Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Laurent Wauquiez présidera-t-il le parti de la carpe et du lapin ?

Laurent Wauquiez a dévoilé le premier organigramme des Républicains. Les vice-présidences vont de Virginie Calmels à Guillaume Peltier. En dehors d'un discours axé sur les valeurs, les Républicains n'ont pas de programme, en particulier dans le domaine économique. On voit mal comment cette offre pourrait séduire les libéraux ralliés à Macron.

Nouveau chef

Publié le
Laurent Wauquiez présidera-t-il le parti de la carpe et du lapin ?

Laurent Wauquiez est, fondamentalement, un étatiste. Le mouvement qu'il a fondé proclame son attachement à un État fort. Son éloge passéiste de la France s'abstient scrupuleusement de toute promesse sur la baisse des dépenses publiques.

La meilleure façon de qualifier le programme du nouveau président des Républicains est celle de social-démocrate identitaire.

Une victoire à la Pirrhus

D'où un problème majeur. Faute d'une perspective économique libérale, l'étatisme identitaire de Laurent Wauquiez est condamné à rester confidentiel ou, en tout cas, minoritaire.

Cette sensibilité est en effet un irritant.

Elle fait partie de ces aspérités qui inquiètent une part substantielle de l'opinion, même si elle gagne du terrain. Limiter son programme à cette dimension, tout en annonçant un bannissement du Front National, relève du suicide politique. 

Il existe à droite un mouvement de balancier automatique: tout glissement du noyau idéologique vers la droite entraîne un mouvement inverse de retrait des libéraux vers le centre. Sans une offre de politique économique qui compense la dextrisation du parti, Wauquiez, s'il veut espérer dépasser, voir même atteindre la barre des 20% de suffrages aux élections devra composer avec le Front National. 

Ce qui fera définitivement partir les libéraux vers Macron. 

La carpe et le lapin

Coexiste désormais à la tête des Républicains, un attelage baroque où se mélangent des identitaires et d'anciens juppéistes. Le parti républicain lui-même est une sorte de hall de foire où se croisent sans vraiment se parler des nostalgiques d'un France oubliée et des praticiens quotidiens de la croissance économique. 

La carpe et le lapin, le libéral et l'étatiste, l'identitaire et l'européen, le libre-échangiste et le protectionniste. La clarification de ce magma risque de ne pas être simple, et de coûter pas mal de crises et de ruptures qui éloigneront d'autant la droite de la reconquête dont elle rêve. 

Après Fillon, un absurde tabula rasa

La stratégie suivie par les Républicains depuis le mois de janvier 2017 est un enchaînement absurde. 

François Fillon avait remporté la primaire haut-la-main avec un programme de choc économique tourné vers une réduction rapide des dépenses publiques. Probablement étonné par son propre succès, le candidat avait rapidement mis de l'eau dans son vin. 

Dans la foulée de la débâcle aux présidentielles, le parti et ses "grands élus" se sont ingéniés à déconstruire tous les éléments du choc promis par le candidat. Le travail de refondation mené par Accoyer ressemble en tous points à un travail méticuleux de sape sur ce sujet. 

Ce faisant, les républicains montrent une étonnante forme d'obstination à faire fuir chez Emmanuel Macron tous ceux qui voient dans l'excès de réglementation et dans l'excès d'étatisation ou d'administration la principale cause du déclin français. Face à ce mouvement macropète, Wauquiez semble bien décider à apporter non pas sa pierre, mais ses soubassements et ses murs en s'aliénant définitivement tout soutien parmi les acteurs de l'économie privée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gilbert perrin - 14/12/2017 - 11:07 - Signaler un abus état fort oui, mais sous controlé..??

    en ce qui me concerne je n'ai pas d'autres perspectives et jer este persuadé que c'est le seul et unique moyen pur que la FRANCE s'en sorte !!!

  • Par Yves3531 - 14/12/2017 - 11:42 - Signaler un abus @Gilbert Perrin...

    oui, vous avez 100% raison. notre problème de fond est:  - que les syndicats ont acquis un pouvoir pour le moins excessif de blocage et d’influence non seulement sur des secteurs économiques clés comme l’énergie ou les transports, mais aussi et surtout sur l’administration,  - que l’administration inamovible s’impose au final sur le politique éphémère, donc sur l’état (administration + pouvoir politique)  - que l’état a de plus en plus pris le pouvoir sur la nation (peuple + état), au point que lors des dernières  élections « l’état » a tout fait et utilisé tous les moyens de la puissance publique pour influer voire truquer le scrutin dans le sens de la préservation de sa ventripotence, de ses petits intérêts et de sa domination. C’est ainsi qu’ils ont tenté de pousser le vieux cheval Juppé, fait porter l’estocade finale à Sarkozy aux primaires, dezingué par tous moyens et en catastrophe la surprise Fillon, tout en poussant comme des bêtes et de manière éhontée leur vrai candidat Macron.

  • Par Jean-luc laffineur - 14/12/2017 - 11:59 - Signaler un abus Ils n'ont rien compris

    Fillon avait brillamment remporté la primaire sur un programme conversateur, libéral et européen, selon moi les 3 piliers du succès. La technostrure énarque l'a éliminé pour faire élire l'un des siens, Macron, un social-liberal-libertaire-européen qui remplit 1,5 cases sur les 3 piliers fillonistes. Le FN occupant déjà la place du parti conservateur, social et anti-européen(soit 1 case sur 3 mais teintée de trop antis qu'à la fin le solde est negative), il fallait occuper pleinement le vide laissé par le depart de Fillon qui a quand même réussi un exploit en atteignant 20% des voix sous la mitraille. Or, Wauquiez semble s'orienter vers un programme conservateur, social et modérément européen, ce qui lui fait remplir 1,5 cases sur 3. je me pose donc la question : pourquoi devrais-je voter pour lui?? IL me semble de plus en plus que je vais sombrer dans l'abstention.

  • Par BABOUCHENOIRE - 14/12/2017 - 14:27 - Signaler un abus Il faudrait savoir et comprendre soit :

    Wauquiez est trop à droite au gout de certains centristes et pseudos droitistes et il le quittent en conclusion on en deduit qu'il n'est pas rassembleur , soit il rassemble et alors on conclut qu' il présiderait le parti de la carpe et du lapin. Cherchons l'erreur?

  • Par Liberte5 - 14/12/2017 - 17:15 - Signaler un abus Pour le moment L. Wauqueiz ne marche que sur une jambe.

    Il a axé sa campagne sur les valeurs. La question économique n'a pas été abordée. Je ne pense qu'une campagne interne à LR soit propice à une prise de position sur les domaines économiques. Les militants LR étant plutôt sur une ligne sociale démocrate. Le succès de Fillon est dû essentiellement aux sympathisants venus voter et pas aux militants LR. Les libéraux à LR sont infiniment minoritaire. V. Calmels est la seule à porter une parole libérale et à pouvoir initier un programme libéral. Les autre non.Si L. Wauquiez veut gagner il devra faire évoluer LR vers une ligne libérale et conservatrice. Pour cela il devra s'appuyer sur des statistiques comme la suivante:"La FRANCE plus que jamais socialiste ! En 30 ans,2,7 millions d'emplois publics créés soit 61 % du total des emplois créés ! (Insee11.2017) Taxation des entreprises en France: 62,2 % contre 40, 5% en moyenne sur 190 pays. Allemagne : 40, 9 ; UK : 30, 7 (Rapport PWC/ World Bank Group)

  • Par kelenborn - 14/12/2017 - 18:07 - Signaler un abus en tout cas

    Noel arrive: même Afflelou file deux paires de lunettes pour 1 euro! Attendez de renouveler votre abonnement car , à mon avis, vous allez pouvoir bénéficier en cadeau d'une plaquette de viagra!!! Atlantico doit avoir des stocks car maintenant c'est Verhaeghe et Sylvestre tous les jours!!! Bon ils causent...ça fait bander Vangode...Car chacun remarquera: ce que nous raconte Verhaeghe c'est à peu près ce qui s'écrivait sur Trump au printemps 2016!!! Et même pire: c'était un clown mal peigné , un bouffon , une sorte de croisement entre Goofie et Picsou!!! Pas besoin de continuer hein!.... Alors....pour notre santé, évitez de radoter!

  • Par Lepongiste - 14/12/2017 - 18:42 - Signaler un abus La priorité n'était pas d'avoir un programme

    Laurent Wauquiez à chaque discours a dévoilé ses objectifs ainsi que les mesures prises par macron qu'il combattra ...mais manifestement il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ! Et les médias sont des spécialistes surtout lorsqu'ils sont inféodés au pouvoir !!

  • Par Lepongiste - 14/12/2017 - 18:45 - Signaler un abus La priorité était d'avoir une structure cohérente jouant dans le

    même sens ! Wauquiez y est presque arrivé à la constituer ! Le programme viendra le moment venu !

  • Par Lepongiste - 14/12/2017 - 18:47 - Signaler un abus Calmels et pelletier !!

    n;ont pas le niveau pour jouer en ligue des champions ! Le mercato de Janvier corrigera ça....

  • Par Ganesha - 14/12/2017 - 18:49 - Signaler un abus Le programme de Fillon !

    Le programme de Fillon ! Une synthèse entre Mein Kampf, le Manifeste du Parti Communiste, avec, en couverture le titre fallacieux : ''Catéchisme de l'Église catholique'' ! Il existe un bâtiment de l'hôpital psychiatrique Ste Anne qui abrite gracieusement les pitoyables naufragés d'Atlantico !

  • Par cloette - 14/12/2017 - 19:51 - Signaler un abus Pour une fois

    j'approuve le commentaire de Kelenborn ( là où il dit que c'est ce qui s'écrivait sur Trump) .Il a raison

  • Par pierre de robion - 14/12/2017 - 22:03 - Signaler un abus Le lapin et la carpe

    Parce que vous croyez qu'en face de Juppé à Valls en passant par Bayrou Castaner, Ferrand et autre Estrosi c'est la symbiose?

  • Par ajm - 14/12/2017 - 23:18 - Signaler un abus Chaque chose en son temps.

    Wauquiez et LR en général n'en sont pas au point de bâtir maintenant un programme économique alors que les prochaines élections de gouvernement sont en 2022. Pour l'instant, il cherche à marquer l'opinion sur des thèmes qui lui donnent une épaisseur dans la psyché des Français, les références au "vieux pays" , la France ses campagnes et des périphéries, l'attachement â la langue , l'école de la ville etc...Chaque chose en son temps. De toute façon personne n'attends un membre de la droite française classique en apôtre du courant libertarien économique anglo-saxon. Il s'agit plutôt de retrouver la droite gaulliste des débuts de la V république à la fois libérale en économie et en même temps actrice d'un état regalien très fort , en particulier sur la sécurité interne et externe, recentré sur ses missions historiques qui le légitiment.

  • Par vangog - 15/12/2017 - 01:33 - Signaler un abus Encore faudra-t-il qu’un Front National à 30% le veuille!

    Si le Front National est à 30%, alors que Wauquiez flirte avec les 15%, ce sera à Wauquiez de montrer patte blanche! Le Front National pourra choisir ses alliés, et il n’est pas certain que Wauquiez en fasse parti, dans une configuration politique spatio-temporelle (plus moderne que le double-décimètre des journaleux lobotomisés...)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€