Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’assaut des investisseurs chinois sur Hollywood réussira-t-il à nous faire désirer un jour la "chinese way of life" ?

Depuis 2003, les politiques chinois, en vue d’améliorer l’image de la Chine sur la scène internationale, se sont emparés du soft power qui est pourtant un concept occidental. Dans cette quête, les efforts ont principalement été tournés vers la promotion de la culture chinoise et l'internationalisation des médias. Et pourtant, malgré une volonté farouche de développer le soft power, les produits culturels chinois peinent à s'imposer et l'image de la Chine au sein du monde occidental ne s'est pas améliorée.

Puissance douce

Publié le
L’assaut des investisseurs chinois sur Hollywood réussira-t-il à nous faire désirer un jour la "chinese way of life" ?

Atlantico: En 2003, le pouvoir politique chinois s'est emparé du soft power.  En un peu plus de dix ans les initiatives pour promouvoir l'image de la Chine se sont multipliées. Quelles sont les motivations derrière l'offensive de séduction chinoise? A qui s'adresse la politique de soft power?

Barthélémy Courmont : La stratégie chinoise du soft power, commencée en 2003 et officialisée en 2007 à l’occasion du 18ème congrès du Parti communiste chinois, a deux objectifs. Il s’agit d’une part de conforter le sentiment de fierté nationale et d’appartenance à l’ensemble culturel chinois. En ce sens, le soft power cible la population chinoise, et participe à l’effort de légitimation et de crédibilisation de l’Etat-parti. Cette stratégie s’adresse d’autre part au reste du monde, et en particulier aux pays en développement.

La Chine y mène depuis une décennie une stratégie d’investissement et de développement des échanges (notamment académiques, universitaires, culturels, ce qui indique qu’il ne s’agit pas à proprement parlé d’un projet économique et commercial). La création des Instituts Confucius (où sont enseignés la langue, la culture et les coutumes chinois) en 2004 répond à cet objectif. On compte aujourd’hui environ 500 établissements dans une centaine de pays (dont 16 en France), et Pékin a annoncé que la barre des 1 000 établissements sera atteinte en 2020. Les pays africains, sud-est asiatiques ou sud-américains sont les cibles privilégiées de ces instituts, mais on en trouve dans le monde entier. On relève dans ces pays une présence chinoise plus forte, des étudiants en chinois plus nombreux, et des synergies qui sont liées à ce rapprochement culturel.

Selon Joseph Nye, père fondateur du concept de soft power, ce dernier émane principalement de la société civile. Or, en Chine tous les vecteurs du soft power sont largement contrôlés et coordonnés par l'Etat. Les grands groupes chinois sont par ailleurs fortement encouragés par l'Etat dans leur entreprise d'acquisitions d'industries culturelles ou de médias à l'étranger. Peut-on parler de soft power dans le cas de la Chine?

Le soft power chinois est une reconstruction du concept de Joseph Nye. Dès 1993, des intellectuels chinois se sont emparés de ce concept et ont cherché dans quelle mesure il pouvait servir les objectifs de Pékin, décrits plus haut. Le défi était d’adapter les préceptes du politologue néo-libéral à la nature du régime chinois. C’est à ce titre qu’on peut parler de « stratégie » de soft power, là où le concept de Nye s’appuie sur des initiatives individuelles et non planifiées. Ce n’est donc pas, dans la méthode, tout à fait du soft power, ou alors il s’agit d’une nouvelle manière de mettre en avant son soft power, qui d’ailleurs pourrait s’imposer dans les autres pays, sous la forme de mesures de protection et de promotion des produits culturels.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Barthélémy Courmont

Barthélémy Courmont est directeur de recherche à l'IRIS, maître de conférences à l'Université catholique de Lille et rédacteur en chef de la revue Monde chinois, nouvelle Asie.

Il est notamment l'auteur de Une guerre pacifique : La confrontation Pékin-Washington, (éditions ESKA, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€