Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

LR, J-6 avant l’élection : mais au fait, la campagne a-t-elle permis d’y voir plus clair sur la refondation de la droite ?

Dans six jours 234 908 adhérents aux Républicains sont invités à élire le nouveau président du parti lors de la session du Congrès. Après deux défaites cuisantes à l'élection présidentielle et aux législatives, le temps est à la refondation côté LR.

A droite toute ? Vraiment ?

Publié le
LR, J-6 avant l’élection : mais au fait, la campagne a-t-elle permis d’y voir plus clair sur la refondation de la droite ?

Atlantico : Le dimanche 10 décembre prochain, les 234 908 adhérents "les Républicains" à jour de cotisation sont invités à participer à l'élection à la présidence de leur parti lors de la session du Congrès. Comment cette campagne à la présidence, qui s'est dessinée depuis l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence, a-t-elle changé au parti ? Le parti y a t il gagné quelquechose "intellectuellement" ? 

Maxime Tandonnet : Les échecs électoraux de 2017 ont représenté un traumatisme infini pour LR qui se situait dans la logique d’une alternance et d’une victoire quasi certaine après l’effondrement du quinquennat de M. Hollande. A l’issue du plus effroyable scandale politique de l’histoire de la Ve République pendant une campagne nationale, LR a été battu par un homme que nul ne connaissait quelques années auparavant et qui n’était autre que l’ancien conseiller et ministre de l’économie du président sortant... Puis aux législatives, LR mordait de nouveau la poussière devant un parti LREM tout juste sorti du néant.

Pour le mouvement héritier du courant gaulliste, c’était plus qu’une défaite, une humiliation. Comme souvent, les moments les plus tragiques, quand le fond de l’abîme est atteint, sont propices à une remise en question fondamentale. Un rapport sur la refondation des Républicains a été rédigé et publié en novembre 2017. C’est un beau texte qui renouvelle profondément les conceptions du mouvement : appel au renouveau du débat d’idées, rejet du culte du chef, volonté de répondre aux questions de fond qui préoccupent les Français, sur l’avenir de la nation, les frontières, l’intégration, la maîtrise des flux migratoires, l’identité de la France. Pour les opposants à cette évolution, le réflexe de Pavlov est à la caricature et l’on parle de droitisation ou de « lepénisation ». Or, écouter ce qu’ont à dire 60 à 80% des Français, tenter de leur apporter une réponse à la fois réaliste et respectueuse des droits fondamentaux, ce n’est rien d’autre que la démocratie, et non la « droitisation ».

Frédéric Rouvillois : Plutôt que de « changer » le parti  à proprement parler, cette campagne pour la présidence effectuée dans le cadre d’une France macronisée me semble avoir confirmé une tendance lourde et déjà ancienne, celle qui était apparue au grand jour en novembre 2016 avec la victoire écrasante de François Fillon au premier tour des primaires  de la droite -  lorsque l’outsider sarthois, le bourgeois en veste de chasse  soutenu par les anciens de la Manif pour tous avait littéralement pulvérisé les « Modernes », « Bruno » et « NKM »,  bousculé Nicolas Sarkozy, et distancé le prétendument indépassable Alain Juppé. Après le désastre de la présidentielle puis la transhumance immédiate de la gauche du parti vers les sirènes du macronisme, la campagne actuelle a permis de clarifier les choses, tout en confortant l’ancrage foncièrement conservateur du parti, ou du moins, de ses militants et adhérents. En somme, cette campagne a changé le parti en lui-même, lui permettant de s’assumer tel qu’il est, c’est-à-dire, tel qu’il est devenu.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 05/12/2017 - 20:42 - Signaler un abus LR

    Ils ont déjà un pays, dans six jours ils auront un chef, plus qu'à trouver ensuite, un peuple. Pas gagné mais on ne sait jamais, sur un malentendu?

  • Par clint - 05/12/2017 - 21:15 - Signaler un abus Désolé, mais pas très clair le "couple" Wauquiez-Calmel !

    D'autant plus qu'elle se prend pour la chef bis! C'est difficile en France, et de plus en plus, de "jouer" à être à droite quand la gauche, le centre et la droite molle sont grandement majoritaires chez les français. J'ai peur que Wauquiez soit, en pire, un petit Sarkozy qui a promis beaucoup et qui, à l'arrivée, a "pris comme sur-ministre" pour déclencher une guerre Bernard-Henri Lévy !

  • Par LICOT - 07/12/2017 - 22:43 - Signaler un abus je soupire,

    que dire plus,personne ne réfléchi,on se gargarise de petites phrases ,on sort du contexte certains mots ,et l'on écrase toute personne qui relève la tête. il est trop tard ,je pense, pour dire aux français que peut-être une autre voie était possible,ou trop tôt ! ,il va falloir attendre que nous soyons à nouveau au pied du mur !si toutefois nous n'y sommes pas déjà? ,bref ,les français hibernent confortablement ,nous pensons toujours que l'on va s'en sortir ,moi parfois je m'interroge ,pourquoi donc sommes nous si motivés pour les morts et si peu pour défendre les vivants ? l'esprit français nous quitte ,parfois des sursauts ,mais pour combien de temps ?laissons vivre la liberté de penser ,de faire ,de vivre sans mépriser

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur.

Il commente l'actualité sur son blog personnel.


 

 

Voir la bio en entier

Frédéric Rouvillois

Frédéric Rouvillois est professeur de droit public et écrivain.

Professeur agrégé de droit public à Paris V depuis 2002, où il enseigne le droit constitutionnel et le contentieux constitutionnel, il centre ses travaux sur le droit de l’Etat et sur l’histoire des idées et des représentations. Il est depuis 2004, conseiller de la Fondation pour l’innovation politique. il a publié en 2006 Histoire de la politesse de 1789 à nos jours et Histoire du snobisme en 2008.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€