Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Lettre d’un petit entrepreneur aux économistes de salon qui hantent nos plateaux TV

Il est intéressant de voir le crédit que les plateaux TV accordent encore aux économistes.

Les entrepreneurs parlent aux Français

Publié le
Lettre d’un petit entrepreneur aux économistes de salon qui hantent nos plateaux TV

Au mieux un sujet d’étude, un éclairage utile du passé, mais en aucun cas une science qui puisse leur permettre, ni de juger le bonheur d’une société à partir de courbe déconnectée de la réalité. Au mieux des gens cultivés, dotés d’un sens et d’une connaissance précise d’évènements passés, mais incapables de nous prédire l’avenir. Une qualité dont on continue pourtant à les créditer. Au mieux, des gens ouverts, capables de voir des tendances, mais certainement bien moins pertinents que des acteurs, qui eux voient, chaque jour dans leurs entreprises, la traduction souvent incomplète et bien différente, des courbes qui s’affichent en arrière plan, pour créditer leurs propos.

Lettre à nos journalistes amis, afin qu’ils cessent de donner trop d’importance à des pythies bien dépitées, pour accorder un peu plus de crédit à la réalité et à ses hommes. Un économiste c’est quoi ? Quand ils sont bons, ce sont des hommes (trop souvent encore), qui ont su ajouter à leurs connaissances des mécanismes économiques de base, macro ou micro, quelques études supplémentaires sur la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, l’histoire. Car les courbes affichées par les plus mauvais, mériteraient tellement de traduire de façon réaliste, en comportements humains, les effets des mesures qu’ils présentent comme des certitudes.

Quand ils sont mauvais, ils tracent des courbes, de beaux schémas, dont la simplicité est trop souvent prise pour un gage de crédibilité et de légitimité. On peut faire dire n’importe quoi aux chiffres, et Churchill rappelait avec humour qu’il ne croyait que les statistiques qu’il avait truqué lui même. C’est l’exercice sans talent auquel se livrent, nombre d’économistes que je croise sur les plateaux. J’entendais encore récemment, des économistes chauves (un immense atout que la calvitie pour cette profession, elle lui donne une crédibilité supplémentaire, le crâne d’œuf fait « intelligent »), faire des parallèles, annoncés comme autant de preuves, entre la robotisation et le chômage. En rappelant que la Corée, malgré un taux imposant de robotisation, affichait un chômage « light », sans matière grasse sur les chiffres de l’emploi. CQFD, « la robotisation ne tue pas l’emploi » !!

Prenons donc un exemple caricatural. Et disons, « la Corée (du sud), n’affiche que peu de cancer du sein chez la Femme. Conclusion, la robotisation diminue le risque de cancer féminin ». Débile diriez vous ? Et bien, pourtant, c’est le même niveau de pertinence que la première affirmation. L’absence ou la faiblesse du chômage de la Corée, n’a aucun lien direct avec l’absence d’impact de la robotisation sur l’emploi. Elle est simplement la traduction que la politique industrielle de la Corée depuis 50 ans, en a fait un géant mondial de l’électronique, qui permet de créer en Corée, des centaines de milliers d’emplois. Vous faites péricliter Samsung, et le chômage grimpe en flèche, ce qui permettrait à nos économistes de génie, de dire, à l’inverse, que la robotisation tue l’emploi en Corée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 06/11/2017 - 13:29 - Signaler un abus Pauvre Quasimodo de la pensée foireuse

    Marrant que Jaquet dont je ne lis plus les délires foireux ne s'applique pas, s'agissant du glyphosate, le même raisonnement que celui qu'il utilise page 1 à propos de la Corée et du cancer mais....on est pas la pour labourer la mer!

  • Par ajm - 06/11/2017 - 14:28 - Signaler un abus Destruction créatrice et croissance en rythme de croisière.

    Il ne suffit pas de lancee des idées, il faut aussi essayer de les ordonner pour que le lecteur arrive à comprendre le sens général de la pensée de l'auteur. On comprend finalement que la destruction créatrice de l'economiste Autrichien sur fond de mondialisation exacerbée devient impossible à cerner et que ses consequences sur l'emploi dans nos contrées sont pour le moins inquiétantes. Sur la croissance, il ne faut pas oublier que la croissance moyenne sur la période 1850-1914 dans les grandes nations capitalistes de l'époque était autour de 1.5% /2%, avec des périodes plus hautes er des periodes moins favorables, ce qui est finalement très proche de ce que nous avons et que nous considérons comme minable par rapport aux trente glorieuses. En fait, cette croissance correspond peut-être au rythme de croisière d'une economie mature en phase de "destruction créatrice " normale.

  • Par pale rider - 06/11/2017 - 19:46 - Signaler un abus Tableau qui décrit assez bien la situation ..

    Mèche longue ou mèche courte ?

  • Par vangog - 06/11/2017 - 20:14 - Signaler un abus On pourrait ajouter à "destruction créatrice":"délocalisatrice"

    la destruction créatrice se recrée ailleurs, dans les pays qui ont le mieux anticipé la mondialisation,et qui sont les plus réactifs, soit ceux qui possèdent les deux qualités majeures du libéralisme vrai: anticipation et réactivité, deux qualités masculines (Wouah! Wouah!). La Corée du sud en fait partie, et voila pourquoi il n'y a pas, chez elle, de corrélation entre robotisation et chômage. La destruction créatrice y est re-localisatrice. Alors que dans un pays socialiste, ou socialiste masqué (macroniste), la destruction créatrice est essentiellement délocalisatrice...

  • Par Raymond75 - 07/11/2017 - 09:45 - Signaler un abus Destruction sans retour

    --- Nous avons pollué la terre, l'air, l'eau (y compris les nappes phréatiques) et même les océans. Nos villes s'étendent à l'infini, les inégalités au sein d'un pays et entre pays ne font que s’exacerber, le système économique a, avec la complaisance des politiques qui ont démissionné de leur rôle de dirigeants, imposé le dumping fiscal et social sans limite. --- Dans plusieurs grandes régions du monde, la démographie est hors de contrôle alors que les ressources se réduisent. --- Le réchauffement climatique va accentuer les disparités entre le nord et le sud. --- Dès la fin septembre, nous avons consommé tout ce que la Terre peut produire ou recycler en un an, et la nature ne fait pas crédit. --- L'informatique et la robotisation détruisent tous les emplois faiblement qualifiés et maintenant des emplois qualifiés ; cela va se poursuivre avec l'essor de l'intelligence artificielle. --- Notre société actuelle n'a aucun avenir, mais personne ne semble capable de dépasser le court terme pour s'interroger sur une orientation crédible, qui prendra au mieux une génération, et nou sommes incapables de collaborer. --- No Futur !!!

  • Par OLYTTEUS - 07/11/2017 - 20:45 - Signaler un abus d'accord avec la nullité de

    d'accord avec la nullité de certains "économistes" chauves et autres... d'accord avec le reste. ça ferait du bien d'avoir des entrepreneurs dans les débats mai eux ne courrent pas les plateaux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€