Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Lançons la bataille pour l'innovation et les emplois de demain

La France doit investir dans l’innovation pour se constituer un portefeuille d’emplois lorsque l’innovation aura détruit les emplois d’hier et d’aujourd’hui, plaide le président de Quartz Investissements.

Tribune

Publié le
Lançons la bataille pour l'innovation et les emplois de demain

De même que les fonds souverains des pays pétroliers doivent se constituer un portefeuille d’actifs qui leur donnera des revenus lorsqu’ils n’auront plus de pétrole, la France doit investir dans l’innovation pour se constituer un portefeuille d’emplois lorsque l’innovation aura détruit les emplois d’hier et d’aujourd’hui.

Le tsunami numérique et technologique qui nous vient va changer pour toutes et pour tous, la façon de travailler dans toutes les industries clés. Le transport, l’éducation, la santé, la distribution, l’énergie, l’agriculture, la finance entre autres vont être impactés de façon radicale.

Ces transformations qui bousculent notre économie et notre quotidien nous viennent vite et de partout. La bataille pour les inventer et les posséder est désormaismondiale, ne nous y trompons pas, elle se joue à coup de dizaine de milliards. Y participent : les grandes sociétés innovantes des dix dernières années (les Gafa notamment)qui ont des milliards de cash, les fonds d’investissements américains aussi, les fonds souverains de la planète, les grandes Family Office privées …

Pour prendre un seul exemple, le PIF (Public Investment Fund) d’Arabie Saoudite qui pèse actuellement 700 milliards et atteindra d’ici peu les 2 trillions, a récemment doté en une seule fois, Softbank à Londres, de 43 milliards de dollars à investir dans des sociétés innovantes. Et ce n’est qu’un début …

En France, le gouvernement d’Edouard Philippe a annoncé son intention de créer un grand Fonds pour l’Innovation et l’Industrie doté de 10 milliards d’euros, et le constituer en cédant les participations de l’Etat dans diverses sociétés existantes : une manière de « vendre le passé pour investir dans le futur » en quelque sorte.

L’intention est louable, mais au lieu d’investir l’ensemble de ces capacités, qui restent modestes à l’échelle des enjeux, il semble que le projet se limite à la volonté de mobiliseruniquement les intérêts des 10 milliards,soit environ trois cents millions par an ! Pourquoi brider ainsi ses capacités et pourquoi se limiter à l’innovation française ?

Ce projet-là n’est pas à la hauteur et ne porte pas l’ambition que le moment exige.

Par exemple, si en matière d’innovation dans l’éducation c’est une société étrangère qui crée une avancée décisive (des MOOC diplômants) il faut être parmi les premiers à souscrire à son capital et il faut proposer aux entrepreneurs de cette société tous les avantages « du package impatrié » pour venir installer une activité en France et faire en sorte que leurs solutions se diffusent plus viteavec nous et chez nous.

Dans ce quinquennat notre gouvernement va investir 15 milliards dans la formation, c’est en effet une urgence. Très bien ! Mais investir pour quelles formations ? Quels métiers ? Et qui va former les formateurs aux métiers de demain qui n’existent pas aujourd’hui ?

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Manuel Rozan

Jean-Manuel Rozan a passé l'essentiel de sa carrière sur les marchés financiers en tant qu'investisseur. Il est aujourd'hui le co-fondateur du moteur de recherche Qwant et président de Quartz Investissements.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€