Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Non, la liberté d'expression n'est pas le fondement de la démocratie

Certes, la liberté d'expression est une valeur démocratique mais n’est-il pas légitime de débattre publiquement de l’impact possible d’un livre ou d’une image sur l’esprit de ses lecteurs ou de ses spectateurs ? Extraits des "Ennemis intimes de la démocratie" de Tzvetan Todorov (2/2).

« Il est interdit d’interdire » ?

Publié le
Non, la liberté d'expression n'est pas le fondement de la démocratie

"La liberté d'expression à sa place parmi les valeurs démocratiques mais on voit mal comment on pourrait en faire leur fondement commun"...

La liberté d’expression est parfois présentée non comme une valeur parmi d’autres, mais comme le fondement même de toute démocratie. A l’occasion d’une affaire qui a fait beaucoup parler d’elle, d’abord au Danemark, ensuite dans le monde entier, celle des caricatures du prophète Mohammed, on a pu lire à propos de la liberté d’expression qu’il s’agissait de la « première valeur danoise ». Doit-on, dans ce cas, refuser toute limitation ?

Que la liberté d’expression soit une nécessité apparaît clairement lorsque nous pensons au citoyen isolé, malmené par l’administration, devant qui se ferment toutes les portes et à qui ne reste qu’un seul recours : rendre publique l’injustice dont il est victime, en la portant, par exemple, à la connaissance des lecteurs d’un journal.

Mais, ce faisant, nous nous simplifions trop la tâche. Imaginons plutôt que la parole aspirant à la liberté d’expression soit celle de l’antisémite Drumont, ou qu’elle s’apparente à une propagande haineuse, ou qu’elle consiste à diffuser des informations trompeuses. Pensons aussi non à l’individu isolé mais au groupe de médias possédant chaînes de télévision, stations de radio, journaux, qui peut leur faire dire ce qu’il souhaite. Qu’ils échappent au contrôle gouvernemental est sans doute une bonne chose ; que leur action soit entièrement bénéfique paraît plus douteux.

La liberté d’expression a certes sa place parmi les valeurs démocratiques, mais on voit mal comment on pourrait en faire leur fondement commun. Elle représente une exigence de tolérance intégrale (rien de ce qu’on dit ne peut être déclaré intolérable), donc un relativisme généralisé de toutes les valeurs : « Je réclame le droit de défendre publiquement n’importe quelle opinion, comme de dénigrer n’importe quel idéal. » Or chaque société a besoin d’un socle de valeurs partagées ; les remplacer par « j’ai le droit de dire tout ce que je veux » ne suffit pas pour fonder une vie commune... De toute évidence, le droit de se soustraire à certaines règles ne peut être l’unique règle organisant la vie d’une collectivité ! « Il est interdit d’interdire » est une jolie formule, mais aucune société ne peut s’y conformer.

A côté de la liberté de choix qu’il ménage à ses citoyens, l’Etat a (ou devrait avoir) d’autres objectifs : protéger leur vie, leur intégrité physique et leurs biens, combattre les discriminations, œuvrer en vue de la justice, de la paix et du bien-être communs, défendre la dignité de tous les citoyens. A ce titre, comme Burke le savait déjà bien, la parole ou les autres formes d’expression subissent des restrictions, imposées en raison des autres valeurs auxquelles adhère la société.

Si l’on prend au sérieux ces réserves sur le caractère absolu de la liberté d’expression, est-on obligé d’aller à l’autre extrême et exiger que la loi, ou la puissance publique, contrôle tout ? Est-on condamné à choisir entre chaos libertaire et ordre dogmatique ? Je ne le crois pas. Il s’agit plutôt d’affirmer que la liberté d’expression doit toujours être relative – aux circonstances, à la manière de s’exprimer, à l’identité de celui qui s’exprime et de celui que décrit son propos. L’exigence de liberté ne prend son sens qu’en contexte – or les contextes varient énormément.

___________________________________

Extraits de Les ennemis intimes de la démocratie, Robert Laffont (19 janvier 2012)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONEO98 - 22/01/2012 - 15:53 - Signaler un abus on peut faire plus bref

    la dictature c'est ferme ta gueule et la démocratie cause toujours :ce que je fais -:)

  • Par xenophon - 22/01/2012 - 16:35 - Signaler un abus Mais....

    Si " la liberté d' expression doit toujours être relative" qui fixe les règles de la relativité? Rappelons nous la définition de la morale par Lénine; est moral ce que le parti communiste estime moral. Chez nous, le politiquement correct fait des ravages. Les lois Taubira et Gayssot stérilisent l' étude historique. Alors...

  • Par vangog - 22/01/2012 - 17:06 - Signaler un abus La liberté d'expression est comme la liberté des individus,

    Elle est encadré au sein d'un code qui n'est pas écrit (et heureusement, car il serait aussi mal appliqué que le code pénal) et qui a le mérite de s'adapter à la perception variable de la liberté selon le temps. Il a deux types de détracteurs; A Gauche, ceux qui voudraient voir cette notion figée au sein d'un code écrit, et à droite, ceux qui préfèrent voir la liberté comme un consensus tacite

  • Par Carcajou - 22/01/2012 - 22:42 - Signaler un abus De fil en aiguille

    Le fondement de la démocratie est la séparation des pouvoirs. Autrement dit, il n'existe aucune démocratie réelle actuellement. La liberté d'expression relève des Droits de l'Homme et elle est limitée par la loi qui elle-même, d'après ces mêmes DDH, est l'expression de la volonté générale puisque chaque citoyen concourt à son élaboration. Les DDH sont le préambule de notre Constitution donc...

  • Par HR - 23/01/2012 - 09:35 - Signaler un abus @ Carcajou

    "Le fondement de la démocratie est la séparation des pouvoirs. Autrement dit, il n'existe aucune démocratie réelle actuellement." Si, les USA, où une constitution inchangée sur le fond garanti depuis plus de deux siècles, effectivement, la séparation des pouvoirs. Ce n'est pas par hasard qu'elle garantit dès son deuxième amendement la liberté d'expression.

  • Par HR - 23/01/2012 - 09:39 - Signaler un abus @ Carcajou suite

    Tzvetan Todorov est un bureaucrate de l'administration française et un des pontes de son Ordre des Clercs qui tente de sauver ce qui peut encore être sauvé de l'héritage de l'Ancien régime où cet ordre avait un monopole sur la légitimité de l'expression publique et privée.

  • Par HR - 23/01/2012 - 09:40 - Signaler un abus @ Carcajou suite

    Pour reprendre le titre de son livre, Tzvetan Todorov n'est un ennemi "intime" de la démocratie, il n'est pas un intime de la démocratie non plus. Il est juste un ennemi de la démocratie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Tzvetan Todorov

Critique, historien et philosophe, universitaire mondialement reconnu, ayant enseigné dans les plus grandes universités en France et aux États-Unis, Tzvetan Todorov est directeur de recherches au CNRS.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€