Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et maintenant la téléphonie mobile ! Facebook peut-il devenir un groupe aussi gros que Google ?

Des rumeurs persistantes parlent de la sortie d'un Facebook Phone, toujours démenties jusque là. Pour le réseau social, l'enjeu est évident : occuper le terrain des smartphones pour exister face aux géants Google et Apple, et maîtriser les connexions vers son réseau social depuis un mobile.

La cour des grands

Publié le
Et maintenant la téléphonie mobile ! Facebook peut-il devenir un groupe aussi gros que Google ?

Dernière rumeur en date : un téléphone Facebook conçu par HTC reposant sur le système Android de Google. Crédit Reuters

Les géants d’Internet sont à la fois partenaires et rivaux selon les secteurs (moteur de recherche, réseaux sociaux, systèmes d’exploitation, téléphonie mobile, etc.) et ont tendance, selon une logique de prédation [1], à être dans une stratégie de diversification sans état d’âme par rapport aux autres acteurs parfois solidement implantés.

Il s’agit soit d’avoir des relais de croissance soit de jouer sa survie. En matière de smartphones, pour riposter à l’iPhone d’Apple, Google a lancé son système d’exploitation Android qui a drainé une série de constructeurs tel HTC et est aujourd’hui le leader incontesté. Selon une étude du Gartner, Android et iOS recueillent en effet près de 80 % du marché, ce qui laisse des miettes à Blackberry, Nokia et Microsoft qui ont du mal à trouver un second souffle.

Dans ce contexte, la téléphone mobile est capitale pour les acteurs majeurs des réseaux sociaux car les connexions vers Facebook, Twitter, Google+ et autres se feront de plus en plus depuis les smartphones et les tablettes aux dépens des PC. Aussi des rumeurs émises par l’agence de presse Bloomberg font état de l’arrivée mi-2013 d’un Facebook Phone. Un partenariat aurait été conclu pour la fabrication du smartphone avec le Coréen HTC.

Pour ne pas partir d’une feuille blanche, Facebook développerait une couche fonctionnelle au-dessus d’Android en se basant sur un smarphone développé par HTC. Facebook songerait aussi à s’appuyer sur iOS 5 ou à développer une interface depuis le monde de l’iPhone afin de constituer une application « over-the-top ». Ainsi 80 % des utilisateurs de smartphones seraient potentiellement atteints pour être conduits vers le réseau social leader qui comprend à ce jour plus de 900 millions de comptes. Des ingénieurs d’Apple mais aussi de RIM auraient été recrutés par Facebook pour les développements à opérer en ce sens.

L’enjeu pour Facebook est d’occuper le terrain des smartphones pour exister face à Google et Apple et surtout de maîtriser les connexions vers son réseau social depuis un mobile. Le rachat d’Instagram constituant également une pièce dans cette stratégie mobile.

À terme, Facebook aurait pour objectif de dégager des revenus via les mobiles (aujourd’hui la moitié de ses utilisateurs se connectent via le mobile – la proportion est appelée à croître – sans permettre le moindre revenu alors même que la société a été introduite en Bourse et a vu son cours chuter de près de 20 %).

Toutefois en matière de publicité, la captation de l’audience du fait de la taille du smartphone, de l’interface qui est repensée, etc. n’obéit pas aux mêmes habitudes que pour les connexions depuis un PC. De nouveaux modèles économiques sont à imaginer pour les smartphones et le Facebook Phone constitue cette pierre angulaire. On pourrait imaginer l’affichage de publicité contextuelle et sociale en fonction des interactions de l’utilisateur Facebook depuis un Facebook Phone. Une autre clé du succès serait son caractère non intrusif pour générer de bon taux de retour.

[1] Selon Prédation et prédateurs, Michel Volle, Economica, 2008

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ropib - 27/07/2012 - 17:07 - Signaler un abus En tous cas en bourse

    Tout est au vert. Et vu la qualité de l'application de Facebook on se demande encore comment Google, Apple et les autres existent encore. Enfin... dernièrement Facebook a eu la peau du minitel, donc le reste devrait venir très vite.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

David Fayon

David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. « Il est l'auteur de Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le monde ? (Economica, 2013), Facebook, Twitter et les autres... (avec Christine Balagué, Pearson, 3e éd, 2016) ainsi que de Transformation digitale (avec Michaël Tartar, Pearson, 2014). Il vient de publier Made in Silicon Valley – Du numérique en Amérique (Pearson, 2017). » Observateur et acteur de la société numérique, ses recherches portent sur la transformation digitale des banques.

Il anime enfin le site davidfayon.fr, sur l'actualité du Web et du numérique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€