Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

LR : refaire du Sarkozy 2007 peut-il être une stratégie gagnante maintenant que la grande crise de 2008 est passée par là ?

"Ma conviction, c'est que s'ouvre le même espace que celui pour Nicolas Sarkozy en 2007", a déclaré le 22 septembre Laurent Wauquiez au Figaro. Mais 2017 n'est pas 2007 et rien ne dit que les classes populaires iront à Wauquiez comme elles vinrent à Sarkozy.

Vieille recette

Publié le
LR : refaire du Sarkozy 2007 peut-il être une stratégie gagnante maintenant que la grande crise de 2008 est passée par là ?

Atlantico : ​Laurent Wauquiez s'annonce comme le grand favori dans la course à la présidence ​des LR , sur une ligne politique essentiellement tournée vers la protection des classes moyennes, l'identité, et la lutte contre l’assistanat, semblant correspondre à la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007. Dans quelle mesure cette ligne politique peut elle être suffisante à un monde post-crise de 2008 ? Ne s'agit il pas d'une cause du divorce entre la droite et les classes populaires ? 

Maxime Tandonnet : Laurent Wauquiez a clairement affirmé que Nicolas Sarkozy était sa référence.

Il est vrai que sa ligne est proche de celle du président élu en 2007. Peut-être que cette approche peut lui permettre de gagner la faveur des militants dans l’optique de l’élection à la présidence du parti. Mais cela n’a rien à voir avec s’imposer comme un recours sur la scène nationale. Depuis 2007, nous avons complètement changé de monde. Il y a eu la crise économique, mais aussi les affaires DSK et Cahuzac, la défaite de 2012, le quinquennat Hollande, le « fillongate » la tornade « En Marche ». Refaire 2007 n’a plus aucun sens. Ce qui caractérise la France d’aujourd’hui, c’est la crise de confiance envers le politique. La lutte contre l’assistanat ou pour la réhabilitation du travail ne peuvent plus suffire à convaincre l’opinion, après les souffrances de l’exclusion et du chômage dues à la crise. Quant à l’identité, c’est un thème abstrait, qui renvoie à l’échec du débat sur l’identité nationale en 2009. Non, il faut prendre en compte les bouleversements intervenus dans la conscience collective et changer de logiciel. Vouloir reprendre la ligne de 2007, après les bouleversements qui sont intervenus en 10 ans serait suicidaire. 

Gilles Richard : Sa ligne est très étroite. D'un côté, il prétend tenir un discours de défense des classes moyennes. Cela s'appelait « droite sociale » en 2012. Et puis il tient sa liste nationaliste et identitaire. Il veut faire la synthèse entre le macronisme qui, lui, a conquis les classes moyennes, et le discours nationaliste identitaire du Front National. Mais s'adresser aux classes moyennes avec le discours identitaire ne risque pas d'attirer grand monde. Sauf les petits patrons, artisans et commerçants. Mais ils sont très minoritaires, parce que les classes moyennes sont dans leur grande majorité acquises et non pas hostiles à la mondialisation.

 

​​Nicolas Sarkozy était parvenu à "arracher" les classes populaires au Front national en 2007​, mais dans un monde pré-crise. Ainsi, et alors que le Front national s'est ​re​trouvé​ ​en concurrence avec la France insoumise ​pour les catégories populaires, Laurent Wauquiez pourra-t-il échapper à ces mêmes difficultés ? ​ ​

Maxime Tandonnet : Oui, bien sûr, la marge est étroite entre d’une part l’idéologie d’En Marche, axé sur l’individu-roi, et les « antisystèmes », de droite et de gauche. Les Républicains de M. Wauquiez ne pourront pas se contenter du thème du libéralisme économique et sociétal, qui aura été obéré par l’expérience Macron d’un point de vue idéologique – sans pour autant que les mesures nécessaires à la relance de l’économie française aient étéprises. Quant au discours « identitaire », il restera la marque de fabrique du FN. Il me semble que les classes populaires sont avant tout attirées par le parti de l’abstention aujourd’hui. On ne réalise pas à quel point la France connaît une crise de sa démocratique. 51% d’abstention aux législatives, c’est un résultat vertigineux dont personne n’a conscience. Aujourd’hui, il est caricatural de penser que la grande masse des classes populaires est attirées par les partis supposés « antisystème ». C’est le rejet du politique, le sentiment que la démocratie est en panne, que la représentation ne fonctionne pas qui caractérise aujourd’hui les classes populaires. Les classes populaires dans leur majorité, ne croient en personne, ni au FN ni à France insoumise, ni LREM, ni aux Républicains. Il faut en être conscient ! Et dans les temps qui viennent, avec la politique et le discours de LREM, les mesures annoncées, les fractures du FN, la rupture entre M. Mélenchon et le parti communiste, les divisions chez les Républicains, ce fossé entre les classes populaires et le monde politique ne peut que se creuser toujours davantage.

Gilles Richard : D'abord, il faut bien voir que Nicolas Sarkozy n'a réussi à arracher les classes populaires au Front National que partiellement et temporairement. Cela n'a duré que le temps de la campagne et des élections. Dès le soir du Fouquet's et du yacht de Bolloré, la rupture a commencé à s'amorcer. Et par la suite, il ne les a jamais récupérées. Il a profité aussi de la très mauvaise campagne de Jean-Marie Le Pen, une campagne à contre-pied si l'on peut dire parce qu'elle portait sur l'intégration, ce qui n'est pas tout à fait ordinaire pour un électeur du Front National, et notamment ceux du Sud. Laurent Wauquiez compte à mon avis, quant à lui sur l'affaiblissement du Front National sur ces questions et sur les questions de morale sociale. Mais cela ne lui amènera pas de voix populaires. Pour avoir des voix populaires, il doit contester la mondialisation néo-libérale. Et s'il le fait vraiment, ce que je ne crois pas, car lui-même y est attaché vu ses origines et son statut social, il risque de perdre la majorité de son parti qui rejoindront alors définitivement Les Constructifs.

​Comment la droite pourrait elle retrouver un discours plus "séduisant" pour les classes populaires ? En quoi, malgré la défaite, l'accent mis par François Fillon sur le volet économique, en opposition à une ligne Buisson qui rejette cette problématique au second plan, peut-il être un exemple à suivre ? ​La droite Wauquiez a-t-elle finalement tiré les leçons de la défaite de François Fillon ?

Maxime Tandonnet : La droite, je préfère le terme « les Républicains », n’a pas intérêt à chercher à séduire. La séduction  suivie de la déception a beaucoup trop sévi ces dernières années. Non, aujourd’hui, les leçons du psychodrame autour de M. Fillon et d’une campagne électorale désastreuse, n’ont pas été tirées. La France a besoin d’une véritable révolution de sa conception de la vie politique. Il faut sortir justement de la séduction, de la sur-médiatisation et de la tyrannie de la communication. Il faut mettre fin à la dérive du régime dans un culte de la personnalité qui touche à l’absurde et n’a pas d’autre objectif que de cacher la faillite de l’Etat et des politique dans de nombreux domaines. Il faut bannir l’ambition carriériste que les Français ne supportent plus. En réalité, il faut réhabiliter le discours de la vérité et du désintéressement personnel. La politique doit cesser d’être affaire de posture vaniteuse et se mettre au service de la nation et de ses habitants. Il faut une transformation radicale de la gouvernance de la France, en finir avec la personnalisation à outrance du pouvoir, l’autre face de l’impuissance et du renoncement. Le Gouvernement du pays doit être une affaire d’équipe et non d’une image idolâtre. Il faut recentrer la politique sur l’action, le choix le gouvernement et non la communication et les manipulations : comment sauver l’école, lutter contre l’insécurité, la violence et le communautarisme des cités, chercher une issue à la crise migratoire en traquant les passeurs criminels, alléger les charges sur l’entreprise pour créer des emplois. La vocation des Républicains est d’engager cette profonde mutation de la politique française pour la sortir de la dictature de la communication, la recentrer sur les mots d’ordre vérité et action. 

Gilles Richard : La droite n'existe pas ! Il y a des droites. On parle ici de LR. Côté FN, il y a un soutien populaire, mais c'est une autre famille de droite. Ce qui est certain, sans faire leur programme à leur place, c'est qu'une grande partie des Républicains a déjà tiré les leçons de la défaite de François Fillon. Ils sont partis. Laurent Wauquiez n'a pas compris cela. Tout ce qu'il veut, c'est être élu président de LR selon le principe qu'il vaut mieux être le premier dans son village que le second à Rome. Il va avoir le parti, mais le parti risque aussi de se vider pour remplir Les Constructifs, ou Debout La France qui est en attente de ce moment. Et aussi le Front National qui a déjà été tué trois fois par les commentateurs mais qui n'est pas encore mort, loin de là.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Clotilde DE BIEVRE - 24/09/2017 - 09:55 - Signaler un abus LR droite

    M. Tandonnet a raison. Il faut réhabiliter l'action politique et non le showbiz au pouvoir. L'enjeu de l'équilibre de la balance des paiements du pays en permettant aux entreprises d'être compétitives à l'export est essentiel pour redonner du travail (1/3 des emplois industriels sont occupés par l'export quand la balance est en équilibre).

  • Par Ganesha - 24/09/2017 - 17:25 - Signaler un abus Dur, dur !

    Atlantico se montre souvent très dur avec ses abonnés ! Ces papys et ces mamies sont prêts à toutes les compromissions dans l'espoir (futile) de préserver le pouvoir d'achat de leur assurance-vie ! Et voilà que cet article nous explique que ce parti de corrompus, les Ripoublicains, n'a plus aucun programme, puisqu'il a perdu toute opportunité d'enrichir ses dirigeants ! Il y a pourtant ici une majorité de fervents Sarkozystes, qui avaient réussi à s'enthousiasmer pour son exact contraire, le sombre Fillon. Et ils essaient désormais, laborieusement, de se convaincre que ce ridicule pantin de Wauquier est un homme politique d'avenir !

  • Par jurgio - 24/09/2017 - 18:46 - Signaler un abus Il n'y a pas de droites, il n'y a que de l'anti-gauche

    Une ligne, donc, de rétablissement des comptes de la Nation. Après la crise atténuée de 2008 (qui a bien servi les baveux maladifs) il faut en guérir les méfaits qui persistent.

  • Par Ganesha - 25/09/2017 - 18:03 - Signaler un abus Jurgio

    2008 est une ''petite crise sans importance'' ! Et la ''grande priorité nationale'', c'est l'équilibre budgétaire ! Décidément, François Fillon est un virus destructeur qui a complètement ratatiné le cerveau de quelques français !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Richard

Ancien élève de l'ENS de Saint-Cloud et agrégé d'histoire, Gilles Richard est professeur d'histoire contemporaine à l'université Rennes 2 et membre de l'UMR CNRS "Arènes". Il a publié "Histoire des droites en France" chez Perrin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€