Vendredi 18 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mali, Afghanistan, Irak... Ces guerres qu'on ne peut pas gagner en ignorant l'importance des appartenances tribales ou claniques

François Hollande est attendu ce samedi au Mali "pour exprimer à nos soldats tout notre soutien". Mais certaines guerres ne se gagnent pas uniquement sur le terrain militaire. L'Occident imagine trop souvent des solutions politiques vouées à l'échec en oubliant les structures claniques ou tribales structurant ces pays.

Panorama

Publié le 2 février 2013
 
Tandis que la reconquête des fiefs djihadistes du nord du Mali se poursuit, les Touaregs sont exposés aux représailles.

Tandis que la reconquête des fiefs djihadistes du nord du Mali se poursuit, les Touaregs sont exposés aux représailles.  Crédit Reuters

Atlantico : Afghanistan, Irak, Libye... Les interventions armées des puissances occidentales ont toujours accouché de troubles socio-politiques dont les conséquences se voient aujourd'hui encore au Mali. Peut-on dire que notre méconaissance des structures claniques ou tribales structurant ces pays explique notre incapacité à pacifier ces régions ?

Philippe Hugon : Il est vrai que l'Afghanistan, la Libye ou encore la Syrie fonctionnent sur des extensions politiques du système tribal, mais il faudrait modérer ce constat dans le cas malien. La question ethnique n’est plus vraiment déterminante dans le pays depuis les années 1960, époque à laquelle le socialiste Modibo Keita a mis en place une politique étatique relayant les logiques ethniques au second plan. Les débats politiques dépassent depuis l’appartenance au groupe et l'on ne peut pas dire qu'il y ait eu dans l'histoire récente du Mali d'important conflit tribal.

Cela est sans compter bien sûr l’exception touarègue qui est un problème récurrent aux frontières depuis plusieurs dizaines d’années. Cette ethnie nomade fonctionne encore sur le mode tribal à l'inverse des Maliens Peuhls ou Bambara qui ont un sentiment d'appartenance nationale relativement prédominant. Les Touaregs ne partagent ni la même histoire, ni la même langue et sont extrêmement attachés à leur mode de vie, qu'ils refusent d'abandonner pour se fondre dans un autre Etat. Cela s'est traduit par de nombreuses alternances entre rébellions et négociations avec les gouvernement locaux par le passé. La chute récente du régime de Khadafi combinée à la faiblesse de l'Etat malien a permis depuis aux tribus nomades de monter en puissance et de lancer le mouvement d'indépendance de l'Azawad qui est à l'origine des troubles actuels. Dans le cas du Nord Mali, et plus généralement du Sahel, la connaissance des logiques tribales, qui permet par exemple d'être au fait des alliances matrimoniales formées entre les différentes tribus touaregs, est effectivement un atout clé de la pacification. Le risque d'amalgames entre Touaregs et djihadistes est par ailleurs croissant comme le montrent les exactions arbitraires de l'armée malienne et les conséquences ne sont pas ici à prendre à la légère.  

Olivier Roy : La pacification du Mali, et plus généralement de la région, sera difficilement envisageable si on se contente de remettre en place une administration similaire aux précédentes qui sera mal vue par la population du nord et qui sera probablement responsable d'exactions. A long terme la seule option viable quoiqu'on en pense est de prendre en considération les différents acteurs politiques et de leur donner le temps de trouver un consensus. Le problème est que les interventions extérieures anesthésient le débat politique local en favorisant telle faction contre telle autre ou en donnant à telle faction le sentiment qu’elle n’a pas besoin de trouver un consensus et une légitimité pour s'imposer. Du coup, on gèle tout processus propre à l’Etat en question. Or, il n’y aura pas d’Etat légitime, donc de pacification durable, sans un processus politique malien. Rassembler quelques représentants officiels dans un hôtel et les enfermer pendant quinze jours pour qu’ils trouvent un compromis ne ménera hélas à rien et risque peu de déboucher sur un Etat fort et légitime.

La France a justement un objectif de "reconstruction" de l'Etat malien, le but étant d'assurer la stabilité de la région. Cet objectif est-il réalisable alors que les tensions communautaires s'aggravent actuellement ?

Olivier Roy : C’est tout le problème : « A qui va-t-on remettre les clefs ? » On nous a dit que le but de la guerre était d’expulser les terroristes islamiques sans définir exactement qui ils sont. Où le terrorisme s’arrête-t-il et où commence l’interlocuteur politique légitime ? On annonce qu’on va remettre les clefs à l’Etat malien, mais il n’y a pas de gouvernement stable et légitime qui pourrait prétendre à représenter le pays avant de représenter tel ou tel groupe. Si des groupes radicaux islamistes ont pu faire une percée dans le nord du pays, c’est parce qu’il y avait un mouvement populaire dans le nord contre le pouvoir central. Ce ne sont pas les islamistes qui ont fait un coup de force contre la population locale. Il y a bien eu un mécontentement.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par boblecler - 03/02/2013 - 12:08 - Signaler un abus Terra nostra c'est faux la dette de mitterrand 100 milliards

    La dette de Mitterrand en 1981 fut de 100 milliards de Francs empruntés à l'Arabie SAOUDITE. et Chirac a creusé la dette, BALLADUR a fait passé la dette de 26% à 40%. La gauche l'a maintenue en dessous de 50% jusqu'en 2001 et SARKO l'a creusée de 600 milliards http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/Rapport-concours-publics-etablissements-credits.pdf
    F

  • Par Nana de la falaise - 03/02/2013 - 09:14 - Signaler un abus Tabou

    Pas un mot sur l'aspect racial du conflit ? J'ai pourtant cru comprendre qu'il se calquait souvent sur le conflit religieux dans tout le nord fe l'Afrique. Mais c'est vrai, seulement les occidentaux sont racistes.

  • Par antiflambyste18 - 03/02/2013 - 09:14 - Signaler un abus Ben Flamby!

    Y donne plus d'ordres à BACHAR? bizarre!
    Ptet que BACHAR sera en place après Flamby... et qu'il va lui quitter ALKOULOTTE après avoir écartelé ALFAMINUS.
    Les aventures de Flamby en Syrie, super, puis les aventures de Flamby au Mali...qui commencent bien.Comme si il savait ce que peut faire un pauvre diable manipulé par sa pauvreté et des fous, et ayant une Kalach comme seul pouvoir...La différence entre un terroriste et Flamby, c'est un peu qu'il y en a un qui n'a rien à perdre, mais comme Flamby ne sait pas le sens du mot RIEN...cela ne lui bouscule pas le comprenoire (mot berrichon).
    Au Mali tout va bien, comme en France, comme pour l'automobile, comme pour les 10 % de chômeurs....comme pour Flamby, mais ça va pas durer, plomb de la Corrèze.

  • Par mosu - 03/02/2013 - 00:47 - Signaler un abus Mali, Afghanistan .........ces guerres qu'on ne peut pas gagner

    mon commentaire était à l'intention de "papa_deddine"

  • Par mosu - 03/02/2013 - 00:45 - Signaler un abus Mali, Afghanistan .........ces guerres qu'on ne peut pas gagner

    On voit que vous n'êtes pas allé au Mali depuis longtemps! J'y vais tous les 2-3 ans depuis 1990 et je puis affirmer qu'il y a progressivement de plus en plus de femmes entièrement voilées de noir, même dans les rues de BKO, ce qui n'était absolument pas le cas auparavant. Aujourd'hui, à BKO, des magasins sont tenus uniquement par des islamistes (hommes et femmes reconnaissables à leur tenue vestimentaire) qui accueillent tous les clients, l'argent n'ayant pas d'odeur! Oui l'islamisme est bien présent et dans toutes les régions du Mali.

  • Par Satan - 02/02/2013 - 20:34 - Signaler un abus Vive la guerre et les religions!

    Cela fait marcher le commerce!

  • Par Terranostra - 02/02/2013 - 19:33 - Signaler un abus François Hollande hait Sarkozy en feignant l'ignorer............

    Mais il l'imite en plus mal. Quelle catastrophe nous prépare-t-il ? Sarkozy nous a laissé une ardoise de quelques dizaines de milliards d'euros que le Qatar, qui s'était engagé, n'a que très partiellement honoré. Alors que Sa Normalité s'en est allé en guerre tout seul...mironton mirontaine ...lol

  • Par amirg - 02/02/2013 - 19:22 - Signaler un abus Jusqu’à présent ça n’a été ni l’Irak ni l’Afghanistan, mais…

    « Les troubles sociopolitiques » précèdent » les interventions armées ». S’il y a eu intervention extérieure, c’est qu’ils ont tourné à l’affrontement interne. Par conséquent, la pacification du Mali n’est que le préalable des négociations avec toutes les parties du nord du pays, qui ont rompu tout lien avec une organisation terroriste, et qui acceptent sans conditions l’unité et l’intégrité territoriale de l’État malien (décision 2085 du Conseil de sécurité). A ce stade, la « remise des clés » à l’État malien, à son président de transition, risque de se révéler une erreur. N'appartient-elle pas au Conseil de sécurité ? Et puis «La France va apporter son aide jusqu'à la restauration totale de l'unité du Mali», c'est généreux mais téméraire. De fait, elle se pose comme arbitre dans une discussion de famille particulièrement délicate, et qui plus est conflictuelle avec l’irrédentisme touareg, ouvertement soutenu par l’Algérie. Et cela, sans mandat. Par ailleurs, les bandes armées islamistes courent toujours : la pacification n'est pas achevée. Notre Président aurait pu être plus réaliste. Danger ! Le Parlement devrait se prononcer sans tarder sur ce tournant dangereux.

  • Par Terranostra - 02/02/2013 - 19:08 - Signaler un abus Et la guerre au Mali....

    dans laquelle Sa Normalité va s'ensabler , va creuse la Dette publique de combien de centaines de milliards d'euros supplémentaires ?

  • Par Terranostra - 02/02/2013 - 19:06 - Signaler un abus C'est encore de l'intox..........

    Dette publique de la France à l'arrivée de Mitterrand en 1981 : 89,79 milliards(en euros)...14 ans après de "bonne gestion socialiste"(lol) : 720,63 milliazrds d'euros , soit une dette multipliée par 8.

  • Par boblecler - 02/02/2013 - 18:55 - Signaler un abus faux la courbe de la dette a plus augmenter sous giscard

    sous giscard les caisses étaient vides, la Dette a fortement augmenté en 1986 , 1993 1995, baissé de 1997 à 2001 et augmenté de 2007 à 2012 . SARKOLEON a laissé 600 milliards de dettes
    http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/Rapport-concours-publics-etablissements-credits.pdf

  • Par Terranostra - 02/02/2013 - 18:48 - Signaler un abus Ne pas oublier......

    que ce sont les socialistes qui ont laissé filer la Dette d'Etat pendant que la cour mitterrandienne s'amusait des frasques de Lang.

  • Par boblecler - 02/02/2013 - 18:28 - Signaler un abus non c'est tout réfléchi à froid

    La Sfio a fait le job des guerres coloniales, GISCARD a laissé les caisses vides Chirac86, Chirac 95 ont creusé les déficits et les endettements SARKO a laissé 600 milliards de dettes, ce qui entraîne des millions de chômeurs. On met bien un mois de prison ferme à une mère de famille qui vole un kilo de viande, combien pour un politique qui endette la France?

  • Par Terranostra - 02/02/2013 - 18:01 - Signaler un abus @ boblecler

    "le socialisme a toujours fait le job depuis 1920" en matière de guerres colonialistes...en Algérie combien de morts ?
    Quant à savoir si le "socialisme est l'avenir de la France" , c'est à jeun qu'il faut réfléchir ....non ?

  • Par boblecler - 02/02/2013 - 17:03 - Signaler un abus Le socialisme est l'avenir de la France

    Le socialisme a toujours fait le job de 1920 à aujourd'hui sans être les gendarmes de l'afrique.Les pays d'afrique subsaharienne étaient demandeurs. On fait quoi on ignore les demandes et on assiste comme en Yougoslavie ????? Les musulmans d'Afrique sont-ils différents de ceux du kosovo ou de bosnie????? Faut-il encore assister au déterrement de charniers de 10000 femmes et enfants????Doit-on encore attendre le milosevich avant d'intervenir???? Les gens ont la mémoire trop courte mais l'histoire se charge de leur rappeler.

  • Par boblecler - 02/02/2013 - 17:00 - Signaler un abus On ne réfléchit pas le ventre vide

    Même la sierra léone a appris le vivre ensemble et laisse les diamants pour l'agriculture comme l'Ethiopie mais avec somalieland

  • Par carredas - 02/02/2013 - 16:49 - Signaler un abus @Allaïc

    " A l’évidence, si l’on condamne l’intervention au Mali, on se doit de condamner toutes les autres ? "
    A quelle évidence... la vôtre ? et quelles autres interventions... celles qui ont été organisées après une résolution de l'ONU ?
    Que fait la France seule au Mali ?
    La France est-elle en mission humanitaire, est-elle partie à la recherche de ses otages, est-elle en guerre contre le terrorisme islamiste?
    Curieusement les socialistes qui ont tant critiqué la lutte contre le terrorisme quand c'était Bush qui la revendiquait deviennent aujourd'hui des va-t-en guerre en Afrique, avec un chef de guerre normal qui va prendre des bains de foule à Tombouctou à défaut de se confronter aux ouvriers qui voient leurs usines fermer les unes après les autres.
    Curieusement personne ne demande avec quel argent la France fait une guerre au Mali quand ses caisses sont vides.
    La France va parait-il bientôt passer le relais à la force Africaine qui n'en finit pas de se former et qui n'a ni les moyens ni l'envie de prendre ce relais.
    Comment peut-on envisager une réussite... et quelle réussite ?

  • Par Sophile - 02/02/2013 - 16:48 - Signaler un abus En Csamance Senegal

    Je viens d'entendre que des islamistes auraient attaqué la population. Ils sont déjà là, alors que les Français et les Maliens les pourchassent dans le nord du Mali.
    Après 200 ans de colonialisme et d'indépendance, toujours au même point : ce sont des tribus qui se détestent toutes et qui continueront à le faire pendant des millénaires. Si pas encore compris qu'on n'a rien à en retirer ??? !!!

  • Par Terranostra - 02/02/2013 - 15:59 - Signaler un abus Le succès militaire français pourrait n'être qu'une illusion....

    et se transformer dans les mois prochains en Bérézina financière, alors que nous sommes déjà dans un gouffre économique. L'aide européenne et américaine, qui a été longue et difficile à débloquer, est bien insuffisante voire symbolique pour certains Etats européens, et rien ne dit qu'elle perdurera, le temps nécessaire à la reconstruction d'un Mali fort et démocratique.

  • Par Terranostra - 02/02/2013 - 15:51 - Signaler un abus La France, condamnée à rester au Mali...........

    Et ce n'est pas un pouvoir malien provisoirement à la tête d'un Etat déstructuré, sans véritable armée ni cadres que la France "remettra les clefs".
    En effet, il y aurait fort à parier que si les troupes françaises quittaient dès demain le Mali, les djihadistes, qui se sont évaporés dans le désert, reprendraient le Nord Mali et Tombouctou avec encore plus de conviction et d'efficacité militaire.

  • Par lebriard - 02/02/2013 - 14:41 - Signaler un abus Au Mali

    La France est intervenue rapidement parce qu'il y a des troupes françaises sur place et dans les pays voisins et parce que le Mali était en danger de mort et que c'est un pays ami ....Pour que le Mali vive en paix il faudrait que les troupes françaises restent sur place car les pays d'Afrique de l'Ouest n'ont pas les moyens de résister aux terroristes seuls et c'est pour cette raison que selon moi la France est encore au Mali pour longtemps ...

  • Par Allaïc - 02/02/2013 - 14:20 - Signaler un abus frustration

    Je ressens, concernant les anti-Hollande, une gêne, un embarras, une contrariété, une ambiguïté, une frustration, une retenue dans leurs commentaires ? S’il réussissait, tout en sachant qu’il a raison ?

  • Par Allaïc - 02/02/2013 - 14:04 - Signaler un abus objectivité

    A l’évidence, si l’on condamne l’intervention au Mali, on se doit de condamner toutes les autres ?

  • Par boblecler - 02/02/2013 - 14:01 - Signaler un abus Hollande a toute la stratégie contrairement à W BUSH

    Pour les nains cultes qui commentent, si on compare l'IRAK, l'Afghanistan au MALI, on voit bien que les terroristes sont une force d'occupation qui n'a eu aucun soutien dans la population et que le nouveau Président va composer avec le MLNA pour une future constitution plus fédérale à l'inverse de ce qui se passe en IRAK et en Afghanistan. De par delà l'intervention française, un pouvoir fédérale qui s'assoit également sur les aspirations des touaregs à l'autonomie va émerger!

  • Par Vinas Veritas - 02/02/2013 - 13:13 - Signaler un abus guerre à la sauce hollandaise

    la moitié de la Légion au Mali soit 9 000 hommes au bas mot sont sur place pour "libérer" le Mali l'armée de l'air, l'infanterie de Marine, le Génie et le Service de Santé ont déployé leurs moyens (avec l'aide des transporteurs étrangers) pour secourir les maliens.
    Bon un bon entrainement en conditions réelles de combat avec la victoire assurée c'est bon pour le politique et, contrairement aux mauvais diseurs, cela ne coute pas cher en prix relatif.
    Mais après que va-t-on faire car on ne peut pas laisser 12 000 hommes sur place à occuper un désert étranger ((malien, euh franco-economico malien).

  • Par pemmore - 02/02/2013 - 12:42 - Signaler un abus On aurait du nommer cette intervention,

    Opération René Caillié, du nom du premier européen ayant visité Tombouctou ce qui aurait donné tout le sens de cette aventure, nous venons ensuite nous repartirons comme l'avait fait le célèbre Deux Sevrien. Leurs affaires de tribus, c'est pas trop notre truc mais celle de l'ONU.

  • Par Pihoui - 02/02/2013 - 12:41 - Signaler un abus "Nous partîmes cinq cents...

    ...mais par un prompt renfort nous nous vîmes trois mille en arrivant au port...."
    Monsieur Hollande nous rejoue Le Cid.
    Un simple soutien logistique initialement...Aujourd'hui environ 4000 de nos Militaires sont sur place ! La victoire serait proche nous dit-il, le désengagement aussi...!
    A lire l'article et les commentaires, l'enlisement nous guette.
    Mais, vous allez voir, tout comme Rodrigue et Chimène, François, le victorieux, épousera Valérie....!
    Hélas, nous ne sommes pas au théâtre, nos Troupes sont engagées, comme nos finances, comme notre crédibilité.

  • Par papa_deddine - 02/02/2013 - 12:07 - Signaler un abus Et à qui ont-ils demandé l'heure

    ...ces gens qu'on traite de tous le mots et de tous le maux et auxquels les adjectifs les plus ignobles nous donnent envie de vomir ?
    Si ce n'est pas de l'ingérence dans les affaires des états souverains , c'est quoi alors ?
    Et pire , tout ce qui se passe à travers le globe , on le colle à l'Islam d'où la création du mot ISLAMISME Connaissent-ils peu ou prou de cette religion qu'ils ne connaissent que de nom ?
    Et cette nouvelle aventure créée au Mali , est-ce réellement pour chasser les brigands qui se cachent derrière l'Islam où , est-ce leur sous-sol qui nous intéresse et qu'on veut nous accaparer ?
    Et , comble des comble : les occidents pointent le doigt vers ce prétendu ""ISLAMISME" alors que c'est faux , par contre ces fameux occidentaux aident militairement, politiquement, financièrement ce même ISLAMISME "qui n'en est pas un " en Syrie.
    Pour qui nous prend on ?
    Pourquoi ne pas dire que c'est le néo-colonialisme qui vise , non pas les territoires mais, le sous-sol de ces territoires .
    L'exemple de l'Irak, l'Afganistan, la Libye, la Tunisie, l'Egypte et aujourd'hui le Mali.

  • Par etalors7 - 02/02/2013 - 11:51 - Signaler un abus Hollande n'a pas le début d'une stratégie au Mali

    Après avoir créé de toute pièces( pour augmenter sa popularité) les conditions d'une intervention française au Mali en annonçant en octobre dernier que la France n'interviendrait ni dans les airs, ni au sol au Mali Hollande navigue à vue sans savoir comment s'en sortir.
    Et c'est pas gagné avec un pays sans gouvernement légitime, ni armée organisée qui plus est avec un conflit historique récurrent entre noirs et touaregs. Conflit qui ne pourrait se résoudre que par la création d'un état touareg indépendant à cheval sur le Mali, le Niger, l'Algérie et le Burkina. Mais ni ces pays pas plus que l'ONU n'accepteront la remise en cause des frontières tracées à la règle par les fonctionnaires stupides au moment de la décolonisation. Donc Hollande très très mal barré sur cette affaire et nous avec.....

  • Par carredas - 02/02/2013 - 09:38 - Signaler un abus Mali

    Monsieur Roy écrit :
    " « A qui va-t-on remettre les clefs ? » On nous a dit que le but de la guerre était d’expulser les terroristes islamiques sans définir exactement qui ils sont. Où le terrorisme s’arrête-t-il et où commence l’interlocuteur politique légitime ? On annonce qu’on va remettre les clefs à l’Etat malien, mais il n’y a pas de gouvernement stable et légitime qui pourrait prétendre à représenter le pays avant de représenter tel ou tel groupe. "
    En effet...
    François Hollande va au Mali pour soutenir les soldats français, appeler la force africaine à s'impliquer et pour prôner " un dialogue politique qui puisse permettre que le Mali, après avoir chassé les terroristes, puisse retrouver la stabilité et l'esprit de concorde" déclare-t-il
    Quels terroristes ? des terroristes maliens ? ont-ils été décimés ? sont-ils simplement repliés ?
    A quel titre un dirigeant étranger va-t-il intervenir dans une concorde nationale qui ne le concerne pas ?

  • Par Fiorino - 02/02/2013 - 09:36 - Signaler un abus Rassurant

    C'est plutôt rassurant qu' Olivier Roy le prophète des revolutions "postislamistes" à qui la realité donne complètement tort nous annonce une catastrophe. Généralement c'est le contraire de ce qu'il racconte qui se produit.

Olivier Roy et Philippe Hugon

Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'Islam. Il dirige le Programme Méditerranéen à l' Institut Universitaire Européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'Islamisme.

Philippe Hugon est directeur de recherche à l'IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques), en charge de l'Afrique. Professeur émérite, agrégé de Sciences économiques à l'université Paris X, il est notamment l'auteur de Les Suds dans la crise (Armand Colin, 2009).

Voir la bio en entier

Fermer