Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi mobilité : et les bonnes fées qui nous gouvernent se penchèrent sur les transports entre particuliers en milieu rural

Quand il n’est pas activement occupé à protéger avec un succès évident ses citoyens contre des couteaux déséquilibrés, l’État français se charge de tout un tas d’autres aspects de la vie de son cheptel, depuis son éducation jusqu’à ses moyens de transports.

Politique

Publié le
Loi mobilité : et les bonnes fées qui nous gouvernent se penchèrent sur les transports entre particuliers en milieu rural

 Crédit Pixabay

Quand il n’est pas activement occupé à protéger avec un succès évident ses citoyens contre des couteaux déséquilibrés, l’État français se charge de tout un tas d’autres aspects de la vie de son cheptel, depuis son éducation jusqu’à ses moyens de transports. Et à chaque fois qu’il le peut, l’État ajuste ses positions par une nouvelle loi, finement ciselée pour s’adapter aux modes du moment.
 
Ceci explique amplement pourquoi l’État se penche actuellement sur « les mobilités », terme vague recouvrant toutes les problématiques posées par les infrastructures routières, ferroviaires, les accès à celles-ci, la réforme de la SNCF et, au passage, l’épineux problème des zones rurales isolées dans lesquelles il est difficile de se déplacer.
 
Il s’agit ici de trouver une solution pratique au « problème » de déplacement de certaines populations dans ces zones rurales peu desservies par les transports en commun et pas assez riches ou pas assez denses pour justifier l’extension d’une ligne de train, le développement d’une compagnie de taxis ou le déploiement rapide d’un aéroport international de campagne avec son inévitable zone à défendre à base de potagers alternatifs et autres cabanes éco-conscientes.
 
C’est pourquoi cette prochaine loi sur les mobilités pourrait permettre aux collectivités situées dans ces zones rurales de rémunérer des particuliers pour faire chauffeur occasionnel.
 
Cette information est véritablement explosive puisqu’on sent tout de suite l’odeur de soufre qui l’accompagne, odeur caractéristique de la concurrence avec une corporation déjà établie. Et comme elle a déjà fuité dans Les Echos, le ministère des transports s’est immédiatement fendu d’une explication afin de désamorcer tout risque de mauvaise interprétation :
 
« On est en train de réfléchir à l’idée de donner la possibilité aux collectivités (…) d’autoriser des particuliers à transporter d’autres particuliers de façon très occasionnelle, évidemment très encadrée. (…) L’objectif est de ne pas créer de la concurrence [aux sociétés de taxis] mais d’apporter des réponses là où il n’y en a pas. »
 
On appréciera la délicatesse de ce qui est proposé : point n’est besoin d’aller trop vite ! Notre ministère fait un premier pas, tout doucement, sur la pente ascendante d’une réflexion visant à donner la possibilité, un jour, peut-être et moyennant un encadrement bien strict, bien légal et bien bordé, d’autoriser des gens à transporter d’autres gens, tant que tout ceci est occasionnel et pas trop rémunérateur.
 
Dire aux gens de se débrouiller entre eux, et vogue la galère ? Ah, mais, parbleu, vous n’y pensez pas ! Malheureux, sans un cadre, ça va forcément mal se terminer ! Et imaginer que M. Durombier trimballerait simplement Mme Michu sur une base bi-hebdomadaire au marché local sans le moindre cerfa rempli, sans la moindre déclaration en triplicatas serrés à la sous-préfecture la plus proche, avec copie de la carte d’identité, de la carte grise, du permis de conduire et une facture récente d’EDF, c’est prendre le risque que tout ceci se termine avec des gens qui s’entraident tranquilou-bilou sans que la République, une, indivisible et jalouse, n’y puisse rien dire.
 
Insupportable !
 
Le plus beau étant « l’explication » avancée pour justifier la bordée d’articles inévitables que tout ceci va entraîner : si on écrit tout ça, c’est pour éviter toute vilaine, méchante concurrence turbo-libérale avec des taxis dont, au passage, on apprend qu’ils ne sont pas là de toute façon, et quand ils le sont, c’est surtout pour « des transports sanitaires » ce qui n’a rien à voir…
 
Pensez donc : créer de la concurrence là où il n’y en a pas, cela ne peut que créer des soucis, de même que libérer un marché et le laisser s’organiser par lui-même, ce n’est vraiment pas très bisous : il peut arriver tant de malheurs, depuis la baisse des prix qui entraîne le chômage comme l’ont amplement prouvé celle dans l’aérien, les télécoms, l’internet ou la nourriture, n’est-ce pas, jusqu’à l’apparition de solutions innovantes ou de services de proximité dont personne n’a rien à carrer, dois-je vous le rappeler ?
 
Décidément, s’il y a bien une chose que cette nouvelle loi nous montre avec insistance, c’est bien que nos élus ont un problème avec le marché libre, la concurrence et l’adaptation aux nouvelles technologies. Pays de luddites technocratiques dopés aux fonds publics, soigneusement entretenues par un solide corporatisme duquel rien ne peut sortir sans un contrôle méticuleux, la France semble avoir depuis très longtemps renoncé à laisser le citoyen s’exprimer, se débrouiller par lui-même, évitant le risque qu’il se découvre autonome.
 
Ainsi, le citoyen ne pourra trouver de solution au terrorisme que dans un état omniscient et omnipotent, qui lui accordera sa protection, sa sécurité et, le cas échéant, ses petits sparadraps (rapidement déclinés dans toutes les teintes de peau, #sparadrapgate oblige). De la même façon, il ne pourra trouver « une solution à ses problèmes de mobilité » (novlangue pompeuse pour dire « je n’ai pas de voiture ») que dans l’obtention d’une subvention pour s’en acheter une, ou une subvention pour se payer le permis, ou une subvention pour que son voisin le conduise.
 
Car oui, pompon de cette affaire : les collectivités territoriales, dans leur grande magnanimité, autoriseraient ces petites courses (à périmètre bien encadré, hein, ne poussons pas) moyennant rémunération sous « forme de petite subvention ». Vous la voyez, la nouvelle arnaque festivo-contribuablesque ?
 
Car il va de soi que cette subvention sera financée par une ponction plus ou moins douloureuse du contribuable, habilement calculée par quelques douzaines de ronds-de-cuir à Bercy après énième amendement d’une loi kilométrique votée une nuit de juillet. Et bien évidemment, c’est ce même contribuable qui, une fois ponctionné, n’aura plus l’argent pour se payer une voiture, passer le permis ou appeler un taxi. L’ironie de l’ensemble n’échappe qu’à ceux qui sont non imposables, apparemment.
 
Du reste, on peut raisonnablement imaginer que ceux qui n’auront pas le permis et devront utiliser le côté festif de cette loi ont aussi été précédemment les victimes du côté moins festif des mobilités modernes, par exemple en ayant perdu leur permis suite à de trop nombreux flashage par ces radars finement positionnés aux endroits où il n’existe qu’un seul danger, celui de se faire flasher…
 
Encore une fois, un problème dont l’une des causes est l’État trouvera une solution boiteuse avec l’État et sa nouvelle loi, qui amènera son nouveau lot de distorsion de marché, de motifs de plaintes de l’une ou l’autre catégorie de corporation qui se sentira flouée ici ou là, et qui s’accompagnera d’une nouvelle dépense publique elle-même financée par une nouvelle ponction.
 
On n’aura donc pas corrigé les causes du problème initial (l’État intervenant partout empêche un « marché de la mobilité » d’émerger dans ce genre de cas précis) mais on aura ajouté une nouvelle brochette de causes à d’intéressants sous-problèmes qui ne manqueront pas d’occuper la vaillante classe politique lorsqu’il s’agira de les « résoudre », probablement avec une nouvelle bordée de lois frétillantes de pertinence.
 
En attendant, on peut déjà parier que les beaux efforts ministériels, largement empêtrés par ces nouveaux alinéas, paragraphes et autres codicilles légaux, se traduiront par un résultat médiocre : les particuliers en zones rurales mal desservies en seront pour leurs frais.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 18/05/2018 - 11:03 - Signaler un abus Merci, comme d'habitude

    brillante analyse. On ne finira jamais de payer l'omnipotence des socialos-communistes en France, les très chers Hussards noirs de la République se sont chargés de formater nos enfants.

  • Par Dorine - 18/05/2018 - 21:45 - Signaler un abus C'est ridicule

    En milieu rural, ils n'ont pas attendu Macron pour prendre son voisin pour aider à transporter quelqu'un dans la ville voisine pour un RDV ou autre. Ces parisiens nous prennent pour des benêts.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€