Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Législative partielle à Mayotte : retour sur l’impact de la pression migratoire à la présidentielle dans l’île

Mayotte, déjà historiquement concernée par l’arrivée massive d’immigrants clandestins venant des îles voisines de l’archipel des Comores dont l’île d’Anjouan, subit-elle une pression migratoire redoublée depuis qu’elle est devenue le 101ème département français en 2011.

Immigration incontrôlée

Publié le
Législative partielle à Mayotte : retour sur l’impact de la pression migratoire à la présidentielle dans l’île

 Crédit ORNELLA LAMBERTI / AFP

A l’occasion de la montée en puissance de la crise des migrants depuis 2015, différentes portions du territoire national ont été soumises à une très forte pression migratoire ces derniers mois ou années. On peut dès lors s’interroger sur l’impact électoral et plus précisément sur l’évolution du niveau du vote FN (dont on a vu que l’électorat était extrêmement sensible à cette thématique) que cette situation particulière a engendré localement.

L’est du département des Alpes-Maritimes, à la frontière italienne est de ce point de vue un cas emblématique. De nombreux migrants arrivés sur les côtes du sud de l’Italie remontent toute la péninsule et se concentrent à Vintimille avant d’essayer de passer en France pour gagner ensuite la Grande-Bretagne ou les pays d’Europe du Nord. Les contrôles à la frontière ont été considérablement renforcés mais des migrants tentent quotidiennement de passer soit en prenant le train soit même en empruntant des sentiers de montagne.

La situation n’est certes pas comparable à celle qui a prévalu à Calais mais le climat a incontestablement changé et la question de la maîtrise des flux migratoires est désormais beaucoup plus présente dans les esprits localement ce qui s’est traduit dans les urnes. Alors qu’à l’échelle de l’ensemble du département des Alpes-Maritimes, Marine Le Pen voyait son score s’éroder de 2,1 points entre 2012 et 2017, dans la plupart des communes concernées, la hausse était sensible (de 7 à 12 points).

Comme on peut le voir sur le tableau ci-dessus, cette poussée s’est opérée à la fois dans les communes frontalières (Menton et Castellar) mais également dans des communes situées en retrait. Face au renforcement du dispositif policier à Menton et sur la côte, les migrants et les passeurs utilisent également des itinéraires de montagne plus détournés passant par la vallée de la Roya. Dans plusieurs des communes de cette vallée, la hausse du vote frontiste a également été significative comme à Fontan (37%, +10,3 points), Tende (30,3%, + 7,6 points) ou Sospel située à la frontière (34,2%, + 7,4 points). Tous les villages n’ont pas pour autant été concernés par cette hausse car il existe également une tradition de gauche ancrée localement et des réseaux de soutiens aux migrants se sont organisés, autour notamment de la figure du paysan militant pro-migrants, Cédric Herrou. La hausse a ainsi été inférieure à 3 points à Breil-sur-Roya, à Saorge et à La Brique.

A l’autre extrémité du territoire national, Calais est le point d’aboutissement de nombreuses routes migratoires et le point de passage obligé pour la Grande-Bretagne. De par ce statut particulier, Calais et toute la région ont subi ces dernières années une pression migratoire très importante avec le développement hors de contrôle puis le démantèlement de la fameuse « jungle » à la périphérie de la ville, mais aussi son lot d’affrontements avec les forces de l’ordre et le développement d’une petite délinquance de survie (Voir à ce sujet par exemple « Calais : miroir français de la crise migratoire européenne », J. Fourquet et S. Manternach, Note de la Fondapol, Mars 2017). Après la destruction par les autorités de cet immense campement, un autre camp à Grande-Synthe, ouvert par la municipalité de cette ville et Médecins du Monde, verra sa population croître très rapidement avant qu’à l’issue d’une rixe entre communautés, un incendie ne se déclenche et ne détruise l’intégralité des baraquements à quelques jours du premier tour de la présidentielle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 17/03/2018 - 12:23 - Signaler un abus FN

    A lire cet article on pourrait croire que le seul effet indésirable de l'immigration clandestine et non contrôlée est l'augmentation du score du FN.

  • Par vangog - 17/03/2018 - 13:57 - Signaler un abus @Anouman je n’ai pas lu Fourquet...

    mais j’imagine sans peine la teneur d’un de ses articles contre les patriotes FN...comment ne pas perdre ses nerfs- lorsque Marine Le Pen fait un meilleur score que les partis traditionnels dans un TOM? En réalité, si les partis traditionnels et leurs copains journaleux se réveillent un jour de leur passivité pro-immigrationniste, ce sera uniquement par clientélisme...pour éviter que le Front National ne leur « capture » des électeurs...souhaitons que l’un ou l’autre arrive vite!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Ifop

L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€