Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La loi Elan assouplit les règles mais reste insuffisante pour créer le "choc de l'offre" nécessaire

La loi ELAN, visant à fluidifier le marché de la construction, vient d'être adopté par l'Assemblée nationale. Elle vise à fluidifier le marché de la construction.

Pierre d'angle

Publié le

Bref, je ne trouve pas qu’on puisse être critique vis-à-vis de l’ELAN sur ce point, bien au contraire.

L'expérience montre que le système public de soutien à l’immobilier a contribué à renchérir les prix des logements et des loyers et n'a pas eu d'effets positifs sur l'offre de logements. Comment parvenir à augmenter l'offre ? Les critiques faites à ce texte de loi sur "l'industrialisation du logement social " sont-elles fondées ou non ?

Le diagnostic du gouvernement sur les travers de l’aide publique, qui aurait pour seul effet d’enchérir le prix des logements, est infondé. Oui, il y a eu des biais, comme pour toute aide publique dans n’importe quel secteur. A ce motif, on voue les aides aux gémonies, en sous-entendant au passage que les précédents responsables politiques depuis la Reconstruction n’avaient aucun discernement. Sans aide, dans un pays qui a fini par alourdir la fiscalité des producteurs comme des acquéreurs jusqu’à l’insupportable, il a bien fallu atténuer la douleur!

Il faut y regarder de près avant de supprimer une aide, avec l’idée justifiée que certaines sont moins redistributives que d’autres et qu’il faut les corriger ou les effacer. Se méfier des grandes envolées idéologiques à cet égard. 

Quant aux griefs adressés au monde HLM, je n’y souscris que très partiellement. Oui, il a fini par perdre en agilité et en efficacité, avec trop d’organismes et un souci insuffisant de la rationalisation. Pour autant, il a construit depuis 70 ans une offre locative accessible, assortie d’un accompagnement, qui constitue pour la France un amortisseur social que d’autres pays nous envient. Ce n’est pas par des discours de suspicion ou de défiance qu’on va lui donner envie de produire plus, ce qu’il peut faire, surtout si les collectivités locales mobilisent leur potentiel foncier, qui est réel. Rappelons quand même que depuis vingt, selon les années, un tiers des logements neufs construits chaque année résulte de la commande publique...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vieux croco - 14/06/2018 - 08:30 - Signaler un abus normes handicapées

    non ce n'est pas une bonne initiative de réduire le pourcentage de logements accessibles aux fauteuils roulants . A terme , vu le vieillissement de la population tout le monde finira en fauteuil roulant et dans ce cas mieux vaut prévenir que guérir . En terme de coûts il n'y aura pas de gains significatifs immédiats mais une surcharge secondaire que l'on veut faire payer par les particuliers . Et que devient le plus important c'est à dire l'accessibilité des immeubles . Les normes basiques d'accessibilité aux personnes handicapées ne coutent qu'epsilon dans le prix final .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Henry Buzy-Cazaux

Henry Buzy-Cazaux est le président de l'Institut du Management des Services Immobiliers.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€