Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Majorité (in)trouvable des colères ? Voilà qui Marine Le Pen devrait parvenir à fédérer pour espérer être élue

Pour Marine Le Pen, le rassemblement des voix est une gageure. Il suppose de ne pas se tromper dans l’ordre des opérations.

Concessions

Publié le
Majorité (in)trouvable des colères ? Voilà qui Marine Le Pen devrait parvenir à fédérer pour espérer être élue

Il suffisait de voir le discours de Marine Le Pen à Lille ce dimanche pour flairer le danger qu’elle représente pour les autres candidats. Avec évidence, elle « est dans » l’exercice et se positionne déjà dans la prise de pouvoir. Sa rhétorique est victorieuse et s’adresse habilement à tous les courants de l’opinion qu’elle est susceptible de mobiliser. Entre les messages envoyés aux indépendants, les ovations réservées à nos soldats et les appels à la grandeur retrouvée de la France, la présidente du Front National continue son travail de présence quasi-psychique auprès de toutes les zones refoulées d’un narcissisme français meurtri depuis plusieurs décennies par un discours européiste.

La perspective grandissante d’une victoire du Front National

Si, à Paris, la résistance à Marine Le Pen reste forte, l’adhésion n’en est que plus forte dans le reste de la France. Beaucoup de Français interprètent en effet la réaction nobiliaire que nous vivons comme une réaction parisienne à la décentralisation. Plus les Parisiens résistent au Front National, plus les provinciaux ont la conviction que Marine Le Pen claquera le beignet des aristocrates qui les oppriment.

C’est d’ailleurs ici que se trouve le tour de force de la présidente du Front National. Cette Parisienne de naissance, héritière et représentante des banlieues les plus chics est parvenue à incarner la France abandonnée. Elle peut chaleureusement dire merci à tous ceux qui la diabolisent, elle et sa famille, depuis des années. Sans ce rejet constant, son rôle de composition aurait été beaucoup plus difficile à jouer…

Il n’en reste pas moins qu’on la sent bien monter, cette vague de deuxième tour qui emportera sur son passage les ultimes réticences à une stratégie de rupture.

Qui Marine Le Pen peut-elle fédérer?

Dans la pratique, Marine Le Pen est en effet susceptible de fédérer trois types de population dont la conjonction a toutes les chances de la mettre en tête du premier tour.

Un premier groupe rassemble les frontistes convaincus, les « éternels », déjà fidèles à son père. Ceux-là sont les nationalistes ordinaires, globalement hostiles à l’immigration et partisans d’un retour à un ordre moral traditionnel. Très souvent, ils sont rejoints par les laissés-pour-compte de la révolution numérique et de la « mondialisation », ce monstre à plusieurs têtes que personne n’a véritablement vu, mais qui nourrit tous les relents nostalgiques.

Un deuxième groupe ne se reconnaît pas dans cette révolution morale, mais appelle de ses voeux à une stratégie de rupture politique profonde. Ceux-là pensent, pour des raisons circonstancielles, qu’il faut sortir de l’euro, voire de l’Europe, et qu’il faut un bon coup de dégagisme pour remettre le pays en ordre.

Un troisième groupe est plus hypothétique. Il rassemble, pour aller vite, tous ceux qui parient sur un épuisement de la Vè République, qui appellent de leurs voeux à un renouveau, mais qui sont indécis vis-à-vis des propositions économiques de Marine Le Pen. Pour cette frange de l’opinion, les recettes du Front National sont loin d’être une tasse de thé, mais l’exaspération vis-à-vis des institutions est telle que le vote Front National peut paraître le vote utile.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par perceval - 27/03/2017 - 10:21 - Signaler un abus Cette analyse

    me parait particulièrement pertinente et répond parfaitement aux hésitations devant l'irrésistible envie de s'abstenir en cas de duel Macron-Le Pen.

  • Par ikaris - 27/03/2017 - 10:57 - Signaler un abus Bonne analyse mais ce n'est pas tout

    M. Verhaeghe est vraiment le meilleur chroniqueur de Atlantico ... mais je me permet de compléter son analyse. Racler les fonds de tiroir électoraux est une chose ... mais une stratégie complémentaire est d'inciter à l'abstentionnisme des groupes électoraux qui votent plutôt pour l'adversaire. C'est ainsi que Trump s'était adressé plusieurs fois à l'électorat noir américain pour lui faire comprendre que les Démocrates, quelque soient leur couleur de peau, n'avaient concrètement rien faut pour l'amélioration de leur sort mais qu'avec sa politique protectionniste et anti immigration il allait faire changer cela ... au final les noirs ne se sont pas mobilisé à la hauteur de ce qu'escomptait Clinton.

  • Par J'accuse - 27/03/2017 - 11:08 - Signaler un abus TSM (tout sauf Macron)

    Il ne faut pas oublier qu'une élection n'est pas un choix absolu (pour ou contre un candidat) mais relatif (le moins mauvais d'entre eux): on peut donc voter pour un candidat qu'on n'aime pas, parce qu'on aime encore moins les autres. En ce qui me concerne, bien que je détesterais voir Le Pen à l’Élysée, je supporterais encore moins que les socialistes restent au pouvoir et que Bayrou y parvienne avec Macron.

  • Par g16 - 27/03/2017 - 11:28 - Signaler un abus Bien que je déteste Fillon

    Bien que je déteste Fillon qui s'est servi sur le dos de la bête, je ne voterai pas le Pen au 1er tour, car elle va détruire l'Europe, je ne voterai pas Macron, afin de ne pas revoir les mêmes, dont Bayrou qui est le traître affirmé, alors faute de mieux, allons y pour Fillon.

  • Par cloette - 27/03/2017 - 11:39 - Signaler un abus Bonne analyse

    Très bien vu . La question est quand même : en cas de duel Macron /Le Pen qui les électeurs de Fillon élimineront ils ? Voudront ils d'un gv PS bis ?

  • Par vangog - 27/03/2017 - 12:14 - Signaler un abus Excepté la conclusion, belle analyse de Verhaegue!

    Ça nous change des analyses frelatées de Virginie Martin, qui ferait mieux d'ecrire dans "Elle" ou dans Marie-Claire"...oui, le discours de Marine Le Pen à Lille était exceptionnel de justesse sur le diagnostic, et de franchise sur les solutions à apporter à la France, engluée dans cette vase europeiste-centriste-LRPS! Les références à l'identité furent nombreuses, et les Français sont un peuple sensible au regain de créativité qu'impliquera cette identité retrouvée dans tous les domaines, économiques, sociaux, culturels, sécuritaires... Marine Le Pen bouscule le vieux monde bipolaire des technocrates, et impose sa vision juste d'un monde multi-polaire où les technocrates obéiront aux seuls peuples, en fonction des intérêts seuls des Nations, et non pas pour les intérêts des conglomérats militaro-industriel, la maîtrise des matières premières ou le droidelhommisme bêtifiant colporté par les vieux trotskystes soixanthuitards à la traîne...quand à la conclusion d'une alliance avec les LR, je n'y crois pas! Car il s'agira plutôt d'une prise de conscience de la défaire du Parti républicain, avant même que les urnes l'aient prononcée...dans tous les domaines, cette défaite est avérée!

  • Par Ganesha - 27/03/2017 - 12:23 - Signaler un abus Que fera Marine Le Pen ?

    Si elle est élue, que fera Marine Le Pen ? En tant que chef de l'État français, elle ne pourra, au départ, que faire ce qu'ont fait les anglais : menacer de sortir de l'Europe et/ou sortir de l'Euro. Mais en pratique, tout dépendra des alliances qu'elle pourra conclure avec les autres dirigeants européens. Quelles seront ses relations avec Thérésa May ? Élément capital, la furehrin Merkel parviendra-t-elle à se maintenir, ou sera-t-elle remplacée par ''Papa Schulz'' ? Aux Pays-Bas, contrairement à ce que nous ont raconté les médias, le parti du premier ministre a perdu beaucoup de sièges, et ne s'est maintenu à la première place qu'en adoptant une large part des idées de son adversaire Geert Wilders, sauf des provocations comme l'interdiction de la vente du Coran. L'espoir raisonnable, c'est qu'il se crée sur notre vieux continent, un ''Front Révolutionnaire'' qui renverse la dictature de la Commission européenne qui, en trente ans, nous a amené à la situation de désespoir absolu dans laquelle nous vivons actuellement.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 27/03/2017 - 14:39 - Signaler un abus Tourner 7 fois sa langue.....!!

    Marine le Pen vient de confirmer sur une radio nationale qu'en cas de vote négatif lors du référendum sur la sortie de l'Europe, elle démissionnerait ! Ce qui confirme s'il le fallait que le duel aujourd'hui contrairement à ce qui est soutenu par les journaleux n'est plus entre la gauche et la droite, mais entre Nationalistes et Européistes ..la gauche nationaliste avec MLP qui veut sortir de l'Europe et la gauche libérale avec EM qui veut plus d' Europe.....Il n'y a plus de droite depuis que FF a été empêché par les manigances du menteur à teinture.

  • Par hermine_20 - 27/03/2017 - 16:43 - Signaler un abus Pas même sujet

    Simplement pour annoncer la dernière info de la HATVP qui déclare ce jour que le patrimoine de macron ne pose aucun problème. Rapide comme résultat

  • Par langue de pivert - 27/03/2017 - 18:46 - Signaler un abus TOUT SAUF LE MACRONTAGE ROSE !

    Fillon tant qu'il est en piste, sinon Le Pen tant qu'elle est en piste ! Je ne partage pas toutes ses idées...mais aucune de Macron le grouillot de Hollande ! Je veux de l'air ! Je veux respirer ! Mme Le Pen, même si elle n'est pas mon premier choix, ne m'inspire aucune crainte bien au contraire ! Fillon/Le Pen et que le meilleur gagne ! Pour que la France renaisse, moi je n'ai besoin de rien ni de personne ! Allons enfants de la patrie etc etc ♫

  • Par Jardinier - 27/03/2017 - 20:58 - Signaler un abus Petit à petit,

    L'idée qu'elle puisse être élue fait son chemin.

  • Par quesako - 27/03/2017 - 21:24 - Signaler un abus A Paris elle a quelques appuis !

    Certains homos, non "intellectuels" qui se rappellent du Chenu de 2007 peuvent lui apporter quelques voix. Et puis dans des arrondissements populaires où il y a une assez forte proportion de français de confession juive. Bon ça ne lui permet pas d'avoir beaucoup de députés, notamment chez les germanopratins , ou dans le triangle Auteuil-Neuilly-Passy !

  • Par von straffenberg - 27/03/2017 - 22:59 - Signaler un abus Rien n'ai fait

    Gardons les pieds sur terre et arrêtons de brasser du vent ,le dernier moi s est crucial ......nul ne sait

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€