Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Octobre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La loi d'avenir pour l'agriculture : ce qu'il faut en attendre (ou pas)

La loi d'avenir agricole 2014 est examinée à l'Assemblée Nationale à compter de ce mardi 7 janvier, avec un vote programmé le 14 janvier. Comme son nom l'indique, elle projette l'agriculture française dans un futur correspondant aux visions gouvernementales actuelles, davantage qu'elle ne règle des problèmes urgents. Mais comme elle a vocation à changer les lignes, il vaut mieux l'étudier de près.

Mise en culture

Publié le
La loi d'avenir pour l'agriculture : ce qu'il faut en attendre (ou pas)

La loi d'avenir agricole 2014 est examinée à l'Assemblée Nationale à compter de ce mardi 7 janvier. Crédit Reuters

Plusieurs documents sont rattachés à ce projet de loi. Son esprit est résumé dans un paragraphe de la deuxième page (sur 30) de "l'exposé des motifs" que l'on trouve en ligne sur le site du ministère de l'Agriculture : "La question du rôle imparti à l'agriculture dans les prochaines décennies est posée : quelle agriculture ou quelles agricultures en termes économique, sociétal et avec quels outils législatifs et réglementaires ? La politique publique en faveur de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt s’adresse à l’ensemble de la communauté nationale avec laquelle un pacte doit être renouvelé en vue de garantir à celle-ci une alimentation saine et respectueuse de l’environnement. Un tel objectif ne peut être atteint qu’en mobilisant les acteurs du monde agricole en les amenant à coopérer dans des cadres territoriaux adaptés.

Ainsi, la mobilisation des agriculteurs devra passer par la conciliation de la recherche de performance économique et de performance environnementale sur tous les fronts. Atteindre cette double performance passera par un monde agricole plus ouvert sur la société, en favorisant les coopérations avec les acteurs des territoires et de s filières dans des approches de développement territorial intégré."

Le problème est que derrière ces mots bien sentis que l'on ne peut qu'approuver, chaque sensibilité peut mettre ce qu'elle veut comme mesures. Car la perception de chacun de ce qu'est l'attente sociétale par exemple, ou encore de ce que représente le concept de "performance environnementale" est très différente selon que l'on soit influencé par une zone géographique ou une autre, par un mode de culture ou un autre, ou encore par un parti politique ou un autre.

"Une loi d'avenir en regardant dans le rétro"

Parmi les mesures dites "environnementales", Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, insiste sur la création (dans l'article 3) de GIEE (groupements d'intérêt économique et environnemental), sorte de resucée modernisée des anciens CTE (contrats territoriaux d'exploitation) de Jean Glavany, qui étaient devenus des CAD (contrats d'agriculture durable) lors du gouvernement suivant. Il ne s'agit donc pas de la grande nouveauté annoncée, mais le dispositif peut effectivement permettre de mieux viser la "double performance" exposée plus haut. A vérifier dans la pratique.

Parmi ceux qui vont suivre au plus près les débats, le député (également agriculteur) Antoine Herth est le porte-parole du groupe UMP à l'Assemblée sur les questions agricoles. Selon lui, l'esprit même de loi d'avenir est contestable : "Déjà, lorsque l'on regarde les textes, ils se retrouvent à la même place que ceux de la loi d'orientation agricole de 1999, déjà porté par un pouvoir socialiste. Ils ont donc été conçus en regardant dans le rétro davantage qu'en se projetant vers l'avenir. Rien ne vient renforcer la compétitivité des exploitations agricoles. On a même plutôt l'impression que cette loi vient contrebalancer à l'emporte-pièce les injustices créées par la répartition des aides choisie par le gouvernement, notamment dans le contrôle des structures, la définition des Gaec..."

La déclaration générale des azotes, en vue d'une future taxe ?

Quand on entre dans le détail, "plusieurs points précis ont relevé mon attention. D'abord, les relations commerciales. Elles sont définies de telle façon qu'il s'agit là d'un jackpot pour la grande distribution, au détriment des producteurs, ou des coopératives les représentant. Ensuite, il y a cette déclaration générale des azotes, pour tout le monde, éleveurs comme céréaliers, qui est une complication administrative de plus. On est loin de la simplification espérée. Elle aurait été demandée par les éleveurs bretons, je vais le vérifier avant les débats, mais franchement, l'imposer à tous, dans l'animal comme dans le végétal, c'est d'une part obliger à de nouvelles démarches, et d'autre part permettre au gouvernement de constituer un fichier avec la consommation d'azote de chaque agriculteur, ce qui lui permettrait plus tard, relativement facilement, d'instaurer une nouvelle taxe en la matière."

Dans ce qui ne figure pas dans le texte, Antoine Herth cite l'exemple du lait, "payé 320 € la tonne en France et valorisé entre 400 et 500 € en Asie : pourquoi ne met-on pas en place une politique d'export pour le lait ?

Au niveau des professionnels agricoles, on sait déjà que les représentants syndicaux majoritaires ont demandé la tenue d' "états généraux de l'agriculture", non liés à la loi, pour régler "les problèmes urgents" qui n'y sont pas traités.

Enfin, un dernier mot en rappel, sur ce fameux amendement qui représente un immense danger pour la viabilité de la presse agricole, et donc sur l'information à laquelle les agriculteurs ont le droit d'aspirer, je vous mets le lien en fin d'article.

En savoir plus : http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/20131114114257_cle841319.pdf exposé des motifs de la loi ; http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/20131114114357_cle8b1e12.pdf le projet de loi en lui-même ; http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/cr-eco/13-14/c1314042.pdf les amendements prévus par la commission économique : http://wikiagri.fr/articles/pourquoi-la-fnsea-demande-des-etats-generaux-de-lagriculture/831 la demande des professionnels agricoles d'états généraux de l'agriculture pour régler l'urgence ; http://wikiagri.fr/articles/lamendement-de-la-loi-davenir-qui-veut-detruire-la-presse-agricole/877 l'amendement de la loi d'avenir qui veut détruire la presse agricole.

Cet article est aussi publié sur Wikiagri

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MauvaiseFoi - 08/01/2014 - 06:55 - Signaler un abus MDR

    Comment voulez croire quoique ce soit de gens incapables de réaliser la moindre de leurs prévisions à court terme ? Quand vous lisez "avenir" dans un de leurs projets, traduisez "horizon", vous savez, le truc qui reste toujours aussi éloigné bien qu'on aille dans sa direction. "Pacte" est aussi très à la mode. Les amnésiques et les ignares ont les uns oublié, les autres ignoré, l'ignoble pacte germano-soviétique entre fascistes et ce qu'il en est advenu. Alors, quand je lis ou j'entends l'association de ces mots ou de leurs synonymes, je préfère pisser de rire dans mon froc que sortir mon révolver.

  • Par D.D.38 - 13/01/2014 - 10:13 - Signaler un abus Libérons les semences paysannes

    Il faut autoriser les agriculteurs à semer leurs propres graines car actuellement ils dépendent de grands groupes (Vilmorin, Limagrain, ...)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

WikiAgri

WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les articles partagés sur Atlantico sont accessibles au grand public, d'autres informations plus spécialisées figurent sur wikiagri.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€