Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les maîtres cachés du monde existent et ils sont… en nous : ces bactéries qui gouvernent nos humeurs

Des études relayées par la BBC ont évoqué les liens entre les bactéries (notamment intestinales) et l'humeur d'un patient.

Hôte

Publié le
Les maîtres cachés du monde existent et ils sont… en nous : ces bactéries qui gouvernent nos humeurs

 Crédit Reuters

Atlantico : Plusieurs études, compilées dans un article de la BBC, ont montré des liens entre les bactéries (notamment intestinales) et l'humeur d'un patient. Est-ce quelque chose d'avéré et de déjà utilisé par la médecine ? De quelle manière ? 

Christopher Payan : Les liens entre les bactéries et l'humeur d'un patient ne sont pas quelque chose de spécialement utilisé par la médecine. Mais on sait que les micro-organismes pathogènes, qu’ils soient des bactéries (salmonelle) ou virus (norovirus) à l’origine de troubles digestifs, dont les diarrhées, sont associés à des troubles neurologiques par retentissement via le système nerveux périphérique, comme indiqué dans l’article.

Dès lors, peut-on imaginer, comme applications possibles à ces découvertes, la confection de médicaments pouvant traiter les troubles mentaux, comme la dépression ? 

Il faudrait pour cela tester l’hypothèse. Ce n’est pas parce que l’introduction du microbiote d’un sujet ayant des troubles mentaux, chez une souris, provoque des désordres, que ce microbiote est à l’origine de ces troubles. Il faudrait au moins montrer, comme cela a été fait chez des souris obèses, qu’en prenant leur microbiote et en l’introduisant chez des souris non obèses, elles deviennent obèses sans changer leur alimentation (même espèce, même pathologie). Il faudrait ensuite montrer, comme chez la souris obèse, qu’en présence d’un microbiote normal, cette souris devient non-obèse. Il est fort probable que l’on ait du mal à démontrer la réversion de l’humeur par l’introduction d’un microbiote d’un sujet normal.

L'article de la BBC fait le lien entre la maladie de Parkinson et les bactéries intestinales. Peut-on alors imaginer, à partir de ces découvertes, des traitements à tous types de maladies ? Quelles maladies pourraient être concernées ? 

Le microbiote est déjà utilisé en thérapeutique pour corriger certaines maladies digestives, comme les infections récidivantes à Clostridium difficile, résistante aux antibiotiques, qui entraîne des troubles digestifs chroniques et déjà appliqué avec succès en thérapeutique. Il est, depuis quelques années, avec succès, l’objet d’étude dans la maladie de Crohn et plus largement dans les maladies inflammatoires chroniques des intestins (MICI) pour lesquelles l’introduction d’un microbiote de sujet sain permet de récupérer une fonction digestive normale. C’est envisagé pour l’obésité sur la base des expériences chez la souris. Pour le reste, c’est encore prématuré… Mais cela reste une voie d’avenir en thérapeutique, notamment pour ces maladies où la thérapeutique actuelle n’est que palliative. Sa limite reste encore sur la production de microbiote à partir de donneurs sains (identifier et avoir des donneurs réguliers, préparer et valider la préparation de microbiote, l’idée est de ne pas transmettre une autre maladie !) et demain sur des microbiotes synthétiques (à priori sans risque) que l’on prendra en pilule par voie orale !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Dorine - 27/04/2018 - 10:43 - Signaler un abus Microbiote

    C'est évident que les centaines de millions de bactéries commensales peuvent avoir une influence sur le fonctionnement organique. Mais de là à lui imputer une forme de déterminisme, il y a un fossé.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christopher Payan

Christopher Payan est virologue au CHU de Brest et professeur à la faculté de médecine de l'université de Bretagne Occidentale (Brest).

Il est l'un des auteurs de Mini manuel de microbiologie (Editions Dunod)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€