Jeudi 17 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mais comment font donc les Britanniques pour créer des emplois tout en étant dans une situation globale aussi catastrophique que la nôtre ?

Le nombre de demandeurs d’emploi au Royaume-Uni a reculé contre toute attente en décembre 2012, d’après des chiffres officiels publiés le 23 janvier dernier.

Paradoxe

Publié le 30 janvier 2013
 
Le PIB est au plus bas, et pourtant le chomage britannique est passé de 8,4% à 7,7%...

Le PIB est au plus bas, et pourtant le chomage britannique est passé de 8,4% à 7,7%... Crédit Reuters

Atlantico : Alors que le PIB de la France stagne, son taux d’emploi baisse dangereusement. Nos voisins britanniques quant à aux semblent victimes d’un étrange paradoxe : une baisse du 0,3% du PIB au dernier trimestre qui cohabite avec un baisse du taux de chômage. Comment expliquer ce paradoxe ?

 

Pierre-François Gouiffès : Le PIB britannique est encore à ce jour 3% plus faible qu’en 2008, le point haut du cycle, et le pays est menacé d’un « triple dip recession » (trois séquences de récession très rapprochées dans le temps). Le pays semble sur le point de retourner dans la dépression après le troisième trimestre 2012 (+0,9%) avec un effet lié aux jeux olympiques. Il n’y a pas de sortie de crise et une stagnation qui semble durable, avec un débat vif sur l’ampleur de l’ajustement par la baisse de la dépense publique.

 

Concernant le chômage, l’office des statistiques constate depuis le début de l’année 2012 une tendance inverse a priori peu intuitive : passage d’un taux de chômage de 8,4% à 7,7% (-10% ! en un an). Avant d’essayer d’expliquer la conjonction apparemment paradoxale d’une récession-stagnation et de hausse de l’emploi, il faut rappeler que le taux de chômage britannique a tout de même très fortement augmenté depuis 2007 (+45% avec un taux de 5,3% en 2007 !).

Plusieurs explications sont avancées pour expliquer ce phénomène : acceptation par les salariés d’une forte modération salariale génératrice de baisse du niveau de vie, développement des emplois à temps partiel. Mais à ce jour ce « miracle » ne concerne que l’année 2012.

 

Ce taux d’emploi positif en pleine dépression peut-il être le moteur de redémarrage économique du Royaume-Uni ? Est-ce au contraire un générateur de pauvreté et de sous-consommation ?

 

Cette évolution favorable – uniquement sur 2012 à ce stade –correspond à mon sens davantage à l’adaptation du marché du travail britannique à un cycle durable de croissance quasi nulle, une sorte d’antithèse britannique de la « préférence française pour le chômage » énoncée il y a vingt ans par Philippe d’Iribarne, plutôt qu’à quelque chose contribuant en tant que tel au redémarrage conjoncturel. Plusieurs observateurs de l’économie britannique évoquent ainsi une économie « jobs without growth » où l’ajustement de l’emploi à la stagnation économique se fait par la baisse parallèle du niveau de vie et de la productivité.

 

Une telle situation serait-elle possible, et surtout enviable en France ? Le paradoxe britannique actuel est-il la démonstration des dangers du chômage partiel ?

 

Il y a à mon sens des différences tout à fait considérables entre les marchés du travail des deux côtés de la Manche. Il existe par exemple 20 points d’écart entre le taux d’emploi des jeunes en France (30,8% en 2010) et au Royaume-Uni (50,9%) : la France est marqué comme presque tous les pays d’Europe du Sud par un chômage massif des jeunes, 2,5 fois plus élevé que la moyenne. Le marché du travail britannique semble donc moins segmenté et moins dual que le marché français. Concernant le temps et le chômage partiel, cela semble une modalité de fonctionnement de la partie flexible du marché du travail en place dans les deux pays, avec par exemple le phénomène français du temps partiel subi.

 

Que penser alors de la focalisation du gouvernement français sur les politiques d’emploi plutôt que sur la création d’un contexte économique attractif ?

 

L’évolution du taux de chômage et sa production mensuelle ne peut être qu’un point majeur d’attention pour l’exécutif, surtout dans le contexte français de sa croissance ininterrompue depuis 2008. N’importe quel gouvernement ne peut pas éluder ce sujet central d’inquiétude des français tout en menant – plus ou moins – des politiques parallèles de compétitivité, comme le tente le gouvernement Ayrault en préemptant le discours sur la compétitivité et la réforme du marché du travail.

 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

 

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kettle - 01/02/2013 - 00:29 - Signaler un abus Benefits culture

    @roudoudou "les chômeurs ne peuvent pas vivre une éternité aux frais de la communauté et s'activent pour retrouver vite un emploi."
    ---
    Faux. C'est en Angleterre qu'il y le plus de chomeurs en europe (2.7 millions sont classés inaptes au travail et sortent des chiffres), le plus de chomeur longue duré, le plus de chomeur de pere en fils, le plus d'allocations, etc...
    .

  • Par niko - 31/01/2013 - 18:45 - Signaler un abus j'aimerais bien savoir

    ces chiffres et affirmations proviennent d'où, facile de dire que le chômage à baissé, si c'est comme en suisse ou celui qui n'a droit à plus rien sort de statistiques fait baisser le chiffre des chômeurs et grossis celui du social dont il n'y a aucune statistique, facile de l'écrire.
    aucun tableau, référence, franchement comment croire ces affirmations.

  • Par sheldon - 31/01/2013 - 01:26 - Signaler un abus @roudoudou : et pour beaucoup le français n'est pas la langue

    et n'oublions pas que pour beaucoup le français n'est pas la langue la langue maternelle et qu'ils continuent dans la culture d'origine de leurs familles !
    La France est en train de ce scinder :c'est encore tabou mais bientôt ça éclatera en pleine figure !

  • Par roudoudou - 30/01/2013 - 23:09 - Signaler un abus @Laulau

    Rappelons tout de même en terme de démographie que parmi les jeunes Français sortant chaque année du système scolaire, 50.000 sont illettrés grâce aux bons soins de l'Education Nationale, notre très vertueuse,très citoyenne, très égalitariste et très de gauche mère à tous....

  • Par roudoudou - 30/01/2013 - 23:05 - Signaler un abus Elementaire mon cher Watson !

    Parce que :
    - les charges ne sont pas aussi écrasantes qu'en France
    - le licenciement y est plus facile
    - le patron n'est pas considéré comme un criminel en puissance
    - le droit du travail ne date pas de Zola comme en France
    - les chômeurs ne peuvent pas vivre une éternité aux frais de la communauté et s'activent pour retrouver vite un emploi.

  • Par al fonce - 30/01/2013 - 19:45 - Signaler un abus salaires des banquiers UK

    Les salaires des banquiers,patrons,traders british etc sont (et de beaucoup) les plus mirobolants d'Europe;donc il faut augmenter les déja énormes salaires français pour que ça marche...En passant quand donc la retraite des fonctionnaires sera basée sur 25 années de salaires comme dans lev privé;égalité quand tu nous tient !

  • Par issartier - 30/01/2013 - 19:25 - Signaler un abus pas de miracle

    Tiens! Ils n'ont pas Hollande

  • Par Salaudepatron - 30/01/2013 - 17:37 - Signaler un abus Fausse route en France.

    Le problème c’est que notre gouvernement pense qu’il suffit d’imposer les embauches par la loi, pour résoudre le chômage... mais ils n’ont pas compris que si l’économie ne tourne plus, les entreprises coulent, les unes après les autres et les embauches n’ont alors aucune chance de se concrétiser.
    En clair, laisser les entreprises gagner de l’argent, n’a rien de scandaleux, cela leur permet juste de se développer et d’embaucher, mais tout ça semble trop difficile à comprendre pour nos énarques.
    Et bien entendu, il y aura toujours quelques esprits chagrins, qui me rétorqueront qu’il existe des entreprises qui licencient, alors qu’elles font des bénéfices, mais il s’agit d’une minorité, pour laquelle ont légifère bien trop souvent, au risque de freiner ceux qui pourraient embaucher.

  • Par l'enclume - 30/01/2013 - 17:36 - Signaler un abus Aucune comparaison possible

    laurentso - 30/01/2013 - 09:12
    Vous parlez de la Grèce?
    Indemnités chômage environ 42 livres par semaine, cadres ou employés.
    Par contre si vous avez des emprunts, pendant un an ils sont payés par une assurance.

  • Par sheldon - 30/01/2013 - 17:35 - Signaler un abus En étant moins "cons" que nous !

    Et en comprenant aussi un peu l'économie du monde telle qu'il est au lieu de fantasmer sur une France socialo-communiste, et en ayant un Labour moins "laborieux" que le PS qui ne veut surtout pas dire la vérité !

  • Par engerau - 30/01/2013 - 15:34 - Signaler un abus Et la démographie ?

    Plus un pays veillit moins il a de chômeurs. C'est une évidence mais pas pour tout le monde...Monsieur de La Palice n'aurait pas trouvé mieux !
    Arrêtons de nous focaliser sur l'Allemagne et l'Angleterre, si on gratte un peu ce n'est pas si reluisant.
    Si ces pays étaient si flamboyants alors il n'y aurait ni chômage, ni licenciements ni Hartz IV (pour les Allemands). Regardez bien les Anglais en hiver dans Londres et comptez bien ceux qui portent des manteaux et des chaussures en cuir. Vous serez surpris !
    Je ne vous parle même pas de la retraite misérable - à peine de quoi vivre - des sujets de sa majesté. Oubliez Ascott et les chapeaux de la Reine.

  • Par check - 30/01/2013 - 15:29 - Signaler un abus volontaire

    En Angleterre il y a beaucoup de petits boulots que nous n'avons pas .
    Les Anglais étant moins assistés ,il se bougent plus que nous pour trouver du boulot!

  • Par check - 30/01/2013 - 15:27 - Signaler un abus volontaire

    En Angleterre il y a beaucoup de petits boulots que nous n'avons pas .
    Les Anglais étant moins assistés ,il se bougent plus que nous pour trouver du boulot!

  • Par engerau - 30/01/2013 - 14:40 - Signaler un abus Simple !

    Mise en invalidité comme aux Pays-bas, chômage partiel et salaires au rabais.
    Les Britanniques doivent, en outre, se saigner pour une retraite par le biais d'une compagnie d'assurance.
    Elle est pas belle la vie...au Royaume-Unis ? Good save the Queen !

  • Par vangog - 30/01/2013 - 14:05 - Signaler un abus encore faux Laurentso! Il faut avoir travaillé deux ans en GB

    pour toucher des allocations chômage, alors que quatre mois suffisent en France...
    L'incitation à trouver du travail étant plus forte en GB, il y a moins de tire-au-flans comme ceux qui ne veulent pas travailler dans l’hôtellerie, la restauration Française qui, pourtant, embauchent...
    C'est aussi la raison pour laquelle les régimes Anglais ne sont pas en déficit car ils sont mieux gérés et plus égalitaires (du mot Égalité, à ne pas confondre avec Égalitarisme à la mode socialo...)

  • Par Loupdessteppes - 30/01/2013 - 13:23 - Signaler un abus La réponse est si simple...

    La réponse est si simple...Parce que l'on ne taxe pas les petits entrepreneurs pourvoyeurs d'emploi et que l'on ne nourrit pas avec l'argent des contribuables, les soit disants grands commls de l'état (pet "e") bardés de diplomes franchouillards "à la con".

  • Par pemmore - 30/01/2013 - 12:34 - Signaler un abus Si on payait les travaux non qualifiés aux même prix,

    ça serait sans doute identique, puis leur balance commerciale est moins catastrophique avec les puits de pétrole en mer du nord. 10 milliards d'euro chez-eux 100 milliards chez-nous, la règle de 100000 emplois par 10 milliards de déficit commercial est la base, ils ont 100000 chômeurs qui ne de vraient pas éxister et nous un million. (principaux donateurs île de France, paca , dom-tom).

  • Par Equilibre - 30/01/2013 - 11:46 - Signaler un abus @ laurentso

    Aurais-tu des chiffres? Le coup des handicapés datent de Thatcher, histoire de cacher la situation des mineurs, si mes souvenirs sont bons.

  • Par vspatrick - 30/01/2013 - 10:59 - Signaler un abus En France....

    Votre emploi vous appartient.
    Ailleurs, c'est votre carrière qui vous appartient.....

  • Par laurentso - 30/01/2013 - 10:12 - Signaler un abus Petite précision qui explique tout

    les indemnités de chômage sont quasi-nulle, en Grande-Bretagne. Résultat : les chômeurs ne s'inscrivent pas à l'équivalent de notre Pôle-Emploi. En revanche, en période de chômage, on note une hausse spectaculaire du nombre de handicapés, qui bénéficient de prestations plus confortables...

  • Par Far_from_Heaven - 30/01/2013 - 09:37 - Signaler un abus Mentalité protestante...

    Qui met l'accent sur la valeur 'Travail'. Faibles prestations de chomage, qui ne donnent pas envie d'y rester à long terme (même si certains vivent des avantages sociaux et autres). Flexibilité de l'emploi - on peut se faire embaucher, comme on peut se faire virer en cinq minutes - ce qui a aussi un coté extrêmement compétitif. Pas de syndicats fouteurs de me*de, de prudhommes, de droit du Travail obèse et paralysant (la GB n'a pas signé le Pacte social).
    Et surtout une mentalité protestante et extrêmement résiliente. Apres une perte d'emploi, les Anglais acceptent facilement des jobs moins valorisants pour remettre le pied à l'étrier - ce qui est inconcevable en France ou en Belgique (que de fois n'ai-je entendu des chomeurs longue durée peu qualifiés refuser un travail: j'y gagnerai moins qu'au chomage, je ne fais pas des jobs comme ca, c'est pas ma branche.... ahurissant!) .... et qui montre un snobisme malvenu de la part de personnes qui vivent sans remord de l'aide sociale. Où est la fierté de vivre au dépens des autres volontairement? Ajoutons que le modèle anglo-saxon est méritocratique, et beaucoup moins frappé par le népotisme qu'en France - donc, ils gardent les meilleurs

  • Par anticip - 30/01/2013 - 09:12 - Signaler un abus contrairement a la france

    qui fait fuir ses créateurs ,ses cerveaux ,ses riches ,la grandes bretagne ,sait attirer .la finance ,les entreprises ,ce qui change tout . nous la france , nous savons attirer toutes les misères du monde avec notre généreux assistanat .

  • Par Laulau - 30/01/2013 - 08:56 - Signaler un abus Enfoncement de ...

    Portes ouvertes. Et la démographie, Messieurs, vous y pensez ? A nombre d'emploi égal, si la population des jeunes diminue chaque année, il n'est pas étonnant de voir le chômage en baisse.
    Tous les "couineurs" sur le manque de flexibilité du travail en France en faisant des comparaisons douteuses avec l'Allemagne ou le Royaume Uni se garde bien de parler du nombre croissant de jeune qui arrivent sur le marché du travail chaque année en France pendant qu'il diminue dans ces "pays modèles" que l'on pare de toutes les vertus.

  • Par rudi11 - 30/01/2013 - 07:53 - Signaler un abus pas de bureaucratie

    creer une entreprise prend cinq minutes, remplir UN formulaire et vers 15 lvres; avec des ideees, le boulot peut commencer dans l heure...
    en france, on fait la queue pour n importe quel papier...vu le manque de fonctionnaires sans doute ! il suffit de parler de simplification administrative, pour que les ministeres se dechainent...maaame taubira vient de nous créer 3 livrets de famille , facile à stocker dans les petites mairies...et quoi, on sait que les chomeurs français travaillent au noir, mais chuuuut, silence,
    à paris, on vit comme à palerme, les mafias se croisent et se croisent selon les intérets divers
    la province a été jetée aux chiens, depuis des decennies, l argent confisqué pour les folles depenses des barons regionaux, leurs palais, leurs voyages, leur personnel pléthorique composé de membres de la famille, etc......

Pierre-François Gouiffès

Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie

politique). Il a notamment publié "Margaret Thatcher face aux mineurs" (Privat, 2007), "Réformes:

mission impossible ?" (Documentation française, 2010) et "L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique

budgétaire française" (Documentation française, 2013). Il tient un blog sur pfgouiffes.net.

Voir la bio en entier

Fermer