Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mais pourquoi jouons-nous à nous faire peur en surestimant les capacités militaires de la Russie ?

Les dépenses militaires de Paris dépasseront celles de Moscou en 2017. Au vu de la chute vertigineuse des dépensses russes en la matière et du contexte économique défavorable du pays, une chose est sûre : les capacités opérationnelles du Kremlin sont bien moindres qu'il n'y paraît.

Tigre de papier ?

Publié le - Mis à jour le 5 Mai 2017
Mais pourquoi jouons-nous à nous faire peur en surestimant les capacités militaires de la Russie ?

Atlantico : La Russie a vu baisser ses dépenses militaires de manière vertigineuse malgré les démonstrations de force en Syrie. Les dépenses sont dix fois moins élevées que les Etats-Unis et proches de celles de la France. Dans ce contexte, n'a-t-on pas tendance à surestimer les capacités militaires opérationnelles du Kremlin ? 

Alain Rodier : Pour être précis, selon le rapport du SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute) publié le 24 avril 2017, les pourcentages des dépenses militaires mondiales pour 2016 ont été de 36% du fait des États-Unis, de 13% pour la Chine et 4,1% pour la Russie. Les chiffres cumulés de la France, de l’Allemagne et de la Grande Bretagne aboutissent à 8,6% soit plus du double !

Les services de renseignement ont toujours adoré comparer les nombres de personnels et de matériels (military balance). Je ne résiste pas au plaisir de me livrer à cet exercice en sachant que ces chiffres sont approximatifs.

Tout d’abord, les populations. Les pays de l’OTAN représentent environ 917 millions de citoyens (dont 317 millions d’Américains) pour un peu plus de 142 millions de Russes. Or, les combattants se recrutent dans ces populations. La ressource des pays occidentaux est donc très supérieure à celle des Russes.

L’OTAN compte 3,6 millions d’hommes (et femmes) sous les armes (dont 1 500 000 Américain(e)s) contre 800 000 Russes. Au plan de l’aviation, l’OTAN est forte de 5 900 avions de combat (dont 3 500 Américains) contre 1 900 Russes.

L’US NAVY possède 10 portes aéronefs (sans compter les portes-hélicoptères) alors que Moscou en aligne un (en cale sèche pour une très longue période)… L’OTAN a approximativement 5 900 chars de bataille (dont 2 300 Américains) contre 2 800 russes.

La seule parité se trouve du côté des armes nucléaires, les Américains ayant 1481 têtes opérationnelles contre 1 735 russes. De quoi détruire plusieurs fois la planète. Bien sûr, ces chiffres ne prennent pas tous les éléments en compte, en particulier la disponibilité des matériels - très souvent en dessous de 50% -, la valeur combative et l'expérience des différents acteurs.

D’où provient cette exagération des capacités militaires de la Russie ? Par qui est-elle le plus entretenue et pour concourir à quel objectif ? 

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Washington s’est toujours employé à exagérer la menace de l’URSS, puis du Pacte de Varsovie et enfin de la Russie. Ses alliés de l’OTAN qui étaient tributaires (et qui pour beaucoup, le sont encore totalement) du renseignement américain n’avaient pas de raison de douter des affirmations du grand allié US d’autant que les Britanniques abondaient toujours dans leur sens et que leurs services bénéficiaient d'une solide réputation de sérieux.

La France a commencé à douter (un peu, puis plus sérieusement) de ces affirmations en analysant le conflit afghan mené par l’Armée rouge. A savoir que les informations recueillies nationalement ont démontré que la belle mécanique militaire russe n’était pas aussi efficace que prévue.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tananarive - 29/04/2017 - 15:31 - Signaler un abus La différence.

    Les pays de l'OTAN sont de vrais démocraties et ils ne déclencheront pas une guerre contrairement à l'ex Union Soviétique qui n'a rien à perdre et dont un dictateur, ou Tsar, au pouvoir peut déclencher une guerre avec menaces d'utilisation d'armes atomiques du champ de bataille comme Poutine l'a fait lors de l'invasion de la Crimée, voila pourquoi les Occidentaux n'ont pas bouger. La puissance est donc du coté du plus déterminé même si c'est le plus faible. Comme le disait Hitler si les alliés avaient attaqués lors de l'invasion de la Pologne l'armée Allemande n'était pas en état de résister.

  • Par fredr31 - 29/04/2017 - 15:47 - Signaler un abus Ha bon ! @tananarive

    L'OTAN (et plus particulièrement les USA) a déclenché de nombreuses guerres gratuites (sans qu'une agression justifie une réponse). Il suffit de pense à l'Irak ou au Panama, mais le droit n'est pas non plus respecté, Guantanamo en est un bon exemple, ainsi que les (très) nombreuses exécutions ciblées via drones par le si sympathique Barak.

  • Par valencia77 - 29/04/2017 - 20:09 - Signaler un abus Les russes ne sont absolument pas dangereux

    Il faut simplement ne pas les attaquer et envahir. Il faut se rappeler les mongols, Napoleon, Hitler et l'abnegation totale du russe quand il lutte. Come par example le sacrifice des equipes a Tchernobyl.

  • Par Gordion - 29/04/2017 - 21:31 - Signaler un abus Désinformation et vraies menaces

    La rhétorique otan est effectivement un moyen comme un autre de financer le complexe militaro-industriel et de maintenir les pays membres de L'OTAN captifs. A des fins d'hégémonisme. La Russie a deux menaces, L'OTAN et la Chine. Les Européens seraient inspirés de se poser la question suivante : devant l'agressivité américaine d'étendre L'OTAN aux pays limitrophes de la Russie contrairement aux engagements après la dissolution du Pacte de Varsovie, la Russie ne va-t-elle pas choisir malgré elle l'alliance avec la Chine plutôt qu'avec l'Europe ?

  • Par Strong Coffee - 29/04/2017 - 23:57 - Signaler un abus Le budget n'est pas tout

    J'apprécie dans cet article que l'auteur compare des matériels plutôt que des budgets. La comparaison des budgets n'est en effet pas aussi fiable. La raison est que les coûts de recherche et développement ainsi que de maintenance, les salaires des militaires, le prix des matériels, etc,... sont bien inférieurs en Russie que dans les pays occidentaux. La Russie peut donc se projeter à l'international à des coûts bien plus maîtrisés. Je suis moins d'accord avec la comparaison des populations. En effet l'Europe occidentale a une population plus nombreuse mais loin d'être aguerrie, physiquement, psychiquement, idéologiquement, ... à part les soldats de métier, la population n'est préparée ni à combattre, ni a souffrir, ni à défendre une démocratie qui n'est plus que l'ombre d'elle même.

  • Par Eolian - 30/04/2017 - 12:19 - Signaler un abus Il serait temps

    que les Occidentaux se document sérieusement sur la Russie et lisent les nombreux livres - fort intéressants qui paraissent - ils sont pléthores écrits pas des gens extrêmement bien documentés. "l'invasion de la Crimée" par exemple n'est bien qu'un enfumage qui arrange les Américains qui eux ne se sont pas embarrassés avec l'Otan de faire éclater la Yougoslavie et de s'attribuer le Kosovo avec son "criminel" Takchi (?)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur, en 2017 de Proche-Orient : coup de projecteur pour comprendre chez Balland, en 2015, de Grand angle sur les mafias et de Grand angle sur le terrorisme aux éditions Uppr ; en 2013 du livre Le crime organisé du Canada à la Terre de feuen 2012 de l'ouvrage Les triades, la menace occultée (éditions du Rocher); en 2007 de Iran : la prochaine guerre ?; et en 2006 de Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme (éditions Ellipse). Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier, La face cachée des révolutions arabesest paru chez Ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€