Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Si, M. Chanee, l’huile de palme responsable, ne vous en déplaise, ça existe

Dans une longue interview accordée au journal Libération, Aurélien Brulé alias Chanee, de l’association « Kalaweit », après avoir dressé un tableau fait de généralisations trompeuses, d’erreurs factuelles et de contradictions en appelle les lecteurs à boycotter l’huile de palme. Pierre Bois D’Enghien défend la filière huile de palme contre les accusations formulées dans le texte.

Tribune

Publié le
Si, M. Chanee, l’huile de palme responsable, ne vous en déplaise, ça existe

Pourquoi Chanee s’oppose-t-il à l’huile de palme responsable ?

Dans une longue interview accordée au journal Libération, Aurélien Brulé alias Chanee, de l’association « Kalaweit », après avoir dressé un tableau fait de généralisations trompeuses, d’erreurs factuelles et de contradictions en appelle les lecteurs à boycotter l’huile de palme. En tant qu’auditeur principal RSPO, présent sur les plantations depuis plus de vingt années maintenant, j’ai voulu répondre à ce papier pour que les consommateurs puissent se faire leur propre avis sur ce sujet controversé qu’est l’huile de palme.

A chaque pays sa culture de l’huile de palme

Basé en Indonésie, Chanee, s’appuie sur son expérience personnelle et plus particulièrement sur les faits qu’il a constaté dans certaines plantations autour de lui. Mais il devrait savoir que le palmier à huile est cultivé dans plus de 30 autres pays !

Par conséquent, comment peut-il s’appuyer sur un seul exemple pour nous expliquer « la culture de l’huile de palme » ? Sait-il que, dans le monde, ce sont plus de 3 millions de petits paysans qui travaillent et vivent de l’huile de palme ? Que vont penser les petits producteurs africains qui développent leurs plantations sur des terres inoccupées et n’ont à faire ni à la même faune, ni à la même flore et n’ont pas les mêmes pratiques que les Indonésiens ?

A cela s’ajoute le fait que la plupart des pays producteurs disposent de législations environnementales qui limitent drastiquement toute déforestation, interdisent le brûlage et imposent de protéger les forêts ripariennes ; de plus, plusieurs pays producteurs ont développé leur propre référentiel en matière de durabilité (comme le MSPO, Malaysian Sustainable Palm Oil), d’autres disposent de leur interprétation nationale des principes et critères RSPO pour mettre en place des filières responsables.

Mais nous reviendrons sur ce problème plus tard, pour l’instant il apparaît clairement que nous ne pouvons nous appuyer sur l’expérience vécue par un seul individu pour dépeindre un portrait général de la culture de l’huile de palme.

Non l’huile de palme n’est pas la première cause de déforestation

A lire l’interview de Chanee on comprend que la culture de l’huile de palme est la première cause de déforestation. Déjà on remarquera qu’il ne s’appuie sur aucune donnée chiffrée. Il aurait pourtant été essentiel de rappeler que le palmier à huile a besoin de 5 à 10 fois moins de superficie qu’une autre culture oléagineuse. De ce fait, pour une même production en huile végétale, les petits producteurs  préservent davantage d’espaces naturels et donc de biodiversité. Ensuite il suffit de se rendre sur une plantation pour constater que c’est loin d’être un désert de biodiversité comme voudrait nous le faire croire Chanee. On y trouve toutes sortes d’animaux et de plantes. C’est un habitat pour des dizaines d’espèces végétales et animales. D’ailleurs il est totalement faux de faire croire que la couverture forestière a diminué à la suite du développement des plantations d’huile de palme. En effet, l’ouvrage qui fait référence en la matière est le « Global Forest Resources Assessment 2015 »de la FAO. Or la dernière édition montre que dans un pays comme la Malaisie qui est l’un des premiers producteurs d’huile de palme au monde, la forêt représente 22.195.000 hectares soit 67,6 % de la superficie du territoire. Fait remarquable entre 2010 et 2015, le pays a gagné plus de 14.000ha / année. Ajoutons à cela que la forêt primaire représente 5.041.000 ha, soit 22,7 % de la superficie forestière totale. Si la filière huile de palme était l’une des premières causes de la déforestation, un des deux premiers producteurs au monde ne pourrait avoir une telle couverture forestière si bien conservée. Chanee devra mieux se documenter pour sa prochaine interview.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par brennec - 19/02/2016 - 12:56 - Signaler un abus Il y a partout des intérets.

    L'auteur ne répond pas a la question que lui pose l'interviewer sur les motivations de chanee pour attaquer ainsi la production d'huile de palme. Il est assez bizarre que l'ère du soupçon systématique s'applique sans faille a l'industrie et jamais aux particuliers ou associations que l'on voit régulièrement publier des 'études' scientifiquement inadaptées ou carrément trafiquées, comme s'il n'y avait pas d'intérets en jeu.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Bois D’Enghien

Pierre Bois D’Enghien est ingénieur agronome des régions tropicales, spécialiste de l'Environnement et est auditeur RSPO.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€