Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mali : les Allemands sont-ils des poules mouillées ?

Si elle qualifie tout de même l'opération militaire au Mali de « justifiée », l'Allemagne, troisième puissance militaire européenne, ne souhaite toujours pas s'engager.

Solidarité européenne

Publié le

Atlantico : L'Allemagne est jusque-là l'un des partenaires européens les plus réticents à l'engagement au Nord-Mali. Peut-on dire que les Allemands ont peur de s'engager sur ce théâtre d'opérations ? Pourquoi ? 

Yves Bourdillon : Les Allemands ne veulent pratiquement jamais s’engager militairement, pour des raisons historiques évidentes. Depuis la fin du régime nazi, ils n’ont envoyé qu’une seule fois des soldats en zone de conflit, en Afghanistan en 2001. L’Allemagne semble de surcroît représenter le pôle le plus prudent d’un Occident extrêmement réticent à risquer la vie de ses soldats (ce qui est légitime et évite les aventures irresponsables) et où on évoque « enlisement », « bourbier », voire « Vietnam » à chaque opération militaire. Au vu des douloureuses expériences irakienne, afghane, ou libyenne (rappelons que Berlin non seulement ne s’est pas associé à l’intervention franco-britannique en Libye mais a même refusé de la soutenir politiquement) elle redoutait sans doute ce qu’on appelle « le brouillard de la guerre », les conséquences inattendues et parfois désastreuses d’une intervention lancée pour des raisons à priori valables.

On l’a vu avec le pillage des arsenaux de Kadhafi en 2011, qui a permis aux djihadistes de se doter d’armes lourdes et de « métastaser » au Mal. Berlin ne voulait sans doute pas assumer politiquement de tels « dommages collatéraux ».

Angela Merkel a pourtant récemment déclaré que "la terreur au Mali est une menace pour l'Europe", comment expliquer dans ce cas la frilosité de Berlin ?

Les pays occidentaux ne pouvaient effectivement laisser AQMI (Al Qaeda au Maghreb Islamique) faire du Mali un sanctuaire, comme l’Afghanistan jadis. Pour autant, comme d’ailleurs les autres pays occidentaux qui n’ont fourni qu’une poignée d’avions de transports, Berlin a pu vouloir tirer les marrons du feu, en misant sur le fait que l’armée française parviendrait à vaincre sans aide 3 à 6 000 djihadistes dans le désert, un terrain favorable à l’aviation.

En outre, l’Allemagne, comme d’ailleurs les autres alliés occidentaux de la France, pouvait s’interroger sur les buts politico-militaires de la France. On sait que parfois des calculs complexes se cachent derrière des guerres « humanitaires ». Au départ, on évoquait juste la nécessité de bloquer l’avancée des djihadistes vers le sud, pratiquement sans troupes au sol, puis il s’est agi de reconquérir tout le pays avec des colonnes blindées, maintenant il va falloir s’impliquer dans le « nation building ». Paris n’a pas fait beaucoup de « pédagogie » avec ses alliés, mais il faut reconnaître que l’offensive d’AQMI le 8 janvier ne lui a pas laissé beaucoup de temps pour cela. 

Des personnalités politiques allemandes comme Norbert Lammert (président du Bundestag) veulent s'impliquer afin d'éviter le même scénario qu'en Libye. Peut-on s'attendre à une évolution de la position allemande sur le sujet ?

Berlin pourrait effectivement contribuer, sans grand risque politique ou humain, à la sécurisation du pays avec de l’aide logistique ou humanitaire. Mais je serais surpris d’un revirement de la diplomatie allemande, puisque même quand il ne s’agit que d’argent, l’Allemagne se montre encore prudente sur ce dossier : elle n’a promis que vingt millions d’euros à la conférence des donateurs du Mali, mardi.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par carredas - 31/01/2013 - 09:36 - Signaler un abus Quelle solidarité pour quelle guerre ?

    "Les pays occidentaux ne pouvaient effectivement laisser AQMI (Al Qaeda au Maghreb Islamique) faire du Mali un sanctuaire, comme l’Afghanistan jadis. " Au cas présent, il ne s'agit pas "des pays occidentaux" mais de la France seule et à quel titre M.Bourdillon journaliste, décide-t-il de ce que les pays occidentaux peuvent ou non laisser faire en Afrique ? Encore une fois, la recherche de soutiens et d'alliés en vue d'un engagement militaire se négocie AVANT. Le président Hollande a eu plusieurs mois pour convaincre les européens, l'offensive de l'Ami était prévisible avant le 8 janvier, il n'a pas réussi et a décidé d'y aller seul. Il est mal vu de s'interroger sur cette décision, sur ses buts, sur ses limites, sur son coût... c'est un peu dommage.

  • Par un - 31/01/2013 - 09:47 - Signaler un abus un

    Les Allemands : qu'est-ce qu'ils ont à foutre du Mali ?????? Que Grosmou se démerde....

  • Par Harmaggedon - 31/01/2013 - 10:00 - Signaler un abus L'Allemagne, n'est pas la France...

    L'Allemagne n'a pas d'historique colonial, en Afrique, comme la France. De plus, elle ne naturalise pas des dizaines de milliers d'africains, que ce soit du Maghreb ou de l'Afrique sub-saharienne, posant un réel problème d'infiltration terrorriste dans le pays, et même en Europe, car tout nouveau citoyen français, devient de facto, nouvel européen ! Rappelons aussi que la nationalité allemande, n'est pas liée, comme en France au droit du sol, mais au droit du sang. Leur immigration provient essentiellement de Turquie, des pays de l'Est et depuis peu de la péninsule ibérique, en raison de leur économie florissante... Hollande n'a pas voulu se concerter préalablement, avec les autres européens, sur une intervention armée, il en paye donc aujourd'hui les conséquences.

  • Par Ravidelacreche - 31/01/2013 - 10:19 - Signaler un abus Allemagne

    Elle attend que les fonds d'aides soient entièrement versés pour vendre des Mercedes, ou est le problème ?

  • Par Vincennes - 31/01/2013 - 10:41 - Signaler un abus Je ne vois pas pourquoi l'ALLAMAGNE serait "une poule mouillée"

    davantage que les autres alors que PERSONNE ne se précipite vraiment pour aider Moi/je, lequel par son attitude envers A.Merkel en essayant (dès son couronnement) de lui "faire un petit dans le dos" a démonré à tout le monde ce qu'ikl valait

  • Par jgb907 - 31/01/2013 - 11:00 - Signaler un abus M Bourdillon se trompe

    Certes l'Allemagne refuse en général d'envoyer des troupes au combat mais il est faux d'affirmer qu'elle ne l'a fait qu'en Afghanistan: au préalable, elle avait envoyé des troupes au Kosovo et surtout, elle fait partie de la flotte anti-pirate Atalante au large de la Somalie. Ceci étant posé, la France y est allé joyeusement (pour redorer le blason de Lui-Président ?) sans attendre le soutien de ses alliés et elle l'a fait avec des arrières pensées sur les réserves de minerai au Niger et en Mauritanie, minerais qu'elle ne veut partager avec personne :)

  • Par Thomas Bishop-Garnier - 31/01/2013 - 12:50 - Signaler un abus L'Allemagne a une histoire coloniale en Afrique !

    Contrairement à ce qui est dit précédemment, l'Allemagne a une histoire coloniale sur le continent africain dans la mesure ou le Togo, le Cameroun, la Namibie et la Tanzanie furent des colonies allemandes mais aussi le "Partage de l'Afrique" fut décidé lors de la "Conférence de Berlin" en 1884, sur invitation du Chancelier Bismarck. A noter que parmi les nations participantes se trouvaient ... l'Empire Ottoman. Mais pour en revenir au sujet, on ne peut pas considérer de manière insultante que l'Allemagne d'aujourd'hui est une nation de "poules mouillées" mais il est un fait que les dirigeants allemands ne soutiennent pas la France en cas de coups durs et c'est le cas présentement au Mali. Mais faut dire également que l'actuel ministre allemand des affaires étrangères est ... d'une incompétence reconnue mondialement mais faut dire qu'il est issue du FDP, le parti qui fait perdre des élections régionales à la CDU de Mme Merkel.

  • Par SteakKnife - 31/01/2013 - 13:11 - Signaler un abus @Harmaggedon

    Pas besoin d'Africains pour l'infiltration terroriste en France, vu que l'écrasante majorité des attentats terroriste en France est le fait de Corses. Mais personne ici ne se demande si la Corse est "compatible avec la république" ou je ne sais quelle ânerie du type.

  • Par ISABLEUE - 31/01/2013 - 14:41 - Signaler un abus HARMAGGEDDON

    Voir SVP L'histoire de la NAMIBIE ET DES HEREROS; cela pour la colonisation de l'Allemagne.

  • Par guibbs - 31/01/2013 - 15:18 - Signaler un abus Comme en 2003

    Pourquoi blâmer les Allemands pour leur refus de nous suivre dans nos aventures guerrières (Libye, Côte d'Ivoire, Mali), quand notre gouvernement agit de manière unilatérale ? Outre que l'Histoire récente suffit à expliquer le pacifisme en vigueur dans ce pays, il suffit de se rappeler que la France a eu exactement la même attitude, il y a 10 ans quand il fallut décider ou non de suivre les USA en Irak. (et heureusement, que l'on s'est abstenu !) Et plus récemment, notre retrait unilatéral (et électoral !) d'Afghanistan ne joue pas non plus en notre faveur. Enfin, dans cette zone du Monde, ce sont bien les intérêts français, d'abord, qui sont visés. Pour le reste, l'économie allemande s'en sort très bien sans exercer de leadership ostensible en Afrique !

  • Par la vie claire - 31/01/2013 - 19:51 - Signaler un abus la vie claire

    Pourquoi aller faire la guerre au Mali alors que la grande et prodonde guerre djihadiste se trouve déjà installée dans nos pays respectifs et dans nos banlieues ? Les Allemands sont très pragmatiques et certainement + intelligents que nous, pauvre petits français. En avant, la France en avant ne peut faire sourire que tous les moutons hollandais.

  • Par mouraveil - 01/02/2013 - 09:36 - Signaler un abus Encore une bien curieuse guerre ....

    La France a donc répondu en urgence à la demande du gouvernement du Mali pour des raisons humanitaires . Et personne ne semble se poser la question de la responsabilité de ce gouvernement putschiste dans les événements . On nous a donc endormis en nous disant qu'il s'agissait d'arrêter la progression des terroristes ( on ne dit pas jihadistes car ils sont nos amis en Syrie !) . Maintenant il s'agit de reconquérir le nord ...et on parle déjà de former l'armée malienne ...tout le monde semble oublier que les instructeurs américains oeuvrent dans ce sens depuis 10 ans ...et que parmi les militaires formés un certain nombre sont partis en face !!! Alors il faut peut être se poser la question de savoir si cette France qui n'a pas d'intérêts vitaux en cause (dixit Hollade ) ... n'est pas tout simplement en train de défendre les grandes entreprises capitnalistes qui en ont .

  • Par lavande - 01/02/2013 - 10:29 - Signaler un abus Poules mouillées ?

    Les Allemands nous ont montré à plusieurs occasions ( 1870,1914,1939 ) qu'ils n'étaient surtout pas des poules mouillées. Si vous voulez vous en convaincre, rendez visite à votre plus proche Monument Au Morts. Je tente une hypothèse à laquelle seul le cerveau d'Angela doit pouvoir répondre. Je prends le pari qu'avec Sarkozy, ils y seraient aller avec nous et vraisemblablement les Anglais aussi. Le problème, c'est que ces gens là ne prennent pas au sérieux ce qui nous sert de Président de la République .

  • Par max84300 - 01/02/2013 - 19:49 - Signaler un abus Restons avec NOS alliés de

    Restons avec NOS alliés de TOUJOURS: les USA ! On voit bien que l'UE n'a d'Union que le nom ! Hollande a réagi beaucoup trop tard pour aider le Mali: aujourd'hui il faut y faire reculer l'ennemi alors qu'il y a 6 mois on l'aurait empêché d'avancer ! Des victimes et dégâts auraient été épargnés! La France A vocation à rester au Mali débarrassé des musulmans terroristes ! Gardons-y une base permanente pour calmer l'ambiance régionale pour toujours ! Invitons les français à venir apporter leurs savoirs agricoles et sociétaux par la venue de paysans français retraités ayant gardé leurs connaissances agraires !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Yves Bourdillon

Yves Bourdillon est journaliste aux Echos depuis 1996, en charge de l’Afrique, du Proche Orient et de l’ex URSS.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€