Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 02 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi Travail ou loi El Khomri ? Le détail sémantique qui suffit à faire changer d’avis les Français dans les sondages

Depuis la fuite du projet de loi El Khomri, les sondages se sont multipliés pour savoir si les Français s'opposaient ou non à ce texte. En dépit des manifestations et des mobilisations à l'encontre de la loi Travail, l'avis des Français reste très changeant d'un sondage à l'autre. Et pour cause... la question fait la réponse !

Nous afons les moyens de fous faire parler

Publié le
Loi Travail ou loi El Khomri ? Le détail sémantique qui suffit à faire changer d’avis les Français dans les sondages

Atlantico : A l'occasion de différents sondages realtifs au sentiment des français à propos de la Loi El Khomri,, notamment publiés par LCI et realisés par TILDER/OpinionWay, les Français ont pu exprimer des avis très différents sur des questions pourtant similaires, en dehors de leurs énoncés. Comment peut-on expliquer un tel différentiel ? Que révèle ce paradoxe ? 

Jean-Daniel Lévy : On est aujourd’hui face à des Français interrogatifs sur la (ou les) manière(s) dont il est possible d'agir sur l'économie, l'emploi, de l'insertion des jeunes sur le marché professionnel. Ces Français sont travaillés par la représentation qu'ils peuvent avoir de l'idéal et la réalité. Dans l'idéal, ils aspirent à une certaine forme de sécurité, à une espèce de norme en faveur de l'égalité. Néanmoins, dans les faits, on constate évidemment que les choses se passent de manière différente. Par conséquent, en fonction des enjeux, les Français peuvent être amenés à se positionner de façon également différente.

Ces enjeux, désormais, portent essentiellement sur des questions de norme. La norme soulevant la question suivante : qui de l'égalité ou de l'efficacité en tant que telle l'emporte ?

L'intitulé d'une question est bien évidemment essentiel, en cela qu'il conditionne la réponse. Selon la façon dont sera anglée la question, selon ce sur quoi elle portera précisément (est-ce qu'on interroge le principe de la loi, la manière dont elle présentée ?), selon le lexique qui sera utilisé (est-ce qu'on parle de loi travail plutôt que de loi El-Khomri ?), l'avis des personnes interrogées est susceptible de changer. Ces avis sont toujours intimement liés aux enjeux : il ne s'agit pas de savoir si l'on est pour ou contre le principe du CDI, mais de soulever des questions bien plus importantes : elles touchent les dimensions de l'efficacité, de valeurs mais aussi de représentation, d'une manière plus générale. Celles-ci ne sont pas directement liés aux questions relatives à la loi qui, en outre, est très protéiforme. Elle est perçue par certains comme excessivement libérale, par d'autres comme trop sociale. Certains estiment qu'elle relancera l'emploi, quand d'autres pensent qu'elle l'entravera. La multiplicité des éléments dans cette loi fait que la question n'est pas unique. Ce n'est pas la question d'une mesure, mais la loi en elle même qui est interrogée. Puisque l'on regarde différemment la loi en tant que telle et que tous ne se focalisent pas sur les mêmes éléments, il va de soi que l'appréciation diffère d'un individu à l'autre. Le CPE était clair : il ne comportait qu'une seule mesure. Là, c'est différent.

Les sondages que vous citez, sur la volonté des Français à augmenter leur temps de travail sans augmentation de salaire si la situation l'exige, par exemple, (sondage TILDER / LCI / OPINIONWAY du 25 fev. 2016) génère des résultats majoritairement opposés (à 60% environ). On ne peut pas pour autant en déduire que les Français sont majoritairement opposés à la loi El-Khomri, qui comporte plusieurs volets et ne se limite pas à la question du temps de travail. En outre, il peut y avoir des attitudes individuelles qui ne se traduisent par des attitudes collectives. Le regard diffèrre naturellement quand on passe sur un regard collectif, dans la mesure où il passe par le prisme des valeurs. Il est tout à fait possible d'accepter travailler plus de 35h sans avoir chaque heure supplémentaire payée, mais également être plus sceptique quand cela touche l'ensemble de la population française.

D'après les mêmes sondeurs (sondage TILDER / LCI / OPINIONWAY du 3 mars 2016), 57% des Français ont déclaré soutenir la manifestation du 9 mars. En revanche, le 10 mars (sondage TILDER / LCI / OPINIONWAY), ils étaient 58% à estimer qu'il fallait donner plus de souplesse aux entreprises pour lutter contre le chômage. Les éléments d'une loi ne se structurent pas uniquement autour des acteurs syndicaux, mais aussi autour des acteurs politiques. De facto, on peut avoir une absence de confiance à l'égard du syndicalisme tout en étant favorable aux mobilisations. De la même façon on peut avoir un regard négatif à l'égard des responsables politiques et juger la loi non pas seulement sur ce qu'elle est, mais aussi pour ce qu'elle donne à voir. Ici, ce n'est pas que l'enjeu de la loi en tant que telle, mais aussi celui de la gauche au pouvoir. Cet enjeu là est posé par les propres sympathisants de gauche.

Il est évident que la question influe sur la réponse. La question a une véritable incidence sur le résultat ; et la question que cela soulève c'est celle de l'interprétation de ces mêmes résultats. Comment on fait pour donner un sens à ceux-ci ? Un sondage ne vise pas à traiter l'ensemble d'un sujet, mais à se focaliser sur un angle et sur les enseignements qu'il est possible d'en tirer. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 16/03/2016 - 10:43 - Signaler un abus Manipulations

    Les sondeurs n'ont que l'obligation d'utiliser des méthodes statistiques éprouvées pour valider leurs sondages, mais on passe toujours à côté de la formulation des questions, qui oriente les résultats dans le sens voulu et les fausse entièrement. D'une façon générale, le sondage est étudié pour permettre au client qui le paye (journal, association,...) de pouvoir interpréter les résultats à sa façon : questions ambiguës, choix de réponses orientés, jeux sur les ignorances des sondés, etc. On peut ainsi créer des sondages "démontrant" une chose et son contraire auprès des mêmes personnes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Daniel Lévy

Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€