Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Macron 2018, De Gaulle 1959 : le match de la transformation de la France un an après leur arrivée au pouvoir

Alors que la première année de mandat d'Emmanuel Macron arrive à son terme, il est intéressant de noter certaines similitudes entre l'action du chef de l'Etat et celle de Charles de Gaulle, arrivé au pouvoir en 1958, malgré des évidentes différences de contexte.

Comparaison

Publié le
Macron 2018, De Gaulle 1959 : le match de la transformation de la France un an après leur arrivée au pouvoir

 Crédit PETER PARKS / POOL / AFP

  1. Atlantico : Le rythme des réformes conduit par Emmanuel Macron depuis le début du quinquennat a pu conduire à une comparaison avec la France de Charles de Gaulle de 1958. Après une année d'exercice, de 1958 à 1959, et de 2017 à 2018, comment comparer l'ampleur des deux actions présidentielles, et ce, tout en écartant d'évidence les différences de contexte ? 

Maxime Tandonnet : Il me semble que la comparaison n’a pas beaucoup de sens. Tous les nouveaux présidents une fois en place jurent qu’ils veulent transformer la France. L’arrivée de Charles de Gaulle au pouvoir en juin 1958 correspond à un tournant historique pour le pays, un changement d’époque : une nouvelle Constitution fondée sur le parlementarisme rationalisé, la décolonisation, le passage au nouveau franc, la sortie de la guerre d’Algérie, l’ouverture de l’économie française à la concurrence internationale et sa modernisation.

La France se dote de l’arme nucléaire. A cela s’ajoutent les ordonnances qui modifient en profondeurs les institutions : éducation nationale, justice, armée, début de la régionalisation. Il n’y a absolument rien de tel aujourd’hui. La France du quinquennat Macron est exactement la même, dans les profondeurs, que celle de M. Hollande. Ne comparons pas ce qui est incomparable.

Philippe Crevel : 60 ans séparent 2018 de 1958, mais évidemment les deux périodes ne sont pas comparables. En 1958, la France devait faire face à la crise algérienne. Au-delà des trois départements d’Algérie, ce sont toutes l’avenir des colonies d’Afrique qui est en jeu. Il faudra quatre ans pour tirer un trait sur plusieurs siècles d’histoire.

Le 13 mai 1958 marque l’ouverture d’une crise institutionnelle qui aboutira au retour du Général de Gaulle et à l’instauration de la Ve République. Le 7 mai 2018, Emmanuel Macron est élu, après une campagne insolite, Président de la République, le 8e de la Ve. Les premiers mois du Général de Gaulle sont avant tout consacrés au changement de constitution et à la crise algérienne. La nouvelle constitution entrera en vigueur le 4 octobre, 4 mois après la nomination comme Président de Conseil du Général de Gaulle. Emmanuel Macron n’a pas dû faire face à une crise intérieure majeure. Les seuls foyers indépendantistes concernent la Nouvelle Calédonie et la Corse. Emmanuel Macron s’est engagé non pas à instituer la 6e République comme le réclament Jean-Luc Mélenchon ou Benoit Hamon. Il a simplement la volonté de réaliser un nouveau toilettage. Face à l’opposition des sénateurs, il a avancé l’idée comme le Général de Gaulle de procéder à la révision de la Constitution en recourant à l’article 11. Néanmoins, le rythme de discussion de cette révision est plus proche du train de sénateur que de celui d’un Bonaparte ou d’un De Gaulle. Le nouveau Président n’a pas osé tirer les conclusions du quinquennat en passant au régime présidentiel, en supprimant le poste de Premier Ministre tout en renforçant le législatif. De même, en jacobin, il récuse toute idée de fédéralisme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 06/05/2018 - 10:38 - Signaler un abus D’acord avec Maxime Tandonnet

    La comparaison entre les deux personnages n’a pas de sens tant le premier se hisse dans le firmament comparé au second qui reste le nez collé au sol

  • Par vangog - 06/05/2018 - 10:43 - Signaler un abus Stop-Soros!

    La majorité de Viktor Orban, qui vient de remporter les deux-tiers des sièges aux dernières élections législatives, va faire passer un projet de loi « Stop-Soros », qui exigera des associations pro-clandestins, qu’elles déclarent leurs activités au parlement, afin d’en vérifier la légalité...la résistance au fascisme islamiso-gauchiste avance! Les melenchonistes sont verts-de-rage...

  • Par Ganesha - 06/05/2018 - 10:56 - Signaler un abus Question

    Avec Atlantico, nous avons l'habitude des titres provocateurs ou mensongers. Mais, quel est le but de celui-ci ? En pratique, il s'agit d'un article très ''anti-Macron'' ! On nous explique que notre président actuel n'est qu'un minable sans avenir ! Mais quel est le ou la candidate que ce site prévoit de soutenir ?

  • Par cloette - 06/05/2018 - 13:29 - Signaler un abus en accord total

    sur la période de mystification que nous vivons comme l'explique Maxime Tandonnet

  • Par Tande - 06/05/2018 - 17:33 - Signaler un abus totalement d'accord

    Entièrement d'accord avec les deux contributeurs, en particulier M.Tandonnet. Il n'y a aucune comparaison possible. Nous vivons une réformette, savamment montée en épingle par les communicants.

  • Par A M A - 06/05/2018 - 18:01 - Signaler un abus La comparaison a un sens si l

    La comparaison a un sens si l'on tient compte des éléments qui les ont imposés l'un et l'autre à la France. Or Staline et l'URSS ne sont plus.

  • Par zen-gzr-28 - 06/05/2018 - 22:11 - Signaler un abus Une leçon d'humilité pour les LREM

    A les entendre , ils ont le courage de faire les réformes que les autres n'ont pas faites jusque là. Ils sont à coté de leurs pompes. Les réformettes sont bien loin d'améliorer le sort des citoyens et du pays. Les médias qui , à l'envi, nous bassinent pour nous dépeindre un Jupiter déterminé, super... devraient aussi faire preuve de discernement et d'honnêteté intellectuelle, professionnelle en cessant tout simplement de prendre les gens, ayant un sens critique pour des imbéciles. Lors des conférences de presse de de Gaulle, une très grande majorité de Français attendaient avec impatience de l'entendre. Est ce le cas pour Jupiter ?. Très bon article des 2 intervenants. Merci

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l'immigration, l'intégration des populations d'origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l'intérieur.

Il commente l'actualité sur son blog  personnel

 

Voir la bio en entier

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€