Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 14 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le long chemin de croix arpenté par la gériatrie avant d'être prise au sérieux par les politiques

Bien plus qu'une réalité médicale, la maladie d'Alzheimer est en réalité une construction sociale pour décrire la vieillesse. Olivier Saint-Jean et Éric Favereau revisitent les quarante dernières années, avec ses errances, ses mensonges, mais aussi ses avancées, et montrent que la vieillesse n'est surtout pas une maladie ; que le déclin cognitif fait partie de la vie. Extrait de "Alzheimer, le grand leurre" du Pr Olivier Saint-Jean et Éric Favereau, publié aux éditions Michalon. 1/2

Bonnes feuilles

Publié le
Le long chemin de croix arpenté par la gériatrie avant d'être prise au sérieux par les politiques

 Crédit MIGUEL MEDINA / AFP

Et pendant ce temps-là... les politiques publiques ont pris leur temps. En termes de santé publique, dans les années 1980-1990 la vieillesse n’est pas franchement à l’ordre du jour. A-t-on vu François Mitterrand ou Jacques Chirac visiter un service de gériatrie? Certes, à l’occasion des campagnes électorales, le détour s’impose à tous les candidats de visiter les maisons de retraite qui ne s’appellent pas encore Ehpad (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). C’est d’ailleurs en 2001 que l’ensemble des maisons de retraite médicalisées sera regroupé sous ce terme unique.

La génération 68 occupant peu à peu tous les postes de pouvoir, il a fallu attendre peut-être qu’elle voie ses parents vieillir, puis diminuer, puis perdre leur autonomie? Faut-il remarquer que ce n’est que dans ces années-là que l’espérance de vie au-delà de 80 ans se met à augmenter?

Les politiques publiques Alzheimer vont peu à peu se détacher des politiques de la vieillesse, et quelque-fois se trouver en contradiction. Pour autant, elles sont, parfois, plus convergentes qu’on veut bien le dire. D’autant qu’elles participent de la même logique et qu’elles ne sont que les 2 facettes d’une même logique: celle d’une médicalisation de la vieillesse dont l’effet pervers principal est l’exclusion.

Pourtant, tout semble avoir bien commencé avec l’initiation de la mise à l’agenda politique de la vieillesse en 1962. Commandé à Pierre Laroque, père de la Sécurité sociale, un rapport jette les grands axes d’une politique dirigée vers cette catégorie émergente de Français. Ce que Pierre Laroque met au cœur d’une politique de la vieillesse, c’est l’intégration des vieux dans la société. Il ne construit pas de catégorie « vieux », source d’exclusion. Il veut juste l’égalité entre tous les citoyens au sein de la nation.

Période gaullienne, esprit du Conseil national de la Résistance... Vont se mettre en place des aides à la vie quotidienne pour les retraités, sans autre distinction ou subdivision.

Une rupture politique s’observe au début des années 1970 quand, sous l’influence de nombreux facteurs (entre autres l’invention du troisième âge et sa revendication de jeunesse-loisir et l’émergence de la crise économique qui annonce celle de l’État Providence), s’invente une politique ciblée dont il faut inventer l’identité de ses bénéficiaires. Ainsi s’installe le concept de « dépendance », qui va structurer toutes les actions de l’État en direction des vieux.

Alors que l’on aurait pu considérer que certains vieux souffraient d'un handicap comme il en existe chez les jeunes, s’est créé ce concept de dépendance qui s’installe progressivement dans le domaine des politiques publiques. À partir des années 1980, les politiques de la vieillesse ne parlent plus de rien d’autre que de vieillards dépendants pour lesquels vont se juxtaposer rapports officiels, plans d’action et dispositifs de prise en charge. Leur multiplication va d’ailleurs générer une fragmentation de l’offre sociale. Tout le monde trouve son intérêt dans l’affaire – comme on l’a vu précédemment –, notamment les gériatres qui vont multiplier grilles d’évaluation et outils pseudo-scientifiques. Le Syndicat des gériatres va jouer un rôle clé dans la mise en œuvre de cette politique, y gagnant une reconnaissance étatique surprenante à travers l’adoption de la grille AGGIR comme outil d’allocation budgétaire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 21/07/2018 - 17:29 - Signaler un abus "La vieillesse est un

    "La vieillesse est un naufrage" se plaisait à dire Charles De Gaulle. Il n'est pas surprenant que beaucoup de ses admirateurs, soucieux d'efficacité, privilégie une médicalisation de la vieillesse dont l’effet pervers principal est l’exclusion. .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Olivier Saint-Jean

Le Pr Olivier Saint-Jean dirige le service de gériatrie de l'hôpital européen Georges-Pompidou. Il est membre de la Commission de la Transparence de la Haute Autorité de Santé et enseigne à l'université Paris-Descartes.

Voir la bio en entier

Eric Favereau

Éric Favereau est grand reporter santé à "Libération".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€