Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 02 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les lycéens dans la rue ? Ils ont vite oublié comment ils se sont fait avoir par Leonarda, la collégienne rom !

Les drapeaux rouges étaient brandis par les syndicalistes. Mais il y avait aussi des lycéens. Et le lycéen, ça plaît aux médias.

Journée de dupes

Publié le - Mis à jour le 11 Mars 2016
Les lycéens dans la rue ? Ils ont vite oublié comment ils se sont fait avoir par Leonarda, la collégienne rom !

Les manifs ont des vertus consolatrices et bénéfiques pour le moral vacillant des troupes. De se voir à plusieurs permet d'avoir l'illusion qu'on est très nombreux. Nous ne sommes rien, soyons tout ! Ils étaient donc des dizaines de milliers à défiler hier dans toute la France contre la réforme du Code du travail. Un peu de bonheur pour quelques-uns…

La réforme du Code du travail plaît aux patrons : ce n'est pas une raison pour la trouver bonne. Elle déplaît aux syndicats et à la gauche de la gauche : ce n'est pas une raison pour la trouver mauvaise. Le débat est technique, économique et social : donc tout à fait inaccessible au pauvre ignare que je suis. Mais sur le plan moral, sur le plan éthique, la cause est entendue car je suis de ceux qui pensent que ces mots ont un sens. Hollande est tout à fait illégitime pour porter une telle réforme.

Pas lui et pas ça…

Ils sont des millions qui ont cru à ses discours vibrants d'amour pour la gauche éternelle quand il s'agissait de dézinguer Sarkozy. Ils ont été des millions à croire, car il leur a fait croire, qu'avec Hollande le bonheur pouvait être une idée neuve en France. Et ils sont aujourd'hui très nombreux à détester l'homme qui leur a tant menti. Et donc sa loi portant réforme du Code du travail.

Ils ne se trompent pas en conspuant Hollande. Ils se trompent bien sûr en rejetant une loi qui, à première vue, paraît tenir compte des réalités économiques du moment. Qui mobilise ces foules (un bien grand mot) ? Des syndicats. Et vous savez combien de salariés sont syndiqués en France ? 7%, des fonctionnaires pour l'essentiel. Quelle représentativité ! Mais c'est suffisant pour rameuter quelques dizaines de milliers de permanents et de militants.

Les radios et chaînes d'info continues auraient beaucoup moins parlé des manifs d'hier si les jeunes n'étaient pas au rendez-vous. En des temps habituels, c'est sur les "jeunes" des banlieues que les médias s'extasient : ils sont certes un peu turbulents, parfois un tantinet délinquants, mais tellement vivants… Hier, exaltation plus rare, il s'agissait de la jeunesse étudiante et lycéenne.

"90 lycées bloqués !" se pâmait au micro l'envoyée spécial de France Info. 90 lycées ! Bigre ! Je suis allé sur le site du ministère de l'Education nationale : il y a en France 4300 lycées ! Je sais, c'est très méchant d'em….er des pauvres journalistes avec des chiffres contrariants. Alors on va prendre d'autres chiffres a priori plus chaleureux.

En 2013, des milliers de lycéens sont descendus dans les rues. Ils protestaient déjà contre le "fasciste" Valls qui, à l'époque, n'était que ministre de l'Intérieur. Sa Gestapo – oui, le mot fut utilisé ! – avait expulsé vers le Kosovo une enfant innocente et d'apparence très virginale : Leonarda, collégienne, 15 ans, Rom. Et avec elle toute sa famille, le père, la mère et plusieurs sœurs. Ils avaient passé des années – en Italie déjà, avant la France – à trafiquer leurs papiers. L'escroquerie et la triche étaient manifestes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 10/03/2016 - 09:54 - Signaler un abus Ce qui était pathétique , c

    Ce qui était pathétique , c'est qu'ils manifestaient sur une loi sur le travail ( et donc les conditions de travail ) sans avoir conscience que justement ils ne font pas partie du monde du travail et qu'il n'est pas certain du tout qu'ils en feront jamais partie car c'est le travail qui manque . Quelqu'un de connu a dit ils n'ont qu'à créer chacun leur Startup, chacun sa petite entreprise, chacun doit devenir lui et ne compter que sur lui même . On n'en est là et on patauge dans la gadoue , c'est très inquiétant !

  • Par vangog - 10/03/2016 - 10:09 - Signaler un abus Moi aussi, j'ai été manipulé par les vieux trotskystes de l'UNEF

    moi aussi, j'ai applaudi à des votes Staliniens, dans des amphis séparés ( à gauche, ceux qui désirent la reprise des études, à droite ceux qui désirent la reprise de la grève), où seuls les votes de ceux favorables à la grève des cours étaient comptabilisés. moi-aussi j'ai pu compter sur une direction de l'éducation complaisante (voire complice) avec les grévistes, et qui annonçait d'emblée que les étudiants n'auraient rien à craindre, car le programme non dispensé à cause des grèves ne ferait pas partie des examens...quelle veine! Moi-aussi, j'ai suivi sur les carrefours les petits exploiteurs de la faiblesse et de l'inexpérience estudiantine, et je me suis allongé dans les gaz d'échappements...toutes, nous y avons tous participe à ces fausses grèves d'enfants gâtés et immatures! à l'époque, Leonarda n'existait pas, mais les Trotskystes auraient pu l'inventer: je l'aurais brandi à bout de bras, en exigeant pour elle maison, carte d'identité et allocations, car j'étais tellement manipulable... Et surtout, le système éducatif et syndical crée par les UMPSECOLOCOCOS est toujours tellement favorable à cette manipulation...

  • Par Lafayette 68 - 10/03/2016 - 10:32 - Signaler un abus Mobilisation

    Ils mobilisent 300 000 à 500 000 personnes : c'est le nombre de bouquins vendus par Zemmour ou De Villiers ! Au fait on est 66 millions environ : quel % a manifesté ?Ridicule.

  • Par Borgowrio - 10/03/2016 - 10:45 - Signaler un abus Jeunesses communistes

    Sur le cul .... J'étais , en voyant cette jolie jeune fille , bien propre sur elle, brandir le drapeau avec le marteau et la faucille . L'endoctrinement est manifeste et nullement 'stigmatisé " par les médias comme l'est l'extrême droite . Elle déversait son flot de paroles anti -patronat , convenu , le même depuis des lustres ... Prêt à parier que ses parents sont fonctionnaires et qu'elle sera fonctionnaire elle même .

  • Par Lafayette 68 - 10/03/2016 - 11:02 - Signaler un abus @Borgowrio

    En France , si tu a été victime du nazisme , c'est horrible ( à juste titre d'ailleurs). Mais victime des communismes ( goulag , laogaï ...100 millions de morts) c'est pas grave , c'était pour la juste "lutte finale" et l'émancipation sociale ! (cette jeune fille et les médias n'ont toujours pas compris ...ceux et celles qui sont passés par le goulag , si !)

  • Par jurgio - 10/03/2016 - 11:20 - Signaler un abus Un étudiant qui descend dans la rue

    est un étudiant qui n'a rien appris.

  • Par Fred VS - 10/03/2016 - 11:53 - Signaler un abus quelle bande

    d'idiots : rien ne marche et ils font tout pour ne rien changer !

  • Par Djib - 10/03/2016 - 13:32 - Signaler un abus Le grand guignol de la réforme du code du travail

    Une ministre recruté parmi le lumpen prolétariat des socialistes (maigre diplôme, boulots d'apparatchik à la mairie de Paris ou dans les "assos progressistes") qui a du certainement brailler dans les rues à l'occasion du CPE les mêmes niaiseries que ses petits clones qui la vomissent aujourd'hui et parmi lesquels se trouve déjà celui ou celle qui la remplacera demain.

  • Par fanfoué - 10/03/2016 - 20:39 - Signaler un abus @Borgowrio

    Si votre analyse de la manipulation des jeunes est juste, le final sur les fonctionnaires l'est moins. Mon épouse est fonctionnaire, enseignante, quelle horreur !!! Et bien nos 3 enfants n'ont jamais fait grève ni participé à la moindre manif, ils ont tous fait des études supérieures et bossent dans le privé sans jamais avoir pointé au chômage car les petits boulots ne les ont jamais rebuté même à Bac + 5 !

  • Par calinou - 10/03/2016 - 20:45 - Signaler un abus Trouducs

    Qu'ils retournent a leurs chers études ces petits trous-du-cul alors qu'ils ne savent même pas de quoi on parle. De plus ils jouent contre leur camp car ils serons les premiers a devenir chômeurs si cette réforme ne passe pas...

  • Par Anguerrand - 10/03/2016 - 22:03 - Signaler un abus À vangog 10:09

    J'ai beaucoup de considérations pour votre méa culpa, vous reconnaissez que vous êtes fait embrigader. Par contre je suis surpris que, ayant subit ces manipulations vous adhériez de nouveau à une cause très proche celle du FN qui s'aligne sur celle de gauche du point de vue economique. Les manifs d'aujourd'hui etaient essentiellement composées de gauchistes et de FN qui reviennent vite à leurs origines . C'est pour cela que le FN de Phillipot / MLP me font penser à un parti de gauche exception faite sur l'immigration.

  • Par pierre de robion - 10/03/2016 - 22:42 - Signaler un abus @Borgowrio! Une hirondelle....

    Moi aussi j'étais enseignant , et même responsable d'enseignants après Mai 68 où nous nous comptions sur les doigts de la main celles et ceux qui dénonçaient la chienlit! Mes fils n'ont jamais fait grèves, mes petits enfants non plus d'ailleurs, mais combien de fois ai-je entendu "Ah si des gens comme vous pouvaient être plus nombreux"! Et le plus navrant, c'est qu'en privé nombre de collègues qui n'auraient pas manqué une grève par peur du qu'en dira-t-on pensaient comme moi! Avant de partir j'ai constaté d'ailleurs que les grévistes étaient moins nombreux. Ce mouvement s'est-il poursuivi? Qui a la réponse?i

  • Par Joly Maurice - 10/03/2016 - 23:16 - Signaler un abus C'est l'âge idiot...

    C'est l'âge idiot et il faut que ça passe! Heureusement, dans la plupart des cas, effectivement, ça passe et on prend de la maturité et du discernement après s'être fait avoir plusieurs fois.

  • Par borissm - 11/03/2016 - 06:55 - Signaler un abus @Vangog

    Votre commentaire est aussi intéressant que surprenant. J'avoue qu'au fil de vos commentaires passés, vous nous aviez plutôt donné l'impression d'un (ou une ?) prédicateur sûr et certain de son catéchisme. Et voilà que, comme le remarque @Anguerrand, vous nous révélez une faille personnelle, ce qui vous donne une dimension beaucoup plus humaine. Mais vous terminez par une réflexion (en forme d'aveu) qui me laisse dubitatif. "J'étais tellement manipulable", dites-vous. Pensez-vous que vous ne l'êtes plus et qu'il convient d'écrire cette phrase à l'imparfait ? Très cordialement./.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoit Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€