Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les liaisons dangereuses entre le féminisme et le communautarisme face au machisme de l'homme blanc occidental hétérosexuel

Le féminisme est entré dans une phase d'exaltation de toute manifestation identitaire et communautaire afin de mettre à bas un modèle de société. Extrait du livre "Libérons-nous du féminisme" de Bérénice Levet, publié aux éditions de l'Observatoire (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Les liaisons dangereuses entre le féminisme et le communautarisme face au machisme de l'homme blanc occidental hétérosexuel

 Crédit PASCAL PAVANI / AFP

Le féminisme, un agent du séparatisme

Comment expliquer la collaboration des féministes avec un islam qui voile les femmes, les voue à l’invisibilité, comment interpréter leur réquisitoire contre la laïcité à la française ? Le politiquement correct, la hantise de se rendre suspect d’islamophobie en dénonçant des pratiques étrangères à nos mœurs n’expliquent pas tout. L’enjeu dépasse ici la cause des femmes, de leurs libertés et de leur égalité, il concerne l’identité de la France, son universalisme, sa passion du monde  commun, et sa conversion ou non au communautarisme, à un modèle de société « inclusif ».

Ce féminisme entré dans l’âge identitaire, ainsi que nous l’avons vu, exalte toute manifestation identitaire et communautaire, encourage tout ce qui travaille à décomposer la France. Je l’ai dit d’entrée de jeu, le thème des violences faites aux femmes est un alibi pour le militantisme féministe. Il est la cause capable d’entraîner le plus grand nombre, mais l’objectif est de mettre à bas un modèle de société. Il faut asseoir dans les esprits que la violence faite aux femmes est un fléau social – à quoi les campagnes #balancetonporc et #metoo auront apporté un appui inespéré et dépassant toute mesure –, convaincre ainsi que ce fléau est inhérent à notre modèle de société, et amener chacun à conclure que la seule issue est de déconstruire ce modèle, le mettre à bas. La militante Caroline De Haas ne s’en est d’ailleurs pas cachée lorsqu’au lendemain de la tribune des cent femmes, parue dans Le Monde, sur la liberté d’être importunée, donnant libre cours au fiel qui la ronge, elle déclarait : « Les porcs et leurs allié•e•s s’inquiètent ? C’est normal. Leur vieux monde est en train de disparaître. » Ce vieux monde qui serait à son crépuscule, qui répugne tant à la cofondatrice d’Osez le féminisme ! et à ses semblables, est un monde où être un homme n’est pas encore être coupable, où les hommes ne sont pas asservis, terrassés par les femmes, où la confiance règne entre les deux sexes. Les choses ne nous sont évidemment pas présentées ainsi, on accuse une société qui aurait accordé tous les privilèges aux hommes, laissant des miettes aux femmes. Faire rendre gorge au mâle blanc, incarnation de l’Occident, tel est toutefois l’objectif, et la formule n’est pas excessive. Le 3 février 2018, le quotidien Le Monde propose un entretien pleine page avec le cinéaste Jonas Mekas, « figure de l’underground new-yorkais », âgé de quatre-vingtquinze ans. « Que vous inspire le soulèvement féministe déclenché par l’affaire Weinstein ? » lui demande-t-on. « Je suis d’accord avec William Burroughs, qui a dit que la race blanche avait pris de force le contrôle de la civilisation occidentale. Et voilà le désastre actuel est son œuvre ! Il est temps que les femmes prennent le pouvoir ! Que cet élément macho si négatif, qui a produit une civilisation si violente, soit balayé ! C’est ce qui est en train de se passer depuis la chute de Weinstein, et c’est très bien. Et cela va s’étendre à tous les champs de l’activité humaine. » Parole d’autorité et parole choc que Le Monde choisit de mettre en exergue. Il est temps que les femmes prennent le pouvoir ! Que cet élément macho, qui a produit une civilisation si violente, soit balayé. Quel féministe n’a pas jubilé en lisant ces lignes ?

Le soutien que l’islam ostentatoire rencontre du côté des féministes s’inscrit dans l’inlassable entreprise de repentance de l’Occident. Dans Comptes à rebours, Hubert Védrine, qui souligne cette inclination au repentir propre à l’Europe et spécialement à la France, propose une analogie fort inspirée : « Quand Darwin a fait paraître en 1859. De l’origine des espèces, beaucoup d’Anglais se sont indignés en déclarant impossible d’admettre qu’ils “descendaient du singe” (en fait d’un ancêtre commun mais peu importe). Aujourd’hui, beaucoup d’Occidentaux voudraient ne pas descendre des… Occidentaux. » Tout élément étranger est accueilli comme un instrument de rédemption. 

De là, dernier venu dans le volapük du féministe, l’apparition du terme d’« intersectionnalité » des luttes et d’un féminisme se revendiquant intersectionnel. Le principe en est simple : au croisement de la lutte contre le sexisme, le racisme, l’homophobie se trouve un même ennemi, l’homme blanc occidental hétérosexuel. Donc plutôt que de servir, chacun dans son coin, sa propre cause, il convient d’unir les forces. L’universalisme républicain, cette passion du monde commun qui fait le magnifique pari que chacun peut s’affranchir de ses appartenances premières, qu’au milieu des déterminismes il est une enclave de liberté grâce à laquelle nous pouvons prendre part à une histoire plus vaste, à un héritage civilisationnel, cet universalisme et son corrélat, le refus de toute expression communautaire, ne serait qu’une ruse de la raison machiste pour « invisibiliser » les femmes, et une ruse de la raison nationale et occidentale pour exterminer les identités particulières. Ainsi travaillent-ils ensemble à promouvoir les identités, à les faire bouillonner, à aiguillonner et exciter leurs revendications, afin de pulvériser cette France fière de sa devise « une et indivisible ». À l’unité et à l’indivisibilité de la République, opposer la diversité des communautés ; au monde commun, l’insularité et la ghettoïsation des groupes ; à la participation à l’universel, l’assignation à résidence ethnique, raciale, sexuelle.

Extrait du livre "Libérons-nous du féminisme" de Bérénice Levet, publié aux éditions de l'Observatoire 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 16/09/2018 - 12:50 - Signaler un abus Pour des raisons bizarres qui

    Pour des raisons bizarres qui leur sont propres, les féministes se liguent avec les musulmans, extrémistes de la gynécophobie. Le fric, sans doute...

  • Par L.Leuwen - 16/09/2018 - 16:11 - Signaler un abus Le mâle est fait

    L’argumentation féministe contre le « mâle occidental blanc » est un extraordinaire renversement des faits. En effet, c’est parce que les hommes occidentaux ont accepté de s’effacer, à la demande des femmes, que des mouvements féministes radicaux (et minoritaires) ont pu naître et revendiquer la totalité du pouvoir avec une agressivité verbale consternante. Dans les sociétés non occidentales, en Asie, Afrique etc., une telle évolution n’a pas eu lieu et les mâles non occidentaux s’y comportent généralement avec violence. L’alliance de circonstance entre les féministes radicales et les mouvements indigénistes est une preuve de leur radicale déficience idéologique.

  • Par bidibul - 17/09/2018 - 08:03 - Signaler un abus Escroquerie "féministe" : la preuve par Telford

    A Telford, 1000 adolescentes, la plupart blanches, ont été violées, droguées et prostituées par des gangs pakistanais. Pas un mot des « féministes ». Pire, les parents qui ont décidé de porter plainte contre l’État qui a fermé les yeux pendant 40 ans pour ne pas froisser la communauté pakistanaise, ont été accusés de racisme par les « féministes » anglaises… Le « féminisme » est donc une véritable escroquerie. Les « féministes » ne défendent pas les femmes, elles constituent une variété de gauchistes, encore plus hypocrites, manipulatrices et malades que les autres gauchistes.

  • Par WhiteWalker - 17/09/2018 - 10:35 - Signaler un abus Pseudo-féminisme

    Ce n'est pas du féminisme qu'il faut nous délivrer, mais d'un élément de langage bizarement dénommé "féminisme" en pure novlangue : la guerre, c'est la paix ; l'esclavage, c'est la liberté ; le voile, c'est féministe. Les violences faites au femmes dans le monde restent à un niveau effrayant. Même chez nous, elles s'aggravent du fait de la complaisance à fermer les yeux quand ces violences proviennent de minorités sacralisées. Il a fallu des mois pour dénoncer les viols de Cologne ; des années et même parfois des décennies pour ceux de Telford, de Rotherham et de mains endroits en Angleterre. Voir ce lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_viols_collectifs_de_Rotherham

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bérénice Levet

Bérénice Levet est philosophe et essayiste. Auteur entre autres de La théorie du Genre ou le monde rêvé des anges (avec une préface de Michel Onfray), du Crépuscule des idoles progressistes et Libérons-nous du féminisme (éditions de l’Observatoire) qui vient de paraître.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€