Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Libéralisme pour tous ? Pourquoi la loi travail aura des effets bien différents entre les gagnants et les perdants de la mondialisation

La libéralisation qui se profile n'est pas anodine, elle s'attaque la fleur au canon à des équilibres fragiles et des rentes bien défendues jusqu'ici. Tout est en place pour un libéralisme fonciérement inéquitable.

Loi travail

Publié le
Libéralisme pour tous ? Pourquoi la loi travail aura des effets bien différents entre les gagnants et les perdants de la mondialisation

Atlantico : Qu'entend-t-on par "libéralisme équitable" ? Ces deux notions ne sont-elles pas contradictoires ? De quelle manière les pouvoirs publics peuvent ils "produire" un cadre équitable pour le libéralisme ? 

Mathieu Mucherie : Je ne vois pas pourquoi ajouter "équitable" à libéralisme, de même qu’il n’y a pas de raison d’ajouter "sociale" à Justice : le libéralisme vise l’équité, et je ne vais pas rappeler ici les 300 dernières années où les libéraux ont combattu l’absolutisme, ont introduit les premiers droits politiques et sociaux modernes, ont autorisé les syndicats, etc. Le libéralisme classique c’est l’attention portée aux règles de droit et en particulier aux contre-pouvoirs, à la liberté d’expression et à la concurrence.

De quoi produire une  République de petits propriétaires, des entreprises atomistiques et des citoyens paisibles : on comprend que ce système assez bassement pragmatique n’ai jamais eu bonne presse chez les intellectuels et chez les gens de l’Etat, souvent attirés par le grandiose. 

Les pouvoirs publics jouent pourtant un rôle crucial si l’on souhaite garder un certain exposant libéral dans la formule capitaliste. De nos jours, par exemple, en France, nous pourrions interdire à quelques groupes très liés aux commandes publiques de détenir la plupart des grands médias. On pourrait aussi limiter plus sérieusement le pantouflage, de façon à ce que nos inspecteurs des finances ne fassent pas d’aussi belles carrières accélérées dans les sphères de la banque d’affaires et de l’Etat. Ce ne sont que des exemples, au hasard…    

Quels sont les domaines ou s'expriment un "libéralisme inéquitable" dans lequel le pouvoir de négociation des parties serait "artificiellement" déséquilibré ? 

Je n’ai rien contre la libéralisation du marché du travail, mais la faire quand le chômage et le "non emploi" sont hauts n’a pas le même sens que lorsqu’ils sont bas. Il y a un vrai problème de stratégie depuis 2008 à réclamer des réformes sur l’offre quand la demande fait défaut : c’est un peu comme si on autorisait de conduire à 180/h alors qu’il y a des bouchons partout. Mais surtout, dans ce contexte, il y a une vraie iniquité, en plus de l’inefficacité liée au timing : on va renforcer le pouvoir de négociation de gens qui profitent déjà à plein de l’effet "file d’attente". 

Il y aura toujours une file d’attente tant que le marché du travail comportera un rationnement par les quantités à coté du rationnement par les prix, c'est-à-dire pour longtemps encore, et ce n’est peut-être pas plus mal. Cette file d’attente n’est d’ailleurs pas sans utilité, c’est elle qui justifie par exemple l’existence d’une indemnisation du chômage (on paye aussi les chômeurs pour les remercier d’aider les patrons à contenir les coûts, pour résumer). Ce n’est pas que les insiders soient mieux placés dans cette file d’attente : pour la plupart, ils ne la croisent jamais, et c’est pourquoi quand ils en parlent il y a souvent comme un air d’irréalité, comme quand Bayrou nous parle de moralisation. La réforme Macron (pour ce qu’on en connait, le moins que l’on puisse dire est que ce n’est pas très net) ne vise nullement à réduire le pouvoir de marché des insiders (la base électorale de Macron, pour faire court mais juste), qu’ils se situent dans le secteur public (fonctionnaires de catégorie A hors enseignants) ou dans le privé (cadres moyens lecteurs de Challenges) : elle vise à réduire les frictions (lourdingues en France, convenons-en), ce qui peut être une bonne chose mais ce qui conduira assurément, dans un premier temps, à un renforcement de l’espace de choix au bénéfice des insiders. C’est une trajectoire cousine de la fameuse courbe en « J » qui voit les réformes creuser d’abord  les déficits et les inégalités avant de produire leurs effets positifs. Encore est-ce là une interprétation généreuse, pour le cas où la réforme passerait, où elle ne constituerait pas une nouvelle strate de complexité, et où ne serait pas annihilée par un resserrement monétaire (arrêt du QE de la BCE vers 2018-2019, et premières hausses de taux vers 2019-2020, le pompon serait que l’euro remonte, alors là dites Adieu aux maigres effets sympathiques de la réforme, dites même bonjour à une hausse du taux de chômage car on aura élargit fort opportunément l’offre juste avant une rechute de la demande). Beaucoup de bruit et de sacrifices donc pour … pas grand-chose, le but presque avoué de toute la manœuvre ayant été de draguer l’Allemagne pour obtenir d’elle quelques concessions, avec le secret espoir (mal barré) d’une victoire de Papa Schultz sur Mamie Angela, et l’espoir encore plus secret et encore plus mal barré d’une victoire des colombes sur les faucons au sein de la BCE (vues les dernières déclarations du satrape Jens Weidmann, le candidat au remplacement de Mario Draghi dans deux ans, tout le pari de Macron à base d’eurobonds ou de dépenses d’investissement est TRES mal barré) (un pari tout de même plus sophistiqué que celui de Hollande en 2012 consistant à attendre la reprise comme en 1997, on progresse !! un jour à ce rythme on tentera un quinquennat basé sur nos besoins et pas sur ceux réels ou supposés de l’Allemagne, pays qui se devait de libéraliser son marché du travail pour intégrer 18 millions d’habitants de l’ex-RDA et pour répondre à une stratégie néo-mercantiliste).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lou Coume - 28/06/2017 - 12:08 - Signaler un abus Affameur

    Milton Friedman "affameur du peuple",c'est bon pour jean-Luc Mélenchon,! A une différence prés:Milton Friedman est Prix Nobel et a exercé une influence mondiale.

  • Par vangog - 29/06/2017 - 00:21 - Signaler un abus Oui, cent jours, c'est bien pour condamner un tartuffe!

    Et après? Imaginons qu'il réussisse...la croissance revient, le chômage diminue, et la morale progresse...long chemin pour atteindre les 4,5 % de croissance américains, les 4% de chômage anglais, l'éthique scandinave qui s'exprime sans besoin de lois de moraline sirupeuse à répétition...très long chemin pour n'être qu'en mesure de participer à la compétition libérale intelligente dont rêve Mucherie! avec le gauchisme, la France est tombée très bas, convenons-en! Et ce n'est pas un gauchiste (même repenti) qui la relèvera...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€