Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 07 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Macron candidat à la présidentielle ? Ce que trame le ministre de l'Economie pour 2017 (et les réseaux qui y pensent pour lui)

Alors que des rumeurs courent sur un éventuel départ du gouvernement, Emmanuel Macron commence à se préparer pour la présidentielle de 2017. Il travaille à un programme, tisse ses réseaux, parallèlement le PS lui aurait d'ores et déjà réservé la circonscription de Béthune pour les législatives

Je m'voyais déjà

Publié le

Outre son programme, Emmanuel Macron travaille aussi à tisser des réseaux.  "Il va le plus souvent possible à la rencontre des parlementaires et des acteurs économiques", explique le sénateur François Patriat l'un de ses soutiens qui précise: "il veut élargir son audience mais pas forcément pour 2017". Julien Dray lui a fait rencontrer nombre d'élus. Et le PS lui aurait, d'ores et déjà, trouvé une circonscription pour les législatives de 2017, celle de Béthune aujourd'hui détenue par Stéphane Saint-André, membre du PRG.

Une circonscription en or et tellement symbolique de cette France industrielle qui n'attend que de rebondir.

Quant à claquer la porte du gouvernement lors du prochain remaniement, personne n'y croit guère. "Je crois qu'il aimerait surtout que son rôle soit renforcé", observe François Patriat qui ne croit pas non plus que François Hollande ait envie de se passer d'un ministre aussi populaire. D'ailleurs lundi, lors de la présentation de ses mesures pour l'emploi, le chef de l'Etat a sorti pas mal d'idées de la boite à outil macronienne, "la transformation du CICE en baisse de charges, sur les prudhommes et l'indemnisation du chômage", énumère le sénateur qui y voit un hommage du chef de l'Etat qui a même cité son ministre lors de son discours. Des soutiens qui n'imaginent par Emmanuel Macron ailleurs qu'aux côtés du chef de l'Etat en 2017.

Si François Hollande est candidat "il faudra bien qu'il se fasse élire avec les voix de la gauche libérale. Emmanuel Macron va lui apporter les 5 ou 6% des libéraux et des chefs d'entreprises qui lui permettront de battre le candidat de droite au premier tour", explique un soutien qui ajoute: "Hollande le protège pour qu'il continue à faire entendre sa voix, sa petite musique". Pour l'ami Thierry Pech, directeur général du think tank Terra Nova, "Emmanuel Macron incarne un progressisme hostile à l'économie de rente, assez américain dans son approche des problèmes. Il pense en termes d'opportunité, de chance, de mobilité. Ce qui le qualifie, c'est un rapport à l'avenir optimiste, volontariste, il veut que chacun ait sa chance". Libéraux, chefs d'entreprise mais pas que… un récent sondage montre que le locataire de Bercy commence aussi à séduire à gauche et parmi les classes populaires. "Une partie ont besoin de protection mais une autre partie, comme les jeunes, par exemple, attendent des opportunités, ils n'ont pas envie que l'Etat leur envoie un chèque tous les mois", analyse Thierry Pech tout en précisant qu'il parle à titre amical et que Terra Nova n'est au service de personne.

Ces grandes manœuvres raisonnent, en outre, comme un message à l'attention de nombre de personnes dont le Premier ministre lui-même. En effet, si celui-ci avait envie d'entraver une nouvelle candidature de François Hollande afin de se présenter, il sait d'ores et déjà qu'il trouvera Emmanuel Macron sur sa route et que celui-ci réclamera des primaires. Le message s'adresse, dans le même temps, à la gauche du PS qui a lancé, le lundi 11 janvier, une pétition réclamant que se tienne cette consultation interne. Si elle avait lieu, Emmanuel Macron serait prêt à concourir et n'occuperait pas forcément le créneau attendu. Depuis peu, les soutiens du ministre de l'Economie entonnent, en effet, un refrain bien inattendu sur le thème "Macron est plus à gauche que ce que l'on croit". Il serait même, selon François Patriat, "le plus à gauche du gouvernement". Et le ministre lui-même de vanter sa relation avec Jean-Pierre Chevènement qui l'accompagnera à Moscou les 24 et 25 janvier pour la réunion du CEFIC (Conseil économique, financier et commercial). Tenir en respect Manuel Valls et en même temps la gauche du PS, voilà déjà un destin inédit.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Melayome - 20/01/2016 - 09:30 - Signaler un abus Macron ??

    Pourquoi ne pas élire directement les rotshield a la présidence ...

  • Par cloette - 20/01/2016 - 09:46 - Signaler un abus Les conseilleurs ne sont pas les payeurs

    Dans l'articles on cite les conseilleurs connus depuis des décennies et dont les preuves de savoir faire ne sont pas éblouissantes . Bravo le reconditionné en tout neuf .

  • Par MONEO98 - 20/01/2016 - 10:43 - Signaler un abus logique

    comment peut on croire que ce jeune homme ait pu être parachuté de chez Rothschild au gouvernement directement sans passer par la case élections....? Rothschild une institution ,un remake Pompidou? la liste des mentors fair quand même peur :sortir du modèle français qui fait perdre enserrait pas à l'ordre du jour surtout qu'i l y a une certaine incohérence entre le mentors et chevènement... Parier entre Valls et Macron , je pense que l'establishment a déjà choisi

  • Par l'enclume - 20/01/2016 - 11:45 - Signaler un abus J'ai la haine

    J'hallucine, pendant que la moitié des Français est en train de crever, ces messieurs font des projets concernant le futur de monsieur Macron, au lieu de s'attaquer aux vrais problèmes. Français réveillez vous bordel, on vous roule dans la farine et, vous en redemandez, c'est grotesque.

  • Par vangog - 20/01/2016 - 12:52 - Signaler un abus Des lignes de cars et quelques dimanches par mois...

    voila le bilan Macron...et quelques années de fusacqs juteuses pour ses copains de Rotschild et Goldman Sachs...favoriser la grande finance internationale et les multinationales délocalisatrices, est-ce ce que veulent les Français?

  • Par jurgio - 20/01/2016 - 13:44 - Signaler un abus Macron économique

    mais micron politique ! Les médias font des spéculations, n'ayant plus rien à dire, refusant de dire la vérité sur le pays.

  • Par cloette - 20/01/2016 - 14:30 - Signaler un abus Je dirais même plus que

    Je dirais même plus que Jurgio, micron économique mais Macron politique !

  • Par MONEO98 - 20/01/2016 - 16:21 - Signaler un abus Désolé le correcteur a encore frappé

    je corrige donc et complète Comment peut on croire que ce jeune homme ait pu être parachuté de chez Rothschild au gouvernement ,directement ,sans passer par la case élections....? Rothschild une institution veme Republique,un remake Pompidou? la liste des mentors fait quand même peur .Sortir du modèle français qui fait perdre ne serait pas à l'ordre du jour,surtout ,qu'il y a une certaine incohérence entre le mentors pro européens et Chevènement... Parier entre Valls et Macron ? je pense que l'establishment a déjà choisi Faut une primaire à gauche pour dégager le Président normal et tout faire pour que Macron gagne la primaire.Après la puissance de feu médiatique doit détruire tout candidat Républicain :l'élection se joue au premier tour sauf ..cygne noir

  • Par zouk - 20/01/2016 - 16:26 - Signaler un abus Intentions de programme prêtées à E. Macron

    Un beau rêve! Mais nous en sommes loin! trop loin..... et les idéologues du PS sont vigilants à tuer dans l'oeuf tout ce qui pourrait gêner ce mou Président qui les carèsse si bien.

  • Par zouk - 20/01/2016 - 16:27 - Signaler un abus Intentions de programme prêtées à E. Macron

    Un beau rêve! Mais nous en sommes loin! trop loin..... et les idéologues du PS sont vigilants à tuer dans l'oeuf tout ce qui pourrait gêner ce mou Président qui les carèsse si bien.

  • Par Vincennes - 20/01/2016 - 16:58 - Signaler un abus Projet de MACRON qui s'inspire d'ATTALI !!!!

    n'est pas ATTALI qui proclamait : "Hollande meilleur Président après Mitterand " !!! on rêve....... ou plutôt on CAUCHEMARDE.....mais aussi qui bosse avec COHEN, Consultant à l' Elysée mais néanmoins invité récurent de CALVI pour mieux diriger les débats dans le sens gouvernemental + Thierry PECH (TERRA NOVA......c'est à dire Pulvar iTV ........belle clique, en effet !!!!!

  • Par clint - 20/01/2016 - 19:34 - Signaler un abus Je suis partant pour soutenir Macron

    Quand je vois les candidats aux primaires LR je me dis que je voterai à la présidentielle par dépit. Mais avec Macron comme 1er ministre annoncé je serais partant ! Chez LR c'est encore Sarkozy le moins mauvais, mais la campagne médiatique organisée par ses concurrents LR, aidés par les media risque de continuer à l'enfoncer. La France est comme ça : De Gaulle, à qui tout le monde se réfère, a été jeté comme un malpropre par 2 fois!

  • Par Borgowrio - 20/01/2016 - 20:11 - Signaler un abus Drôle de calcul

    Macron apporterait 5 à 6 % de voix libérales à Hollande ? Je rêve , c'est vraiment prendre les entrepreneurs pour des cons , l'hirondelle Macron ne fait pas le printemps des entreprises . Le gros boulet Hollande sera toujours dans les pattes des entrepreneurs

  • Par OLYTTEUS - 20/01/2016 - 21:44 - Signaler un abus Programme fait par Attali

    Alors là ,je rigole ;ce type qui prévoyait une prospérité sans pareille pour L'Europe avec L'Euro, s'est totalement décridibilisé;une Europe fédérale:rien de moins, mais à chaque crise, les pays jouent solo et l'Europe est inexistante ....Quelle utopie ,dont on sait comment elles se terminent mal....

  • Par A M A - 21/01/2016 - 09:38 - Signaler un abus AMA

    Quelles références pour Macron,le petit Mozart de l'économie parachuté par Rothschild : Alain Minc, Jean-Marie Colombani ou encore Jacques Attali avec qui l'actuel ministre de l'Economie rédigea le célèbre rapport commandé par Nicolas Sarkozy. Rien que des noms qui inspirent confiance. Après la collection de Président que nous a imposé l'élection au suffrage universel, pourquoi pas ce jocrisse. "Impossible n'est pas français".

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, elle suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien "France-Soir" puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, "Chronique d'une revanche annoncée" raconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€