Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 24 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La maladie de mort" : Techniquement remarquable. Mais l'essentiel, perdu en route

Atlanti-culture

Publié le

THÉÂTRE 

La maladie de mort

Adapté de Marguerite Duras

Mise en scène par Katie Mitchell

Avec Laeticia Dosch, Nick Fletcher, Irène Jacob

 

INFORMATIONS

Théâtre des Bouffes du Nord

Jusqu'au 3 février

Réservation: 01 46 07 34 50

                     http://www.bouffesdunord.com

RECOMMANDATION

           A LA RIGUEUR

THEME 

Un homme mystérieux fait appel à une prostituée : elle doit venir toutes les nuits dans son hôtel, et suivre ses ordres sans dire un mot.

Ne sachant pas aimer, il cherche à apprivoiser la femme par son corps, en faisant l'économie de la parole. Pour elle, il est atteint de la "maladie de mort". Un jeu dangereux va se mettre en place entre eux, au fil des nuits, dans lequel l'intimité des corps n'a d'égale que la froideur de leurs rapports.

 POINTS FORTS

- Une mise en scène recherchée et ambitieuse. Katie Mitchell déploie l'action sur trois tableaux : sur scène, sur l'écran, et à travers la voix de la narratrice qui, isolée dans une cabine téléphonique, lit la prose de Duras. 

Sur scène, un plateau de tournage représentant une chambre d'hôtel : les acteurs sont filmés par une équipe de techniciens, et les images apparaissent simultanément sur un écran géant, au-dessus de la scène, donnant un nouveau point de vue à l'action, plus intimiste. 

Rythmée selon un montage astucieux, l'action alterne entre des scènes jouées et filmées en direct, et d'autres enregistrées. L’œuvre présentée est "totale", à la fois littéraire, cinématographique et dramatique.

- Les acteurs se donnent à corps perdu et alternent avec souplesse scènes filmées et préparatifs rapides, auxquels on assiste.

POINTS FAIBLES

- Sur scène, l'aspect sordide et cru de l'histoire prend largement le pas sur la finesse de la prose durassienne, lue par intermittence par Irène Jacob. Ce qui est magnifié par l'écriture, qui confère aux personnages une forme d'universalité, de teneur existentielle, peut difficilement l'être dans le prosaïsme du "direct". La partie filmée rattrape un peu les choses, car elle apporte un éclairage intime que ne permet pas la scène, et renvoie à l'univers cinématographique de Duras. Mais la pièce reste pénible à regarder, bien loin de l'expérience de lecture, plus simple et plus puissante, qu'on peut faire du texte.

- Si le spectateur apprend à aimer le personnage féminin, notamment grâce aux scènes filmées qui creusent son histoire, on ne peut pas en dire autant de l'homme, qui reste figé dans son mystère et n'évolue pratiquement pas.

EN DEUX MOTS

- Une pièce originale dans sa mise en scène, mais dont la crudité "clinique" altère la beauté de l’œuvre de Duras ici adaptée. 

- Pour un public averti.

UN EXTRAIT

"Elle vous demande de le lui dire clairement. Vous le lui dites : Je n'aime pas.

Elle dit : Jamais?
Vous dites : Jamais.
Elle dit : L'envie d'être au bord de tuer un amant, de le garder pour vous, pour vous seul, de le prendre, de le voler contre toutes les lois, contre tous les empires de la morale, vous ne la connaissez pas, vous ne l'avez jamais connue?
Vous dites : Jamais.
Elle vous regarde, elle répète : C'est curieux un mort."

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pauline Bonnefoi pour Culture-Tops

Pauline Bonnefoi est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€