Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mali : Al-Qaïda au Maghreb islamique se cache derrière le saccage des mausolées

Selon le porte-parole du Conseil Transitoire de l’Azawad ( CTEA), Hama Ag Sid Ahmed, le véritable responsable de la destruction des mausolées musulmans détruits par des islamistes à Tombouctou, début juillet, n'est pas le groupe touareg Enser Eddine, mais Aqmi.

Conquête tribale

Publié le 15 juillet 2012 - Mis à jour le 16 juillet 2012
 

La stratégie de yad Ag AGhall est en effet pas très claire. Demain, ne risque-t-il pas de rejoindre carrément Aqmi ?

Sa stratégie est fragile. Mais on peut encore le récupérer. D’autant que 80% des hommes de son groupe ne sont pas prêts à appliquer la charia. Seuls 20%, à savoir les chefs du groupe, y compris Abdelkrim Taleb veulent l’appliquer. Les choses peuvent par ailleurs évoluer. Galli ne s’attendait pas par exemple à la prise de GAO par le Mujao qui est une dissidence d’Aqmi et essentiellement composé d’Arabes d’origine malienne, et qui sont essentiellement des trafiquants de drogue. Ni encore à ce qui s’est passé à Tombouctou. Il craint maintenant une alliance des Arabes contre les Touaregs. Depuis, il tente de se démarquer d’AQMI et ainsi éviter que les islamistes de ce groupe parlent en son nom, Enser Eddine vient de créer son propre drapeau alors qu’auparavant il utilisait le drapeau noir d’AQMI. Son drapeau est blanc avec un fusil –une arme automatique-.

De notre côté, le MNLA discute toujours avec lui. Nous n’avons pas dénoncé la fusion comme on le prétend. Ce sont certains cadres du MNLA qui à partir de l’intérieur comme à l’extérieur  qui l’ont dénoncée. En ce qui concerne les responsables CETEA , nous sommes toujours en discussion sur la fusion. Notre gouvernement, le Conseil de transition de l’Etat de l’Azawad (CTEA), que nous avons créé récemment reste ouvert aux membres d’Enser Eddine. Notre objectif étant de les éloigner d’AQMI.

Où vous situez-vous territorialement maintenant ?

Nous étions présents à Tombouctou avec un petit groupe et surtout à Gao où nous avions le secrétariat de notre gouvernement. Dans les deux villes nous n’y sommes plus. Nous nous sommes repliés sur Lere à 160 km de Tombouctou. Nous allons tenter de revenir sur Gao. Près de 700 hommes tournent autour de la ville actuellement.

Aqmi a-t-il pris possession de tout le territoire comme on le prétend ?

Ce qui s’est passé, il y a quelques jours est simple. Un groupe dissident d’Aqmi, le Mujao (Le Mouvement de l'unicité et du jihad en Afrique de l'Ouest) a tenté d’entrer dans Ménaka, ville que nous occupons. On a réussi à les empêcher. Le Mujao s’est alors replié sur Asango, où nous avions une petite sentinelle de 15 personnes, qui a fui dès leur arrivée. Nous sommes encore présents à Tinzaouaten, Kidal, Tessalit, Ménaka, Anderboukane, et on ceinture toujours Gao.

Avez-vous une stratégie pour contrer Aqmi ?

Des Touaregs du Niger nous ont proposé de venir nous aider. Nous étudions cela.

Qu'en est-il concernant les liens entre Aqmi au Mali et la Libye ?

Durant la révolte de 2011 en Libye, Aqmi du Mali est venu prêter main forte aux islamistes libyens. Ils sont repartis avec énormément d’armes de Libye. Ils ont même récupéré des missiles. A ces armes s’ajoutent celles qui ont été enterrées durant des années par leurs soins et également celles qui on été vendues par tous ceux qui avaient fui la Libye quand ces derniers ont rejoint le Mali après l’effondrement de Kadhafi. C’est ce qui explique la supériorité d'Aqmi. Ils ont beaucoup de munitions contrairement à nous qui en manquons après trois mois de combat pour conquérir le Nord malien.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Decebal - 16/07/2012 - 02:07 - Signaler un abus Touaregs pillards du désert du tout temps

    Les touaregs ont toujours vécu par le pillage, que pourrai t'il faire d'autres dans le sable ? a une autre chose, guider les islamistes et autres contrebandiers ou passeurs contre rétributions. Je ne comprends pas pourquoi la France qui avait des accords avec tous ces pays s'est retirer en laissant le champs libre a ces bandits. On comprend mieux pourquoi la France n'est plus respecter.

  • Par Decebal - 16/07/2012 - 02:06 - Signaler un abus Touaregs pillards du désert du tout temps

    Les touaregs ont toujours vécu par le pillage, que pourrai t'il faire d'autres dans le sable ? a une autre chose, guider les islamistes et autres contrebandiers ou passeurs contre rétributions. Je ne comprends pas pourquoi la France qui avait des accords avec tous ces pays s'est retirer en laissant le champs libre a ces bandits. On comprend mieux pourquoi la France n'est plus respecter.

  • Par Carcajou - 15/07/2012 - 23:04 - Signaler un abus La vérité est simple.

    Juste pour remettre les pendules à l'heure.
    La destruction des mausolées constitue une preuve supplémentaire du durcissement de la pratique islamique surtout salafiste. Le renversement des idoles - toutes les associations à Allah sont intolérables, serrez les fesses chrétiens - et le culte des saints est considéré comme associateur.
    Hors, le nord Mali admet le soufisme que les wahhabites rejettent autant que le christianisme. La destruction de ces mausolées dès la prise de contrôle par des salafistes est donc dans l'ordre des choses.
    Les pleurnicheries des zozos qui ont décidé que ces ouvrages étaient patrimoine de l'humanité ont fait preuve d'une inculture crasse. Cette même inculture qui tend à remplacer des dictateurs "sanguinaires", par les gentils adeptes de la religion de paix, de tolérance et d'amour qui mis à part la lapidation de la femme adultère (ou son exécution à la Kalachnikov. Respecte même plus le prophète, ces timbrés! Tout fout le camp) et autres charmantes facéties sont des djinns pacifiques.
    Et c'est ainsi qu'Allah est grand.
    Qui peut croire que quelques centaines de personnes peuvent s'imposer à la population d'une ville comme Tombouctou?

  • Par sheldon - 15/07/2012 - 18:45 - Signaler un abus Question lancinante : quid de Aqmi en France ?

    Espérons que nos services secrets saurant nous prévenir de toutes les menaces. On voit que l'affaire Mairah n'a pas été en ce sens une parfaite réussite.

  • Par VeLiVoS - 15/07/2012 - 13:38 - Signaler un abus d'accord avec vous @Rosine, …

    → je ne suis pas socialiste, loin de là et beaucoup le savent ici, mais il faut bien admettre que Mitterrand avait su dire non au père Bush.
    → De même, j'ai beaucoup de mépris pour le comportement du président Chirac, mais il faut bien admettre que Villepin avait été parfait à l'ONU.
    Seul maintenant, dans son bureau, après une défaite cinglante et amère :
    • Sarkozy a-t-il compris qu'écouter un criminel de guerre comme BHL fut une dramatique erreur et que la démocratie ne s'implante pas comme ça, partout ?
    • A-t-il compris qu'il n'est pas plus dangereux en fait pour un homme, politique de surcroit, que de se croire capable de décider de tout, seul, car on n'est finalement pas plus influencable par l"extérieur que quand on ne sait pas s'entourer suffisamment ou que l'on n'écoute pas au mieux ses conseillers et spécialistes ?

  • Par Rosine - 15/07/2012 - 10:29 - Signaler un abus domino

    bref en "libérant" la Lybie, M. Sarkozy nous a offert le Nord-Mali. Merci. Et le prochain domino à tomber?

Hélène Bravin

Hélène Bravin est journaliste, spécialiste des questions politiques et économiques liées au Maghreb.

Elle collabore actuellement avec Cahiers de l'Orient et la Revue de Défense Nationale (RDN) sur les questions de la Libye et du Mali. Elle fait également de la veille économique et politique pour des multinationales. Elle intervient aussi très régulièrement dans les médias.

Elle a publié récemment Kadhafi, vie et mort d'un dictateur (Bourin Editeur / Janvier 2012).

Voir la bio en entier

Fermer