Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La laïcité repose avant tout sur un état d’esprit"

« Progrès », « laïcité », « travail », « identité » : autant de mots dévoyés après qu’ils sont passés dans le langage politique et médiatique. Natacha Polony les a traqués pour mieux montrer comment ce nouveau langage contribue au conditionnement de la pensée. Bien sûr, les mots et les rites démocratiques sont préservés, mais ils sont vidés de leur substance. Extrait de "Changer la vie" de Natacha Polony, aux éditions de L'Observatoire (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
"La laïcité repose avant tout sur un état d’esprit"

Laïcité

Le mot est devenu depuis quelques années l’enjeu de combats politiques majeurs. Au début des années 2000, la laïcité n’intéressait personne. Un principe un peu suranné qu’on ne rappelait que pour évoquer « la laïque », l’école obligatoire et gratuite de Jules Ferry.

Le centenaire de la loi de 1905 avait été célébré par quelques irréductibles dans l’indifférence à peu près générale. Et puis, le rapport alarmant d’un inspecteur de l’éducation nationale sur le nombre de contestations des principes laïques, qui avait été enterré par le ministre de l’époque, François Fillon, fut publié par une poignée d’opiniâtres. Il devait ressurgir dix ans plus tard aux yeux de ceux qui l’avaient accueilli d’un haussement d’épaules, quand les contestations de la minute de silence observée dans les établissements scolaires après l’attentat contre Charlie  Hebdo allaient dessiller les aveugles volontaires.

Mais ce qui a signé le retour du mot laïcité dans le vocabulaire politique n’est hélas pas le constat du réel. C’est, comme souvent, le fait que le Front national s’en est emparé au tournant des années  2010, comme de tous les principes, mots et symboles de la République laissés en déshérence.

Aussitôt, la laïcité devient l’objet d’une bataille. Laquelle ? Celle qui consiste à expliquer que tous ceux qui, dans la solitude, défendaient ce principe républicain quand tout le monde se moquait qu’il fût attaqué étaient donc bien des suppôts de l’extrême droite. Il a fallu que des dessinateurs soient massacrés au nom de leur défense de la laïcité et du droit à rire de tout pour que l’on comprenne enfin ce qui se jouait autour de cette notion fondamentale. Encore s’est-il trouvé nombre de commentateurs pour estimer plus ou moins ouvertement que Charb, Tignous, Cabu et les autres devaient tout de même être un peu racistes pour s’obsé- der à ce point sur ce droit au blasphème.

Encore une notion, donc, qui était constitutive de l’histoire politique de la gauche, et que celle-ci a totalement abandonnée, certains de ses membres autoproclamés les plus purs en faisant même désormais un marqueur de droite, voire de droite extrême. Consternant renversement. Et dont la mécanique est toujours la même, celle d’un abandon par une partie de la gauche de tout ce qui constituait sa matrice idéologique, pour ne plus retenir que la revendication d’extension des droits individuels et l’ouverture à l’Autre comme prétexte à la haine du peuple (cf. « Droite/gauche »).

Là encore, un travail de retour au sens des mots est nécessaire pour le débarrasser des scories de la guérilla médiatique qui l’ont mis en charpie. La laïcité n’est pas une valeur, au même titre que liberté, égalité et fraternité. C’est un principe fondamental. C’est ce qui permet d’asseoir la République sur des bases stables pour que puissent s’épanouir les valeurs dont elle se réclame. Le laos, mot grec à l’origine de la racine « laïc », désigne le peuple en tant que tout indivisible. C’est dire que la laïcité est ce qui unit le peuple pour rendre possible la coexistence. Elle est l’affirmation d’une cohésion de ces hommes libres et égaux qui se sont constitués en un peuple.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gilbert perrin - 19/11/2017 - 08:35 - Signaler un abus laïcité

    Elle repose essentiellement sur le radicalisme du moment !!! aujourd'hui c'est l'islamisme (radical) . depuis toujours j'ai connu l'anti-catho etc...etc... et..... la gauche perdante avec ses politiques socialistes contre le travail ??NN

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Natacha Polony

Natacha Polony est journaliste pour Le Figaro et essayiste. Elle a publié Ce pays qu’on abat. Chroniques 2009-2014 (Plon) et Changer la vie (éditions de L'Observatoire, 2017).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€