Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 31 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Législatives : L'analyse du vote au 1er tour et ses enseignements pour le futur

Les élections législatives ont permis à la gauche d'obtenir les pleins pouvoirs à l'Assemblée nationale. Le rapport de force entre droite et gauche s'est totalement renversé en cinq ans. Dernier retour sur le résultat des législatives...

Chute

Publié le

Les élections législatives des 10 et 17 juin ont permis l’élection d’une majorité de députés acquise à François Hollande et son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Le rapport de forces politique tel qu’il ressort des votes au premier tour de scrutin, malgré un taux d’abstention record, atteste de la volonté d’une majorité d’électeurs d’assurer une concordance majoritaire entre présidence de la République et Assemblée nationale. Toutefois, la victoire du Parti socialiste et de ses alliés s’inscrit aussi dans la suite logique de ses victoires passées aux différents échelons locaux.

2007-2012 : un renversement du rapport de force politique gauche/droite

Le rapport de forces politique au soir du premier tour des élections législatives confirme et amplifie celui observé lors de l’élection présidentielle.

Avec 46,9% des suffrages exprimés en métropole (dont 29,5% pour le Parti socialiste), le total des voix de gauche permettait au chef de l’Etat et à son Premier ministre d’entrevoir une issue favorable au scrutin. A cet égard, il est frappant de constater que ce rapport de forces s’est inversé en l’espace de cinq ans, la droite obtenant un score comparable à celui de l’ancienne opposition (34,1%, dont 27,5% pour l’UMP). Les autres forces politiques enregistraient quant à elles des évolutions notables : effondrements de l’extrême gauche et du centre, d’une part, et performance du Front national, d’autre part, qui réalise cette année son deuxième meilleur score pour des élections législatives (13,6% contre 14,94% en 1997).

(Cliquez sur l'image pour l’agrandir)

Un électorat de droite démobilisé par la défaite de Nicolas Sarkozy

Cette évolution du rapport de forces politique en l’espace de cinq ans doit bien entendu beaucoup à la présidentielle. En toute logique, l’élection de François Hollande à la présidence de la République a favorisé une démobilisation de l’électorat UMP. L’analyse des résultats au premier tour des législatives démontre que c’est dans les territoires les plus favorables à Nicolas Sarkozy que l’abstention a été la plus élevée le 10 juin. C’est aussi dans ces territoires qu’elle progresse le plus par rapport au premier tour des législatives 2007. Ce phénomène, dans un contexte d’abstention record, contribue à renforcer voire à amplifier mécaniquement le score de la gauche dont les électeurs se sont mieux mobilisés.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Une victoire de la gauche amplifiée par ses victoires passées aux scrutins locaux

Un second facteur, rarement évoqué ces derniers jours, a lui aussi pu contribuer à la victoire du Parti socialiste et, dans une moindre mesure, de ses plus proches alliés. Ceux-ci ont en effet accumulé les victoires aux élections locales au cours des deux précédents mandats présidentiels, leur permettant de développer et d’entretenir un réseau particulièrement dense d’élus locaux.

L’exemple de la Bretagne s’avère particulièrement éclairant : avec 53,6% des suffrages exprimés au premier tour des élections législatives à l’échelle régionale, les candidats de la gauche y améliorent de 7,9 points le score de leur camp par rapport au premier tour de la présidentielle. La droite ne progresse quant à elle que très modérément (+1,7 point), l’extrême droite enregistrant les plus lourdes pertes (-5,1 points). Dans un scrutin aux enjeux nationaux clairement identifiés (élire une majorité de députés favorable ou opposée au nouveau Président de la république), les spécificités locales viennent perturber le rapport de forces gauche / droite attendu. Ceci s’explique par une prime certaine aux notabilités locales et par conséquent aux formations politiques dont sont issus les grands élus locaux. Les représentants du Parti socialiste, en de nombreux points de Bretagne, pouvaient ainsi faire valoir une proximité avec la population dont les représentants de la droite étaient parfois dépourvus. Ceci explique aussi pour partie l’incapacité du Front national à capitaliser sur le bon score réalisé par Marine Le Pen (13,2%) dans une région historiquement peu sensible aux sirènes frontistes. Le parti d’extrême droite enregistre une importante décote d’une élection à l’autre.

Ce même phénomène explique sans doute en grande partie la réélection de Xavier Bertrand dans la 2e circonscription de l’Aisne où une majorité d’électeurs avait voté pour François Hollande le 6 mai dernier. De même, Jean-François Copé a obtenu le 17 juin un score supérieur de plus de sept points à celui de Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle dans la 6e circonscription de Seine-et-Marne. D’autres cas similaires existent en de nombreux points du territoire. Ils attestent du rôle parfois déterminant de l’ancrage local des candidats à une élection pourtant présentée comme nationale.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ARES - 22/06/2012 - 21:46 - Signaler un abus MDR !!

    Je ne donne pas 5 ans au PS pour que les français laissent couler sans rien dire !! Vous voulez parier ? Je prends les promesses qui ne sont pas respectées ... Je prends les augmentations budgetaires de l Etat, la retraite, les postes emplois de fonctionnaires ... Ensuite je reprends les propos de l UE qui dit STOP aux depenses de la France ... donc il y aura restructuration a savoir que des fonctionnaires passeront a la trappe ce qui risque d amener un beau clash entre fonctionnaires ...Matignon a dementi mollement ... MDR !! La justice a annulé le gel du prix du gaz fait par Nicolas Sarkosy si bien que les factures vont etre revalorisées a la hausse bien sur ... Ajouté d une hausse de 2 à 5 % du gaz en juillet ... Ajouté d'une augmentation de l'électricité ... Parlons de la sécurité routiere on va avoir donc des radars encore plus TOP que sous la DROITE !! Il apparait que la Gazoil en plus d etre polluant est aujourd'hui proclamé cancerigene dommage de n avoir pas vu un seul membre des verts monter au creneau ... les verts se sont vendus au PS aussi cela reste une info comme une autre ... Attendons les syndicalistes avec la hausse du smic ... sourire

  • Par Teo1492 - 22/06/2012 - 23:10 - Signaler un abus Le retour de la droite complexée !!

    C'est plutôt un électorat de droit démobilisé par l'absence d'alliance avec le FN. C'est le retour de la droite complexée : on lui dit qu'elle ne peut pas s'allier avec l'extrême droite alors que la gauche n'a aucun complexe pour s'allier à l'extrême gauche.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Yves-Marie Cann

Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€