Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi du retour accéléré : la théorie vertigineuse du futurologue de Google qui n’a jamais eu tort

Il ne s'est encore jamais trompé. Ray Kurzweil, le futurologue de Google, a été l'un des premiers à prophétiser qu'un jour un ordinateur battrait un homme aux échecs. Cette fois-ci, il a développé la loi du retour accéléré, soit un progrès illimité de plus en plus rapide avec pour conséquence que l'immortalité devienne réalité.

Dans ma boule, je vois, je vois...

Publié le - Mis à jour le 5 Juin 2015

Le développement exponentiel du progrès technique va-t-il bouleverser notre économie ? De quelle façon ?

Laurent Alexandre : A travers cette loi, on va assister à un bouleversement de notre économie par le développement de l’intelligence artificiel et de la fusion de l’intelligence artificiel ave la robotique. Le marché du travail tel qu’on le connait va être entièrement bouleversé. Comme le dit Larry Page, le président de Google, 9 emplois sur 10 sont automatisables à relativement brève échéance. L’arrivée de robots intelligents va entrainer un bouleversement absolument gigantesque du marché du travail d’ici 2050. Que l’on parle de chauffeurs de taxi avec les voitures autonomes, que l’on parle de tous les métiers automatisables, cela va entrainer des déplacements d’emplois considérables et on ne sait pas encore quels sont les emplois qui pourraient être créés.

Quand Bill Gates dit qu'en 2035 il n’y aura plus d’infirmières parce qu’elles auront été remplacées par des automates c‘est un risque à prendre très au sérieux. Et nous ne savons absolument pas ce que l’on va faire pour nous adapter à des technologies aussi explosives. Nous n’avons pas le début du commencement d’un plan pour faire face au tsunami technologique qui est en train d’arriver. Cela ne veut pas dire que l’homme n’aura plus sa place dans cet univers mais plutôt qu’on ne sait pas quel sera sa place. La multiplicité des chocs technologiques sur si peu de décennies fait qu’aujourd’hui personne n’est capable de prévoir ce que cela va entrainer et comment s’y préparer.      

On va donc assister à un bouleversement complet du monde du travail et de ses hiérarchies et je n’exclus pas que cela entraine la mort de l’argent. A partir du moment où l’intelligence artificielle est en 2045, si l’on en croit Ray Kurzweil, un milliard de fois plus puissante que la réunion des 8 milliards de cerveaux d’êtres humains, comment justifier des différences de revenus entre deux hommes ? La différence d’intelligence entre deux individus étant devenue infime comparée à la différence de capacité entre un cerveau humain et une intelligence artificielle, plus rien ne justifiera des inégalités salariales.

Dans l’hypothèse où cette loi exponentielle durerait quelques décennies, nous ne sommes pas face à un bouleversement économique mais bien un changement radical de civilisation. Tout ce qui bâti notre société depuis des millénaires est bousculé en 50 ans : la mort, la façon de procréer, le travail, la hiérarchie entre les gens. Tout sera bouleversé en très peu de temps.

Selon sa théorie, la courbe de la loi du retour accéléré atteindrait un point dit de la "Singularité". A ce moment-là, l’intelligence artificielle supplantera l’intelligence humaine. A quel moment cette période pourrait-elle être atteinte ?

Laurent Alexandre : Pour les transhumanistes, selon la loi du retour accéléré, apparait un moment vers 2045 où l’intelligence artificielle se mettra à croitre de façon exponentielle. Et en quelques heures, en quelques jours, en quelques semaines, l’intelligence artificielle progressera des milliards de fois. En janvier 2046, les ordinateurs arrivent à peine aux capacités d’un cerveau humain puis le dépasse et devient un milliard de fois plus puissant que l’intelligence humaine. La matière première de l’intelligence artificielle, le silicium, est illimité alors que fabriquer un cerveau humain c’est long et compliqué. Fabriquer un microprocesseur ce n’est pas si compliqué. Donc l’intelligence artificielle peut croître extrêmement vite. Et c’est le point que les transhumanistes appellent la Singularité. C’est un moment où l’intelligence artificielle explose en très peu de temps et bouleverse complètement la donne voire marginalise l’humanité. D‘où les craintes formulées par Bill Gates ou encore l’astrophysicien Stephen Hawking ces derniers mois avec une pétition sur l’encadrement de l’intelligence artificielle pour éviter qu’elle devienne hostile et menace l’humanité. Il s’agit d’empêcher des scénarios catastrophes à la Terminator.

Pour mieux appréhender ce risque, il faudrait qu’il y ait un débat politique, une réflexion des scientifiques et de la société civile sur l’encadrement de l’intelligence artificielle afin de définir une position commune. L’un des dangers c’est que certains pays refusent d’encadrer l’intelligence artificielle et qu’un Etat, la Chine par exemple, décide de se servir de cette intelligence artificielle pour devenir un leader militaire avec le risque cette technologie lui échappe et se retourne contre l’humanité tout entière. Si l’on décide d’empêcher une intelligence artificielle supérieure à l’intelligence humaine, il faudra le faire partout et c’est très compliqué à mettre en place. Bill Gates a dit cette très belle phrase il y a deux mois : "Je ne comprends pas que les gens n’aient pas peur". En effet, les inquiétudes sont nombreuses.

L’être humain ne risque-t-il pas d’avoir le vertige face à un progrès de type exponentiel qui ne cesse de s’accélérer ?

Laurent Alexandre : Nous entrons dans une époque totalement vertigineuse. Il est possible que l’humanité devienne nihiliste. Il est possible qu’il y ait une guerre civile entre les transhumanistes qui veulent l'émergence de ce monde totalement contrôlé par les technologies et les bioconservateurs qui s’y opposent. Il est très difficile de faire des scénarios à l’avance mais le XXIème siècle ne sera pas un long fleuve tranquille car il n’est pas du tout certain que l’on puisse contrôler des technologies aussi puissantes et explosives. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pale rider - 02/06/2015 - 07:40 - Signaler un abus Ayant toujours travaillé dans ces domaines j'ai vu arriver

    tout ceci de loin . Il ne faut pas avoir peur des techniques , ou alors vouloir comprendre pourquoi cela fait peur . J y vois personnellement une invitation urgente à se pencher sur ce qu'est l'Homme . Je pense qu'il sera crucial de ré-inviter le spirituel dans le débat , car c'est bien cela qui différencie l'Homme de la machine et rien d'autre . La "prophétie" de Malraux "le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas" prend tout sons sens

  • Par zouk - 02/06/2015 - 09:26 - Signaler un abus FUTUR DE L'HUMANITE

    Voilà qui nous promet une jolie fracture de l'humanité! Mais il serait beaucoup plus important de penser à ce que sera alors l'homme dans l'univers, un simple insecte grégaire ou toujours un individu? C'est à dire quelqu'un qui pense, pour lui m^me, et pour ses successeurs. Je prie pour que cette fois, il se trompe. Le besoin de réflexion sur le futur de l'Homme n'en est pas éliminé.

  • Par matin de mai 2 - 02/06/2015 - 11:53 - Signaler un abus zut

    La durée de la vie humaine es si brève que l'on peut vivre heureux sans se soucier du futur. Si l'éternité pointe son nez qu'elle angoisse.

  • Par Nin@ - 02/06/2015 - 13:52 - Signaler un abus Merci

    Très bel article, passionnant. A suivre ....

  • Par J'accuse - 02/06/2015 - 15:20 - Signaler un abus J'ai fait mieux que Kurzweil !

    Dans les années 70, bien avant la création de Google, et même avant celle du Web d'ailleurs, je l'annonçais déjà, quand tous les "spécialistes" s'accordaient à dire qu'un ordinateur ne pourrait jamais battre un grand maître. Mais évidemment, personne ne m'écoutait. Qui dit que les machines pourront exercer un pouvoir qu'on ne leur donnerait pas ? Mon ordinateur calcule beaucoup plus vite que moi (heureusement, sinon à quoi me servirait-il ?), mais jamais il n'a voulu me remplacer, encore moins m'éliminer ! Ça viendra, voudrait-on me faire croire ... Bon, bah, j'y crois pas; et n'oubliez pas que je suis meilleur que Kurzweil, sans blague !

  • Par cpamoi - 02/06/2015 - 16:39 - Signaler un abus De plus en plus urgent de différencier l'homme du robot.

    Les recherches sur le cerveau ne mènent nulle part pour la raison que l'homme n'est pas un robot organique dont la cervelle serait le microprocesseur. La vision matérialiste de la médecine occidentale attribue à cet organe composé à 90% d'eau, comme le poulpe, des propriétés spirituelles qu'il ne saurait posséder. Je rejoins Pale Rider : si l'homme ne recouvre pas d'urgence ses vertus d'intégrité et d'honnêteté, qui sont la marque indélébile de sa spiritualité, toute nouvelle découverte deviendra une arme létale.

  • Par Bulldozer - 03/06/2015 - 07:16 - Signaler un abus Nous passerons donc d'un

    Nous passerons donc d'un ennui mortel à un ennui immortel.

  • Par vins100 - 03/06/2015 - 15:33 - Signaler un abus Article passionant

    Merci, les directions vers lesquelles nous semblons aller me font penser au monde décrit par Barjavel dans la Nuit des Temps, un monde où les machines fourniront tout à l'homme, ou l'homme ne travaillera que quelques heures pour participer à "l'entretien" desdites machines, où il n'y aura plus d'argent mais un crédit alloué à chacun de manière égalitaire et annuelle, permettant de vivre pendant un an, remis à zéro et renouvelé à la fin de chaque année.

  • Par Jacques HAAS - 08/06/2015 - 15:40 - Signaler un abus eh bien cette fois vous vous trompez, M. "je sais tout du futur"

    En effet, si les hommes vivent 1.000 ans, il faudra très vite cesser d'avoir des enfants (la politique de l'enfant unique en Chine sera de la rigolade, de la petite bière), sinon la planète n'aura pas 10 milliards d'habitants, mais 500 milliards (je n'ai pas fait le calcul). Autrement dit, un âge de 1.000 ans signifie la fin du renouvellement, la fin de l'espèce, et aussi, corollaire, la fin de la soi disante sacrée loi de Moore justement : on n'aura plus de petits Mozarts tous les 25 ans. Dommage ! Tout cela va se ralentir inexorablement. La loi de la cinétique s'appliquerale prédit : tout système qui ne génère pas d'entropie négative (nég-entropie) évolue vers un système stable, c'est-à-dire la mort qui est la stabilité absolue. Donc, messieurs les apprentis sorciers, réfléchissez bien à ce que vous allez financer à coups de milliards de dollars. Moi personnellement, ça m'est égal, car je suis croyant et crois à la résurretion et à la vie éternelle. Pied de nez à tous les matérialistes !

  • Par bd - 11/01/2016 - 17:36 - Signaler un abus Les rythmes de fécondité s'adapteront

    Il est possible d'imaginer que si la fécondité soit aussi prolongée. Les cris d'orfraies sont injustifiés. Les rythmes de procréation s'adapteront et si par exemple, une femme a une fécondité prolongée jusqu'à 90 ans, elle mettra plus de temps à avoir son premier enfant comme ça se passe maintenant déjà. Simplement, on passera plus de temps à vivre eu moins à éduquer. C'est une évolution qui ne me fait absolument pas peur.

  • Par LouisArmandCremet - 12/08/2016 - 12:32 - Signaler un abus Transhumanisme

    Ce dont j'ai le plus peur, ce n'est pas de l’intelligence artificielle mais des transhumanistes comme le docteur Laurent Alexandre. Je l'ai déjà entendu en conférence, il est un transhumaniste qui ne l'avoue pas. Il sent bien que ce qui se passe est gênant du point de vue de la morale et de la conscience, donc il demande qu'on fixe des limites. Mais le problème, est ce que ces limites ont été déjà franchies il y a bien longtemps. Donc il en demande des nouvelles, avant de les franchir dans quelques années et d'en demander des nouvelles car les anciennes "ne prennent plus en compte les enjeux des dernières découvertes". Bref, une fuite en avant avec un semblant de limites, juste pour pouvoir mieux les franchir ensuite.

  • Par Texas - 12/08/2016 - 14:10 - Signaler un abus Un des Pontes...

    ....des Nanotechnologies , Eric Drexler , est un peu plus inquiet sur l' avenir de son domaine de recherche . Nul doute que la combinaison des 4 promet d' être ....Dantesque !

  • Par emem - 12/08/2016 - 14:36 - Signaler un abus Doucement les basses !

    Dans les années soixante le Pr Jean Bernard disait qu'en 2000 tous les cancers seraient curables...

  • Par omarion - 12/08/2016 - 17:33 - Signaler un abus Un grand ancêtre

    Hitler n'avait pas les moyens scientifiques de ses ambitions transhumanistes et prométhéennes. Ses continuateurs seront-ils mieux armés à cet égard ? Le diable continue de bien se porter.

  • Par vangog - 12/08/2016 - 21:17 - Signaler un abus Les robots remplaceront les infirmières...

    ils feront les prélèvements, les ponctions, les pansements, torcheront le cul des malades...ah ben non, merde! car il n'y aura plus de malades...je suis con!...donc même plus besoin de robots-infirmières...Plus sérieusement...Quelqu'un s'est-il demandé, ce que signifiait cette immortalité prédictive? Si on regarde la courbe de progression de l'espérance de vie, on s'aperçoit qu'elle tend vers une asymptote de 90 ans environ, qui ne seront pas dépassés. La loi de Moore régit un système qui part de zéro, et où les croissances technologiques se multiplient dans le sens d'une croissance exponentielle...maintenant! Mais cette croissance s'inversera lorsque les paramètres physiques indépassables rentreront en jeu...elle tendra alors, elle aussi vers une asymptote. Le paramètre temporel n'a pas été pris en compte par ces chercheurs, qui devraient savoir que les arbres ne montent pas jusqu'au ciel...

  • Par MGPresse - 12/08/2016 - 21:26 - Signaler un abus La singularité est dépassée

    Une "singularité" un point de non-retour mathématique. Il eu lieu le 21 janvier 1889, par le premier "Oscar" (prix pour l'aniversaire du roi Oskar de Norvège) attribué à Henri Poincaré pour avoir démontré l"'irresolvabilité" mathématique du problème des n-corps, donc des lois de Newton. Déclenchement des découvertes et annonces du XXe: Plank, Einstein, Goëdel, etc. Turing, Mendelbröt et Pouzin [le réseau des réseaux]. Et on continue ! Le monde n'est pas logique (en séquences dialectiques selon le principe des tiers et milieu exclus, comme notre raison ?), mais agorique (cela pointait dans Drexler). Tout est interlié à tout, conséquentiel et par là évolutif. On vit dans l'hyperréel et le complexe quantifié ou nous avons trouvé les inseccables de Démocrite : quark (?) oui/non, 0/1, existant/non-existant. Le "logos" a du devenir polylectique, usant du "savoir comment de tous" (techne) pour s'exprimer. Par des mots et des bots. L'homme s'est "augmenté" de lunettes informatiques. Le vrai pas en avant a été l'introduction de l'"intellectuel" entre science/philo et métaphysique (pas morte, mais promue cf. Malraux), en 1889 par ... Clémenceau !!!

  • Par MGPresse - 12/08/2016 - 21:40 - Signaler un abus Vangog a raison

    La singularité nous a apporté un petit "détail" : deux sens de plus dont nous prenons conscience peu à peu. Ce sont les sens (1) de la perception par le cerveau (cellules mirroir) ou empathie et (2) de la perception par l'intelligence ou intellition. Messmer s'amuse avec nos cellules mirroir, l'intellition (percevoir ce que l'on ne perçoit pas mais qui fait sens) a une application bien connue : PRISM de la NASA. Nous sommes conforntés à la mondialisation : c'est à dire à la stauration de la planête par nous-mêmes. Cela nous oblige à la concertation polylectique (tous à se concilier avec tous) ce qui va sans doute passer par le conflit global dans le temps. Nos décisions d'aujourd'hui nous tuerons demain : c'est cela que nous (Français) avons inscrit à la constitution pour défendre nos enfants : le devoir de précaution. Mais il faut que l'on comprenne que l'environnement humain commence au digital (et que le numérique notre usage des continuité recomposées, n'est que ce que produit le digital, c'est à dire les systèmes fondés sur la discontinuité). Et le digital conduit au droit des bots et des utilisateurs de bots ! Complexe ....

  • Par Alain Proviste - 12/08/2016 - 22:05 - Signaler un abus Ce n'est pas le sujet de l'article...

    ...mais il est dommage que ce progrès vertigineux ne touche pas le secteur spatial, on utilise toujours en gros les mêmes fusées poussives et il est toujours aussi exorbitant d'envoyer une sonde de 100 kg dans le système solaire.

  • Par vangog - 12/08/2016 - 23:18 - Signaler un abus @MGPresse Je n'ai pas tout compris...

    mais vos lectures ont l'air sympa...je me demande si ces petits Frankenstein transhumanistes ne se vengent pas de l'échec du déterminisme historique marxiste, en s'inventant une dialectique scientifique apparemment logique? Vous avez raison: le monde est, fort heureusement pour nous, globalement et historiquement illogique! Et cet illogicisme est le carburant même de nos existences. La prophétie est un pouvoir puissant qui a tenté plus d'un escroc. Ces prophètes d'éternité et de paradis artificiels ont été et seront toujours nombreux à vouloir codifier nos existences. Savent-ils qu'en voulant notre bonheur à tout prix, ils mettent nos vies en danger?...

  • Par MGPresse - 13/08/2016 - 03:23 - Signaler un abus "Illogicisme"

    @vangog. En fait, l"'illogicisme" que vous le citez est la Liberté : le tout Libre, par la somme agorique (tout et tout le monde en même temps) du déterminisme des parties (cybernétique). Ce que ne voit pas Kurzweil est que si chaque cybernétique déterministe individuelle suit effectivement sa propre loi, et s'il est possible de manipuler la dialectique démocratique par l'ingéniere sociétale, cela réclame un contexte stable : "toutes choses égales par ailleurs". Il nous prédit donc un "homme nouveau" sur la base d'un comportement d'"homme ancien". Ce n'est pas de la technologie, mais une sociologie de pacotille. Nous sommes manifestement engagés (d'où notre très grave instabilité) dans la recherche d'une nouvelle écologie mentale, dont la démocratie sera protégée de la pollution à la google par/dans la polylectique de contextes agoriques globaux, à concertation holocratique permanente. Cela ne nous est pas facile à comprendre et établir. Notre constitution charge la précaution de sa construction et de sa protection. Encore faut-il que nos politiques en recherchent l'architectonique. En repartant sans doute de nos fondateurs Aristote, Ciceron, etc.

  • Par vangog - 13/08/2016 - 14:39 - Signaler un abus @MGPresse J'adore...

    "les contextes agoriques globaux, à concertation holocratique permanente", et, sur ce point précis, je vous donne entièrement raison!

  • Par garbure64 - 13/08/2016 - 15:51 - Signaler un abus Icare

    Quand l'homme, dans un accès d'orgueil démentiel, croit pouvoir se prendre pour Dieu, il a toutes les chances de finir comme Icare face au soleil. Les transhumanistes sont plus à plaindre que leurs prédictions ne sont à redouter. Et leur quête effrénée d'immortalité révèle au fond leur angoisse et leur incapacité à vivre une spiritualité qui élève l'Homme y compris dans son passage par la mort.

  • Par valencia77 - 13/08/2016 - 16:04 - Signaler un abus contextes agoriques globaux

    Tout va etre resolu par l'apathy humaine. Ici est la solution finale sans concertation holocratique permanente. L'humain va se detruire par surpopulation, meme, je devrais dire a coup sur si les citoyens concernes arrivent a developer et leur faire bouffer ces fameuses bouillies d'insectes si efficace a produire.

  • Par moneo - 13/08/2016 - 16:43 - Signaler un abus alternative

    supposons que le futur valide la prédiction Donc tout elle monde va pouvoir rajeunir, on n'ira plus chez l'estheticienne mais la "rajeunicienne" , de plus on va devenir éternel ...certains mourront quand même par accidents.... conséquences immédiates 1/interdiction de procréation individuelle totale ( castration généralisée) 2/autorité dictatoriale décidant à partir de quel moment , les machines pourront concevoir et compenser les pertes par accident 3/ sociales les divorces se multiplient à notre époque ,on peut penser qu'avec l'éternité il n'aura plus dé mariage et que chacun copulera comme il l'entend ;. castrés , chimiquement ( sauf les donneurs sélectionnés traient comme des vaches) l'espèce humaine attendra de ses robots la nourriture appropriée ...car on ne voit pas ce qui empêcherait aussi de démultiplier la nourriture par robotique et transformation génétique. destruction de la morale classique religieuse dés le départ et remplacement par l'idée d'une obéissance absolue aux maitres machines heureusement j'ai 74 ans je ne verrais pas ce paradis transhumain ;Et puis d'ici là l'homme est parfaitement capable de nous ramener à l'âge des cavernes ....

  • Par Deudeuche - 13/08/2016 - 17:10 - Signaler un abus @Moneo

    un pavage de bonnes intentions, qui mène à l'E.......

  • Par MGPresse - 14/08/2016 - 01:06 - Signaler un abus Attention: un second petit détail oublié par Kurzweil

    @moneo: vous avez raison. Norbert Wiener, le papa de la cybernétique a compris qui disait : "l'homme a créé la machine à son image" et l'on peut ajouter "et à sa convenance". C'est à dire à la convenance de ceux qui paient le R&D (Google etc.). Cela veut dire que l'on va vers le "meilleur des mondes" (A. Huxley) : quelques alphas friqués semi éternels, des bétas pour gérer les choses, des gammas esclaves sexuels rendus pavloniquement stupides et des robots pour le reste. Les bétas étant motivés par l'accès sexuel conditionnés aux gammas. cf. l'EI. La réponse à cela est de rendre la machine à l'image humaine, à la convenance de ***chacun***. Cela commence par expliquer à la machine ce qu'est l'homme. Et pour cela le savoir nous-mêmes. Pendant des siècles nous avons voulu démontrer l'existence de Dieu. Aujourd'hui nous arrivons à la démo nécessaire première : démontrer l'existence de l'homme. Face au chaos ontologique : existences de la monaie, des robots, des idées, des discours, des techniques, etc. et nous et nous et nous alors !

  • Par zombikiller - 14/08/2016 - 22:46 - Signaler un abus Et les correcteurs d'orthographe ?

    Il y a 20 ans, on nous expliquait que les robots pourraient corriger les fautes d'orthographe, traduire dans 47 langues etc... A la lecture de ce passionnant article, on s'interroge... Au moins 6 ou 7 fautes d'orthographe grossières... Si les maladies n.existeront plus dans 5, 10, ou 20 ans, peut être que les correcteurs d'orthographe auront suivi cette évolution. En étant sérieux, si ces transhumanistes avaient un peu de respect pour la vie, peut être pourraient ils envisager comme une forme d'adaptation des virus et bactéries qui souhaiteront survivre un peu comme Darwin l'avait suggéré. Je parierais plutôt sur la disparition de l'espèce humaine que sur son immortalité Mais bon ce n'est qu'un avis...

  • Par reneft94@gmail.com - 19/08/2016 - 00:00 - Signaler un abus Bien fragile notre pauvre terre...

    La menace d'un géo croiseur reste sans solution actuelle et pourrait être le gros grain de sable dans cette course effrénée à moins que les conflits multiples soient encore plus rapidement dévastateurs.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Alexandre

Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'Hec et de l'Ena, Laurent Alexandre a fondé dans les années 1990 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision, entreprise spécialisée dans le séquençage ADN. Auteur de La mort de la mort paru en 2011, Laurent Alexandre est un expert des bouleversements que va connaître l'humanité grâce aux progrès de la biotechnologie. 

Voir la bio en entier

Vincent Pinte Deregnaucourt

Ingénieur en informatique de formation, il est aujourd’hui professeurs à l’Institut Poly Informatique de Paris et consultant avec l’agrément « expert scientifique » auprès de PME sur leur programme de recherche et développement.

En 2014 il a reçu la médaille d’Or au Grand Prix de l’Innovation Digitale dans la catégorie « Entreprise optimisée ».

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€