Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Léonard de Vinci : "Parce que j’étais passionné de sciences, on ne m'a jamais pardonné d’avoir peint la Joconde. On m‘a donc accusé d’être faussaire et escroc"

Série de l’été : Entretiens avec ceux qui ont change le monde, les grands inventeurs de l’histoire. Aujourd'hui : Léonard de Vinci.

Atlantico Business

Publié le
Léonard de Vinci : "Parce que j’étais passionné de sciences, on ne m'a jamais pardonné d’avoir peint la Joconde. On m‘a donc accusé d’être faussaire et escroc"

 Crédit Jean-Pierre MULLER / AFP

Dans cette série de l’été consacrée à l’histoire des plus grandes personnalités scientifiques, nous avons choisi de vous les présenter sous la forme d’interview. Interviews imaginaires évidemment mais pour le moins plausibles. Le plaisir du journaliste qui se fait plaisir en écrivant lui même les réponses ont consisté aussi à ne pas trahir l’historien qui lui, fait parler les écrits, les témoignages et les documents. Donc que l’historien nous pardonne quelques imprécisions. Notre intention est aussi noble que la sienne, faire connaître ceux qui ont changé le monde en profondeur par leur réflexion, leurs découvertes ou leur imagination.

Après avoir rencontré Christophe Colomb, Alexander Fleming, le père de la médecine moderne, après une visite chez le Albert Einstein et dans le Paris du Baron Haussmann, après être passé en cuisine avec Jean-Anthelme Brillat-Savarin, inventeur de la gastronomie moderne, aujourd’hui, on rend visite à Léonard de Vinci, peintre génial de la Renaissance. Peintre mais pas seulement, c’était surtout un ingénieur de génie, inventeur insatiable.

 
Quel parcours que celui de Léonard de Vinci. On ne connaît pas dans le monde et dans l’histoire d’esprit aussi universel que Leonard de Vinci. On le présente à l’école comme un peintre florentin génial, auteur de La Joconde, le plus célèbre tableau de la planète, mais Léonard de Vinci n’a achevé qu‘une quinzaine de toiles. Mais sait-on qu’il était surtout scientifique, anatomiste et spécialiste de la médecine, à la fois ingénieur et architecte, urbaniste et inventeur ? Sait-on qu’il a eu le premier l’idée de concevoir un avion, un hélicoptère, le sous-marin et la voiture ? C’est assez incroyable, d’autant qu’on est au XVème siècle et que le secret du moteur à vapeur ou du moteur à explosion n’a pas été découvert. 
Parallèlement, il sera écrivain, musicien, homme de théâtre. Son esprit est tellement fertile en projet, ses écrits et ses dessins tellement nombreux, il sera l’objet de campagnes d’opinion et accusé de plagiat ou de copie. En bref, Léonard de Vinci, ce pur génie, aurait peut-être été un génie de l’escroquerie. Ce dont il se défend. 
 

Léonard de Vinci, vous êtes né en 1452 dans la république florentine, la cité de Machiavel  trois ans après lui, puisque lui est né en 1449. C’est assez extraordinaire cette coïncidence. Vous êtes mort en 1519 en France au château d’Amboise, vous nous expliquerez pourquoi avoir fait ce périple à la fin de votre vie. Mais d’abord, Florence, ville d’art, de commerce, déjà à cette époque, ça aide de naître là-bas.

 
Léonard de Vinci : Ce qui est extraordinaire, c’est la fertilité de Florence. Nous sommes au XVème siècle, dans une république qui donne naissance à des personnalités assez étonnantes. 
Je crois que la fortune de Florence était due à la famille des Médicis et à son habileté, mais cette habileté était le résultat des conseils de Machiavel. J’avais une certaine admiration pour Machiavel et sa science de la politique qui m’était totalement étrangère. Toujours est-il que les Médicis avaient des intuitions géniales, celles de penser que l‘art, et notamment la peinture, portait les être humains au-delà des limites de la vie et que l’art quelque part dépassait Dieu. Cette famille m’a beaucoup aidé par son mécénat. Mais Machiavel leur a enseigné qu’il ne pouvait rester au pouvoir et continuer leur œuvre que si et seulement si le peuple l’acceptait. Il fallait donc plaire au peuple sans démagogie ou populisme, c’est cela que vous dites maintenant. Plaire au peuple en lui apportant ce dont il a besoin sur le long terme. C’était donc beaucoup de responsabilité. 
 

Léonard de Vinci, votre naissance est entourée de mystère ? 

 
Léonard de Vinci : Pas du tout. Il n’y a pas de mystère. Je suis un enfant illégitime. D’abord mon nom. Je m appelle en vrai, Leonardo di sera Piero Da Vinci, ce qui signifie Léonard, fils de maître Piero De Vinci ; l’homme du peuple est désigné par son prénom, auquel on adjoint toute précision utile : le nom du père, le lieu d’origine, un surnom, le nom du maître pour un artisan, etc. Cela dit, vous devez savoir que j’ai signé mes peintures et mes travaux Leonardo ou Io, Leonardo (« Moi, Léonard »). Publiquement je n’ai jamais employé le nom de mon père. 
Je suis un enfant illégitime né d’une relation amoureuse. Mon père était notaire, il a été ambassadeur, c’était un notable riche à Florence, sa famille était d’ailleurs très riche depuis très longtemps. Mon père est tombé amoureux de la fille de petits paysans assez pauvres qui étaient installés près de Vinci, sur le territoire de Florence. 
Alors ce qui est curieux, c’est que j’ai passé mes cinq premières années chez mon père et j’étais traité comme un enfant légitime. J‘ai été baptisé, avec des parrains et des marraines du village.
Au bout de 5 ans, ma mère se marie avec le fils d’un paysan de la région, je suis alors resté chez mon père dont la femme, ne pouvant pas avoir d’enfant, m’a aimé comme le sien. Mon vrai père va se marier quatre fois, ce qui fait que j’ai eu dix frères et deux sœurs légitimes. Je vais m’entendre assez bien avec tout le monde sauf que je ne serai jamais légitime, pour mon père. 
Sans doute, parce que je ne suis pas issu du même monde. Toujours est-il que je vais bénéficier d‘une éducation que je n’aurais jamais eue en restant avec ma mère biologique. 
 

Mais alors votre éducation va commencer par l’art ou par les sciences ? 

 
Léonard De Vinci : Je vais d’abord bénéficier de la culture qui domine dans cette famille florentine, dont le niveau d’éducation est très abouti. Nous baignons dans les arts, la peinture, les langues anciennes et modernes, les livres, le grec et le latin. On est dans le cœur de l‘Italie, à Florence. 
Je pense avec le recul que mes passions sont le résultat d’un double apprentissage. D’abord la nature, ses couleurs, ses odeurs, la géographie et l'histoire. Ensuite, l’école, les ateliers qu’on va me faire fréquenter.
Ma chance aura été de rencontrer Verrocchio. C’est mon père qui lui a montré des dessins et Verrocchio lui a dit que c’était exceptionnel et qu’il était prêt à me prendre dans son atelier. 
Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais dans cet atelier il y avait d’autres artistes comme Botticelli ou Ghirlandaio. 
Alors la première année ; ça n’était pas drôle, je nettoyais les pinceaux, puis après j’ai commencé à peindre, en fait je terminais les tableaux des autres. Mais je n’avais pas 18 ans.
C’était déjà un privilège que de terminer les tableaux des autres, Verrocchio m’avait confié cette tache parce qu’il continuait d’apprécier la façon que j’avais de peindre.  
 

Mais vous n’avez, à cette époque, signé de votre nom aucune œuvre. Or, on sait par exemple que vous avez beaucoup collaboré à une peinture de Verrocchio, dénommée le baptême du Christ, et que Verrocchio, qui se serait senti dépassé par votre talent, aurait décidé d’abandonner la peinture. 

 
Léonard de Vinci : Oui, on a dit tellement de choses. Mais Verrocchio avait tant d’autres choses à faire qu’on peut dire ce qu’on veut. 
 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€