Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Laïcité à la Macron : quelques arguments pour s’en inquiéter

Cette année a été marquée par un niveau sans précédent d’attaques contre la laïcité, qui apportent indirectement une clarification. Nous avons vu de façon de plus en plus évidente converger des forces qui, peu ou prou, participent de la ruiner, via son remplacement par le multiculturalisme.

Multiculturalisme

Publié le

Une énième fois, rappelons l'étude que l'institut Montaigne a consacré à la question de l'islam en France, selon laquelle près d'un tiers des musulmans considère la charia comme au-dessus des lois de la République et l’islam comme un instrument de révolte contre notre société et ses mœurs, ses valeurs. L’existence de plus de vingt mille radicalisés, dont le nombre ne cesse d'augmenter à chaque étude, qui rejettent le modèle républicain au point de vouloir lui faire la guerre. Le dernier rapport du Sénat sur la radicalisation faisait le constat que le communautarisme était  le terreau principal de celle-ci.

C’est donc bien que le communautarisme constitue une réalité et un danger qu’il faut contrecarrer.

C'est à ce déni coupable que l’on doit de ne pas rechercher les réponses appropriées, que l'on tremble à l’idée de réaffirmer haut et fort le cadre de notre laïcité française, alors qu'il ne faudrait justement rien laisser passer, jusque si nécessaire en faisant appel à la loi, qui comme repère commun à tous est la réponse la plus juste et la plus claire. Mais, comme on l'a vu dans l'affaire du burkini, le Conseil d'Etat lui-même refuse tout questionnement dans ce domaine, refusant d’admettre qu’il y a derrière des groupes de pression religieux qui, par tous les moyens, cherchent à déstabiliser notre pays. Un climat d’attaques contre la laïcité fort d'un salafisme qui a pignon sur rue, qui donne l’exemple dans les quartiers, alors qu'il devrait être interdit depuis longtemps, à professer un mode de vie moyenâgeux en totale opposition avec nos lois, notre société et son mode de vie. Mais non, là encore, on laisse faire.

La racialisation de la question politique, étape dans la guerre à la République 

Nous n'avons cessé de voir des groupes politiques, militant en faveur du communautarisme, occuper le devant de la scène médiatique cette année. En premier lieu, le Parti des indigènes de la République (PIR) avec le développement de camps dits "dé-coloniaux", de réunions dites « non-mixtes » à l’université. Des initiatives autrement dit interdites aux blancs, sous prétexte qu'ils seraient par essence des racistes, des privilégiés reproduisant une domination coloniale. L'immigré ou l'enfant d'immigré, nécessairement musulman, est présenté sous cette lecture comme la victime de ce système. Une essentialisation du blanc qui n'est pas meilleure que celle du noir ou de toute autre altérité de façon générale, comme fonds de commerce à tous les racismes. 

Pour justifier cette démarche, on rabat systématiquement les problèmes économiques et sociaux sur la question des discriminations, induisant ainsi l'idée que toutes les inégalités viendraient de cet antagonisme des blancs vis-à-vis des autres, jusqu'à porter l'accusation "d'Etat raciste". Une façon de détourner la lecture des problèmes vers une confessionnalisation et une racialisation de la question sociale. Tous les ressentiments sont mobilisés pour faire gonfler une haine de la France mise au service de la manipulation de populations fragilisées, et surtout de jeunes dans la confusion entre une identité d'accueil et une identité d'origine, que les problèmes d'intégration mettent en risque dans ce contexte de crise des repères. Là, il n'y aurait pas péril pour la laïcité non plus? 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par GP13 - 12/01/2018 - 11:18 - Signaler un abus Vers un islam gallicanisé ?

    La laïcité radicale est, par nature, islamophobe, parce que l'Islam est un code civil. L'islam ne devrait pas avoir droit de cité en France. Aucun politique n'envisage d'assumer une telle décision. Alors c'est la tentation du gallicanisme qui refait surface. Les politiques, autrefois, avaient voulu contrôler l'église catholique, sans résultat d'ailleurs. Ils remettent cela, aujourd'hui, avec l'Islam, en souhaitant des accommodements raisonnables, tant des pouvoirs publics que des musulmans........ pour avoir un islam de France soi disant compatible avec la laïcité. Mais personne ne veut voir que ce qui a été possible pour l’Église catholique, force spirituelle, depuis toujours en dehors des pouvoirs qui eux, n'ont pas manqué d'efforts pour l'instrumentaliser, n'est pas possible pour l'Islam. La loi de 1905 n'est pas une loi de séparation des pouvoirs, mais une loi d'ignorance délibérée d'une force spirituelle de la part de l’État, ce qui n'a pas nui au catholicisme, mais atteindrait l'islam en son cœur parce qu'il participe, par nature, au pouvoir séculier.

  • Par Deudeuche - 13/01/2018 - 08:39 - Signaler un abus @GP13

    Oui et l’article montre clairement où l’on va, la communautarisation de la société comme dans beaucoup de pays; les blancs post modernes urbains (seuls, consuméristes, LGBT) les villages à tradition judéo-chrétienne mais néanmoins déchristianisés, périphériques, les banlieues califat soit turque soit maghrébines, les autres groupes ethniques à forte structure familiale ou religieuse (africains musulmans ou chrétiens, asiatiques boudhistes ou chrétiens) etc...

  • Par lasenorita - 13/01/2018 - 11:23 - Signaler un abus La ''laïcité'' de Macron!

    La ''laïcité'' de Macron est christianophobe..Il accorde aux musulmans (terroristes et d'origine étrangère) ce qu'il refuse aux ''vrais'' Français non-musulmans. .Il a fait ''la repentance'' de la France au sujet de ''la colonisation''...,j'aurais aimé que le F.L.N. fasse aussi sa ''repentance'' pour les égorgements, les enlèvements, les bombes,etc..et ainsi que les gauchistes qui ont ''aidé'' les musulmans dans leur triste besogne!...

  • Par Michel THYS - 15/01/2018 - 13:05 - Signaler un abus Guylain CHEVRIER a tout compris !

    Je n'imagine même pas qu'un Baubérot, un Bianco, un Macron, etc., même après vous avoir lu, ce qui est douteux, puissent vous donner raison et donc reconnaître qu'ils se sont trompés ! Orgueil oblige ... Je propose une explication psycho-neurophysiologique à cette incapacité, comparable (mutatis mutandis) à celle de la persistance de la foi : http://originedelafoi.eklablog.com-a126973612

  • Par Cassandre41 - 16/02/2018 - 13:19 - Signaler un abus en complément

    sur son blog Mézétulle Catherine Kintzler, nouvellement nommée au conseil des sages sur la laïcité auprès du ministre de l'Éducation nationale propose des pistes de réflexion dans un article intitulé "Les propos sur la laïcité attribués au président Macron sont mal ficelés"

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guylain Chevrier

Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.

Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.

Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL
 
L’Harmattan, Sous la direction de Guylain Chevrier, Les Ecrits de BUC Ressources SOCIOLOGIE TRAVAIL SOCIAL, juillet 2017, 270 pages.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€