plus de 10 millions d'habitants,telles que Karachi et le Caire,avec des bombes à neutrons,pour regler le probleme palestinien,se signale en versant des larmes de crocodile, sur les touareg,et passe sous silence,le martyr que subit le peuple palestinien,de la part de l'entité sioniste,l'histoire vous rattrapera

  • Par l'enclume - 04/02/2013 - 10:04 - Signaler un abus Mon truc en plumes

    Gégé Foufou - 04/02/2013 - 07:27 Question vivre ensemble, il se murmure qu'à Nice, il y aurait soit des gangters, soit des retraités, et se beau monde arrive à vivre ensemble C'est pas possible!!!!!

  • Par ISABLEUE - 04/02/2013 - 12:07 - Signaler un abus On s'en fout

    Depuis 50 ans, ils auraient pu régler leurs problèmes entre eux. Ras le bol, ça va encore être de notre faute..

  • Par kronfi - 04/02/2013 - 12:24 - Signaler un abus les frontieres issues du colonialisme

    sont purement factice et ne refletent pas l'unite ethnique des peuples de ces regions. On veut nous faire croire que le brassage des cultures est un bienfait, Or il n'en est rien... une ethnie un peuple dominera toujours le plus faible, sauf a voir des guerres interminables... le Soudan a bien su se separer en deux etats... les noirs du sud n'ont pas plus de legitimite sur ce territoire ( touareg) que les turcs sur le kurdistan... Il est temps de reconnaitre aux peuples leur legitimite, culturelle et historique...

  • Par SteakKnife - 04/02/2013 - 12:47 - Signaler un abus @ISABLEUE

    Si on s'en foutait de l'Afrique, dans ce cas il ne fallait pas dépouiller le continent pendant des dizaines d'années, tracer des frontières au cutter, puis partir en se faisant botter le cul.

  • Par Djib's - 04/02/2013 - 13:19 - Signaler un abus Analyse simpliste et biaisée

    Mr De Vall avez vous été obligé à vous exprimer sur un dossier que vous ne maitrisez absolument pas car manifestement vous êtes perdu. Vous dites que le mnla a conquis tout le nord du Mali mais vous oubliez de mentionner que ce dernier s'est associé aux terroristes du mujao, aqmi et ancardine pour arriver à ses fins séparatistes...la fin de l'histoire est connue quand on s'associe aux diables, ne nous faites pas croire que le mnla ne s'est associé à eux que par tactique et seulement après la conquête, cela est complètement faux, le mnla avait des accointances avec ces mouvements terroristes bien avant les attaques dont le territoire malien a fait l'objet. Maintenant venons-en à la "reconnaissance" du peuple touareg, Mr sachez que le mnla n'est pas du tout représentatif des touaregs, la majorité des touaregs est très bien intégrée dans la République, ils sont ministres, colonels, vice président à l'assemblée nationale...c'est un faux problème. Et l'Etat touareg n'est pas envisageable pour la simple et bonne raison que les touaregs sont "démographiquement" minotaires au nord du mali, il suffit juste d'organiser un PETIT referendum pour en avoir le coeur net!

  • Par ISABLEUE - 04/02/2013 - 13:22 - Signaler un abus C'est vrai que depuis le temps, ils auraient pu

    créer quelque chose, les colons belges, allemands, français, anglais, portugais, n'ont pas tout pillé... Mais bon, c'est tellement facile.. Non c'est plus facile de venir se faire assister. Moins fatiguant.

  • Par SteakKnife - 04/02/2013 - 13:59 - Signaler un abus @ ISABLEUE

    Difficile de créer quelque chose dans un pays dont toute l'infrastructure héritée de la colonisation est destinée au pillage (une capitale en bord de mer pour exporter ses riches), quand des frontières factices calent des gens qui ne parlent pas la même langue au sein d'un même pays, ou quand le pouvoir est tenu par des dictateurs maintenus au pouvoir par les pays occidentaux. Mais rassurez-vous, la plupart des Africains préfèrent migrer au sein même de l'Afrique - vous le sauriez si vous vous intéressiez un peu au sujet, au lieu de vous arrêtez à vos idées dignes de la fin du XIXeme siècle, du style "ces gens-là sont sauvages et inéduqués et ils viennent ici pour nous prendre notre pain".

  • Par ISABLEUE - 04/02/2013 - 16:03 - Signaler un abus sI LES GOUVERNANTS

    des pays africains étaient tous propres, mais non, ils préfèrent les palais et les 4x4.. Et puis maintenant, tout le monde est adulte, non ?? depuis longtemps... et n'a qu'à se prendre en main..

  • Par Hildegarde - 04/02/2013 - 17:03 - Signaler un abus Comme chez nous

    Toute ressemblance entre le peuple touareg éparpillé dans plusieurs pays par des frontières coloniales, et les peuples basques, polynésiens, kanaks, celtes ... n'est que fortuite. Les français souhaitent appliquer chez les autres ce qu'ils refusent chez eux au nom de l'unité nationale.

  • Par aghiol - 04/02/2013 - 17:10 - Signaler un abus Aidez ce peuple

    Ce peuple est victime du racisme et des descriminations de tout genre Les Touaregs ont toujours été un peuple pacifique Les Islamistes ont profité de leur dénuement total et de leur pauvreté pour s'introduire dans leur société avec la bénédiction bien entendu de quelques traitres . Il est temps que la France impose une solution définitive afin que les spécificités de ce peuple soient enfin reconnues

  • Par SteakKnife - 04/02/2013 - 17:48 - Signaler un abus @ISABLEUE

    Vous voulez parler de ces palais construits par des entreprises de BTP françaises?

  • Par SteakKnife - 04/02/2013 - 17:49 - Signaler un abus @aghiol

    La France a déjà imposé une solution définitive il y a bien longtemps: découper le territoire des touaregs en plein de pays absurdes qui n'ont aucune fondation historique.

  • Par elrousa - 04/02/2013 - 19:30 - Signaler un abus Prudence !

    Chercher à comprendre et à aider l'Afrique implique d'intégrer les problématiques ethniques. Certains touaregs estimant être "les seuls blancs colonisés par des Noirs" ont commis des actes de violence à l'égard de leurs "colonisateurs", que ceux-ci ne sont pas prêts d'oublier. Les Maliens du Sud savent aussi pertinemment que "leurs frères" du Nord les considèrent comme étant autant d'esclaves potentiels. Parce que l'Afrique, c'est aussi cela, il faut se garder de vouloir exporter nos bons sentiments démocratiques bien formatés à l'aulne des boulevards parisiens ! Ceci doit nous inciter à laisser la CDEAO et/ou l'ONU accompagner la reconstruction politique du Mali. Nos forces laissées sur place doivent ainsi axer leur effort sur l'aide à la sécurisation du processus politique à venir.

  • Par kronfi - 04/02/2013 - 20:58 - Signaler un abus je suppose que monsieur Djibs...

    est le premier a se scandaliser sur la colonisation de jerusalem est par les israeliens.... Posez la question les palestiniens ne sont pas majoritaires a jerusalem est , donc sont illegitimes... et la nous ne parlons que de VILLE.... pour ce qui est des touaregs on parle en millions de KM2.

  • Par ISABLEUE - 05/02/2013 - 09:40 - Signaler un abus elroussa,

    vous avez le mot de la fin. Nos bons sentiments de démocratie ne sont évidemment pas compris par tout le monde. CQFD.

  • Par Gobji - 06/02/2013 - 19:05 - Signaler un abus De Grâce

    Je suis peiné de lire des réflexions de cette nature, d'autant plus peiné que ce monsieur enseigne la géopolitique. Quel désastre. Quand on veut parler d'une situation, le minimum serait de se rendre sur le terrain, d' observer, d'échanger avec les concernés et de faire sa propre analyse. Ce article ne constitue ni plus ni moins à mes yeux que l'illustration type d'une masturbation intellectuelle. Ramener le problème dit touareg à une dimension raciale relève de la malhonnêteté intellectuelle ou alors d'une ignorance pathologique. Les touaregs n'ont pas plus de problèmes que les autres ethnies alors de grâce foutez-nous la paix avec vos réflexions à la con. De grâce cherchez la connaissance directe comme le disais feu Cheikh Anta Diop au lieu de nous servir une pouuriture ce cette nature.

  • Par Amnay - 08/02/2013 - 11:28 - Signaler un abus MERCI Monsieur Del Valle

    Enfin un analyste occidental et plus précisemment français qui ose appeler un chat un chat. Oui, ce sont les tracés coloniaux qui sont à l'origine des drames entre les peuples d'Afrique. De quel droit l'occident se permet-il d'enfermer dans des frontières intangibles des peuples qui ne peuvent pas vivre ensemble dans la mesure où les uns sont obligés de s'assimiler aux autre, à ceux qui dominent et squattent les instances de l'Etat. Les Africains ne peuvent pas vivre sous le modèle du jacobinisme français, continuer sur cette voie suicidaire c'est ouvrir la porte à de nouveaux génocide: On ne peut pas oublier le Rwanda et on refuse que les Touaregs continuent à se faire massacrer dans le silence complice de la communauté internationale. Le MNLA que certains tentent de faire passer pour des alliés des islamistes, sont concrètement les seuls à les avoir combattus sur le terrain. l'intergvention française, si réellement elle visait les islamistes, aurait du avoir lieu bien avant! comment se fait-il que lorsque c'était les Toauregs qui les subissaient depuis plus de 10 ans, personne n'y trouvait rien à redire et maintenant qu'il y a danger sur des intérêts bien précis,

  • Par richard R - 08/02/2013 - 12:49 - Signaler un abus ah! les frontières.

    La France comme les autres pays s'accrochent à l’intangibilité des frontières héritées du colonialisme, colonialisme que nous haïssons !! Ubuesque d'autant que depuis le début les touaregs étaient opposés à vivre avec ceux du sud du fleuve Niger (qu'ils avaient razziés pendant des siècles). Le Général a voulu faire vivre ensemble des gens qui ne le voulaient pas et il y a eu bien des exactions contre les touaregs. Les exactions des uns ne se justifient par les exactions des autres. Les islamistes fous n'ont pas encore combattus les français (ils n'ont pas les moyens logistiques pour) et sont partis commettre leurs horreurs au Darfour avec l'aide du sinistre Bechir, premier président en exercice poursuivi par la Cour Pénale Internationale... Ah, l'histoire! il y eut bien sûr un empereur romain berbère (Septime Severe) et il y eut un empire du Mali, des colonialismes aux frontières différentes. Pourtant les choses sont claires entre l'islamisme et la démocratie et on fait semblant de ne pas voir le MNLA, ces touaregs qui s'étaient levés pour l'indépendance de l'AZAWAD et surtout pour la démocratie et la laïcité (3 éléments absents du Mali d'avant la crise). Pas d'avenir sans...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc), il intervient pour le groupe Sup de Co La Rochelle et des institutions patronales et européennes et est chercheur associé au CPFA (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment auteur des livres Le Chaos Syrien, printemps arabes et minorités face à l'islamisme (Editions Dhow 2014), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Editions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (Editions du Toucan).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€