Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 07 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le lait de croissance, inutile et ruineux : comment l'industrie agro-alimentaire exploite les peurs des jeunes parents

Le lait de croissance (pour les enfants de 1 à 3 ans) fait de plus en plus consensus parmi les pédiatres nutritionnistes du monde entier. Néanmoins, certains restent sceptiques quant à ses bienfaits. Débat.

Riche en fer

Publié le
Le lait de croissance, inutile et ruineux : comment l'industrie agro-alimentaire exploite les peurs des jeunes parents

Photo d'illustration / Bébé buvant au biberon. Crédit Reuters

Atlantico : Les ventes de lait de croissance pour le troisième âge sont très fortes en France, et en constante progression ces dernières années, surtout sur les marchés nord-américains et asiatiques. Quelles sont les vertus affichées par les fabricants, et celles-ci sont-elles vérifiées ?

Olivier Saint-Lary : Le lait de croissance est supposé répondre aux besoins nutritionnels des enfants, en particulier en fer et en acides gras essentiels, et diminuer les apports protéiques. Aucune vertu clinique à proprement parler n’est affichée à ma connaissance pour le moment. Le lien n’est pas encore démontré aujourd’hui entre la modification d’apports via le lait de croissance et une amélioration d’ordre clinique pour les enfants.

Patrick Tounian : Les pédiatres ne sont pas d’accord sur tout, mais sur ce point les avis sont quasi unanimes : on ne peut pas assurer les besoins en fer d’un jeune enfant au-delà d’un an s’il arrête les laits infantiles. En pratique, il faudrait l’équivalent de 100 grammes de viande par jour, or un enfant de 3, voire 5 ans, n’est pas capable d’ingurgiter une telle quantité. Récemment le Comité de nutrition de la société européenne de nutrition pédiatrique a rendu les conclusions suivantes : pour assurer les besoins en fer des enfants après un an, il faut soit utiliser un aliment enrichi en fer – des céréales dans le nord de l’Europe, ou du lait en France -, soit une alimentation riche en viande. En pratique, je recommande le lait de croissance à l’enfant jusqu’à ce qu’il soit capable  d’ingurgiter l’équivalent de 100 grammes par jour.

Les vertus affichées sont multiples, mais la seule qui soit indiscutablement intéressante est l’enrichissement en fer. Autrement, le lait de croissance est enrichi en acides gras essentiels, ce qui peut être intéressant chez des enfants à l’alimentation très déséquilibrée, ainsi qu'en vitamines D, et il est appauvri en protéines par rapport au lait de vache. Mais c’est là un intérêt vraiment secondaire.

Quelle est la composition du lait de croissance ? Un lait de vache normal ne suffit-il pas à des enfants entre 1 et 3 ans ?

Patrick Tounian : Le fer absorbé dans un biberon rempli de lait de croissance équivaut à la quantité que l’on trouverait dans vingt litres de lait standard. Tous les autres éléments étant facultatifs, et donc principalement commerciaux, on pourrait privilégier un lait exclusivement enrichi en fer, à l’exception des arômes, qui servent à masquer le goût métallique.

Olivier Saint-Lary : Le lait de croissance est l’équivalent du lait de vache reconstitué, dont la composition est modifiée pour se rapprocher du lait maternel et de ce qui est recommandé dans les apports journaliers. Dans le lait de vache standard on trouve plus de protéines que dans le lait maternel, c’est pourquoi le lait de croissance cherche à se rapprocher du premier ; des vitamines D et des acides gras dits polyinsaturés sont ajoutés, dont on suppose qu’ils présentent des intérêts dans le développement de l’enfant.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 13/02/2014 - 01:01 - Signaler un abus Pr. Tournesol

    Les laits de croissance sont une idée ancienne, qui en fait, date d'un passé révolu : une époque où un ''professeur Tournesol'' (ou Géotrouvetout) pouvait, de bonne foi, lancer une idée : ''Gavons nos enfants de doses faramineuses de fer, cela les rendra plus forts et plus intelligents'' Beaucoup de ces hypothèses géniales se sont finalement révélées conduire à de catastrophes... La tendance actuelle serait plutôt au Bio et au respect de la Nature ! De plus, il y a parfois des contradictions : le pr. Tounian voudrait leur donner plus de protéines, mais en fait, le lait de croissance en contiendrait moins que le lait de vache... Si je me souviens bien, il y avait aussi un remplacement des graisses animales par des végétales, mais il y a désormais pas mal de contestation dans la lutte contre le cholestérol... Enfin et surtout, il semblerait bien, selon une rumeur déjà ancienne, que dans ces laits, le fer n'est pas sous une forme absorbable et il ressortirait tel quel dans les selles....

  • Par Ganesha - 13/02/2014 - 01:06 - Signaler un abus Santé Publique

    Finalement, pour les scientifiques, il y a une chance : certains pays se sont montrés opposés à ces ''laits de croissance'' et il y a donc là une opportunité pour faire des études comparatives...sur leurs effets de masse et à long terme... Tout scientifique honnête et de bonne foi ne peut qu'exiger leur réalisation !

  • Par MichelSaintJean - 13/02/2014 - 11:51 - Signaler un abus Titre de l'intervieww

    Titre scandaleux et malhonnête qui ne reflète en rien la teneur des propos des personnes interviewées Bien téméraire le pédiatre qui oserait formellement déconseiller aux mères l’utilisation de tels laits.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Patrick Tounian - Olivier Saint-Lary

Patrick Tounian est professeur de pédiatrie, chef du service de nutrition et gastroentérologie pédiatrique de l'hôpital Armand-Trousseau à Paris. Docteur en sciences, il dirige les formations " Obésité de l'enfant et de l'adolescent " et " Nutrition de l'enfant et de l'adolescent " à la faculté de médecine Pierre-et-Marie-Curie de Paris.
Il est secrétaire général de la Société française de pédiatrie et auteur de nombreux livres et publications scientifiques sur la nutrition et l'obésité de l'enfant et de l'adolescent.

Olivier Saint-Lary est médecin généraliste et maître de conférences à L'Université de Versailles Saint-Quentin. Il est l'auteur avec Alain Jami de Les laits de croissance : Existe-t-il aujourd'hui des arguments scientifiques pour en conseiller l'usage ?

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€