Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 19 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La "malédiction" de la Reine des abeilles ? De nouvelles données précisent l’attitude (agressive?) des femmes de pouvoir face aux autres femmes de leur environnement professionnel

La femme est-elle un loup pour la femme ? C'est en tout cas ce que semble montrer une récente étude américaine qui affirme que les femmes hiérarchiquement haut placées sont plus dures avec leurs subordonnées du même genre que ne le sont les hommes avec leurs subordonnés.

Reine Mère

Publié le
La "malédiction" de la Reine des abeilles ? De nouvelles données précisent l’attitude (agressive?) des femmes de pouvoir face aux autres femmes de leur environnement professionnel

Atlantico : Qu'est-ce que le "Queen Bee syndrom" ?

Sarah Saint-Michel : Théorisée dans les années 1970 par Staines et ses collègues (1973), la notion de reine mère (Queen Bee chez les Anglo-Saxons) caractérise une femme occupant une position de pouvoir dans l’organisation, expérimentée et intransigeante, plus particulièrement à l’égard de ses collaboratrices. L’histoire de la reine mère est celle d’une femme ayant gravi les échelons, souvent avec difficultés et au prix de nombreux sacrifices, dans des environnements professionnels masculins. Cette femme aurait adopté tous les codes de conduite de son milieu professionnel (assertivité, domination, autorité) et exigerait à son tour des autres femmes des sacrifices, leur causant les mêmes difficultés qu’elle aurait dû surmonter pour accéder à sa position de pouvoir.

La reine mère ne ferait dès lors montre d’aucune solidarité à l’endroit des autres femmes, bien au contraire : souhaitant conserver son statut qui lui procure un caractère unique et lui permet de régner au milieu de l’assemblée des hommes, elle aurait plutôt tendance à éliminer ou empêcher la progression des autres femmes.

La Queen Bee est souvent perçue comme trop autoritaire (trop masculine ?) par ses collaborateurs ; et parce qu’on attend des femmes qu’elles déploie de qualités dites féminines (douceur, bienveillance ou encore sensibilité aux besoins des autres), les Queen Bees apparaissent comme de « mauvaises femmes » et/ou comme des traitresses à la cause féminine et féministe. Et si ces mêmes comportements sont considérés chez un homme comme efficaces et légitimes, déployés par une femme ils suscitent dévalorisation et méfiance. 

A partir de l’étude et de vos connaissances du sujet, considérez vous que ce phénomène se vérifie vraiment en environnement de travail ?

Ma boss m’a longtemps présentée comme “la petite”, ce qui me flattait presque, tant je l’admirais. Mais, aujourd’hui, j’ai le sentiment qu’elle a du mal à me laisser grandir et je suis révoltée qu’elle ne m’estime pas capable de prendre seule des décisions » (Propos recueillis dans le magazine Elle 2015). Infantilisées, tyrannisées, méprisées, tel serait le destin tragique de celles qui travaillent pour une femme de pouvoir. Le cinéma n’est pas en reste pour donner corps à cette croyance et proposer des archétypes de ces femmes tyranniques : ainsi de Meryl Streep incarnant la terrible directrice d’un magazine de mode prestigieux, Miranda Priestly, dans Le Diable s’habille en Prada

Il est indéniable de constater que sur le terrain, dans les entreprises, il existe des Queens Bees. En effet, plusieurs études viennent confirmer l’existence de tels comportements de la part des femmes ayant du pouvoir. Une étude menée en 2006 par deux professeurs espagnols, Rocio Garcia-Retamero et Esther Lopez-Zefra, souligne ainsi qu’il vaut mieux pour une femme avoir un supérieur homme. En effet, un certain nombre de femmes en position de pouvoir auront tendance à adopter une attitude plus sexiste qu’un homme et chercheront à bloquer les carrières de leurs followers. Ces nouveaux travaux révèlent comment les opinions stéréotypées émises par ces femmes expérimentées dans le milieu professionnel peuvent se révéler néfastes pour la réputation et la crédibilité des autres femmes. Le fait que ces critiques soient formulées par des femmes expérimentées envers d’autres femmes les rendent par ailleurs plus crédibles et légitimes que celles émises par des hommes à l’encontre des femmes. Ainsi desservent-elles, consciemment ou non, la cause des femmes et leur progression hiérarchique, ce qui in fine les conduit à obtenir un statut unique dans les postes de top management.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par patafanari - 08/01/2018 - 12:57 - Signaler un abus "Leadership et followers"

    Selon Saint Michel, l'avenir appartient aux femmes laides qui ne seront ni harcelées par les uns, ni jalousées par les autres. Qu'est que tu en penses, Angela ?

  • Par assougoudrel - 08/01/2018 - 13:58 - Signaler un abus La reine-mère

    Brigitte surveille de près celles qui passent trop près du dard de son homme. La fautive est sanctionnée dare-dare.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sarah Saint-Michel

Leadership : Hommes, femmes mode d’emploi. Editions Pearson. 2016

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€